Salle d'attente - qui porte bien son nom! feat. I. Sara Stinson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité



MessageSujet: Salle d'attente - qui porte bien son nom! feat. I. Sara Stinson   Mer 16 Fév - 16:58
    Depuis son arrivée dans la métropole Australienne, Sam n'avait jamais autant vu de salle d'attente d'hôpital. Effectivement, cela faisait maintenant presque 4 mois qu'il était arrivé à Sydney afin de recommencer une vie, passer à autre chose mais à croire que son destin n'en pensait pas autant. Presque tout le monde connait son histoire dans son entourage, ex toxicomane il est sorti indemne d'un coma étylique et a depuis sa naissance une maladie de coeur, celle qui la conduit presque deux fois par semaine ici, depuis trois semaines. Avant son état était stable, étonnamment, malgré la drogue, l'alcool et sa cure de désintoxication, c'est depuis qu'il est sobre et qu'il vit une vie saine que son état se dégrade.

    A son arrivée, il avait l'impression de respirer à nouveau, comme si Sydney avait été une bouteille d'oxygène pour ses poumons. Mais plus les semaines passaient, plus il avait une impression d'oppression dans la poitrine. Evidemment il continuait à prendre ses médicaments qui ralentissaient les battements de son coeur et il faisait attention à son alimentation, c'est pour ça que les médecins lui demandaient de passer un certain nombre d'examens afin de savoir d'où vient se regressement. Sam a vu sa mère s'endormir dans un éternel sommeil à cause de cette maladie donc c'est vrai qu'il était toujours un peu nerveux quand il se retrouvait dans cette salle d'attente. Sa maladie avait été détectée à temps lorsqu'il était enfant, il avait évité de faire tout effort physique qui pourrait emballer son coeur. Cercle vicieux, lorsque le photographe est nerveux il a comme tout fumeur envie de s'allumer une cigarette mais là il ne pouvait pas, l'hôpital était interdit de cigarette ce qui était tout à fait normal.

    En observant autour de lui, il ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il était bien chanceux. Ca lui faisait toujours un sacré pincement au coeur lorsqu'il croisait ces enfants atteints de leucemie ou d'autres maladies tout aussi horribles à supporter lorsqu'on est enfant. Pour pas se sentir gêné ou mal à l'aise, Sam s'efforçait de regarder le mur en face de lui; blanc, sans tableau ni affiche, vraiment triste et froid en réalité. Ce fut son tour de passer. Il dû faire des examens supplémentaires afin de savoir d'où venait soudainement cette faiblesse cardiaque. Evidemment son cardiologue le sermonta à nouveau à propos de son addiction à la cigarette et Sam disait "oui oui" devant l'homme mais une fois en dehors de l'hôpital il s'allumait une clope. Cette fois-ci les examens l'avait épuisé. Il sortit du cabinet le teint blafard et la tête lui tournant, aussi il décida d'aller se poser un peu à la cafétéria afin de boire quelque chose de frais et manger quelque chose de sucré.

    La cafétéria était aux couleurs ensoleillantes, surement pour casser cette image "hôpital" qui pouvait y avoir dans le reste du bâtiment, c'était probablement aussi sensé redonner un peu de bonne humeur aux occupants de cette pièce. Sam fit la queue et prit donc une bouteille d'eau sortie du frigo et une barre de chocolat Suisse. Il se sentait vraiment étourdit et il avait beau cligner des yeux plusieurs fois, les meubles et les gens ne cessaient de passer devant ses yeux comme un manège sans fin. Pensant s'appuyer sur un meuble pour éviter de tomber, Sam pu très vite remarquer qu'il s'était accroché au plateau d'une jeune femme derrière lui, ce qui fit que son contenue se vida sur le sol "M*rde... Excusez-moi, je me sens pas trop bien, attendez..." Sam voulu se baisser pour aider l'inconnue à ramasser ce qu'il avait fait tomber mais il se retrouva sur le derrière ayant perdu toute notion d'équilibre. Il essayait de garder les yeux ouverts mais sa tête lui tournait "Vraiment... Désolé."
Revenir en haut Aller en bas
 


Invité

Invité



MessageSujet: Re: Salle d'attente - qui porte bien son nom! feat. I. Sara Stinson   Ven 4 Mar - 4:47
Aujourd’hui est un grand jour ? J’ai 22 ans et je vais encore voir ce charmant docteur qui va me dire que je dois profiter des 22 et des 23 mais aussi peut-être des 24 ans car se seront surement les dernières. Comment vous voulez… vous lever le matin en sachant ça ? Je restais paisiblement sous les couettes en regardant mes draps d’un blanc, tout propre dans ce studio fraichement décoré. Je ne savais pas réellement comment j’allais trouver le déclic pour me lever et même comment je l’avais trouvé mais je le fis en prenant mes jambes à mon cou et une petite dose de courage. Donc j’inspirais un bon coup et relâchait le tout en me rendant sous ma douche. Oui, ce n’était pas vraiment ce qu’on pourrait dire « bon jour » mais un mauvais. Comment voulez-vous que je sois toujours dans un bon jour ? Il doit toujours y avoir de mauvais comme celui-ci alors que je décidais automatiquement de couper mon portable et de me couper du reste du monde en me dirigeant vers ma douche après avoir préparé une petite tunique un short blanc. Nous sommes en été, je devais m’y faire et me dire que je n’étais point en hiver. Faut savoir se coller aux saisons de Sydney, non d’un chien. Nous sommes en été ? Je ne m’en remettais point encore. Vous n’avez pas envie parfois de rester sous les couettes et d’attendre demain pour vous lever et ne pas affronter le reste du monde ? C’est ce que je me disais sous ma douche, je voulais ne jamais m’être levé et retourner en arrière mais ne jamais m’être réveillé aussi ou peut-être ne jamais avoir existé ? Pessimiste ? C’est rare mais je crois que dans mon état, c’est normal. Sortant alors de cette fameuse douche qui fut plus que lourde en émotion : en gros ? J’ai lâché toutes les larmes de mon corps pour éliminer la tension. Cela fait un peu de bien, je dois l’avouer que je me sentais déjà bien mieux. Qui a dit que pleurer ne faisait jamais du bien et toujours du mal ? Surement une personne qui n’a jamais pleuré pour évacuer ce qu’il ressent et se calmer. On dit parfois que ce n’est pas plus mal. Les femmes vivent plus longtemps que les hommes par ce qu’elles savent évacuer ce qu’elles ressentent. Je vous jure, foutaise. Si quelqu’un vient me dire que c’est vrai : je vais réellement m’énerver et lui sortir ses quatre vérités. Je suis malade, je vais mourir et je suis une femme. Je ne pense pas que l’Esperance de vie soit aussi longue pour une femme dans la moyenne et plus courte pour un homme enfin c’est généralisé et je ne fais point partie de la généralité. Enfin bref, je sortais de ma douche en me dirigeant alors vers ma chambre en prenant alors mon short et la tunique préparée pour m’habiller. Sexy ? Simple ? Tout simple, je ne cherchais point à attirer les regards mais simplement à m’habiller, rien de bien compliqué. Je vous jure, que croyez-vous ? Enfin bref.

Je pris une bonne quinzaine de minute à sortir… bien décidé à déjeuner à l’hôpital car je n’avais pas envie de tarder. Mon rendez-vous était déjà pratiquement sur le point d’arriver, je n’avais que 25 minutes pour arriver et j’y arrivai à l’heure, à jeun et heureusement car je devais faire une prise de sang : imprévue. Je n’aimais pas les hôpitaux, je n’avais jamais trop aimé ça depuis l’enfance mais je ne savais pas pourquoi. Les odeurs ? Oui le fait que l’on ne sente pas réellement une odeur agréable pour cause des détergents qui se veulent surtout de retirer les microbes et pas de laisser une bonne odeur de jasmin ou « je ne sais quoi » cela manquait de couleur : que ce soit les couleurs du mur aussi. Le blanc était déprimant, non mais faut revoir la décoration. Vraiment. Mon rendez-vous terminé, j’allais directement à la cafétéria pour éviter de tomber dans les pommes ce qui ne serait pas réellement une bonne idée et je suis douée pour les mauvaises idées, je sais, je sais. Enfin passons car je prenais un plateau avec un petit verre de lait, un croissant enfin de quoi déjeuner : normal. Je devais déjeuner comme 75% de la population même si avant, je ne déjeunais pas. Le tumeur au cerveau cela fait nettement réfléchir enfin soudainement une personne posa appui sur mon plateau. Vous savez, je n’ai point les muscles de Batman ou superman, je ne peux pas retenir celle-ci, j’ai déjà du mal à retenir ce qui se trouve sur ce plateau cela n’était pas pour en rajouter une couche. C’est alors qu’il s’excusait que je voulais lui dire que ce n’était rien d’une voix rassurante… « ce n’est… » mais c’est alors qu’il se pencha et perdait l’équilibre en voulant m’aider à ramasser. Je déposai ensuite mon plateau sur la table la plus proche et m’abaissai pour l’aider à se relever comme je le pouvais. « Allez… un peu de force, je ne peux pas vous porter », je riais légèrement pour dire de détendre un peu le truc et oui… même dans un mauvais jour, j’avais l’humour d’une Stinson… « je ne suis qu’une fille fragile et faible », je souriais en l’aidant à atteindre une chaise allant alors remettre mon plateau et le réassortir comme à l’origine de nouvelles choses qui n’étaient point sur le sol en demandant à une personne du service si elle pouvait ramasser ce qui était tombé sur le sol dont le verre de lait ! Je revenais m’assoir juste en face de lui avec mon plateau dont j’avais la douce intelligente d’avoir demandé un verre d’eau avec du sucre car c’était toujours ce que l’on conseillait dans ce genre de situation. « Buvez ça, cela va passer », disais-je en lui tendant gentiment et agrémenté d’un joli et délicieux sourire. Oui, je materne et ben quoi ? J’ai toujours été un peu maternelle !
Revenir en haut Aller en bas
 
 

Salle d'attente - qui porte bien son nom! feat. I. Sara Stinson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Corbeille Hors Jeux-