N&C ৩ Not really sure how to feel about it.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38337
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Jeu 18 Avr - 10:14

Not really sure how to feel about it, Something in the way you move, Makes me feel like I can't live without you, It takes me all the way, I want you to stay
C’était un sentiment inexplicable. Le genre de sentiment dont on rêve à la fois de se défaire au plus vite pour ne pas souffrir, et d’un autre côté le genre de sentiment qu’on espère ne jamais voir s’éloigner par peur de ne jamais pouvoir le retrouver. Étrange contradiction. Un sentiment fort, blessant, puissant, heureux et inoubliable en même temps. L’ultime ressenti vers lequel on courait tout au long de son existence et qu’on ne pouvait ressentir qu’une seule fois dans celle-ci. Ou tout du moins, c’était ce que Nolaan espérait au plus profond de lui tandis qu’il finissait de s’habiller devant son miroir. Le sourire au coin des lèvres, il ne pouvait s’empêcher de penser que l’acte qu’il allait commettre ce soir était complétement fou et insensé comme à l’image de leur histoire. A bien y réfléchir, Nolaan préférait prendre des risques, quitte à voir sa vie s’écrouler tout entière par la suite. Après tout, il était toujours plus préférable de vivre la beauté d’une histoire casse-gueule et douloureuse, plutôt que de vivre seulement une histoire moche et confortable. Et dans les histoires moches et confortables, Nolaan avait suffisamment donné jusqu’à présent. Alors même si il tremblait légèrement d’excitation sur le moment en resserrant son nœud de cravate, il savait au plus profond de son cœur que l’issue de cette soirée serait heureuse. Il connaissait Colleen par cœur. Il était le premier à voir son sourire se former chaque matin au crépuscule. Il avait dessiné ses courbes mainte et mainte fois pour en connaître leur forme sur le bout des doigts. Et il avait eu son rôle à jouer dans la création des étoiles qui parsemaient parfois son regard pour une raison ou pour une autre. Pourquoi alors dirait-elle non ?

Peut-être parce que depuis quelques jours, il était étrange, comme distant avec le monde qui l’entourait. L’esprit ailleurs, la tête dans les étoiles, Colleen l’avait souvent repris au fil d’une discussion. Il n’avait pas non plus été rare que Nolaan prévienne la jeune femme de son absence à la dernière minute lors d’une soirée ou d’un rendez-vous, prétextant devoir se rendre au travail, ou bien chez Matt en urgence. Beaucoup de suspicions qui donnaient le droit à Colleen de se poser des questions, et même à devenir paranoïaque. Toutefois, même ses quelques détails ne firent pas reculer Nolaan tandis qu’il vaporisait un peu de parfum contre la peau de son cou. Il avait une raison pour agir de cette manière-là et il savait qu’il n’aurait pas pu faire de cette soirée, une soirée inoubliable si il s’était rendu aux endroits où il aurait dû se rendre durant ses dernières semaines. Fin prêt, il replaça une mèche de ses cheveux correctement avant de se rendre dans le salon pour remettre en place une petite enveloppe dans le bouquet de fleurs qui trônait fièrement sur la table du salon. « - Je crois que tout est prêt mon cul poilu. Elle sera peut-être énervée ta maîtresse, mais tu sais ce que tu dois faire hein ? Tu l’obliges juste à lire la petite carte. Aboie, mord là… bon peut être pas jusque-là d’accord, mais il faut qu’elle la lise sinon tout va tomber à l’eau, et on aura fait tout ça pour rien. Je te fais confiance. » Il lui assigna une petite gratouille derrière l’oreille avant de prendre ses clés et de sortir de l’appartement pour rejoindre sa voiture.

Son manège était lancé, et il ne pouvait désormais plus faire demi-tour puisqu’il venait de composer le numéro de Colleen afin de l’appeler. Assis ainsi, il eut l’impression que les sonneries étaient espacées par de longues minutes avant de tomber sur le répondeur de la principale intéressée. « - Coucou amour, tu dois probablement être occupée mais … je sais qu’on devait passer la soirée ensemble ce soir sauf que je dois retourner au boulot à la dernière minute...encore une fois. Je ne sais pas combien de temps ça va durer, m’attends peut être pas pour manger du coup. Je t’aime, tu me manques. A ce soir, si tu ne dors pas quand je rentre. » Puis il raccrocha avant de partir vers l’endroit où il avait prévu de se rendre, et ce n’était certainement pas à son travail, puisque malgré les apparences, il comptait bien passer sa soirée avec Colleen, et pouvoir rattraper les quelques soirées qu’il n’avait pas pu passer à ses côtés.

Et le plus long dans cette histoire, ce serait sans doute de l’attendre sans savoir si, la tête de mule qu’elle était, lirait sa carte ou non.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48492
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Mar 23 Avr - 21:28


S’asseyant un instant sur une chaise dans le magasin, Colleen était en train d’essayer une robe avec des chaussures plates ouvertes. Sa grossesse avançant, elle ne rentrait plus que dans ses robes et se devait d’oublier ses jeans préférés et d’aller fouiller dans les vêtements de femme enceinte des magasins. Et sincèrement, c’est ce qui l’enchantait le moins dans sa grossesse. Evidemment les vêtements n’étaient pas hideux, mais le choix était tout de même très limité et pas forcément à son goût. Elle qui avait promis à Nolaan de faire des efforts pour continuer de prendre soin d’elle et de se faire jolie pour éviter qu’il prenne peur, elle se rendait compte que ça serait un sacré défi. Un défi qu’elle relevait depuis cinq mois maintenant, et pourtant elle avait l’impression que Nolaan ne voyait pas ses efforts. Et pour cause, depuis plusieurs semaines ils ne se voient presque pas, ou simplement en coup de vent entre deux horaires de service du pompier que Nolaan était devenu. Colleen ne le cachait pas, quand elle le voyait il était difficile de le laisser partir de nouveau pour plusieurs heures et pour le coup, elle se sentait seule. Seule face à cette grossesse qui l’effrayait, toujours avec la peur que quelque chose arrive au bébé. Mais elle ne pouvait décidemment pas en vouloir à Nolaan, c’est son boulot, c’est comme ça, ils n’ont pas le choix. Alors souvent elle sort, comme maintenant, ne serait-ce que pour se promener et éviter d’être seule à la maison. Il y avait bien le chien mais bon, Shadow n’a pas beaucoup de conversation il faut dire.

D’un simple sourire elle remerciait la vendeuse et reposait la robe dans le rayon ainsi que les chaussures. Ce n’était pas aujourd’hui qu’elle allait ramener quelque chose à la maison. Du moins pour elle, car elle avait beau avoir peur de perdre le bébé malgré le calme de sa grossesse, elle achetait tout de même quelques trucs par ci par là. Elle avait besoin d’avancer, et c’était peut-être idiot, mais un bavoir, un biberon, un hochet ou simplement un body l’aidait à faire passer cette grossesse de façon plus paisible. Il lui arrivait de craquer et de pleurer que ce soit à cause de la peur, ou simplement parce que ses hormones la travaillent au moment où Nolaan lui manque le plus. Elle en était même parfois venue à se demander s’il ne la fuyait pas, si elle n’avait pas échoué dans sa mission : celle de lui montrer qu’une grossesse peut ne pas interférer dans la beauté d’une femme, bien au contraire. Peut-être avait-il réellement peur de ce ventre rond qui ne faisait que grossir de mois en mois, là où les autres pères s’émerveillent devant celui de leurs femmes. Alors lentement, elle marchait vers leur appartement, tentant d’oublier son absence même si les couples dans les rues ne lui rappelaient que cela. Elle était venue à pied tant qu’elle pouvait encore le faire et elle ne préférait pas conduire pour éviter de prendre des risques. Elle psychotait probablement, mais mieux vaut prévenir que guérir il parait.

Après une bonne demie heure de marche, elle rentrait enfin, accueillie par Shadow qui avait appris depuis cinq mois à ne plus lui sauter dessus et a simplement venir la voir en battant l’air de sa queue. S’accroupissant à sa hauteur, elle lui prodiguait quelques gratouilles et embrassait le haut de son crâne, tout de même contente de voir sa bouille d’amour. Pour un chien soit disant féroce, elle le trouvait doté d’une tendresse et d’une fidélité qui n’était plus à prouver. C’est alors que son téléphone se mis à sonner, lui indiquant qu’elle avait un message sur sa messagerie vocale. Se redressant elle l’écoutait attentivement. Quelques mots avaient suffit pour que son visage se décompose et que les larmes lui montent aux yeux. Leur soirée en amoureux tombait une fois de plus à l’eau et elle ne pourrait que constater le silence de la maison, pour ne pas changer. Essuyant rapidement ses larmes, elle tentait de se convaincre que ce n’était que ses foutus hormones qui la faisait pleurer, mais en réalité c’est son cœur qui souffrait des absences trop souvent répétées de Nolaan ces derniers-temps. Les mots qu’elle écrivait dans le sms destiné à Nolaan étaient alors plus que sincères :Je viens d’écouter ton message. Tu me manques beaucoup aussi. Prends soin de toi, pour le peu de temps qu’on se voit j’aimerai que tu continues d’être en un seul morceau. Je t’aime. Appuyant sur le bouton d’envoi, elle relevait alors la tête, fronçant légèrement les sourcils. Elle venait tout juste de voir les fleurs dressées fièrement sur la table. Elle s’en approchait et lisait alors la carte qui s’y trouvait.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38337
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Mar 21 Mai - 16:56

Not really sure how to feel about it, Something in the way you move, Makes me feel like I can't live without you, It takes me all the way, I want you to stay
C’est pas parce que moi je travaille que toi, tu ne peux pas profiter de cette soirée.
Je t’ai préparé une petite surprise, dépêche-toi d’aller te faire belle, quelqu’un va pas tarder à venir te chercher.
Je t’aime. ♥
Ps : Cette offre est non négociable!
Lorsque Nolaan avait écrit cette carte quelques jours auparavant, il n’avait pu s’empêcher d’imaginer la réaction de Colleen lorsqu’elle la lirait. Et dans tous les scénarios qu’il s’était créés de toute pièce, bien souvent, Colleen mimait une boue dubitative limite boudeuse. Pas franchement enchantée de sortir sans Nolaan, comme elle aurait dû le faire initialement. Suite à cela, le jeune homme avait imaginé des petits trouvailles dont le seul but était de lui redonner l’envie de sortir et de s’amuser, sans pour autant qu’elle puisse penser qu’elle allait le retrouver dans quelques minutes. De cette manière, Nolaan avait pris soin de cacher des petites cartes à travers l’appartement à des endroits stratégiques par lesquels elle allait forcément passer. Le placard. La deuxième carte était cachée là-bas, pendue à l’étiquette d’une robe blanche, simple mais coquette à la fois. Cette robe, Colleen l’avait essayée lors d’une de ses sorties avec ses amies la semaine dernière. Par une source sûre, Nolaan savait que Colleen ne l’avait pas achetée pour la simple et bonne raison qu’elle se trouvait « grosse », qu’elle la trouvait « chère », et qu’elle ne voyait pas l’utilité de ressembler à une « baleine » pour essuyer des moqueries. Toutes des excuses qui l’avaient menées à ne pas l’acheter, mais Nolaan avait eu envie de lui faire plaisir, et de lui rendre son image de femme à défaut de celle de maman. Qui plus est, cette robe était l’accessoire parfait pour la soirée parfaite qui s’était profilé dans l’esprit joueur de Nolaan. Cette deuxième carte portait l’inscription suivante.

Un homme a toujours plus d’un tour dans son sac, laisse donc tes questions inutiles au placard, et enfile-là.
Ps : Je t’attends dans la salle de bain.
En effet, la troisième carte était accrochée à l’aide d’un scotch sur le miroir de la salle de bain. Et toujours de sa plus belle écriture, Nolaan avait rédigé quelques mots pour la femme qu’il jugeait être la plus belle d’entre toutes, maquillée ou non.

Si je t’entends te plaindre d’ici que tu trouves grosse, tu dois m’entendre dire que tu es magnifique au contraire. Amuse donc à te faire belle en ne pensant qu’à toi, tu vas pouvoir en faire tourner des jolis cœurs ce soir, même si tu restes à moi et qu’ils ont intérêt de rester à des kilomètres de toi. ;)
Ps : Va ensuite fouiller dans les tiroirs de la chambre, je crois que tu as oublié quelque chose.
Dans les tiroirs évoqués, une quatrième carte était accrochée à un petit paquet rouge. Et à l’intérieur de ce dernier, Colleen pourrait trouver sans mal des sous-vêtements rouges bordeaux que Nolaan lui avait choisis avec amour. Une couleur qui connotait la passion, l’amour, l’ardeur. A défaut des mots, Nolaan avait aimé les différentes conations que pouvaient suggérer cette couleur, et il n’avait pas hésité un seul instant à les choisir eux plutôt que d’autres. S’il connaissait aussi bien Colleen qu’il le pensait, il savait qu’elle les apprécierait autant.

Mon amour tout doux de ma vie, je t’ai imaginé les porter l’autre jour en passant devant la boutique. Je ne voulais pas rater l’occasion de te voir dedans quand je rentrerais. On se voit pas beaucoup en ce moment, mais je pense toujours autant à toi, t’es la seule que je rêve de tenir entre mes bras.
Ps : Je suis jaloux de l’homme qui vient te chercher pour t’emmener à ta soirée.
Nolaan n’avait laissé aucune autre carte à l’intention de Colleen, préférant garder une part de mystère avant de lui révéler l’impensable. Il savait que la jeune femme allait se poser des questions. Il savait aussi que ce petit jeu était peut-être trop bien préparé à l’avance, mais d’un autre côté, elle pouvait aussi penser que Nolaan avait préparé cette soirée pour eux deux et qu’au final, le travail l’en avait empêché. Une petite part de folie n’était jamais à négliger lorsqu’il s’agissait de Nolaan. Durant quelques minutes, si son timing était parfait, il pouvait donc laisser le temps au poisson mordre à l’hameçon sans ne se douter de rien.

Toujours si son timing était parfait, un homme vint sonner à la porte lorsqu’il fut certain dans son imagination que Colleen eut fini de se préparer. Cet homme était un étranger, vêtu d’un smoking bien taillé et d’un chapeau de voiturier. Après quelques complaisances, il adressa une enveloppe à Colleen et la pria de le suivre sans poser de questions. Pourquoi Nolaan n’avait pas demandé à Matt, ou bien encore à Gianni ? Tout simplement parce qu’il n’avait mis personne au courant de sa folie. Loin de lui l’idée de penser qu’ils ne seraient pas heureux pour lui et pour Colleen, mais il n’avait aucune envie que quelqu’un vienne gâcher son bonheur ou sa surprise. C’était son moment à lui, à elle, à eux. Il n’avait pas eu envie d’être influencé d’une quelque conque manière que ce soit. Lorsqu’il y repenserait dans quelques années, il pourrait alors se dire que si Colleen avait apprécié cette journée, ce n’était uniquement que grâce à lui, et à personne d’autre. Inutile de savoir que malgré les apparences, Nolaan était complétement paniqué à l’idée que Colleen puisse être désenchanté parce qu’au final, il était le deuxième. Et s’il voulait faire mieux que Michaël, s’il voulait lui faire oublier sa première demande, il devait alors redoubler d’efforts. Ce qu’il avait fait, et ses efforts emmenaient Colleen dans sa direction à l’aide, non pas d’une limousine, mais d’une Cadillac rouge décapotable. Il savait que Colleen aimait les belles voitures, et il espérait que ça lui plairait.

Nolaan, de son côté, finissait de mettre en place les derniers préparatifs en place en tentant de rester en place. Et alors qu’il venait de vérifier pour la énième fois que tout était en ordre au centimètre carré sur la table qu’il avait dressé, il ne put s’empêcher d’imaginer Colleen en train de lire sa dernière carte, et d’afficher un visage déconfit si elle avait imaginé pouvoir le voir ce soir au fil de ses cartes.

N’oublie pas de penser un peu à moi ce soir, et surtout profite pour tout me raconter demain en détail.
Ps : Et passe le bonjour à tout le monde aussi.


• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48492
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Ven 24 Mai - 1:52


Peser chaque mot, sourire, en profiter comme s’il était avec elle pour lui dire chaque syllabe de ces phrases. C’est ce qu’elle essayait de faire mais en vain. Nolaan n’était avec Colleen et la déception de ne pas le voir une fois de plus était tellement grande qu’elle peinait à suivre les consignes qu’il lui donnait, posant la carte un instant pour s’assoir et se lâcher totalement dans un flot de larmes incontrôlable. Son absence laissait un vide physique certes, mais surtout sentimental. Elle se sentait seule, elle avait l’impression qu’il avait peur d’elle, qu’il les fuyait, elle et sa grossesse. Ces temps-ci elle était tout bonnement déchirée entre l’épanouissement de sa grossesse et celui de son couple, ayant la désagréable sensation que l’un ne peut pas aller avec l’autre. Malheureuse tout simplement. Elle avait peur, tellement peur que la phobie de Nolaan prenne le dessus et casse tout ce qu’ils ont pu construire jusque-là. Elle aurait aimé avoir quelqu’un pour se confier, mais depuis qu’elle avait arrêté d’aller au garage sous les conseils du médecin et qu’elle ne faisait plus parti d’une écurie de course, elle s’était renfermée sur elle-même, vivant exclusivement ou presque par son couple et ses loisirs tel que la cuisine ou le piano, se repliant dans une bulle. Mais cette bulle, à l’heure d’aujourd’hui, était au bord de l’implosion, c’est du moins ce qu’elle pensait. Lentement, elle se reprenait. Saisissant la petite carte d’une main ferme, elle se levait, essuyant ses larmes. Nolaan avait raison, elle ne devait pas rester seule, elle se devait de profiter de la vie avec ou sans lui – bien qu’évidemment elle préférerait que ce soit en sa compagnie.

D’une marche décidée, elle se rendait donc dans la chambre, fouillant dans son armoire pour se changer et s’habiller comme il se doit, ne pensant plus à rien. Pourtant la petite carte l’a rendait sceptique. L’endroit où ils étaient censés se rendre pour rejoindre quelques amis est un endroit qu’elle connait, et pourtant il lui envoyait quelqu’un. Haussant doucement les épaules, elle se disait que c’était une surprise, comme il l’avait spécifié, et que, peut-être et même certainement, l’endroit qu’il lui avait initialement présenté n’était pas le bon, pour garder la surprise. C’est sur ces pensées qu’elle apercevait alors une seconde carte dépassant des vêtements. « C’est pas vrai, c’est de la folie ! » Evidemment, la première chose qu’elle avait remarquée bien avant de lire la carte, était la robe à laquelle elle était accrochée. Souriant bêtement elle sentait de nouveau les larmes montées, mais il ne s’agissait pas de larmes de tristesse cette fois, mais bel et bien de bonheur. Il avait osé. Elle ne savait pas comment ce dernier fût au courant, mais bon sang, sur le coup elle ne se sentait plus seule. Si Nolaan avait sût pour la robe c’est qu’il s’intéressait toujours à Colleen et la vie de la jeune blonde, ne la laissant pas de côté. Le sourire aux lèvres, ravalant ses larmes, elle prenait donc la carte pour la lire. Son sourire s’agrandissait alors lorsqu’elle lut le post-scriptum. Abandonnant la robe sur le lit, elle fonçait dans la salle de bain. Mais le bonheur fût de courte durée. Nolaan n’était pas dans la salle de bain comme elle l’avait cru. Soupirant doucement, elle faisait une moue boudeuse en apercevant une troisième carte, se demandant quand ce jeu de piste allait bien pouvoir s’arrêter. Certes c’était amusant, ludique et très très très gentil de sa part, mais cela lui rappelait qu’à défaut de sa présence, elle avait des cartes.

Et pourtant elle avait tout de même décollé la carte pour la garder dans ses mains comme elle l’avait fait avec les précédentes, retournant sur ses pas après avoir lancé un bain à couler. Elle voulait se détendre, avant tout. Son dos commençait à la faire souffrir dût au volume de son ventre grandissant. Et même sans ça, après une journée de marche, si elle voulait profiter pleinement de la surprise de Nolaan, elle devait y aller détendue et reposée. Retournant dans la chambre, elle regardait dans le tiroir de la commode, dans son tiroir, là où ses sous-vêtements trônent fièrement. C’est évidemment sans difficulté qu’elle trouvait un paquet rouge flamboyant contenant des sous-vêtements de couleur similaire au paquet. « Ce rouge ne m’étonne pas de toi, espèce de petit coquin ! » Se marrant toute seule, elle prenait la carte au fond du sac qui semblait être la dernière à la vue de ce qui était écrit. Elle qui, avant la chasse aux cartes, ne souhaitait pas spécialement sortir, à présent elle se devait de le faire, ne serait-ce que pour faire honneur aux efforts de Nolaan et à ses nombreuses marques d’attention. Il avait pris le temps de lui faire une surprise, elle se devait de prendre le temps de profiter de la fête. Attrapant sous-vêtements neufs et robe neuve, elle s’empressait, de nouveau, d’aller dans la salle de bain, quittant ses vêtements pour se glisser dans l’eau chaude du bain. La chaleur eu un effet immédiat sur elle : la détente la plus totale. La présence du futur papa n’aurait pas été de refus mais elle se sentait bien, malgré les précédentes larmes. Caressant son ventre arrondi, elle prenait du temps pour elle et pour le bébé qui par ses légers mouvements la faisait actuellement sourire. Si elle devait se détendre pour la fête, elle se devait aussi et surtout de se détendre pour lui, pour son bien et c’est probablement ce qui l’aidait à tenir ces jours-ci.

Au final, il ne lui fallut que quelques minutes pour être prête. Habillée, maquillée légèrement comme son habitude et coiffée d’une queue de cheval, elle se regardait dans le miroir. Comme Nolaan l’avait prédit, elle ne se sentait pas spécialement à son avantage surtout depuis que son bassin se faisait plus large en vue de l’arrivée du bébé. Mais peu importe. S’il l’avait imaginée séduisante, elle se sentirait ainsi, point final. Certes avec quelques efforts mais elle y arrivera. C’est alors qu’elle fût coupée dans sa contemplation par la sonnette de l’appartement indiquant que quelqu’un tentait d’entrer dans l’immeuble. Psychotique comme pas deux, après que ce dernier se soit désigné comme son chauffeur pour la surprise de monsieur Stinson, elle lui ouvrait, le laissant monter et rejoindre la porte qu’elle lui ouvrait. Un inconnu se présentait alors à elle, lui tendant une enveloppe. Elle ne l’avait pas ouverte, mais son prénom écrit de la main de Nolaan sur l’enveloppe la persuadait de suivre cet homme fort élégant. Un sourire des plus grands illuminait alors son visage à la vue de la voiture. « Vous plaisantez, vous m’emmenez pas là-dedans ? C’est une soirée avec tapis rouge et tout ça, genre Cannes ou c’est vraiment une soirée entre amis ? » L’homme face à elle qui lui ouvrait la porte ne pipait pas un mot. C’est d’ailleurs avec un malin plaisir qu’elle tentait de lui tirer les vers du nez pendant le trajet. Finalement elle avait fini par se coller au fond de son siège, lisant la dernière carte de Nolaan, la portant aussitôt à son cœur une fois la lecture terminée. Une chose était sûre, ce type est un malade, une pensée qu’elle avait clairement dite à haute voix. « Celui qui vous a embauché pour m’emmener, c’est un dingue, je vous jure. Mais il est tellement adorable que je ne saurais jamais me séparer d’une telle folie. »

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38337
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Lun 3 Juin - 21:22

Not really sure how to feel about it, Something in the way you move, Makes me feel like I can't live without you, It takes me all the way, I want you to stay
Goldwyn était un anglais d’une soixantaine d’années exerçant la profession de chauffeur de taxi depuis son arrivée en Australie. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il en avait vu de toutes les couleurs. De l’idée la plus farfelue à la plus stupide en passant par la plus osée, il avait été témoin d’un bon lot de séparations, de rencontres, et de disputes. Au fil des années, il avait alors aimé se voir comme une sorte de « cupidon » ambulant doté de flèches avec le pouvoir de guérir n’importe quels maux. Bon nombre d’habitants le savaient alors à Sydney, si vous aviez déjà croisé le chemin de ce bonhomme là un jour, il était tout bonnement inutile de payer un psychologue pour vous sentir mieux. Goldwyn avait en lui une sagesse et une paix intérieure face à n’importe quelle situation impromptue, qui lui permettait de ne tirer que le meilleur de chaque problème. Et ce soir, Goldwyn était en train de transporter à bon port la dernière clientèle de sa carrière avant de céder les rennes à son fils ainé pour ensuite profiter d’un repos bien mérité.

Lui et Nolaan s’étaient rencontrés au temps où Colleen fréquentait encore Michaël, et plus précisément le soir où la jeune femme avait appris à son meilleur ami qu’elle attendait un enfant. En effet, après une descente dans un bar miteux pour noyer ses soucis dans l’alcool, Nolaan s’était vu contraint de rentrer chez lui en taxi. Prendre la route avec autant d’alcool dans le sang n’aurait surement pas été très judicieux, et cela, le patron du bar l’avait bien compris. Ainsi, il s’était retrouvé à vaciller sur le siège passager aux côtés de Goldwyn sans totalement en prendre conscience. « - Elle est enceinte vous savez… d’un type … le genre de type qui ramène de l’argent et qui a tout pour lui vous voyez, le blond parfait … le genre de type qui vous fait vous sentir minable… tellement minable que vous cherchez à conquérir n’importe quelle femme pour vous sentir plus désirable ensuite…le pire, c’est que j’ai fait semblant de m’en réjouir, comme le jour où elle m’a appris qu’elle allait se marier. Je ne sais pas si je dois me sentir stupide pour être l’imposteur que je suis ou bien complétement stupide pour penser aimer cette femme alors qu’elle en aime un autre. Oui, je suis idiot, c’est ça… » Pendant un long moment, Goldwyn avait continué de rouler dans la ville sans savoir où ils allaient en laissant Nolaan exprimer ce qu’il avait à dire sans l’interrompre. Il baissait parfois la vitre côté passager, puis la refermait lorsqu’il sentait que le jeune homme commençait à se sentir mal, et qu’il avait besoin d’air frais pour éviter de suffoquer. Lorsque Nolaan avait fini par se laisser retomber sur son siège pour rester silencieux, il avait jugé qu’il était temps pour lui de reprendre la parole. « - Vous n’êtes pas stupide mon petit, simplement amoureux. Et vous savez inconsciemment qu’elle s’éloigne à chaque fois qu’il se rapproche d’elle, c’est humain. Si je peux vous donner un conseil, avouez-lui vos sentiments uniquement si vous pensez qu’elle serait plus heureuse à vos côtés, sinon il est temps de commencer à l’oublier. » Cette dernière phrase Nolaan avait longuement cogité dessus, et en était finalement arrivé à la conclusion que Colleen serait toujours plus heureuse avec Michaël, ou tout du moins avant que les événements changent le cours de leur destin.

Goldwyn avait alors été le premier témoin de leur histoire d’amour pour avoir longuement entendu Nolaan en parler lorsqu’il était éméché, ainsi que le premier à qui Nolaan s’était confié sur sa future demande. Tout naturellement, le vieux monsieur n’avait pu refuser sa demande d’aller la chercher en gardant le secret sur la finalité de cette soirée. En découvrant le visage de la jeune femme, il avait été d’ailleurs très surpris de découvrir qu’elle était exactement comme il l’avait imaginé au fil des descriptions que lui avaient faites Nolaan. Sur le chemin, il avait alors tenu sa promesse et n’avait rien révélé à Colleen malgré ses demandes insistantes. Arrivé à bon port, il était ensuite descendu pour lui ouvrir la portière, et avait attendu qu’elle sorte de la voiture. « - Mademoiselle. Il ne vous reste plus qu’à suivre le chemin lumineux pour arriver à votre but. » Galant et surtout pragmatique, il l’avait aidé à sortir de la voiture pour plus de facilité, puis il n’avait pu s’empêcher de sourire face à ce bonheur naissant. « - A la fin de la soirée, demandez-vous quel est le souvenir qui vous a rendu le plus heureuse jusqu'à présent en toute objectivité, et dites le lui. Il sera heureux de l’entendre. » Puis sur ses mots, il s’en était allé pour rentrer chez lui et retrouver sa propre famille comme Nolaan le lui avait demandé.

En ce qu’il était de Nolaan, il attendait toujours Colleen en jetant des coups d’œil à sa montre. Le stress commençait à l’envahir, et il ne parvenait plus à rester en place. Attendant sagement au bout du chemin tracé par de multiples bougies, il était aux côtés d’une table joliment dressée. « - Tu es Nolaan Stinson, arrête de stresser comme un gamin. Tu sais ce que tu dois faire. Elle va venir, pourquoi elle ne viendrait pas hein ? Elle est curieuse, elle voudra savoir ce qui se cache derrière cette surprise. Elle va te voir, elle va être heureuse, elle va te sauter dans les bras, vous allez tomber à cause de son ventre, tu vas te rattraper à la nappe qui va glisser, les bougies font la faire prendre feu dans le même temps et… arrête de fabuler, pense à autre chose. Tu es Nolaan Stinson, tu ne stresse pas. Tu es Nolaan Stinson, tu ne stresses pas. Tu es Nolaan Stinson, tu ne stresses pas. » Il essayait de se rassurer du mieux qu’il le pouvait en se parlant à lui-même, et en se confortant à l’idée qu’il était un Stinson. Le genre d’homme vaillant, et guerrier. Un homme qui n’avait peur de rien, et certainement pas de la peine qu’il pouvait ressentir si la jeune femme qu’il aimait ne pointait pas le bout de son nez ce soir. Toutefois, même au vue de ses efforts, Nolaan était complétement terrifié et attendait avec délectation le moment où il pourrait enfin se retourner pour découvrir le visage de sa compagne et commencer à apprécier cette soirée comme il se devait. Chose qu'il ne douta plus de pouvoir faire lorsqu'il sentit une main se posait contre son épaule. « - Colleen... » Du moins, si cette main appartenait réellement à Colleen...



• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48492
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Mer 5 Juin - 17:05


Quelle femme normalement constituée ne serait pas attirée par tant de mystère ? Nolaan avait le don d’attiser et d’entretenir le sien, de mystère. Chacune des cartes lui avaient donné une émotion différente, chaque mot la ramenait à Nolaan malgré son absence. Les larmes avaient laissé place à la curiosité maladive de la jeune femme, un sourire simple mais sincère pendu aux lèvres. Elle était persuadée que ce soir, comme le sous-entendait les petits mots, elle ne verrait pas son compagnon, mais chacune de ses attentions avait fini par la persuader, elle se devait de s’amuser même sans lui. Evidemment elle restait déçue que sa personne manque à l’appel, mais elle devait lui faire honneur et mettre à profit les attentions de Nolaan ce soir. Assisse sur la banquette arrière de la voiture, elle cherchait en vain à tirer les vers du nez de l’homme qui l’a conduisait à cette fameuse surprise. Allant de route en route, Colleen était persuadée qu’il l’amenait probablement dans un bar où elle pourrait retrouver des amis, mais elle changeait vite d’avis quand elle constatait qu’ils finissaient par quitter la ville, s’éloignant du centre. « Avouez-le, vous allez me faire le coup de la panne. Je suis désolée de vous annoncer d’avance que je suis très heureuse en ménage. Je veux bien croire que j’ai les hormones en ébullition en ce moment mais tout de même, pas à ce point. » Riant de bon cœur, elle préférait plaisanter plutôt que s’inquiéter. Finalement Nolaan avait peut-être prévu un feu de camp entre amis sur une plage de Sydney, tout simplement.

Plus vite qu’elle ne l’aurait pensé, la voiture s’arrêtait et le chauffeur dont elle ignorait tout sortait de celle-ci pour aller lui ouvrir la portière. Avant même qu’il n’ouvre la bouche, elle avait constaté le chemin tracé par des bougies. Un sourire tendre sur les lèvres, elle reconnaissait la marque de fabrique de son petit-ami. Nolaan était définitivement complètement fou au regard de Colleen, mais le pire là-dedans, c’est que ça lui plaisait beaucoup qu’il le soit de cette façon. Souriant doucement, elle se retournait une dernière fois vers le chauffeur, avant qu’il ne remonte en voiture. « Merci beaucoup, et je ne manquerais pas de lui dire, c’est promis. Bonne soirée à vous, faites attention en rentrant. » Un simple signe de la tête en guise de politesse et elle tournait de nouveau son visage vers le chemin. Elle ignorait totalement ce qu’elle allait découvrir au bout de celui-ci. Au final elle était perdue. Les cartes lui disaient que Nolaan ne serait pas présent, et pourtant le calme des environs et le romantisme que sous-entendait les bougies lui mettaient le doute. Soufflant doucement, le stress était légèrement monté. Ni une, ni deux, elle n’attendait pas plus longtemps et empruntait cette petite route lumineuse, histoire de ne pas stresser encore plus.

En quelques pas, alors qu’elle relevait le visage de ses pieds, elle pouvait constater la silhouette d’un homme de dos, fièrement dressé à côté d’une table. Plus de doute possible, c’était lui, il était là, elle pouvait le reconnaitre entre milles. Le décor s’était comme effacé autour d’elle, tout ce qu’elle voulait s’était le rejoindre et ne surtout plus le lâcher. Accélérant le pas, le sourire grandissant de plus en plus, elle se retrouvait bien vite à sa hauteur, posant une main délicate sur son épaule. Sa carrure, son odeur et maintenant sa voix à la simple appellation de son prénom l’a faisait frémir. Elle était tellement contente de le voir, de pouvoir le toucher brièvement qu’elle s’en mordait la lèvre inférieure d’avance. Lèvres qui vinrent se sceller immédiatement aux siennes lorsqu’il daignait enfin se retourner alors que ses bras passaient autour de son cou. Un baiser long, plein d’amour et de tendresse. Elle l’avait attendu, elle en avait besoin, et réaliser qu’il avait fait tout cela pour elle et dans le seul but de passer la soirée avec elle – du moins c’est ce qu’elle espérait – la touchait au plus profond de son âme. Se décidant tout de même à lâcher ses lèvres, elle restait relativement proche de lui, son front contre le sien. « Je te déteste. » Un léger rire sortait d’entre ses lèvres alors qu’elle se détachait doucement de lui, caressant ses épaules, comme pour vérifier qu’il était bien là. « Mais c’est fou comme je t’aime et à quel point je suis contente de m’être faite menée en bateau de cette façon pour ça. » Oui, évidemment qu’elle le détestait de lui avoir fait un coup pareil, elle qui avait versé quelques larmes en découvrant son message vocal. Mais bordel, l’ascenseur émotif était tellement positif à cet instant qu’elle le remercierait presque de l’avoir rendu triste quelques instants pour atteindre un tel état de joie.

Le prenant dans ses bras pour un tendre câlin, elle réalisait doucement mais sûrement la situation. Jetant un coup d’œil à la table par-dessus l’épaule de Nolaan, son sourire déjà grand se développait encore un peu. Elle semblait être dressée pour deux personnes, ce qui la confortait dans l’idée qu’ils allaient au moins diner tous les deux, et rien que ça, elle le voyait déjà comme du bon temps passé avec lui. Se détachant de nouveau de lui pour retrouver ses lèvres, elle ne voulait pas le lâcher, elle ne voulait pas le quitter, profitant de cet instant pour lui transmettre tout son amour à travers ses baisers. Elle était tellement bien qu’elle aurait voulu que le temps s’arrête pour un long moment. Malheureusement ce n’était pas le cas alors qu’elle mordillait tendrement la lèvre de son compagnon, les larmes remontant doucement dans ses yeux. « T’es là nom de dieu, t’es là. » Les hormones et l’excitation prenaient doucement le dessus, la rendant presque vulgaire. Elle avait tellement espéré cette soirée qu’elle était prête à en pleurer de joie, la présence de Nolaan suffisant largement pour la ravir. « Je suis tellement contente, si tu savais. Mais t’es un enfoiré, tu vas ruiner mon maquillage. » Riant doucement, elle ravalait ses larmes, caressant tendrement son torse. Souriante, elle passait délicatement une main sur sa cravate. « Qu’est-ce que tu es beau en plus, j’en ai de la chance. » Bien qu’en costard ou non, pour elle, Nolaan restait le plus séduisant des hommes et ce soir, en plus, il se voulait des plus surprenants. Si seulement elle savait...

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38337
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Dim 16 Juin - 17:26


Not really sure how to feel about it, Something in the way you move, Makes me feel like I can't live without you, It takes me all the way, I want you to stay

Honoré de Balzac disait « l’amour est un trésor de souvenirs. » Cette phrase avait été placardé pendant plus d’un mois dans toute l’agglomération de Sydney grâce à la publicité d’un parfum, et n’avait alors pas échappé à l’œil de ses habitants, et notamment pas celui de Nolaan. Il était loin d’être un grand lecteur, et pourtant cette citation avait réussi à le toucher. Au début, il l’avait simplement vu sans y prêter une grande attention. C’était une simple publicité et des publicités, il en voyait à tous les coins de rue chaque jour. Il avait ensuite fini par la relire plus attentivement dès qu’il repassait devant elle au cours de la même journée, pour finir par pouvoir la réciter les yeux fermés. Au fur et à mesure, elle s’était ancrée dans son esprit pour ne plus en déloger, et faire cogiter Nolaan sur le "pourquoi" elle l’obsédait tant. Ça aurait été une femme, il en aurait rapidement compris la raison. Il était un homme, une femme restait une femme. Mais il s’avérait que ce n’était pas le cas et à force de trop y penser, il commençait à avoir des migraines. Et si il détestait bien une chose depuis qu’il était petit, c’était bien de ne pas savoir. Il l’a trouvée jolie. Elle lui parlait. Il l’avait surement déjà entendue à l’école ou ailleurs. Elle lui correspondait. Ainsi, elle l’avait hantée pendant plusieurs semaines et soudainement, Nolaan avait trouvé la réponse à ses questions. Ce n’était pas tant la phrase qui l’obsédait, mais plus ce qu’elle évoquait en lui lorsqu’il se la récitait à lui-même. Un sentiment de bien être l’envahissait instantanément. La sensation d’être à la bonne place au bon moment. D’avoir fait les bonnes choses. Pris les bonnes décisions. Pour la première fois de sa vie, il prenait conscience qu’il se sentait réellement bien. La mort de sa mère n’était plus tant un poids depuis quelques mois. L’abandon de son père lui paraissait moins oppressant. Bientôt, il accueillerait un tout petit être dans sa vie et affronterait ses peurs les plus profondes. Il avait enfin une situation financière stable. Tant d’épreuves, tant de changements, et aussi tant de … souvenirs construit grâce au fruit de l’amour. Un amour qu’il partageait avec Colleen depuis plusieurs mois, et dont il ne voulait se défaire pour rien au monde. A côté d’elle, les autres femmes avaient commencé à lui paraitre obsolètes, et il savait au plus profond de lui que cela ne changerait très certainement jamais. Pourquoi ne pas alors sauter le pas toute de suite?

Tout un raisonnement qu’il l’avait mené à être sur cette plage ce soir, et à être le premier à sourire lorsqu’il avait eu la confirmation qu’il s’agissait bien de la main de Colleen contre son épaule. La soirée pouvait à présent débuter. Sans omettre de résistance, il s’était donc retourné pour répondre au baiser que la jeune femme lui donnait avec beaucoup de tendresse. Le regard plongé dans le sien, il passa ses bras autour de ses hanches avant d’esquisser un petit sourire ravi à la commissure de ses lèvres. « - C’était parce que je voulais être sûr de te voir sourire lorsque je te verrais. On peut dire que j’ai réussi mon coup au moins, et je suis content aussi de te voir. » Et content était un faible mot par rapport à tous les autres adjectifs qu’il aurait pu choisir parmi la langue française. Il était rassuré, heureux, épanoui, fier, chanceux, comblé, enchanté, joyeux, privilégié. Colleen était dans ses bras, et non dans les bras d’une autre personne. Elle attendait son enfant, et non l’enfant d’un autre. Elle l’aimait lui, et non un autre. Il avait fait son petit bout de chemin dans sa vie, et il en était fier. Tellement fier qu’il n’avait pas envie de perdre la place qu’il occupait dans son cœur, et il était prêt à entretenir la flamme de leur amour aussi longtemps qu’il le faudrait. On lui aurait demandé d’exprimer ce sentiment, il aurait choisi de l’exprimer à travers une citation de Henry David Thoreau, qui disait « C’est un peu de poussière d’étoile, c’est un morceau d’arc-en-ciel que j’ai attrapé. » Quelque chose de rare. Quelque chose d’unique. Quelque chose qu’était Colleen à ses yeux. Quelque chose dont il ne désirait se séparer pour rien au monde. « - C’est pas grave, tu es très belle même sans maquillage mon amour. Cette robe te va à ravir d’ailleurs. Tu veux que je te pince pour que tu sois certaine que je suis devant toi ou ça va aller ? » Un rire s’était automatiquement emparé de ses lèvres, constatant avec plaisir que Colleen était tout aussi contente que lui de le voir. « - C’est parce que c’est une soirée un peu spéciale ce soir. On se voit pas beaucoup en ce moment, et j’ai pas envie que tu penses que je ne t’aime plus ou que je vais bientôt t’abandonner, même si tes hormones me font un peu flipper parfois. C’est une façon de se retrouver dans un climat nouveau, apaisé, ou tu redeviens mon petit amour de femme, et pas seulement la maman de notre enfant. » Déposant un énième baiser sur ses lèvres, il se pencha pour embrasser son ventre de plus en plus rebondi au fil de l’avancé de sa grossesse. « - Mon petit amour, tu m’as manqué aussi. Je t’oublie pas mais ce soir, je m’occupe uniquement de notre petite maman. »

De cette manière, il invita Colleen à s’asseoir à la table en reculant sa chaise. Ce n’était pas leur premier rendez-vous, mais ça ne l’empêchait pas pour autant d’être galant avec elle. Avant d’aller s’asseoir face à elle, il déposa un baiser chaud et plein d’amour dans son cou. « - J’espère que tu as faim. » Il prit place face à elle, puis prit l’initiative de lui servir un cocktail sans alcool qu’il allait partager avec elle. Par esprit de solidarité, il avait décidé qu’il ne boirait pas d’alcool non plus ce soir, toutefois ce ne serait pas un gros soucis. Peu importe la boisson. Peu importe le repas. Peu importe le lieu. Peu importe le moment. Il sentait que ce soir allait être une bonne soirée, et il était heureux que Colleen ait fait le déplacement sans se poser de questions. Il leva ainsi son verre en sa direction, et esquissa un grand sourire sur ses lèvres. « - À nous mon amour, je t’aime. Et… tu m’as énormément manqué aussi ces dernières semaines. C’est pour ça que j’ai encore une surprise pour toi. » Il but une gorgée de sa boisson, avant de reposer son verre et de lancer un regard de défis à la blondinette.  « - Peut être pas la dernière de la soirée en plus de ça. » Toujours mystérieux, il adorait brouiller les pistes sur le réel but de cette soirée. Il ne voulait pas que Colleen se doute de quoi que soit, pour lui laisser l’effet de surprise. « - Je ne te dis pas ce que tu dois chercher, mais elle se trouve autour de cette table. Et je crois qu’elle va te ravir, enfin j’espère. » En effet, Nolaan avait dissimulé une petite enveloppe dans le revers de sa veste de costume, une enveloppe qui contenait un petit billet à l’attention de Colleen. Un billet qui mentionnait :

Mer de Tasman ou Mer de Corail ?
Et contrairement aux apparences, Nolaan n’avait pas peur que Colleen découvre un petit coffret en écrin dans sa poche, puisqu’il ne l’avait pas encore sur lui pour le moment.


• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48492
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Mar 2 Juil - 22:26


Ravie, heureuse, sur un petit nuage. Aucun mot n’était assez précis, exact et même puissant pour décrire ce qu’elle ressentait à cet instant précis face à Nolaan. Elle avait l’impression depuis quelques jours qu’elle le perdait de vue de plus en plus et puis finalement, elle comprenait que ses absences à répétition c’était pour mieux se retrouver, rien que tous les deux sans que le patron de Nolaan ou un ami ne viennent les interrompre dans leur soirée. Elle ne le lâchait plus du regard depuis qu’elle avait aperçu sa silhouette, comme s’il n’était qu’un mirage qu’elle ne voulait absolument pas perdre. Si c’était une illusion, un mauvais tour de son esprit, ce soir elle préférait rester dans ce mensonge, dans cette utopie pour rester avec lui plutôt que de se manger la vérité en face et constater sa douloureuse absence. C’était pour le moment un véritable rêve, tout était tellement parfait, tellement travaillé, qu’elle avait du mal à réaliser que rien ne les séparerait ce soir. Rien ni personne, pas même sa grossesse malgré la présence d’un ventre déjà bien formé sans être trop imposant pour autant. Son regard dans le sien, l’émotion était présente, sûrement accentuée par les hormones, mais son sourire ne trompait personne : elle était heureuse d’être là, en sa présence, point final. Elle oubliait vite les soirées toute seule, les nuits à l’attendre et à s’endormir d’épuisement, les sms de désillusions quand elle apprenait qu’elle ne dînerait pas avec lui et quelques fois les pleurs quand elle se sentait abandonnée. Tout cela, ça s’était envolé au profit d’un sourire franc, massif, qu’elle n’arrivait même pas décrocher de son visage. « C’est même plus que réussi comme coup, t’as bien caché ton jeu. » Elle qui pensait qu’elle passerait la soirée entourée d’amis tout en pensant à lui, tout compte fait elle allait passer la soirée avec lui en s’imaginant parfois ce que la soirée sans lui aurait pu donner. Elle aurait probablement sourit toute la soirée, discuté parfois, mais elle aurait surtout écouté tout en étant dans la lune, totalement ailleurs. Finalement, ce soir, elle serait concentrée sur la soirée, comptant bien profiter de chaque instant avec lui, parce que malgré son sourire, elle sait très bien que le lendemain Nolaan doit aller travailler. Mais pour le moment, elle n’y pensait pas, ou tentait de ne pas y penser, déterminée à ne penser à rien d’autre sauf à eux.

Un léger rire passait le seuil de ses lèvres alors qu’elle essuyait avec délicatesse le dessous de ses yeux pour ne pas trop abîmée son maquillage. « Belle sans maquillage peut-être, mais certainement pas si je ressemble à un panda. » Le souci de toutes les filles se mettant du crayon noir et/ou du mascara : que ce dernier coule et entoure l’œil pour faire des yeux de panda ou comme un œil au beurre noir, ce qui est loin d’être élégant et surtout de mettre la femme en valeur. Tendrement elle ne pouvait s’empêcher de retrouver les lèvres de Nolaan un petit instant avant de murmurer contre ses dernières. « Merci mon chéri, mais c’est grâce à toi sinon je l’aurais jamais eu sur le dos cette robe. Et non, ça va aller, je préfère t’embrasser pour m’assurer que tu es bien là, c’est plus agréable que de se faire pincer quand même. » C’est d’ailleurs dans cet état d’esprit qu’elle répondait à son tour à son baiser avant de le laisser embrasser son ventre. D’habitude elle aurait soulevé son t-shirt, mais étant en robe ce soir, bébé se contentera d’un contact interposé avec sa robe. Caressant son ventre après le baiser, comme pour le diffuser un peu partout, elle souriant tendrement allant s’assoir sur la chaise qu’il avait tiré pour elle. « Oui j’ai faim, très faim. Je mange comme deux et pour deux depuis quelques temps déjà. » Un sourire, un frisson et dans son esprit, ça serait la dernière référence qu’elle ferait ce soir à leur enfant, consacrant exclusivement la soirée à leur couple. A présent au plus près de la table, elle en profitait pour l’observer. Chaque détail semblait être à sa place, à un endroit précis, préalablement réfléchi. C’était une attention qui lui faisait vraiment plaisir, qui rendait cette soirée plus magique qu’elle ne l’est déjà à la base. Saisissant son verre une fois que Nolaan eu fini de le remplir, elle le faisait tinter avec celui de son petit-ami. « Je t’aime aussi mon chéri, à nous, à notre avenir ensemble, à tout tant que c’est fait à deux et surtout ensemble. » Et pourtant, malgré le fait qu’elle venait de trinquer avec lui, elle ne buvait pas de suite. Une nouvelle fois Nolaan avait piqué sa curiosité.

« Gentil, élégant, étonnant, beau et en plus plein de surprise ? J’ai la chance d’avoir l’homme parfait à mes côtés. Quand je vais raconter ça à mes copines, elles vont être jalouses… quoi que je vais peut-être pas leur raconter, je ne voudrais pas qu’elles essaient de te kidnapper. » Elle plaisantais, certes, mais elle ne pouvait pas s’empêcher de réfléchir à ce qu’il avait préparé une nouvelle fois. Souriant malicieusement, elle rajoutait à son discours. « Tu m’as déjà donné un indice, c’est déjà pas mal. Donc je cherche quelque chose dont l’article est féminin. » Nolaan avait effectivement employé elle pour désigner la surprise en question. Cherchant en détail sur la table, elle souriait tout d’abord en apercevant une petite orchidée, sa fleur préférée. « C’est elle la surprise ? » Et malgré qu’elle n’ait pas sa réponse, elle grimaçait un instant. « Non, c’est pas ça. Elle est jolie mais c’est trop évident. » Buvant une gorgée de sa boisson, comme si cette dernière l’aiderait à résoudre l’énigme, elle balayait la table du regard. Suspicieuse, elle se levait un instant pour s’accroupir et regarder sous la table, on sait jamais après tout, elle le connait le moineau, il en serait capable. Se relevant, toujours avec son regard curieux et en pleine réflexion, elle tournait son regard vers Nolaan, un sourire suspendu aux lèvres, comme si une illumination venait de lui traverser l’esprit. « Han t’es un malin toi, je sais où elle est. » Sans plus attendre, elle se dirigeait vers lui, tâtant sans gêne son torse. « J’adore cette soirée. » Se marrant, elle sous-entendait par la même occasion que ce qu’elle adorerait c’était avoir l’occasion de le tripoter. C’est alors que son regard s’illuminait quand sous sa main, un bruit de papier se faisant entendre. Ouvrant délicatement la veste de costard de Nolaan, un sourire malicieux s’affichait sur ses lèvres. « Te voilà petite coquine. » L’attrapant, elle retournait à sa place pour ouvrir lentement l’enveloppe. Elle était curieuse certes, mais elle aimait se donner des petits suspens de ce genre. Quand elle sortait le papier, un choix se présentait à elle. Un choix qui l’a faisait évidemment sourire, puisque ce soit l’une ou l’autre, elle aimait la mer. « Si je dois te répondre maintenant je dirais sans hésiter la mer de corail, c’est celle qui me parle le plus en tout cas. Et si je devais répondre plus tard et bien, t’as déjà la réponse. » Un nouveau rire s’échappait de ses lèvres. Oui, elle voyait dans ce nom une mer bleue, des poissons colorés, des kilomètres de magnifiques coraux. Elle avait peut-être tort, mais rien que l’image lui plaisait. Mais cela dit, une question restait en suspens. « Je peux savoir pourquoi j’ai dû faire un choix ou c’est top secret ? » Souriante, elle souhaitait avoir une réponse, mais connaissant assez Nolaan, elle était presque persuadée qu’il allait entretenir le mystère quitte à ce que Colleen lui tire les vers du nez… ou essaie de le faire en tout cas.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38337
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Jeu 25 Juil - 20:12


Not really sure how to feel about it, Something in the way you move, Makes me feel like I can't live without you, It takes me all the way, I want you to stay
Face à Colleen, cette jolie blonde au regard ravageur, Nolaan se sentait en confiance. Il était en total adéquation avec sa personnalité. Il n’avait pas peur de ne rien avoir à lui dire. Il n’avait pas besoin d’être quelqu’un d’autre. Il ne ressentait pas le besoin animalier de l’embarquer sans plus attendre à l’arrière d’une voiture, ou dans son lit pour assouvir un désir momentané. Son sourire lui suffisait simplement à être heureux. Ainsi, plus les jours s’écoulaient, et plus il se rendait compte de la chance qu’il avait d’avoir Colleen à ses côtés. Intérieurement, malgré la « bonne cause » de ses faits et gestes pour organiser cette soirée, il s’en voulait de l’avoir laissée plusieurs nuits sans nouvelles, seule, indécise. Il entendait déjà sa mère lui expliquait que ce n’était pas une manière de traiter une gentille demoiselle. Une pensée qui le fit d’ailleurs sourire. Si elle avait besoin de quelqu’un à un moment dans sa vie, c’était bien maintenant. Certes la foudre ne frappait jamais deux fois au même endroit, mais on ne savait jamais à l’avance ce que le destin nous réservait. Une soirée simple sans prise de tête l’aurait autant séduit comparé à tous les artifices qu’il avait mis en place pour elle ce soir. Néanmoins Nolaan ressentait toujours le besoin de donner à Colleen ce qu’il y avait de plus beau. Il voulait marquer son esprit. Il souhaitait être celui dont elle se rappellerait toute sa vie. Il  avait envie qu’elle lui reparle de cette soirée lorsqu’elle perdrait ses dents à ses côtés. Ce serait une manière pour lui de se sentir fier de s’être laissé entrainer de cette manière dans le tourbillon de l’amour, lui qui répétait si souvent que ça ne lui arriverait jamais. Qu’il ne se laisserait jamais duper. Qu’il ne ferait jamais passer une femme avant ses amis. Finalement, l’amour avait eu raison de lui, et aujourd’hui, Colleen comptait plus que n’importe qui à ses yeux. Sa meilleure amie était devenue son petit coup de foudre ainsi que son pire cauchemar.

Plongeant son regard dans le sien, il pencha légèrement la tête sur le côté en souriant bêtement. Si Matt avait pu le voir sur le moment, il était persuadé qu’il se serait foutu de lui. « - Tu crois que j’ai le droit de t’attacher à moi pour la vie ? » Une plaisanterie de son niveau qui eut le mérite de le faire rire avant que ce dernier ne trempe ses lèvres dans le liquide jaunâtre qui résidait dans son verre.  Puis il le reposa sur la table tout en écoutant Colleen. « - Donne-moi leurs numéros si tu préfères, j’irais les voir et elles ne me kidnapperont pas comme ça. Problème résolu… C’est vrai d’ailleurs, tu me trouves élégant ? » Non, il n’avait pas peur que Colleen le prenne mal puisqu’il savait pertinemment qu’elle savait qu’il ne faisait ça que pour l’embêter. La voir piquer un fard, ou bien s’énerver légèrement lui faisait toujours étrangement autant plaisir. C’était la preuve à ses yeux qu’elle tenait à lui, et c’était toujours aussi un très bon moyen pour la faire réagir. Toujours le sourire aux lèvres, il la regardait alors s’affairer autour de la table pour dévoiler le mystère qu’il venait de mettre en place. Lorsqu’elle désigna l’orchidée posée sur la table, il secoua doucement la tête. « - Non, ce n’est pas ça, ce n’est pas une surprise si elle est devant tes yeux, andouille. » Il tapa dans ses mains suite à sa réflexion, et il continua de se délecter du spectacle qui se jouait sous ses yeux. Il trouvait Colleen tellement mignonne que s’il avait pu l’encadrer dans un petit cadre sur le moment, il l’aurait fait avec grand plaisir. Elle était douce. Elle était fraîche. Elle était pétillante. Tous des adjectifs qui la qualifiaient et qu’il aimait chez elle, parce qu’il savait qu’il était impossible pour lui de s’ennuyer lorsqu’elle était avec lui. « - Je plaide coupable, tu me manques. » Il leva ses bras en l’air, comme pris les mains dans le sac, et il la laissa récupérer l’enveloppe sans pour autant quitter son regard. «  - T’es pas la seule à l’aimer dans ce cas. »

Faible, il ne pouvait nier que le geste que Colleen venait d’avoir envers lui ne l’avait pas laissé indifférent. Mais il ne se laissa pas déstabiliser pour autant, et il laissa Colleen ouvrir l’enveloppe avec soin. « - D’accord, merci pour ta réponse. » Et tout comme il s’y attendait, Colleen ne tarda pas à lui demander la raison de ce choix. « - Comme ça, pour apprendre à mieux te connaître. C’est genre le portait chinois mais en mieux tu vois, version Nolaan Stinson quoi. » Il lui adressa un clin d’œil avant de rire à cœur joie. Non ce n’était pas vraiment la raison de sa demande, mais il adorait faire tourner Colleen en bourrique. Et si quelqu’un savait mieux le faire que quiconque c’était bien lui. Peut-être que le petit bout qui grandissait dans son ventre deviendrait un vrai concurrent, mais pour l’instant, il était le seul et l’unique, alors il en profitait. «  - T’as envie que ce soit top secret toi ? » Son regard était devenu plus malicieux, alors que le serveur venait leur servir leur entrée. « - Mademoiselle. » Il dépose une serviette à sa gauche avant de déposer une assiette sur laquelle reposait une verrine.  Il fit de même avec Nolaan, puis il se dressa face à eux. « - Verrine de saumon, agrémenté d’une chantilly ferme et fondante, et de quelques crevettes. » Ce n’était pas une surprise pour Nolaan qui avait lui-même choisi le menu, mais il adorait ce côté très théâtrale digne du plus grand restaurant. Ce soir, il était le chef, et c’était lui qui décidait. Le serveur se retira après un bon appétit, et Nolaan se retrouva seul face à Colleen. «  - Je te laisse goûter la première. »

Faisant tomber sa serviette sans grande maladresse sur le sol, il se pencha pour la ramasser et la reposer sur la table. Il la secoua légèrement mais comme rien ne tombait de cette dernière, il partit alors dans un éclat de rire que lui seul comprenait. «  - Ton père m’a pas assez bien appris ce tour de magie, c’est nul ! » Il ramassa la clé qu’il aurait dû faire sortir de sa serviette, et il la posa sur la table. « - Alors tu veux savoir ou je te le dis seulement demain matin ? Très jolies chaussures au passage. »

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48492
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Ven 16 Aoû - 21:13


Si on lui avait dit que ce petit homme qui était venu la défendre dans un bac à sable serait là ce soir, elle ne l’aurait pas cru. Si on lui avait dit que celui qu’elle voyait comme son meilleur ami serait son petit-ami à l’heure d’aujourd’hui, elle ne l’aurait pas cru. Si on lui avait dit que celui qui adorait la taquiner toute son adolescence et avec qui elle faisait les quatre-cents coups serait le père de son enfant, elle ne l’aurait pas cru. Et pourtant toutes ces vérités pouvaient se vérifier facilement aujourd’hui. Ce n’était pas la vie qu’elle s’était imaginée, et pourtant c’est dans celle-ci qu’elle se sentait le plus heureuse. Même avec Mickaël, elle ne se sentait pas aussi bien. C’était peut-être facile de dire cela maintenant mais il était difficile pour Colleen d’admettre qu’elle s’était fourvoyée dans une relation qui ne lui correspondait finalement pas. Elle était trop standardisée, loin de la personnalité de Colleen. On la connaissait minutieuse, maniaque sur certaines choses comme le ménage, mais jamais on avait dit d’elle qu’elle était prévisible, qu’elle prévoyait tout à l’avance, loin de là. Aujourd’hui elle adorait sa vie pleine de surprises, beaucoup plus que celle qu’elle avait avec son ex-fiancé où tout était programmé et où les dérèglements n’étaient pas admis. Preuve est que la perte de leur enfant, qui n’était évidemment pas au programme à la base, avait fissurée leur relation à l’apparence si solide. Elle ne regrettait pas d’avoir vécu cet amour, elle l’avait sincèrement aimé mais si elle devait comparer cette relation avec celle qu’elle entretient aujourd’hui avec Nolaan, nul doute que malgré les hauts et les bas qu’ils ont vécus, elle préfère sa relation avec Nolaan. Plus fusionnelle, plus en adéquation avec sa personnalité, elle se sentait mieux, plus elle-même à ses côtés. Elle ne se sentait pas oppressée pour faire les choses bien, pour faire les choses comme la société voudrait qu’on les fasse. Elle en était d’ailleurs très reconnaissante que Nolaan la laisse faire ces choses à son rythme et à la manière qu’elle souhaite. Ils savent s’écouter, même si parfois celle passe par une engueulade aux proportions démesurées. Ils savent se parler quand quelque chose ne va pas et bien qu’au début cela paraissait difficile, ce passage était nécessaire pour la vie de couple plus paisible qu’ils ont aujourd’hui.

C’était donc avec un plaisir non dissimulé qu’elle était là ce soir, à ses côtés, à s’attendre absolument à tout. Elle connaissait Nolaan depuis de nombreuses années, assez pour savoir que sa petite mise en scène promettait de grandes choses pour la suite. Elle ne savait pas à quoi s’attendre, tout était absolument possible avec lui, mais peu importe si c’était une simple soirée retrouvailles ce soir ou une soirée spéciale, elle était simplement heureuse d’être avec lui après ses nombreuses journées et nuits d’absence. Hochant doucement la tête, elle ne pouvait s’empêcher de rire. « Evidemment que tu peux m’attacher à toi toute ta vie. Tu en as même le devoir, à condition que ce soit un lien affectif, parce que physique, ça ne va pas être évidemment pour vivre avec. » Mais son sourire se transformait bien vite en fronçant de sourcils, comme si cette dernière était fâchée, ce qui n’était évidemment pas le cas puisqu’elle savait que Nolaan plaisantait. « Je ne crois pas non, tu peux toujours courir pour que je t’autorise à aller les voir tout seul, c’est trop suspect comme plan. » Riant doucement elle finissait tout de même par répondre à sa question. « Et évidemment que je te trouve élégant, ce costard te va vraiment comme un gant. » Mais bien vite elle oubliait cette plaisanterie, bien trop prise par la recherche qu’elle faisait, et elle ne pouvait pas s’empêcher de rire aux réflexions de Nolaan qui lui renvoyait la pareille lorsqu’elle osait dire qu’elle adorait cette soirée alors qu’elle ne se gênait pas pour le tripoter. Retournant à sa place, elle ne pouvait pas nier que le regard de Nolaan la troublait quelque peu, mais heureusement, dans le bon sens du terme. Il venait de dire qu’elle lui manquait, et si seulement il savait à quel point cela pouvait être réciproque. Rien qu’à l’idée de le sentir proche d’elle, d’avoir ses mains contre sa peau, ses baisers dans son cou, elle en frémissait d’avance.

Mais Nolaan venait de piquer sérieusement sa curiosité avec une question : voulait-elle que cela reste top secret ou non ? Une question qui tournait et se retournait encore et encore dans sa tête. En clair, voulait-elle gâcher une surprise ? Dans un sens sa curiosité maladive voulait savoir, comme si elle voulait tout contrôler, tout connaitre, et dans l’autre sens, son côté un peu foufou et spontané s’en moquait et préférait le côté surprise. Indécise, comme à son habitude, elle n’eut pas vraiment le temps de répondre à la question que le serveur lui présentait le premier plat qui, rien qu’à son évocation, lui donnait l’eau à la bouche. « Wouah, cette assiette est très jolie mais en plus elle m’a l’air plus qu’appétissante. Merci. » Evidemment elle remerciait le serveur, alors que son regard revint vers Nolaan. « Et pour répondre à ta question, j’ai envie que ça reste une surprise, soyons dingue. Je suis prête à être dépendante de ta folie douce ce soir. » Certaines personnes auraient pu mal prendre ce que Colleen venait de dire, mais elle savait que Nolaan comprendrait que de sa part, être atteint de folie douce, était un compliment. Et c’est sur la recommandation de son petit-ami qu’elle goûtait au plat la première, ses papouilles s’affolant sous ce goût divin. « Sincèrement ? Empresses-toi de manger ta verrine avant que je te la pique, parce que non seulement j’ai faim, mais en plus c’est à la hauteur de la présentation : dé-li-cieux ! » Alors qu’elle dégustait miette par miette cette verrine exquise, elle se stoppait net quand Nolaan se mit à rire. Au début elle pensait qu’elle avait de la chantilly sur le nez ou que sa fascination pour le plat le faisait rire. Mais visiblement il y avait bien plus drôle que ça, et lorsqu’il évoquait son père et un tour de magie, ce fût encore pire, elle était totalement perdue.

Mais bien vite son sourire revint lorsque Nolaan se relevait et lui montrait une clé. « Tu sais que pendant un instant j’ai cru que tu devenais fou ? » Riant doucement, elle attrapait la clé et la faisait tourner entre ses doigts. « J’en sais trop rien maintenant, parce que mine de rien, demain matin c’est loin. Il y a pas moyen d’avancer un peu ? » Se marrant, comme à son habitude quand sa curiosité devient trop grande, elle tentait de négocier avec Nolaan. C’est d’ailleurs comme cela qu’elle se rendait compte qu’elle avait le dessus finalement. « Hum, mais attend. Maintenant que j’ai cette clé, je peux la garder. Donc soit tu respectes l’horaire que j’ai choisi pour me révéler ce qui va avec cette clé, soit je te la rends pas et ta surprise tombe totalement à l’eau. » Mesquine ? Un peu, mais il savait très bien qu’elle n’oserait jamais faire une chose pareille et que malgré qu’elle venait de mettre la clé dans son soutif, elle lui rendrait à un moment ou un autre, sûrement à la fin du repas d’ailleurs ou entre deux plats. Souriant doucement, elle n’oubliait pourtant pas de le remercier. « Merci pour les chaussures, je les ai choisi en fonction des sous-vêtements… pour lesquels je te remercie aussi d’ailleurs, ils sont vraiment superbes et pile à la bonne taille. » Ces dernières étaient donc rouges à l’instar des sous-vêtements que Nolaan lui avait offert et qu’elle portait présentement. Terminant sa verrine d’un coup de cuillère à pot, elle attendait alors la suite avec impatience… aussi bien du repas que de leur conversation.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38337
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Jeu 22 Aoû - 21:23


Not really sure how to feel about it, Something in the way you move, Makes me feel like I can't live without you, It takes me all the way, I want you to stay
La surprendre.
Toujours un peu plus.
Lui faire découvrir une nouvelle facette de sa personnalité pour atteindre le bonheur, l’extase, l’utopie. Une pointe de folie, mélangé à quelques pincées d’imagination, et une petite touche d’improvisation. Là était la recette du bonheur selon Nolaan. Il n’avait pas besoin d’argent, pas besoin de superflu. Il avait seulement besoin d’un peu de relations et d’une bonne collaboration. Il savait où il allait, et il savait comment il souhaitait parvenir à son but. Il ne reniait alors pas l’aide que certaines personnes avaient pu lui apporter, et sans qui cette soirée n’aurait pas pu avoir lieu. Il ne manquerait surement pas de leur envoyer une petite carte de remerciement si comme il l’espérait Colleen prononçait les mots qu’il souhaitait entendre depuis des jours à l’issue de cette dernière. Néanmoins, il restait persuadé d’être le seul maître à bord de son destin ce soir, peu importe le solde de son compte en banque, peu importe ses relations. Il avait le vent en poupe, et un peu sur le modèle d’un beau et jeune Jack Dawson,  Nolaan était prêt à se mouiller pour garder auprès de lui la seule et unique femme qui avait toujours compté à ses yeux. Il avait laissé passer sa chance une fois, et il n’était pas prêt à refaire une deuxième fois la même erreur. Désormais, il acclamait haut et fort ce qu’il ressentait pour la demoiselle. Il prenait sa vie en main, et il ne voulait plus avoir de regrets.

Suite aux conseils de Colleen, il dégusta à son tour sa verrine. Papilles en émoi, un feu d’artifice se jouait actuellement sur sa langue. Très bon choix. Une pensée de fierté qui lui traversa l’esprit tandis qu’il repensait à l’autre entrée qu’on lui avait proposé. Définitivement face aux œufs mayonnaises, le saumon était sorti fièrement vainqueur de cette épreuve. «- Non mais écoute là celle-là, tes parents t’ont jamais appris à te concentrer uniquement sur ton assiette ? » Il esquissa un sourire à la commissure de ses lèvres, alors qu’il s’empressait de reprendre une bouchée de ce petit paradis gustatif. Une bouchée qu’il apprécia d’autant plus en fermant instinctivement les yeux un quart de seconde. « - Faut que tu apprennes à faire ça mon amour, c’est paradisiaque. Une seconde de plus, et j’aurais pu me croire sur une île déserte avec l’océan à perte de vue. Il faudra qu’on félicite le chef, c’est vraiment délicieux. » Un on qui s’était glissé dans ses paroles très naturellement. Il réfléchissait maintenant comme un couple, bien qu’il restait encore égoïste sur de nombreux points. Mais il avait désormais l’habitude de penser pour deux. Quand il allait au supermarché seul, il ne prenait plus un dessert, mais deux. Lorsqu’il allait dans un bar, il commandait toujours deux boissons au bar, ça ne changeait pas, toutefois, la deuxième allait toujours à l’attention de la même personne. Lorsqu’il regardait un film, il ne pensait plus seulement qu’à ses goûts mais aussi à ceux de sa petite amie. Lorsqu’il allait aux toilettes, et même si l’image était peu glamour, il rabattait toujours la lunette en pensant à l’esprit maniaco-dépressive de sa compagne. Des attentions certes anodines, mais des attentions qui prouvaient bien qu’il n’était plus un homme célibataire à présent. « - J’espère que ça a réveillé tes papilles en tout cas, parce que le prochain plat, tu vas devoir deviner de quoi il s’agit avant d’avoir le droit de le manger… » En effet, Nolaan venait de sortir un petit foulard noir de sa poche en abordant un sourire fier. « - … ou bien alors, il est destiné pour un autre usage, qui sait… ou pour les deux. »

Sa curiosité, il la connaissait sur le bout des doigts, et il s’amusait à la titiller ce soir avec un plaisir non dissimulé. Même si elle ne comprenait pas toujours l’issue de ses actions pour le moment, il savait que bientôt tout serait bien plus clair pour elle. Que toute cette mise en scène en valait la chandelle. On pouvait sans nul doute lire l’excitation sur son visage, et dans sa manière de se tenir à table. Il était tout simplement pressé de pouvoir révéler à Colleen les raisons de cette soirée, et pouvoir partager son avis. « - T’imagines, je suis peut être sénile, et tu ne le sais même pas. » Il laissa échapper un rire joyeux, avant de lui tirer la langue, suivi par un petit air de défi. « - Mais si ma surprise tombe totalement à l’eau, tu ne sauras jamais de quoi il en ressort. Et toute ta vie, tu vas te demander à quoi elle peut bien servir cette petite clé sans jamais le découvrir, c’est assez dur comme tourment l’ignorance. Tu veux vraiment tester ? Je serais une tombe, tu ne pourras jamais me faire parler, je le jure. » Il termina son entrée sur ses mots, et il héla le serveur pour qu’il vienne récupérer leur assiette et qu’il se prépare à venir leur servir le plat principal. Il se leva ensuite pour venir se placer derrière Coco, et il ajusta le foulard avec soin avant de lui poser sur les yeux, et de le nouer derrière le crâne. « - Tu me le dis si c’est trop serré. » D’un signe de tête, il remercia le serveur d’être venu leur rapporter le plat principal avant de se pencher à l’oreille de la jeune femme pour murmurer quelques paroles. « - Tu perds cette clé, je te tue, on est d’accord ? »

Il se redressa ensuite après avoir déposé un baiser à la naissance du cou de Colleen. « - Je vais te faire goûter le plat maintenant, tiens-toi prête. » Devant eux, deux assiettes étaient fièrement dressées, contenant chacune d’entre elles deux plats différents. L’une contenait une paella, l’autre un filet de merlan accompagné d’une sauce au citron et d’un peu de riz. Des mets très différents, mais pourtant tout aussi raffinés l’un que l’autre. Pourtant Nolaan ne piocha pas directement dans l’une des assiettes, il préféra d’abord se pencher afin de déposer un baiser sur les lèvres de Colleen puis de s’en éloigner. « - Alors verdict? » Riant légèrement, il recommença cette action plusieurs fois de suite, avant de redevenir sérieux un instant, et de présenter à la demoiselle une bouchée de merlan sur une fourchette en argent massif. « - T’as le droit de goûter trois fois avant de donner ton idée sur ce que contient ton assiette. » Peu importait au final que Colleen donne la réponse juste ou non, puisque Nolaan inverserait son assiette avec celle de paella lorsqu’elle retirerait son bandeau. Il restait toujours une saloperie doublé d’une âme de gamin trop gâté au fond.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48492
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    Dim 25 Aoû - 13:18


Amourachée, amoureuse, mordue, fervente, passionnée. Elle passait par des milliards de sentiments pour son petit-ami, mais tous se tournaient vers l’amour. Elle qui, autrefois, n’était pas ce genre de fille à afficher son amour au grand jour et en public, aujourd’hui la voilà qui voulait le crier sous tous les toits. Cette discrétion était peut-être la faille dans la relation qu’elle avait eue avec Mickaël. Elle était amoureuse de Nolaan, éperdument. Elle ne voulait pas le cacher, mais si elle l’avait voulu, elle n’aura pas pu. Tout son corps hurlait d’amour pour lui, ses pores transpiraient de passion à son écart, son cœur s’emballait à sa vue, son regard le dévorait littéralement à toute heure de la journée. C’était son homme, et elle n’était pas prête de le lâcher, loin de là. Elle avait fait l’erreur de taire ses sentiments lorsqu’elle était jeune, aujourd’hui elle voulait que tout le monde sache à quel point elle peut tenir à lui. Et pourtant, si on lui demandait, elle ne serait capable de définir ce point de non-retour. A quel point l’aimait-elle ? Jusqu’où cet amour allait-il ? Etait-elle seulement capable de fixer une limite ? Elle se savait en amour, mais elle ne savait pas mettre des mots pour le limiter, tout simplement parce que c’était impossible. L’amour n’est pas dénombrable, il est incontrôlé et de toute façon incontrôlable. Tout ce qu’elle pouvait affirmer, c’est qu’aucune partie d’elle-même ne le détestait, elle l’aimait dans son entièreté et que chaque jour cet amour était toujours plus gros, toujours plus imposant, toujours plus fort, encore plus incontrôlable.

Riant doucement, elle regardait sa réaction. Visiblement le saumon avait aussi fait son petit bonheur éphémère du moment. « Si, ils me l’ont répété tant de fois. Mais j’y peux rien si je suis gourmande et que cette assiette est délicieuse. » Gourmande, c’était certain. Et encore plus aujourd’hui maintenant qu’elle mangeait pour deux. Cornichons, crevettes, tartines, chocolat, bonbons, gâteaux, chips tout y passait. Elle pouvait manger tout et n’importe quoi à n’importe quelle heure. Mais soucieuse de rester belle pour son homme, elle avait tendance à se restreindre tout de même. Et puis dans un sens, ce n’est pas plus mal, parce qu’elle restait belle pour Nolaan mais elle serait aussi reconnaissante envers elle-même de ne pas avoir trop pris de kilos pendant sa grossesse quand le bébé sera là et qu’elle devra perdre les kilos superflus. Souriant tendrement, il l’a faisait presque rêver avant qu’elle ne se mette à rire. « On est pas sur une île déserte mais l’océan a perte de vue, tu l’as, c’est déjà ça. » Parce que oui, il ne fallait pas oublier qu’ils dinaient sur une plage, sur leur plage. Quand on y pense, ils avaient fait beaucoup de choses sur cette plage. Ils avaient ri, pleuré parfois, aimé souvent. Tout ce qu’il manquait c’était de faire l’amour en plein air, mais il fallait avouer qu’avec la grossesse de Colleen, ce n’était pour le moment pas une chose vraiment envisageable. Mais bien vite Nolaan la sortait de ses souvenirs heureux, piquant une nouvelle fois sa curiosité à vif. Décidément, il avait le don ce soir de la rendre plus que curieuse. Il venait d’affirmer que le prochain plat, elle allait devoir le deviner. « Et comment je fais pour deviner si j’ai pas le droit de le manger ? » Jouer sur les mots, c’était tout à fait le genre de la jeune femme, et c’est ce qu’elle faisait une nouvelle fois. Depuis qu’ils étaient gamins déjà, elle aimait le taquiner de la sorte en jouant sur les mots ou sur de simples détails. Nombreuses ont étaient les fois où il lui a dit d’arrêter, mais nombreuses sont aussi celles où il s’en est amusé. C’est ce qui lui plaisait chez Nolaan, cette faculté de trouver quelque chose drôle alors que c’est censé l’énerver à la base.

Fronçant le nez, l’air de défi et surtout le défi en lui-même ne lui plaisait pas du tout. C’était officiel, elle allait lui rendre sa clé en temps voulu sans faire d’histoire, parce que Nolaan n’avait pas tort, vivre avec l’ignorance c’est insupportable, surtout lorsqu’on s’appelle Colleen O’Donnell. « C’est nul de jouer sur ma curiosité franchement pfff, je vais te la rendre ta clé, quand tu me la demandera, c’est promis. » Riant doucement elle lui lançait un petit regard coquin. « Ou je vais te laisser aller la cherche, au choix. » Sur ces mots, elle se redressait et le laissait nouer le foulard qu’il venait de sortir de sa poche. Au fond, Colleen avait gardé son âme d’enfant, et ce petit jeu lui plaisait, bien qu’il l’a stressait un petit peu. Après tout, elle le connait son Nolaan, il est capable de tout et surtout des pires bêtises. Il serait donc capable de lui faire goûter quelque chose de tout à fait immonde. « Non ça va, j’aime quand c’est serré, coquin. » Sadomasochiste ? Non, juste en plein délire qui l’amuse profondément. Faut dire que de s’imaginer la tête du serveur quand elle a dit ça, ça la faisait beaucoup rire. Même la possible tête de Nolaan d’ailleurs. Frissonnant sous son baiser, elle se tenait toujours droite, histoire de ne pas se tâcher avec ce que Nolaan allait lui présenter, ne connaissant pas la teneur du plat. Bêtement elle avait entrouvert sa bouche, s’attendant à ce que le métal d’une fourchette vienne se poser sur sa langue. Quelle fut sa surprise lorsqu’elle sentait les lèvres de Nolaan sur les siennes. Riant doucement, elle s’exclamait. « Hum... c’esr bon mais je sais pas trop ce que c’est, alors vu que j’ai le droit à trois fois… » Une belle façon de lui dire qu’elle souhaitait qu’il l’embrasse au moins deux fois encore. Et lorsqu’elle constatait qu’il l’embrassait bien plus de fois que cela, ses mains étaient venues prendre tendrement son visage pour prolonger l’un de ses baisers.

Lorsque Nolaan redevint sérieux, elle en fit de même. Avant que la bouchée n’arrive dans sa bouche, elle prit une grande inspiration et par conséquent, elle put sentir ce que la fourchette contenait, plus ou moins. « Ça sent le poisson en tout cas je trouve. » Ce qui se confirmait lorsqu’elle goûtait le plat. Mais cela dit, elle put sentir une autre texture, relativement étrange. Ses sourcils se froncèrent un peu et une jolie grimace se formait sur son visage. Le plat en soit était bon, nul doute, mais lorsque l’on a que le goût et la texture, le riz avec de la sauce possède une texture relativement pâteuse. « C’est bon mais la texture du truc qui accompagne le poisson est bizarre quand même. » Elle disait ce qu’il lui passait à l’esprit, et ce jeu l’amusait beaucoup. « Vas-y chéri, fait péter une autre bouchée. » Concentrée, prête, elle avalait la seconde bouchée que Nolaan lui présentait. Elle se marrait après l’avoir avaler, et elle réussissait à se dégoûter elle-même. « Les petits bouts on dirait de vers, miam. » C’est lorsqu’elle évoquait les vers, qu’elle pensait à toutes les nourritures possible qui pourrait s’y rapporter : haricots verts, pâtes, asperges… et là, ce fût l’illumination. « C’est du poisson avec du riz, du poisson avec du riz ! » Elle levait après les bras, telle une winneuse… oubliant que la table était là, sa main la frappait violemment. Par réflexe elle prenait sa main dans son autre main, mais elle se marrait tout de même de sa bêtise, ce qui prouvait qu’elle n’avait pas si mal que cela non plus. « Va falloir vite me retirer ce bandeau avant que je fasse une plus grosse bêtise. »

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  





MessageSujet: Re: N&C ৩ Not really sure how to feel about it.    
Revenir en haut Aller en bas
 
 

N&C ৩ Not really sure how to feel about it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Vos adresses à Sydney etvos toits :: Les villas et maisons-