par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Dim 4 Nov - 1:04


Oh mon dieu, douce pandore. J’étais simplement allongée dans mon canapé enfin le canapé du studio de Gianni. Le nôtre. C’était encore tellement nouveau pour moi. Etre avec lui, chez nous. Moi, la Pandorà qui n’était faite que pour s’occuper de sa petite sœur. J’inspirais doucement. Le temps était tellement long en ce moment : il me semblait long. Un congé obligé suite à des heures trop supplémentaire mais bon dieu comment m’occuper ? J’inspirais doucement en allant me redresser. J’étais seule ce soir mais je n’avais aucune idée de ce que je pourrais faire. Je regardais alors dans le coin ma guitare dans son étui. Je ne l’avais pas encore sortie depuis. Je soupirais doucement en baissant le regard vers le sol et finissant par me lever, courageuse comme jamais en allant vers la chambre. Cela faisait bizarre de passer d’une villa à un studio. Tout était plus petit même si cela suffisait pour deux. J’espérais que Lena faisait attention avec notre maison. Je soupirais en attrapant un pantalon slim en faux cuire et une blouse un peu rosée et magenta. Je les enfilais en arrangeant rapidement mes cheveux et mettant des escarpins avant de prendre une veste et allant chercher ma guitare tout en composant un message. « Hey la brunette, tu m’accompagnes pour une soirée ? Enfin j’y vais coute que coute. Tu vois ce petit bar en face de l’université ? Je t’y attends. », je souriais en envoyant le message et allant vers la sortie du studio. Descendant les escaliers sans tomber de mes talons et allant à la voiture pour mettre ma guitare dans le coffre et aller à mon siège avant de prendre la route, sereine. J’étais loin d’être une as du volant donc il fallait toujours que je le prenne bien sereine sinon je peux vous assurer que c’était prêt pour la catastrophe. J’inspirais doucement. J’allais alors le cœur léger ou presque en direction du bar. J’étais nouée car jouer de la musique était bien complexe pour moi car je n’avais plus vraiment jouée depuis la mort de maman sauf une ou deux fois seule, sans personne. Il n’y avait que Nina qui savait réellement que c’était vrai : je n’avais plus jouée et ça me paniquait. Gianni aussi mais Nina l’avait toujours sue. Cependant cela changeait. J’avais même repris le piano depuis quelques mois. De temps à autres, discrètement. Tout se faisait en cachette pour moi. J’étais une vraie cinglée. Et les cachoteries n’étaient pas présentes avec Gianni en fait : c’était rare que je lui cache des choses sauf quand ça le concernait de prés, très près comme la semaine dernière. Là, tout allait bien, rien d’autres, j’allais au bar en posant ma guitare à mes pieds et commandant alors un Manhattan sagement en souriant. Une fois qu’il me fut servir. Je sortis ma guitare et regardant la sorte de petite scène en soupirant. Je pensais à maman, oui. J’avais déjà été la voir chanter dans un bar : ce bar. Et je me souvenais encore de cette soirée. Je n’avais que 8 ans et pourtant : je m’en souviens encore. Je me souviens aussi de son parfum et de tout ce qui tourne autour d’elle. De son sourire… et punaise : arrêtes de penser à ce qui te touche. Je soupirais doucement en allant regarder autour de moi et la voyant alors entrer, je me dirigeais vers la scène en prenant la guitare et allant sur le tabouret pour poser le micro devant moi. Je me mis alors à commencer à chanter. Je riais nerveusement. « See the stone set in your eyes. See the thorn twist in your side. I wait for you ! Sleight of hand and twist of fate. On a bed of nails she makes me wait. And I wait without you. With or without you. With or without you. », je continuais alors à chanter sagement en me demandant si la surprise lui plairait car on devait bien avouer que c’était vraiment une surprise comme je n’avais jamais osée surmonter ma frayeur car c’était une chose que je partageais avec maman : la musique.

J’attendais que la chanson ne se termine pour sourire aux applaudissements et dire un timide merci. J’étais nerveuse oui, encore plus qu’en montant sur scène. Je devenais un peu blanche sur le coup de la pression qui retombait. Descendant avec ma guitare pour la regarder avant un fin sourire avant de retourner au bar tandis que le barman me tendit mon verre. « Merci ! », disais-je en lui souriant avant d’aller éteindre ma meilleure amie en souriant. Ne disant rien, ne disant même. Incapable de même les trouver, c’était stupide mais je me sentais encore un peu perdue. J’inspirais doucement avant de reculer pour prendre une gorgée de mon verre voir deux. Comment avais-je été ? Bon dieu, un juge car le public applaudi toujours. J’inspirais doucement en tournant la tête vers les affiches des personnes qui ont chantées ici et remarquant la photo de maman qui n’était certainement pas la chanteuse la plus célèbre mais qui avait quand même son petit nom à Sydney. Je baissais le regard en ayant aperçue ses grands yeux bruns et ses cheveux aussi long que les miens, elle était magnifique. (imagines Jennifer Love Hewitt) Je la regardais tristement sur le coup en lui forçant un sourire. « Bonsoir… », cette soirée était vraiment difficile pour moi. Pourquoi ? je venais de faire une chose que je n’aurais jamais crue capable de faire et comment ? Par le moteur du bonheur. Je finissais d’une traite mon verre. « J’ai besoin de me saouler… », disais-je en riant nerveusement. Ce n’était pas une bonne idée sachant que c’était bêtement pour cacher ce qui me rongeait d’avoir osée faire le pas.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 yo
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Coach de volley ball
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ MESSAGES : 132
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 07/05/1986

Tonight, we're young
So let's set the world on fire
we can burn brighter than the sun.


✔ HUMEUR : good!
✔ EN JEUX : Possible (avec lien)
✔ SURNOMS : Essayez de faire un surnom à partir de Nina! Nini, nana? très peu pour moi!
✔ LA CITATION : Mère nature l'a créée, la reine de l'univers capable de vous réduire d'amour d'un regard. Super Nina déesse de l'amour, son pouvoir n'égale pas celui de Superman ou la force des gadgets de Batman. Super Nina, votre espoir pour l'humanité. ©Pandy.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Dim 4 Nov - 12:49

parce qu'il y a une chose magique dans l'amitié.




J'étais soulagée d'être enfin le soir. La journée n'avait pas été l'une des plus faciles au contraire, elle avait été pénible et éreintante, comme quoi, parfois, il vaut mieux rester coucher que de se lever. Le problème, venait des nouvelles vestes de l'équipe que j'avais commandé trois semaines plutôt. Je m'étais dis qu'avec une nouvelle année, venait de nouveau uniforme et donc, j'avais choisi une superbe veste au couleur du lycée : bleu et or avec le nom de fac dans le dos. J'étais sûr que mes filles allaient adorer et que cela allait les booster! Les colis étaient donc arrivé se matin même et j'avais l'impression d'être retomber vingt ans en arrière, le soir de Noël quand l'une de mes tantes m'avait offert un cadeau, d'abord existée à l'idée de découvrir un super ballon de volley ou un accessoire de sport et puis extrêmement déçu et confuse en découvrant une poupée Barbie. Oui, au lieu de trouver ces magnifiques vestes dont j'avais imaginé chaque centimètre, j'avais devant mes yeux, des jolies vestes avec marquer Syndeu Yni là où, devait trôner avec fierté "Sydney Uni", le nom de l'établissement. J'avais exclamée un pas très classe "What the…!" avant de sauter sur le téléphone afin de dire trois mots et beaucoup, beaucoup, beaucoup d'autres à cette entreprise qui avait fait du n'importe quoi avec ma commande. Il fallait vraiment avoir un Qi aussi élèvé qu'une poule pour faire ce genre de faute! Après avoir passé une bonne heure et demi à discuter –ainsi qu'à crier, j'avais fini par les menacer de venir m'occuper de leur cas si cela n'était pas régler avant le match de la semaine prochaine avant de leur raccroché –assez violement, je dois l'avouer, au nez. Non mais, on se joue pas de Nina O'Bryan!

Alors que je rangeais les ballons de volley dans la remise, mon portable se mit à vibrer dans ma poche arrière, signe que je venais de recevoir un sms. Sauf que d'abords, je n'avais pas calculé ce que cette sensation et se bruit pouvait bien être et j'avais fais tomber des balles en plein sur ma tête à cause du saut que j'avais fais, bah oui, on est peureux ou on l'est pas. Heureuse de voir que le message provenait de ma meilleure ami, je me dépêchai de ranger le foutoir que j'avais fais puis, répondis à Pandy, un sourire aux lèvres. Parfait, on se retrouve là-bas dans une vingtaine de minute! A tout de suite. J'avais amplement mérité de boire un verre en compagnie de ma Pandy, c'était la meilleure façon pour oublier cette journée affreuse et de passer une bonne soirée. Ce bar, je le connaissais assez bien pour y avoir passé quelques soirée, c'était un lieu sympa, les cocktails étaient aussi délicieux que les barmans qui vous servaient au comptoir. Mais, avant de rejoindre Pandy-Panda, un petit tour par mon bureau était de rigueur afin de me changer parce que je me voyais mal aller dans un bar en tenu de coach même si, mon short court révélait mes longues jambes. Une fois ma petite robe noire cintré passée et mes cheveux détachés, je quittai enfin l'université et parti en direction du lieu de rendez-vous qui se trouvait de l'autre côté de la route. J'avais hâte d'y être, de passer une soirée entre fille et de raconter mon malheur de la journée et de l'écouter par la suite.

Une fois à l'intérieur, je parcourais la salle du regard afin de chercher Pandorà, à ma grande surprise, celle-ci se trouvait sur scène, guitare en main et prête à chanter. Alors que nos regards se croisèrent enfin, je lui offris un clin d'œil et posa toute mon attention sur elle. Ca faisait tellement longtemps que je ne l'avais pas vu toucher sa guitare ou chanter! Cela remonte carrément au temps où, nous étions toutes les deux voisines et que je l'entendais chanter par la fenêtre ouverte de sa chambre. Alors, j'étais ravi et heureuse de la voir devant le micro. C'est à ce moment, que je compris pourquoi, elle avait choisi ce bar et pas un autre, sa mère avait pour habitude de faire des performances ici, il y avait même une photo d'elle accrocher sur l'un des murs du bar entouré d'autres célébrités locales. Les mains jointes et levés devant mon cœur, je regardais ma meilleure amie faire sa première performance depuis des années. J'étais fière d'elle, de l'avancement dans sa vie qu'elle avait fait, ce soir, certes pour les autres, ce n'était qu'une super chanson de U2 chanter par une magnifique femme mais pour moi, c'était ma meilleure amie qui faisait un bon en avant et pas un petit. Quand la chanson se termina, je me mis à applaudir et même à siffler avant de la rejoindre au bar, ému de sa prestation. D'abord, un câlin et un bisou sur la joue pour lui prouver à quel point j'étais fière d'elle.

- Bonsoir, répétais-je. Tu as été superbe sur scène! Terminais-je par dire avant de prendre place à ses cotés.

Je voyais bien qu'elle était un peu troublée, je la connaissais assez pour savoir quand son sourire était vrai ou forcé. Je l'écoutai me dire qu'elle avait besoin de se souler, comme quoi, nous avions tout les deux besoins de mister alcool pour nous changer les idées. Je levai les yeux et fit signe à l'un des barmen de venir prendre ma commande.

- Moi aussi, noyons-nous dans l'alcool, ce soir! Lui dis-je avant de parler au barman. Cette bouteille de téquila, demandais-je en pointant du doigt le flacon. Et deux verres.

J'allais faire honneur à miss téquila se soir.




• • • • • • • • • • • • • • • • •

❝NOTHING CAN PUT ME DOWN❞
I love my life, I love my job, my team , my whole world. I've been through a lot of challenges and hard moments but, it's through pain that you grow stronger, you learn to fight back, to enjoy all the good things, even the little ones. Then one day, you find yourself stand, ready to keep moving on. And each day, you give the best of you to prove to that little bitch called life that you too can play hard ● PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Sam 10 Nov - 5:17
Chanter, c’était une chose bien complexe pour moi. C’était presque : figeant. J’étais loin d’être prête émotionnellement à chanter ici mais pourquoi je l’avais fait ? C’était un coup de tête et est-ce que je m’en voulais ? Je n’en savais rien mais j’avais la sensation que ce que j’avais fait me ferais du bien. Pourquoi ici ? Je n’aurais peut-être pas dû, je m’en doutais car cela renfermait tellement de souvenirs pour moi. L’impression que je n’aurais pas dû, oui, elle était présente. Stressante à me prendre aux tripes. J’avais besoin d’oublier que ce j’avais fait, et oui. J’avais juste envie de fermer les yeux et retourner dans disons… 5 minutes en arrière et juste commander mon verre mais elle s’approchait de moi et cette étreinte m’aidait réellement. Elle me sortait de ma torpeur en quelques sortes. J’inspirais profondément en la regardant alors et souriant à ce baiser sur ma joue. C’était dingue mais je me sentais en sécurité avec elle, ici même si je devais bien avouer que c’était toujours aussi stressant comme si j’allais tomber dans les pommes après la disparition du trac et surement même qu’il était encore là. Ses mots résonnaient comme une mélodie dans mes oreilles. Le son de sa voix me réconfortait comme celui de ma mère avant. C’était tellement reposant qu’un fin sourire s’affichait alors qu’elle me disait que j’avais été superbe. C’est stupide mais j’imaginais sur le coup que c’était peut-être maman qui me le disait. Oui, j’imaginais pendant un court instant que c’était elle. Cette femme que je voyais tellement comme… un ange enfin cette femme que j’aime même alors qu’elle n’est plus près de moi. Je baissais le retard automatiquement en regardant le sol. Le contemplant attentivement comme si je venais de dire une bêtise en proposant alors l’alcool. J’en avais besoin et c’était rare. Surtout que je tenais rarement l’alcool. Je buvais une gorgée de plus. Souriant alors qu’elle avait besoin aussi d’alcool. Je riais nerveusement en roulant des yeux. « Alcoolique power ! », soufflais-je doucement avec un peu d’entrain quand je levais haut le poing en tournant un peu sur moi-même et la laissant alors commander le barman avec de la téquila mais je savais pertinemment que la dernière fois que j’en avais bue… j’avais dit à Gianni que je l’aimais. Merci Monsieur Téquila. S’en souvenait-elle ? Je n’en avais aucunes idées ou même lui avais-dis ? Je riais nerveusement en roulant des yeux comme pour dire : Oula. « Je vais te dire que je t’aime… après trois verres ! », je souriais car oui, c’était effectivement trois verres ou peut-être 4 ? Voir même deux qui avaient suffi. J’avais même terminée la soirée à parler à mes pieds. Cela faisait plus d’un an mais une soirée que je n’oublierais jamais. Les mots que j’avais dit alors que nous étions juste des sexfriends à l’époque… que nenni, c’est beau de faire semblant. J’inspirais doucement en posant la guitare au pied du bar et lui souriant doucement avant de finir mon verre d’une traite et rire nerveusement. Oui, je vous assure qu’un seul verre faisait déjà effet. J’étais ainsi. Un peu me faisait décoller. « Monsieur Téquila et moi, on est poto, tu sais ? », je riais doucement tandis que le barman nous regardais amuser. « Qui aurait cru… qu’on se retrouverait ici… ensuite on va surement tellement être ivre qu’on se videra dans la gouttière ou tiens… peut-être même dans un lavabo… je te jure que c’est possible. J’ai déjà vue ça dans un club une fois enfin els gens… on se demanderait si l’on ne vit pas dans un zoo avec des babouins partout… oui avec des bêtes et des lions prêt à rugir et bouffer toutes les femmes alors qu’ils lapent l’alcool et hop… tout le monde est heureux. Pirouette, cacahuète. Non mais dans quel féerie, je vis ? », je riais nerveusement en passant une main dans mes cheveux et lui souriant doucement. « Parles-moi de toi… pourquoi tu dois boire ? », j’attendais alors en reposant mon regard hasardeusement vers la photo accrochée au mur et baissant un peu le regard, réfléchissant. Je me souvenais du jour ou ‘étais venue ici pour la dernière fois avec elle. Cet enfant criant le mot maman alors qu’elle descendait de scène. Cette petite la serrant fortement comme par peur qu’elle y retourne et lui demandant pour rentrer par ce qu’elle avait froid et que ça puait la cigarette. Cette enfant douce et innocente qui avait une maman me manquait. Mon regard faiblissant un peu pour laisser place à une sorte de blessure alors que je détournais les yeux de cette photo en souriant nerveusement. Je prenais la bouteille de Téquila en souriant doucement. « Forte dose, j’en ai besoin ! », lâchais-je alors en inspirant doucement et faisant de gros yeux alors que la boisson coulait dans le petit verre et que je souriais en le prenant une fois plein pour le vider à cul sec en riant nerveusement. « Ouah… », comme ceux qui avaient du mal avec l’alcool. Je grimaçais en secouant la tête et sortant la langue, un peu en feu. Je riais à nouveau comme si je ne savais faire que ça et la regardant alors en souriant. « Je crois que je commence à regretter d’avoir choisis ce bar… c’est comme si elle était encore là… », je fermais les yeux en me resservant un verre aussitôt.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 yo
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Coach de volley ball
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ MESSAGES : 132
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 07/05/1986

Tonight, we're young
So let's set the world on fire
we can burn brighter than the sun.


✔ HUMEUR : good!
✔ EN JEUX : Possible (avec lien)
✔ SURNOMS : Essayez de faire un surnom à partir de Nina! Nini, nana? très peu pour moi!
✔ LA CITATION : Mère nature l'a créée, la reine de l'univers capable de vous réduire d'amour d'un regard. Super Nina déesse de l'amour, son pouvoir n'égale pas celui de Superman ou la force des gadgets de Batman. Super Nina, votre espoir pour l'humanité. ©Pandy.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Dim 11 Nov - 18:11
Je n'avais pas besoin de demander à Pandorà si elle allait bien, il suffisait de voir son jolie visage pour savoir, celui-ci était ampli de confusion, de stresse et d'une certaine tristesse, celle que l'on à quand on perdu quelqu'un dans sa vie. Elle avait été brave ce soir là, en montant sur la scène de ce bar où sa mère avait l'habitude de chanter avant sa mort. Madame Stam devait être fière de sa vie comme je l'étais. C'était un grand bon en avant que Pandy venait de faire et j'espérais qu'elle ne prenne pas peur, refusant ainsi, de continuer dans sa si belle lancée, dans tout les cas, je serais là pour l'encourager et lui botter les fesses, s'il le faut. Après tout, j'étais très bonne à ça, il suffisait de voir mon équipe de volley pour avoir une preuve et puis j'adorais ça, pousser les gens à avancer et être le meilleur d'eux même. Oui, on pouvait dire, que c'était en quelque sorte ma drogue. Est-ce que cela faisait de moi un dealer? Mais, quelle pensée, Nina! Me lançais-je à moi-même, qu'est ce que tu peux en pensé des conneries, parfois! T'es vraiment crevée pour imaginé être une revendeuse de courage. Je secouai la tête alors que je prenais place sur le tabouret d'à côté. Je reposai mon attention sur ma meilleure amie, me sentant égoïste de me prendre pour une dealeuse au lieu de me concentrer sur ma brunette favorite, qui avait besoin de moi. Un sourire se dessina sur ses lèvres, signe que mon compliment lui avait fait plaisir et l'avait rassuré sur sa performance. C'est vrai, elle avait été superbe, son chant avait été magnifique comparé au mien, quand je chante sous la douche. Je suis tellement mauvaise que mon chien me supplie de m'arrêter en aboyant à la mort encore et encore, jusqu'à ce que je me taise. Oui, Jack à l'oreille musical.

Je commandai donc une bouteille de leur meilleur téquila, non pas que je sois connaisseuse des meilleurs alcools forts du monde, ou encore testeuse –quoi que, je serais parfaite pour se job là! Même si, à chaque teste, je finirais sur mes fesses en train de chanter une chanson des Village peoples tellement je serais soule. Je ne savais pas comment la soirée allait tournée mais, j'étais sûre et certaine qu'elle serait complètement dingue et que les deux brunettes que nous étions, allions finir dans un très bel état! Oui l'alcool et nous, c'étaient souvent, une grande histoire d'amour. Pandorà leva le poing, lançant une réplique qui me fit rire alors que je regardais le barman déposer devant nous deux shooters, qu'il remplit de ce liquide transparent qui nous rendait folle. Je le remercie d'un petit sourire puis me concentrait sur deux choses, mon verre et ma meilleure amie. Je bus mon shoot de tequila grimaçant légèrement au goût sur ma langue, le premier ayant toujours du mal à passer avec moi. Je me resservis écoutant ma Pandy me dire l'effet de la boisson après trois verres, pour ma part, le chiffre était cinq, cinq verres et je deviens la Nina concupiscente de 18 ans, qui dit des bêtises, relève n'importe qu'elle défit et qui n'a jamais honte.

- Owww, lançais-je aussi mollement qu'un marshmallow. Et quand je serais à mon cinquième, je te rejoindrais, en te disant que t'es la meilleure et que je t'aime aussi, ajoutais-je en buvant mon deuxième verre. Ensuite on va se mettre à chialer comme des madeleines, en se disant à quel point on s'aime et puis on trinquera à notre amitié et cela nous rendra encore plus tarée.

Une chose était sûr, les personnes présentes au bar, ce soir, allaient en prendre plein les yeux! Et les oreilles! N'oublions pas les oreilles! Nous sommes des femmes après tout. Si vous n'êtes pas comme nous alors, alors nos conversations vous paraitrons complètement dingues alors, quelles seront tout à fait normale et saine pour nous. Les barmen, nous prendrons pour des filles tout droit sorties de l'asile la plus proche mais, que voulez-vous, on est comme ça et cela nous va! J'écoutais Pandy, mon bras accouder sur le comptoir, ma main tenant ma tête.

- Monsieur téquila est transsexuelle parce que pour moi c'est madame, voir miss et non, je ne le savais pas, rétorquais-je. Après une dizaine d'année, j'apprends encore de nouvelle chose sur toi.

Je buvais ses paroles alors qu'elle me disait que nous allions finir la soirée à faire pipi dans une gouttière ou dans un lavabo, me faisant penser aux gros pots de fleurs qui décoraient l'avenue, ils étaient presque tous desséché et avait bien besoin d'eau, peut être que je me viderais dans l'un deux, faisant d'une pierre deux coups. Et puis ensuite, le sujet se posa sur le monde qui était pour ma meilleure amie, un zoo remplie de babouins, de lions et d'autres animaux sauvages.

- Question, si notre monde c'est un zoo, est-ce que notre pays reste quand même démocratique? Demandais-je alors que le troisième verre me donnait l'âge mental d'une fille de vingt ans qui se pose des tonnes de question. Ou c'est l'Anarchie total? Ou! M'exclamais-je en tapant dans mes mains. Les lions règnent sur le monde? Parce que si Simba et ses potes deviennent nos rois, moi ça me va, terminais-je par dire en levant une main dans les airs.

Je croisai le regard du beau barman aux yeux bleus, lui souriant bêtement alors qu'il renfilait une chope avec de la bière. Ce soir, pas sûr que je rentre accompagnée mais, je m'en moquais parce que je passais un agréable moment avec mon amie la plus proche. Celle-ci voulait savoir la raison pour laquelle, je buvais, me faisant penser à mon horrible matinée et mon envie forte de gifler l'assistante que j'avais eue au téléphone. Mais à côté du "pourquoi Pandy buvait", cela n'était pas comparable à mon problème, qui finirait par être résoudre avant vendredi –si, la compagnie de vêtement sportives ne voulait pas le clash de leur vie. La soirée était pour elle, la brunette avait besoin d'attention et qu'on l'écoute.

- Cela n'a pas vraiment d'importance, juste un petit problème avec une commande de veste! Rétorquais-je avant de lui sourire.

Je n'aimais pas voir Pandorà comme ça, j'aimais la voir souriante, heureuse et là, ce n'était pas le cas, comment je le savais? Parce que je connaissais cette fille comme je me connaissais moi-même, c'est-à-dire par cœur. Je la regardais boire son troisième ou quatrième verre, me rappelant ce qui lui arrivait à partir de là. J'attendais le moment où, elle me dirait qu'elle m'aimait mais au lieu de cela, elle m'expliqua le regret qu'elle commençait à sentir en étant dans ce bar ci. C'était ce que j'avais prévu, elle revient en arrière après le bon qu'elle avait fait et c'était maintenant mon devoir de "dealer" de lui donner du courage pour rester.

- Je sais que cela te fait mal d'être ici mais, crois moi, c'est l'une des meilleures choses que tu ais fait, expliquais-je en posant délicatement ma main sur son épaule. Ta mère serait si fière de toi, Pandy. A vrai dire, je suis sûre qu'elle l'est, assurais-je en lui souriant tendrement. Tu as été très courageuse en chantant, se soir et tellement brave de l'avoir fait sur la scène de ce bar.

J'espérais que les mots que j'avais utilisé lui aillent droit au cœur, afin de lui faire comprendre à quelle point, elle devrait être fière d'avoir accomplit un tel achèvement.

Spoiler:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • •

❝NOTHING CAN PUT ME DOWN❞
I love my life, I love my job, my team , my whole world. I've been through a lot of challenges and hard moments but, it's through pain that you grow stronger, you learn to fight back, to enjoy all the good things, even the little ones. Then one day, you find yourself stand, ready to keep moving on. And each day, you give the best of you to prove to that little bitch called life that you too can play hard ● PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Ven 23 Nov - 6:59
Que d’émotions ce soir. Des souvenirs revenant à mon esprit en passant de Madame Tequila à simplement ? Mon enfance et ce monde musical que j’enfermais juste au plus profond d’une jolie boite en bois. La boite de pandore ? Surement, j’aimais tellement y enfermer tous mes secrets. Je souriais doucement en l’entendant alors dans cet oww alors que je secouais la tête doucement en l’entendant alors continuer en disant qu’il lui en faudrait plus pour me rejoindre ce que je vouais bien croire car elle n’était pas aussi forte que moi pour être tellement attirée par l’alcool enfin… pas vraiment attirée mais enticher. C’est le mot qui convient, non ? Entichée, oui. Enfin, non peut-être pas mais un jour, je trouvais. C’est souvent comme une grenouille que l’on cherche à éviter l’envie de se saouler. C’est oui, comme ça. L’influence des gens. Exactement, je me sentais comme une grande grenouille. C’est ça, oui. Une grenouille géante prête à sautiller comme une petite puce sur place. Donner moi un tournevis que je me crève les yeux car là, je devenais complétement cinglée et l’écoutant alors simplement déraillé sur le zoo et diverses choses qui la rendait surtout étrange plus qu’amusante. Parfois elle me faisait tellement rire. Elle ne me donnait pas l’impression que j’étais cinglée mais que je ne l’étais pas assez. Chose qui était rare. J’avais souvent l’impression que l’on ne comprenait pas mon esprit déjanté et surtout vivant. « Monsieur Téquila est surement aussi gay car il embrasse tout le monde… », soufflais-je alors aussitôt en la regardant tellement avachir sur son coudre et souriant doucement en lui apprenant alors des choses, sérieusement ? Je m’amusais en secouant la tête et levant les yeux, me dandinant un peu sur mon tabouret pour me soulager de la tristesse qui émanait de moi. L’écoutant encore attentivement comme si ses mots se noyaient dans mon esprit. Plongeant mon esprit dans un verre de Tequila que je me décidais d’absorber en lui retirant des mains alors qu’elle me parlait de choses étranges. « Oui, toi, arrêtes de boire ! », disais-je d’un fin sourire en buvant le verre à sa place. Ce n’était presque qu’une gorgée d’alcool. Je n’allais pas vraiment en mourir, non ? Logiquement bien sûr. Si je risquais d’y perdre la vie, je m’en poserais surement des millions de questions mais cependant ? Dieu soit loués, j’étais en forme et heureuse ou presque. Littéralement, oui mais physiquement ? Il serait méticuleux pour un psy de faire le point. Je laissais encore tellement la perdre de ma mère m’emprisonner que je me demandais parfois comment j’allais m’en sortir. Lui souriant doucement en entendant qu’elle n’avait qu’un problème de commandes et hochant la tête car je ne pourrais clairement pas l’aider. Je m’en doutais. Je n’y connaissais simplement rien, rien du tout, non. Je riais nerveusement en la regardant alors me parler de ma mère et fronçant doucement le nez comme si elle touchait un point sensible. Reprenant au vif un verre de plus sans vraiment lui laisser le choix de dire oui ou non en la laissant filtrer ses mots au conscient de mon cerveau. Inspirant doucement en la regardant attentivement, droit dans les yeux. Lui offrant un bref sourire en haussant les épaules. « Je n’en sais rien ! », soufflais-je sans vraiment m’en rendre compte et haussant les épaules à nouveau presque comme si cela en devenait un tic. Oui, c’était stupide et surement bien loin de me rendre : normale enfin… cela cachait des choses et je m’en doutais comme un mal-être. Bien loin d’être nouveau. Une part de moi imaginera toujours maman entrer dans la maison et venir me serrer dans ses bras même si je n’étais même plus à la maison. Parfois, j’avais peur qu’elle ne rentre et se rende compte que j’étais au studio avec Gianni. Même si j’étais tellement heureuse d’être avec lui mais cela resterait toujours des petites craintes, mineures qui feront que cette femme me manquerait encore et encore. Je baissais le regard en reprenant alors un verre sans m’en rendre compte et descendant de mon tabouret en allant lui prendre la main. « Laissons ça pour la poubelle, tu veux ? On va danser par ce qu’on mérite de faire la fête. Je crois que c’est ce qu’elle voudrait, non ? Que je m’amuse et que j’arrête de réfléchir. Oui, je suis douée pour me prendre la tête et surtout broyer du noir mais punaise, j’en ai marre… je veux danser. », je descendais sur place alors qu’elle était toujours assise et lui lançant ce petit regard de défi. « Tu danses moins bien que moi, je le sais, ça sera toujours ainsi mais pour une fois ? Je te laisse conduire ! », finissais-je par dire alors que le lieu n’était même pas approprié pour la danse, c’était un simple bar avec karaoké. Rien de bien extravagant. Rien de bien compliqué, tout ce qu’il y avait de plus normal et pourtant je voulais danser. Parfois s’inquiéter des regards ? Cela ne sert à rien mais là ? Je ne m’inquiétais de rien du tout mais j’étais un peu pompette et je voulais m’arrêter de penser. Je voulais passer un simple bon moment avec Nina et oublier ce qui nous entourait comme nous avions l’habitude de le faire dans le passé. Comme nous l’avions fait à chaque fois sauf qu’il n’y avait pas d’alcool comme il était bien récent que je ne m’autorise des débordements. « Allez… », soufflais-je en la suppliant du regard. Ce petit air censé la faire accepter de me suivre sur la piste et me faire tournoyer même si là ? J’étais plus vite une cinglée qui sans m’en rendre compte ? La regardait t-elle une perverse qui la relookait mais c’était surtout que mes yeux étaient de sortir, les gros yeux.

Spoiler:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 yo
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Coach de volley ball
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ MESSAGES : 132
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 07/05/1986

Tonight, we're young
So let's set the world on fire
we can burn brighter than the sun.


✔ HUMEUR : good!
✔ EN JEUX : Possible (avec lien)
✔ SURNOMS : Essayez de faire un surnom à partir de Nina! Nini, nana? très peu pour moi!
✔ LA CITATION : Mère nature l'a créée, la reine de l'univers capable de vous réduire d'amour d'un regard. Super Nina déesse de l'amour, son pouvoir n'égale pas celui de Superman ou la force des gadgets de Batman. Super Nina, votre espoir pour l'humanité. ©Pandy.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Mer 28 Nov - 18:22
Avec Pandorà, on se comprenait dans notre folle attitude, nous étions toutes les deux pareils, chaque sujets sur lesquels nous parlions étaient modelé à notre façon et bien entendu peu de personnes ne nous comprenaient, comme l'histoire du zoo. Je tenais mon verre dans une main, agrippant le comptoir avec l'autre parce que me connaissant, si je lançais trop ma tête en arrière, je basculerais et finirais les quatre fers en l'air certes, cela ferait rire Pandorà et le reste des clients mais, je n'avais pas assez d'alcool dans mon sang pour ne pas sentir la douleur. Monsieur/Miss Téquila, derrière cette bouteille rempli de liquide transparent se cachait beaucoup de choses. Je fis une petite moue en guise d'agrément et hochai de la tête. Tout les alcools étaient soi fou soi gay ou, fou et gay en même temps. A part le champagne, je le trouvais bien trop crâneur à mon goût, genre il faut fêter quelques choses de spéciale pour le boire, alors quoi? Cela voulait dire qu'il était meilleur que les autres? Je secouai la tête, sort de tes rêveries, Nina! M'exclamais-je mentalement avant de poser mon regard sur ma meilleure amie, dansant sur sa chaise comme pour se booster. J'allais boire un autre verre pour me sortir complètement de mes rêves quand, Pandorà attrapa ma Téquila et la bus cul sec. Bouche bée, mes lèvres formèrent un grand "o" couleur rouge pivoine à cause du rouge à lèvre que j'avais utilisé avant de rejoindre la brunette au bar. Je fis semblant d'être outrée, regardant Pandorà avant de me plaindre.

- C'était mon verre! M'exclamais-je comme une gamine qui c'est fait piquer sa poupée.

C'était toujours douloureux de parler de la maman de Pandorà, je ne l'avais que peux connue, nos familles était voisines certes, mais à par bonjour, bonsoir, nos parents n'échangeaient pas grand-chose. Mais, à chaque fois que je la voyais, j'arrêtais toute activité et me cachais derrière un arbuste –qui était assez grand pour me cacher en ce temps là, et je la regardais marché gracieusement jusqu'à la boite aux lettres ou à sa voiture. Je l'avais toujours trouvée magnifique ainsi que gracieuse et j'enviais Pandorà d'avoir une maman comme celle-là, pas que ma mère était horrible, non! Ma mère était géniale pour prendre soin de moi quand j'étais malade, elle faisait les meilleures pancakes du monde, sans parler du fait, qu'elle avait toujours été derrière moi pour me pousser à réaliser mon rêve de joueuse professionnelle de Volley en salle. Je pouvais toujours compter sur ma maman pour me remettre d'aplomb, je tenais bien plus d'elle que de mon père, d'ailleurs. Je l'aimais inconditionnellement cette femme mais, la mère de Pandy avait ce petit je ne sais quoi en plus. Je crois que c'est un peu pour cela que je ne lui parlais pas, parce que, j'étais jalouse d'elle. Bien entendu, la jalousie s'en est allée quand Madame Stam est morte, j'étais triste pour deux chose, l'une étant de ne plus pouvoir la voir et l'autre, de savoir que Pandorà et sa sœur n'avait plus de maman. C'est dans ces moments là, que je remerciais le ciel pour ne pas avoir pris ma petite maman parce que jamais j'aurais fini d'avoir besoin d'elle dans ma vie.

J'espérais qu'un jour, elle arriverait à parler de sa mère sans sentir ce manque horrible dans sa poitrine, sans être si triste. Je la regardai boire son verre sans rien dire, faisant trainer le mien qui n'attendait que d'être bus. Et puis voilà, qu'elle se levait, l'envie de danser lui faisait bouger les jambes alors que, sa main agrippait la mienne pour me faire danser avec elle. Je lui souris avant de regarder autour de nous, il y avait une scène mais pas vraiment de place pour dance mais bon, ce n'était pas un problème pour nous. J'arquai un sourcil alors que ma meilleure amie m'annonçait que je ne voulais pas danser de peur de me ridiculiser devant son talent de danseuse. Elle disait cela pour me donner envie de danser avec elle, c'était sa façon pour me faire céder. Mon nez serait aussi long que celui de Pinocchio quand il mentait si, je disais que l'air de petit cocker tout triste qu'elle me faisait n'avait pas d'effet sur moi. Je n'étais pas vraiment d'humeur pour danser mais pour Pandorà, je ferais tout et n'importe quoi.

- D'accord! M'exclamais-je

Je vidais mon verre d'alcool d'une traite et me levai de mon tabouret. Je fis quelques petits pas, titubant légèrement et puis, je suivis ma brunette sur ce qui allait être notre piste de danse. Au moins, cela allait amuser les clients! Je commençais à me dandiner avec Pandy Panda, d'abord doucement, le temps que j'ai le rythme dans la peau et puis une fois lancée, c'était partie. Je ne savais pas vraiment sur quelle chanson nous nous dandinions mais, cela faisait amplement l'affaire pour nous deux.


Spoiler:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • •

❝NOTHING CAN PUT ME DOWN❞
I love my life, I love my job, my team , my whole world. I've been through a lot of challenges and hard moments but, it's through pain that you grow stronger, you learn to fight back, to enjoy all the good things, even the little ones. Then one day, you find yourself stand, ready to keep moving on. And each day, you give the best of you to prove to that little bitch called life that you too can play hard ● PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Lun 3 Déc - 18:02
Et oui, j’étais une vilaine voleuse, je piquais le verre de ma meilleure amie. Et puis merde alors, j’avais le droit de dérailler par moment et surtout en ce moment alors que j’avais passé mon temps dernièrement à me poser des millions de questions sur l’avenir et d’autres choses. En fait, c’était assez comique pour moi d’être qui je suis. Une folle. J’inspirais doucement en passant aussitôt à la suite et lui demandant donc de danser. Comme ça oui. Simplement par ce que j’en avais envie. Je souriais doucement en la regardant ainsi, elle semblait septique à vouloir danser sagement alors que je voulais simplement bouger. Je m’en fichais amplement de ce qui nus entourais. Non, je voulais m’interdire de penser et même si j’avais abusé par rapport à mes capacités sur la dose de tequila. Je souriais doucement en baissant le regard vers le sol mais me demandant comment il était possible que je ne devienne complétement lunatique d’un coup. En fait rien d’étonnant. Je fronçais les sourcils en regardant vers le bar et faisant signe au barman de reverser un verre avant de partir et lui souriant alors qu’elle semblait tituber. « Tu ne marches pas droit. Je te déroute donc à ce point, mon amour ? », je la rattrapais par le bras en souriant. « Ne t’éclipses pas trop loin ! », elle n’allait pas s’éclipser, j’en étais certaine. Comment pourrait-elle au fond ? Je riais doucement en la regardant avec une sorte de tendresse amicale. Buvant alors d’une traite le petit verre de Tequila que j’avais encore en main. Je fronçais les sourcils en me mettant alors à bouger du popotin en vain sur la piste tandis que les gens ne semblaient pas réellement danser comme personne ne dansait avant que je ne commence en fête mais on s’en fiche, non ? Je ne voulais rien penser d’autres aussi septique les gens étaient en nous regardant danser, d’autres arrivaient comme si nous les avions lancés à venir. Comme si nous les avions motivés à approcher pour qu’ils remuent du popotin. Je souriais doucement en allant vers elle. Lui tirant doucement le bras en souriant doucement. « Allez… », disais-je en allant la faire tourner tandis qu’un homme nous attrapais les mains pour nous faire danser mais aussitôt qu’il finisse par me faire un beau sourire mais je n’avais clairement pas envie de danser avec un homme car j’étais en couple. Le regarde timidement alors que je souriais doucement en allant vers le bar. « Je vous laisse alors à deux… désolée mon grand ! », je souriais doucement au bar rechercher un verre et la laissant donc s’occuper sagement de son nouvel ami. Un beau blond assez grand avec des tatouages et je sais que c’est clairement ce qu’elle adore chez les hommes. Je souriais en levant les yeux vers le plafond et pourquoi ? Je regardais juste le plafond et remarquant alors tout autour de moi qui semblait avoir changé avant que de nous ne mettions à danser. Je posais mon regard sur la table du fond, il semblait ne plus avoir grand monde d’assis, ils étaient soit au bar ou chantait. J’allais sur le tabouret et j’y grimpais mine de rien, prenant le verre que le barman venait de me servir. Le prenant pour le boire en souriant doucement. Allant alors marcher dessus en utilisant mon pied pour repousser un homme qui se trouvait justement face à moi, tellement qu’il en basculait de son tabouret en riant. « Oula… sauvage ! », disait-elle comme un peu attirée par le fait que je me montre tellement enfin quand même, il avait une vue du bar sur moi alors que je me mettais à danser sur le bar en me maintenant aux tuyaux accrochés au-dessus. Je fronçais les sourcils un peu étonnée que le barman ne me regarde comme si j’étais une déesse et alors je me laissais aller sans être disons : dragueuse ou n’importe, je ne dansais rien de provoquant, pas du tout même. Je m’amusais, c’était tout. Me servant encore un autre verre. Le buvant d’une traite aussitôt sans me soucier alors du reste. C’était comme si j’étais toute seule et qu’il n’y avait personne autour. Même pas un chat, même pas un homme enfin si, il y avait ma meilleure amie, c’était la seule que je voyais mais j’avais un peu abusée sur la tequila. J’avais déjà dépassée mon cota habituel et je m’en voulais même un peu même si j’étais trop bien partie pour m’en rendre compte. Je ne me rendais compte de rien. J’étais un peu en transe sur le bar.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 yo
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Coach de volley ball
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ MESSAGES : 132
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 07/05/1986

Tonight, we're young
So let's set the world on fire
we can burn brighter than the sun.


✔ HUMEUR : good!
✔ EN JEUX : Possible (avec lien)
✔ SURNOMS : Essayez de faire un surnom à partir de Nina! Nini, nana? très peu pour moi!
✔ LA CITATION : Mère nature l'a créée, la reine de l'univers capable de vous réduire d'amour d'un regard. Super Nina déesse de l'amour, son pouvoir n'égale pas celui de Superman ou la force des gadgets de Batman. Super Nina, votre espoir pour l'humanité. ©Pandy.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   Sam 8 Déc - 19:40
Un pied devant l'autre, Nina, pensais-je alors que je m'étais levée du tabouret. Rien n'était stable, il fallait dire que Miss Téquila me faisait toujours tournée la tête et c'était pour cela que je restais toujours assise au bar, car au moins, je ne risquais pas de tomber. De plus, c'était les hommes qui venaient à moi, non l'inverse…du moins à quatre vingt dix pour cent. Je me levais seulement si, cela valait le coup, si l'homme avait tout ce que j'aimais voir chez le genre masculin, s'il a des cheveux blond, un sourire charmeur alors là, je cours, je vol! Si en plus de cela il aime le rock et qu'il est tatoué, une invitation à jouer au scrabble durant toute la nuit, lui est envoyé par signaux! Non pas, comme les messages de fumée des indiens ou par morse mais, par contact de la peau ainsi que par des phrases à double sens. Oui, je raffolais des blondinets, je ne savais pas vraiment d'où cela me venait… peut être de ma période Léonardo Dicaprio, qui sais! Oh oui Léo et moi…c'est tout une histoire d'amour, qui à commencé après avoir vu Titanic au cinéma. J'avais rêvé de lui cette même nuit, un rêve fantastique dans lequel, nous dansions sur une douce mélodie, il m'avait fait tourner sur moi-même avant de me coller tout contre lui pour m'embrasser…et bien entendu, c'était à ce moment là que, je me suis réveillée! Brisant en mille morceaux la tournure de ce magnifique rêve. Il y a deux ans de cela, alors qu'il était à Sydney pour tourner un film, nous nous étions retrouvé dans le même bar, lui accompagné de sa petite amie du moment…quand je pense à ce qui aurait pu se passer, s'il n'avait pas eu de petite amie à ce moment là… Oh Léo…non pas que je fasse une fixette sur lui! Surtout vu comment il a changé mais, pour moi, il restera toujours Jack…

Je sortais de mes pensées alors que, Pandorà ajoutait que je ne marchais pas du tout droit. C'est dingue, ô combien l'alcool peut me faire penser à n'importe quoi! Je devrais peut être testé autres choses que de la Téquila, histoire d'être un peu moins dans la lune…ou peut être pas! Après tout, j'aimais beaucoup cette boisson là. Oui, elle faisait partie de mon top cinq, en deuxième favoris juste après le vin rouge. Je regardai Pandy boire d'une traite son shooter avant de se dandiner en direction de la piste de danse improvisée, je la suivis bien entendu, y mettant du mien pour être un peu plus motivé. Motivé! Motivé! Pensais-je alors qu'elle me faisait tournée… ce qui était je dois dire pas une très bonne idée. Il me fallut un peu de temps pour remettre de mon tournis, le temps que je revienne à moi, quelqu'un me prit la main, je savais que ce n'était pas Pandorà, non ses mains étaient bien plus fines. Le temps que je relève ma tête, Pandy était repartie au bar, sûrement pour boire encore un verre. Je levai enfin la tête et tomba nez à nez avec un blondinet. D'abord silencieuse, je le regardais de bas en haut, afin de savoir si ce jeune homme était à mon goût…blond, grand, tatoué, visage divin…je comprenais à présent pourquoi ma meilleure amie était partie, elle savait très bien que c'était mon genre de type. Après l'avoir contrôlé, je reposai mes yeux dans les siens avant de lui offrir l'un de mes petits sourires charmeur. Ouhhh toi mon coco, t'aura le droit à mon numéro et à toute une partie de scrabble! Pensais-je alors que, je collais mon corps contre le sien, dansant cette fois-ci, rien que pour lui. Un bruit provenant de derrière ma future conquête m'intrigua, je me levais sur la pointe des pieds, bien qu'avec mes talons, j'y étais presque déjà et regardai derrière l'épaule du beau blond ce qui se passait. Pandorà était là, dansant sur le bar tout en se tenant pour ne pas tomber. Je ne savais pas trop quoi penser, d'un coté, j'avais peur qu'elle tombe et se casse quelque chose, je ne voulais pas que Gianni me passe un savon si cela arrivait et bien entendu, je n'avais pas envie de laisser ma meilleure amie dans cet état pour dragué un garçon qui ne finirait pas la semaine avec moi. Pour l'instant, cela allait à peu près mais, je la gardais à l'œil au cas où, les choses tournaient mal. Certes, elle s'amusait mais, elle en était arrivé là, parce qu'elle avait bu pour oublier ses problèmes et être soul pour oublier, n'était pas la meilleure solution et encore moins la réponse.

Je souris à mon cavalier qui me regardait un peu soucieux de mon changement d'humeur, collant à nouveau mon corps contre le sien, avant de glisser mes mains de son torse à sa nuque. Je levai la tête et commença à lui dire quelques mots à l'oreille. Je demandais qui il était afin de pouvoir poser un nom sur se doux et très joli visage.

- Parker, Dale Parker, dit-t-il comme un James Bond aux cheveux blonds. Et toi? Ajouta-t-il en me souriant.

Je regardais une dernière fois Pandorà et me concentrais sur lui, lui souriant à nouveau. Dale Parker, il avait plus la tête d'un Cameron ou d'un Josh mais, cela me contentait après tout, ce n'était l'affaire que de quelque jours, juste le temps nécessaire avant que je me lasse.

- Nina, soufflais tout simplement.


• • • • • • • • • • • • • • • • •

❝NOTHING CAN PUT ME DOWN❞
I love my life, I love my job, my team , my whole world. I've been through a lot of challenges and hard moments but, it's through pain that you grow stronger, you learn to fight back, to enjoy all the good things, even the little ones. Then one day, you find yourself stand, ready to keep moving on. And each day, you give the best of you to prove to that little bitch called life that you too can play hard ● PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  





MessageSujet: Re: par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina   
Revenir en haut Aller en bas
 
 

par ce qu'il y a une chose magique dans l'amitié @ nina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: A 1 kilométre du centre, Ultimo :: Melting pot, un beau bar-