NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38181
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Dim 29 Juil - 15:27
NONO&COCO

SHAKE, SHAKE YOUR BODY.

|► PLAY



Comme aurait pu le dire la grand-mère de Matt Flynn ce jour-là, il n'avait plus fait un temps de chiotte pareil depuis 1952 dans la Nouvelle-Galles du Sud. En effet, les nuages avaient emprisonné les rayons du soleil pour laisser la pluie tomber en abondance depuis le début de la matinée, recouvrant alors d'un voile bien triste ce beau pays aux tendances pourtant si colorées en temps normal. Les plans de match pour la soirée avaient alors été pris très tôt pour la plupart des habitants. Un chocolat chaud serait dégusté devant un film, avant d'aller rejoindre les doux bras de Morphée. Pourquoi ce plan de match n'avait alors pas résonné de cette manière aux oreilles de ce grand bonhomme qu'était Matt Flynn ? Tout simplement parce que ce programme ne lui ressemblait pas, et qu'il n'allait très certainement pas laissé ce temps pourri gâché une bonne soirée en perspective. Très rapidement, le jeune homme à la chevelure longue et scintillante avait alors envoyé plusieurs messages à des amis, qui avaient fait suivre l'invitation à d'autres amis, qui avaient fait de même. Effet boule de neige garanti, la rumeur avait alors circulé comme une traînée de poudre sur la ville. Et au alentour de 13h, le fait était posé, celui qui ne se trouverait pas dans le quartier de Paddington avenue ce soir serait décrété "poule mouillée" de l'année. Une expression qui reflétait bien tout l'humour du jeune homme, encore un brin trop enfantin du haut de ses vingt-neuf ans. Mais il avait la conviction certaine, à l'instar d'un grand philanthrope, que s'il ne profitait pas de sa jeunesse maintenant, il ne ferait plus jamais. Se poser avec la même femme, fonder une famille et être heureux au sein d'un quartier banal et sans histoire, ce n'était très certainement pas son statut quo pour le moment. A la grande différence de Nolaan Stinson, son meilleur ami d'enfance et son plus grand complice depuis toujours, qui s'était laissé récemment entraîner dans le grand tourbillon infernal qu'était l'amour.

Ensemble, ils avaient toujours fait les quatre cents coups, parfois suivie de près par une petite blonde au tempérament de feu. Et Matthew ne pouvait pas daigné que cette époque lointaine lui manquait de temps à autre, surtout lorsqu'il pensait qu'il n'avait toujours pas eu l'occasion de les charrier sur leur futur statut de couple. Un sourire avait alors investi ses lèvres à cette idée tandis qu'il reprenait son téléphone pour envoyer un message aux deux principaux intéressés. Le premier avait été destiné à Colleen, galanterie oblige. "Libère-toi de ma nouille ce soir, jolie blonde, j'ai une surprise pour toi. Ton petit cul manque à mes yeux, et j'ai des soucis de carburateur." Un petit sous-entendu qui avait eu le don de le faire rire, même si l'ironie voulait que sa voiture ait effectivement un soucis à ce niveau-là. Mais ce n'était pas une urgence et il ne serait jamais assez fou pour laisser une femme toucher à sa voiture. Il avait une dignité haut placée, et même face à la copine de son meilleur pote, il n'allait très certainement pas la remballer. Le deuxième message fut alors destiné à Nolaan Stinson. "Toi, je te réquisitionne pour la soirée, et aucune excuse ne sera acceptée. Dépêche-toi de bouger tes fesses et de me rejoindre, ma meilleure amie crie qu'elle veut que tu te la fasses." Ce message avait eu la chance de faire rire en même temps deux personnes à deux endroits complètement opposés. Et Nolaan n'avait sans nul doute compris que cette meilleure amie n'avait d'autres noms que whisky. Original, mais joli.

Quelques minutes plus tard...
Nolaan venait alors de se garer devant chez le père Flynn quelques minutes après la réception de ce message. Le sourire aux lèvres, le jeune homme se sentait bien et plutôt heureux. En effet, son appartement avait retrouvé un certain charme depuis quelques jours grâce à la touche de féminité d'une certaine O'Donnell. Les bases de son couple avaient, elles aussi, retrouvés un certain équilibre depuis la dernière dispute que Nolaan avait eu avec Colleen. Et même si certains mots le blessaient encore lorsqu'il repensait à cette soirée-là, il se forçait d'oublier et de faire en sorte que ces derniers ne deviennent pas vrais. Il faisait tout simplement des concessions, et il regrettait déjà légèrement que Colleen ne soit pas là à ses côtés. Cette dernière ayant d'autres plans pour la soirée, sans savoir qu'au final, ils avaient en réalité exactement les mêmes plans. Un fait que Nolaan n'avait pas tardé à découvrir en pénétrant dans la maison grande ouverte de son meilleur ami, lorsque son regard s'était posé sur la silhouette de Colleen, entrain de danser avec lui. Jaloux ? Non, il ne l'était pas, ou tout du moins, il ne le montrait pas. Refaire les mêmes erreurs n'auraient servi qu'à la perdre, alors il décida plutôt de s'amuser en se rapprochant des deux compères. « - Elle est jolie ta nouvelle conquête, et elle attire les regards en plus. » Des mots que Nolaan avait prononcé tandis qu'il passait son bras autour des épaules du grand gaillard qu'était Matt. « - T'as pas fait les choses à moitié encore une fois, je te parie 10$ que les flics viennent pour tapage nocturne. » Un rire s'était alors immiscé entre eux, tandis que Matt pinçait les fesses de Nolaan en se marrant. « - Couille molle, t'as plus un rond sur ton compte en banque ? » Puis le regard de Nolaan s'était posé sur Colleen, tandis qu'il lui tendait sa main avec un petit sourire charmeur. « - Nolaan, et toi ? » Faire comme-ci, il ne connaissait pas Colleen ? Oui c'était bien ce qu'il faisait, il devait même avouer que ça l'amusait, même si cette supercherie durerait surement dix minutes à tout casser. « - A peine arrivé qu'il me pique déjà mes gonzesses. T'es pas croyable Stinson, va butiner ailleurs! »

Les trois compères réunis, la soirée pouvait alors commencée, et Nolaan Stinson était persuadé qu'il n'était pas encore au bout de ses surprises. C'était une soirée du réputé Matt après tout, et chacun savait qu'en pénétrant dans l'une de ses soirées, on n'en ressortait jamais indemne, et toujours avec une tête de déterré.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.


Dernière édition par Nolaan D. Stinson le Sam 8 Sep - 22:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48334
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Dim 26 Aoû - 23:53

THIS IS GONNA BE CRAZY AND STUPID
Une sonnerie typiquement ridicule venait de retentir dans l’appartement de Nolaan Stinson. Mais bizarrement cette dernière ne venait pas du téléphone du propriétaire de l’appartement mais belle et bien de celui de Colleen. Lamentablement abandonné sur la table basse, le téléphone vibrait au bord de sa dernière pendant quelques instants. Depuis quelques temps maintenant la jeune femme avait pris ses aises dans son nouveau chez elle, dans leur nouveau chez eux. D’ailleurs l’appartement en question avait en quelques sortes retrouvé une certaine fraicheur. Des peintures de la même couleur, certes, mais refaites, quelques fleurs par ci, quelques touche de couleur flamboyante ou rosée par elle. La tamise du célibataire s’était transformée – et continuait de le faire – en joli nid douillet pour couple voire pour début de famille. Car en plus d’avoir emménagé chez lui, il ne fallait pas oublier que malgré le dernier incident, la jeune femme est enceinte. Une grossesse qui l’avait en quelque sorte calmée. Perdre un deuxième enfant, d’autant plus celui de Nolaan, ça serait trop difficile à supporter et ça serait prendre le risque que ce dernier s'éloigne, lui aussi perturbé par cette soudaine perte d’un être pas né mais déjà aimé. Alors elle s’était calmée oui. Moins de jalousie et plus de petites intentions envers Nolaan malgré leur soirée parfois totalement différente, après tout il faut bien garder un peu de jardin secret non ? Et parmi le jardin plus ou moins secret de Colleen, on pouvait compter son téléphone. Bien évidemment elle n’avait rien à cacher, que ce soit un appel d’un amant ou le message douteux d’une amie, mais elle avait assez confiance en Nolaan pour savoir qu’il n’irait pas fouiller dedans, d’où la notion de secret.

Et c’est ce téléphone en question qu’elle avait saisi. Un message de Jessica, une bonne amie, venait d’être réceptionné : « Blondie, un type fait une soirée ce soir sur Paddington avenue, la plus grosse soirée du mois, t’as intérêt de ramener ton cul là-bas sinon je viens te choper par la peau de ce dernier ! » Un message qui annonçait clairement une soirée à la Flynn, comme Colleen aime les appeler. Et preuve que ce dernier est bien connu malgré lui, Jessica avait beau ne pas le connaitre personnellement, elle était déjà au courant de la soirée alors qu’il était à peine 14h. Et jusqu’au fameux message de l’organisateur, Colleen ne s’était pas vraiment décider à y aller ou non. Et finalement Nolaan lui annonçant qu’il s’en allait ce soir pour rejoindre des amis l’avait totalement convaincue d’y aller. Autant faire la fête au lieu de se faire chier devant la télévision avec un film ou une émission débile non ? C’est ainsi que le soir même, elle était prête à y aller, laissant Nolaan derrière elle. Sans réellement le savoir, les amis de Nolaan seraient aussi les siens ce soir. Flynn, Stinson, O’Donnell, un trio qui n’avait pas connu de réunion depuis longtemps et bien que Colleen soit enceinte et que l’alcool sera donc proscrit pour elle, autant vous dire que la fête allait connaitre quelques bêtises hautement placées dans la connerie.

C’est d’ailleurs en arrivant devant chez lui, que les conneries commençaient déjà. A peine garée en face de chez lui, cet idiot de Matt l’avait accueillie bien à sa manière : en montant sur le capot de la voiture et en lui tendant les fesses à travers le parebrise. « Hey, va pas me la rayer sinon ton cul tu pourras même plus t’assoir dessus espèce de pédoncule. » Pédoncule… elle avait vraiment sortie cette insulte minable ? Oh que oui, et Matt lui faisait un plaisir de lui rappeler sa ringardise avant de passer son bras dans le sien. « Aller ramène-toi, on va danser avant que tu deviennes énorme à force de te gaver de gâteaux. » Si seulement il savait qu’elle allait d’une façon ou d’une autre, devenir énorme dut à sa grossesse. Quoi qu’il en soit elle ne mit pas de temps à le suivre sur la piste pour danser avec lui, profitant alors de sa silhouette fine arborant un léger ventre de femme enceinte dissimulé par son haut ample. Honte ? Non, elle voulait simplement se sentir à l’aise pour une bonne partie de la nuit, et elle était plutôt bien partie à condition que les nausées ne viennent pas mettre leur grain de sel là-dedans.

Mais elle n’avait guère le temps d’y penser qu’après une danse une voix fortement connue s’élevait dans les airs. Avait-elle simplement rêvé ou était-il vraiment là, juste derrière elle ? Une seule chance de le savoir, se retourner et lui faire face. Et c’est ce qu’elle fit sans plus attendre, découvrant le visage de celui qu’elle aime, le père de son bébé, son meilleur ami, son amant, son tout. Un sourire s’était alors pointé dans le coin de ses lèvres, heureuse de le trouver ici le pensant ailleurs à boire des bières et manger de la pizza avec des potes devant un film ou des jeux vidéo. Et au final, lorsque son regard s’était posé sur lui, tout s’était effacé. Les conneries de Matt, ses possibles nausées à venir ou non, son envie de faire la fête. Tout s’était envolé au profil de Nolaan. Nolaan qui l’a fit vite sortir de ses pensées en se comportant comme un inconnu, ce qui eut le don de la faire joyeusement rire. Rentrant dans son jeu, elle n’hésitait donc pas à répondre : « Colleen. Mais je me fiche de votre prénom, vous êtes sexy, loin d’être vieux par rapport à moi, ça me va. » Penchant légèrement la tête, un sourire malicieux s’affichait fièrement sur son visage : « quoi que, j’espère que vous savez danser sinon ce n’est même pas la peine de me draguer, je vous le dit tout de suite. » Une façon bien à elle de l’inviter à danser ? Probablement. Le souci c’est qu’elle n’avait pas réellement prévu de danser sur le genre de musique que Matt venait de mettre. Ce petit emmerdeur avait effectivement changé la musique électro pour une chanson collée-serrée, lançant des petits regards au couple en question. Un regard charmeur et un pincement de lèvres plus tard, Colleen s’était alors approchée de son petit ami conformément à la danse pour commencer à bouger de façon caliente !

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 


Dernière édition par Colleen A. O'Donnell le Ven 12 Oct - 18:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38181
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Dim 9 Sep - 21:58
NONO&COCO

SHAKE, SHAKE YOUR BODY.

|► PLAY



"La chance tourne, comme une girouette, avec le sens et la force du vent. " Tel était les paroles qu’avaient prononcées un vieux sage chinois un beau matin d’été. Tel était aussi, aujourd’hui, les paroles qui s’étaient installées dans l’esprit de Nolaan Stinson tandis qu’il amorçait une danse collée serrée avec sa compagne. Le contexte n’était certes pas identique, les conditions non plus, et le but du sujet encore moins. Mais le principe restait toujours le même en fin de compte. Depuis quelques jours, la malchance s’en était allée pour enfin laisser le loisir aux deux tourtereaux de respirer pleinement. Un amour partagé, beau, et sans encombre. Il était indéniable que cela était plus joli qu’un amour terne, prise de tête et d’autant plus douloureux. Aussi bien pour eux, que pour leur futur enfant naissant.
Ainsi le cœur léger, Nolaan avait posé sa main contre la hanche encore bien dessinée de Colleen, se déhanchant au gré du rythme entrainant de la musique qui passait à l’instant en fond sonore. Sensualité. Tendresse. Passion. Tous des ingrédients qui mélangés ensemble, donnaient à cette danse des airs de paradis et d’idéal aux yeux du jeune homme. En effet, les autres femmes s’étaient effacées au profit de la blonde pulpeuse. Les cris de Matt se percutaient contre les parois de la bulle invisible qui étaient en train de les recouvrir peu à peu. Plus rien n’existait à présent. Plus rien, sauf elle, et ce corps à corps endiablé partagé qui collait plutôt bien à la peau de leur idylle. Et secrètement, Nolaan désirait cette danse ne s’arrête jamais, et que leur histoire continue à être d’une simplicité dévorante tandis qu’il déposait son front contre le sien avec une délicatesse à faire frémir. Le bourrin avait laissé place à un être doux et adorable, et au fond, ce n’était surement pas plus mal ainsi de temps en temps… au moins pour la principale intéressée.

« - Conclusion ? » Un simple mot qui avait mis un terme à leur danse, et fait reculer Nolaan de quelques pas. Après tout, si Colleen devait décider s’il dansait bien ou non, il se devait au moins de mettre d’abord un terme à cette dernière. Un geste qu’il ne put s’empêcher d’accompagner par un geste en contradiction avec le Nolaan d’antan, alors qu’il déposait un baiser sur sa main. « - Dommage pour toi en revanche, il se trouve que je suis réellement fauché comme les blés. » Peu à peu, le caractère de l’américain reprenait alors le dessus sur le jeu de séduction auquel ils étaient en train de s’adonner. Et ce changement s’accompagna d’un rire léger pour mieux marquer le retournement de situation, qu’allait accomplir Nolaan. « - Au plaisir alors, quand je serais vieux et milliardaire surement. » D’un geste semi-hésitant, semi-assuré, Nolaan avait tourné les talons, pour ensuite se retourner de nouveau vers Colleen et murmurait en aparté. « - Je reviens, je vais chercher de quoi nous désaltérer. » Il lui envoya alors un baiser de loin, avant de rejoindre le fond du salon où se trouvait le coin ravitaillement. Matt n’avait jamais rien laissé pour compte au sein de ses soirées, et certainement pas le coin boisson, l’une des attractions et priorités en top de liste lors de ces dernières.

Très vite, Nolaan avait alors été rejoint par Matt qui venait de commander trois verres de tequila. Un pour lui, un pour Matt et un, pour … Colleen. L’intention était bonne, mais le souci restait que Colleen n’était pas vraiment en posture de boire de l’alcool. « - C’est quoi cette tête Stinson, tu te dégonfles aussi vite que tes chevilles maintenant ? » « - Dans tes rêves, mouflette. » S’envoyer des pics à longueur de temps était devenu un jeu amusant auquel les deux compères s’adonnaient dès qu’ils en avaient l’occasion. Attrapant les deux verres, Nolaan avait alors rejoint Colleen suivie de très près par Matt, toujours aux aguets pour surveiller qu’on ne lui jouait pas de vilains tours. Se bourrer la gueule tout seul, c’était un peu devenu has been de nos jours. De cette manière, Nolaan avait alors tendu son verre à Colleen en entamant déjà très largement son propre verre. Une gorgée qui fut d’ailleurs très vite accompagnée par une grimace lorsque le liquide lui brûla la gorge. « - Toujours aussi petite joueuse la blondinette. » Matt avait alors jugé bon de lancer un regard de défi à Colleen, avant d’être distrait par une petite brune qui venait lui réclamer une cigarette. Nolaan profita alors de ce temps mort, pour échanger son verre avec celui de Colleen, et boire à grande gorgée son verre d’alcool. A cette allure-là, il finirait très vite les quatre fers en l’air, mais il préférait ceci plutôt que de voir la santé de Noah être mise à mal. Puis avec discrétion, il avait passé sa main derrière la nuque de Colleen pour déposer un baiser sur sa tempe et lui murmurer à son oreille. « - Désolé, j’ai pas pu l’arrêter. » Profitant de ce rapprochement, il ré-échangea son verre avec celui de Colleen, qui était à présent à moitié vide. Le tout avant que Matt ne reporte son attention sur eux. « - Hey bah, elle a une meilleure descente que toi vieux, ça te réussit d’être éloigné de moi aussi longtemps. »

Le mystère était pour l’instant encore intact, mais jusqu’à quand ? Nolaan ne pouvait pas le dire, et il n’avait pas spécialement envie de la savoir tandis que Matt retournait vaquer à ses occupations quelques minutes, en parfait hôte de maison. Ce qui laissa alors le loisir à Nolaan de se tourner de nouveau vers Colleen, et de lui adresser un petit sourire amoureux. « - J’ai pas envie de le mettre au courant comme ça, il mérite mieux après tout ce temps, et je ne veux pas que tu crois que c’est parce que je ne veux pas, ou autre. Je préfère juste attendre que ce soit sûr. » Une phrase qui n’était alors pas tombé dans l’oreille d’une sourde, puisque Jessica se ramenait vers eux, en attrapant le verre de Colleen pour le boire d’une traite. Chance ou hasard ? La réponse était difficile à donner. « - C’est quoi ces cachoteries que vous nous faites là tous les deux? » Soit ils s’étaient tous donnés le mot, soit l’intelligence avait décidé de frapper tous les invités de cette soirée pour taper dans le mile à chaque fois. Sauvé par le kong ou non, c’était tout de même au tour de Colleen de répondre, le temps de laisser à Nolaan le répit de finir de descendre son verre tranquillement.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48334
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Sam 29 Sep - 0:08

THIS IS GONNA BE CRAZY AND STUPID
Un sourire qui n’avait rien à voir avec les autres. Il témoignait de beaucoup de choses, notamment du bonheur qu’elle pouvait ressentir ces derniers jours. Front contre front, plus rien ne pouvait les atteindre, pas même les conneries de Matt encore bien gamin pour son âge. Un bonheur à l’état brut, natif, violent. Mais d’une violence qui n’avait que du bon, un élan de bien-être l’envahissait de toute part. Colleen semblait bien loin de la fête à ce moment-là, bien loin de tout le malheur qu’ils ont pu connaitre il y a peu. Tout ce qui comptait c’était lui, c’était eux, c’était leur future famille, rien d’autre. Adieu l’alcool, certains aliments, certains sports, mais bonjour leur bonheur. Enceinte et heureuse ? Qui l’aurait cru ? Elle-même avait eu du mal à y croire. Il y a encore quelques temps elle pleurait à la vue d’une femme enceinte, elle ne s’imaginait pas donner la vie et encore moins être capable de la porter tout court. Et aujourd’hui Nolaan lui prouvait tout le contraire, bien qu’il faille attendre les résultats de la prise de sang pour être certain. Mais au fond elle y croyait, elle le voulait, aussi bien pour elle que pour lui. Elle savait quelque part que Nolaan avait toujours la trouille de devenir père, de reproduire les erreurs de son père, mais ce qu’elle savait par-dessus tout c’est qu’il aimait déjà cet enfant, qu’il soit là ou non, qu’il soit futur ou non. Et ça, ça suffisait largement à Colleen pour prouver qu’il ferait un bon père, un excellent père. Et le jeu auquel ils s’adonnaient le prouver aussi, laissant voir un Nolaan joueur qui allait très probablement comploter avec sa fille ou son fils.

Un fin sourire sur les lèvres, elle faisait mine de réfléchir : « Conclusion c’est plutôt pas mal, c’est même très entrainant je dirais, ça donne presque envie de recommencer. » Et je n’ai malheureusement pas eu le temps de t’embrasser… une pensée qui lui avait subitement traversé l’esprit. Une pensée qui ne l’étonnait plus de toute façon, parfaitement consciente qu’elle est indéniablement attirée par son compagnon. Hochant simplement la tête à son affirmation, elle fit signe vers une table, savant parfaitement que Nolaan comprendrait qu’elle allait s’y asseoir. Mais ça c’était sans compter sur la rapidité d’un couple visiblement déjà bien éméché prêt à procréer sur la table immédiatement. « Ok, j’ai compris, je ne vais pas par là. » Se retournant pour faire demi-tour, elle tombait nez à nez avec Nolaan qui lui tendait un verre. Sur le coup, Colleen avait saisi le verre dans un automatisme parfait, mais sur son visage décomposé, on pouvait surtout lire dans ses yeux un passage de stress. De l’alcool, elle n’avait pas fumé, il lui avait bien servi de l’alcool ? Et son visage légèrement stressé n’avait pas échappé à l’œil de Matt, bien que par chance elle ne dut pas lui répondre, trop pris par une demoiselle qui lui faisait de l’œil et vice-versa. Et sans même s’y attendre, son verre faisait un demi-tour entre Nolaan et sa personne, se vidant de moitié entre temps. Un sourire sur les lèvres, elle profitait de ce rapprochement pour déposer un baiser court sur ses lèvres. « Ce n’est pas grave, ça te permet de te faire passer pour mon héros, profite » un léger rire avait alors passé le seuil de ses lèvres quand Matt se retournait vers eux. « Qui te dit que je n’ai pas profité de ton inattention pour boire par petites gorgées, monsieur je drague tout ce qui bouge ou presque. » Bah oui, après tout elle n’avait jamais vu Matt draguer un mec. Son regard malicieux s'était posé sur Matt qui s’en allait en levant les yeux au ciel, genre oh les femmes, je vous jure.

Se tournant vers Nolaan, elle fut assez surprise de ses paroles. Bien entendu elle comprenait, mais elle-même n’avait pas pensé à la possibilité que Nolaan veuille ne pas le dire. Un sourire aux lèvres, elle était prête à poser son verre quelque part pour le laisser là et lui répondre mais c’était sans compter, encore une fois, sur Jessica, l’une de ses vieilles amies, qui avait assisté à la scène et qui avait surtout tout entendu. Posant ses mains sur ses hanches elle la regardait faire, faisant mine d’être dépitée : « Hey mon verre, te gêne pas surtout saleté va ! » Un rire venait de passer le seuil de ses lèvres, témoignant qu’elle se foutait totalement qu’elle lui pique son verre et qu’elle n’était qu’une saleté au sens humoristique de ce terme. Croisant les bras, elle lui donnait un petit coup de cul, balançant son bassin encore avec aisance et facilité. « Je t’en pose des questions moi ? On ne veut pas lui dire tout de suite qu’on a fait des cochonneries dans sa chambre à la dernière fête, c’est tout. Je compte sur toi pour garder le secret hein. » Un clin d’œil et… un mensonge ? Oui, mais de son côté aussi Jessica méritait mieux mais aussi parce que Colleen ne voulait pas prendre le risque que Jessica crache le morceau sous l’effet de l’alcool, on sait jamais après tout. Quoi qu’il en soit, très vite, elle ne se souciait plus de ce qu’elle avait entendu, préférant aller piquer le verre d’un autre mec pour le draguer par la même occasion.

Posant son verre dans un coin, elle relevait son visage vers Nolaan, toujours aussi souriante à sa vue : « n’empêche que j’ai soif quand même, tu viens avec moi ? » Avait-elle simplement demandé en se dirigeant vers le coin boisson, où elle trouverait bien du cola ou de l’orange, après tout, les whiskys cola et les vodkas orange sont plutôt communes dans le coin. Demandant un verre, elle ne savait même pas si Nolaan l’avait suivie ou non, mais cela ne l’empêchait pas de reprendre la parole pour autant, quitte à paraitre idiote s’il s’avérait qu’elle parlait toute seule : « Matt et Jessica sont bien de la même espèce mine de rien, à draguer tout ce qui passe et qui est contraire à leur sexe, un minimum canon. Un peu comme toi avant quoi. » Nolaan le coureur de jupons qui s’en va le petit matin venu. Elle s’en souvenait encore, bien que ce qu’elle gardait essentiellement en mémoire c’est la première fois où ils ont couchés ensemble et que le lendemain matin, elle avait la chance de l’avoir à ses côtés contrairement aux autres. Il lui arrivait parfois de se demander comment elle aurait réagi s’il était parti comme un voleur. Probablement très mal mais ayant passé la barrière de l’intimité, leur amitié aurait-elle tenue ce nouveau choc, cette nouvelle expérience ? Elle n’en savait rien et très franchement, elle préférait se dire que ça ne s’était pas passé comme cela, et bien heureusement d’ailleurs. Remerciant le serveur d’un simple sourire, elle portait le verre à ses lèvres. Si Matt revenait elle n’aurait pas de mal à lui faire croire qu’il s’agit d’une vodka orange, sauf si ce dernier décidait de venir sentir son verre mais bon, ça serait vraiment étrange.

Mais encore une fois, il semblerait que le monde était contre elle, ou tout du moins contre son envie de boire un verre. En effet la musique avait de nouveau changé et les personnes autour d’elle s’agitaient, assez pour la bousculer légèrement. Malheureusement être enceinte ne lui retirait pas son côté maladroit et la voilà donc trempée de jus d’orange. « Oh non, c’est abusé là, pfff. » Levant ses fesses elle prenait une serviette sur le comptoir mais en vain, il ne fallait pas rêver non plus. Se tournant vers Nolaan elle lui faisait une moue qui criait au secours, ce qui la faisait d’ailleurs rire de s’imaginer à appeler à l’aide pour du jus d’orange. Attrapant la main de son petit-ami, elle l’entrainait avec elle à l’étage sans lui demander son avis. « Tu m’accompagnes, je n’ai pas envie de tomber sur un mec chelou, maintenant que tu es mon héros pour la soirée, t’es foutu. » Un nouveau rire, encore un. Entrant dans la salle de bain, elle fermait derrière lui et retirait son haut pour le mettre directement sous l’eau avec un peu de produit. « Si ça le tâche, je tue quelqu’un. » Maniaque un peu ? Au point de ne pas encore avoir réalisé qu’à part ce haut-là, qui était à présent trempé et donc importable, elle n’avait plus rien à se mettre. Plus qu’à souhaiter que Nolaan ai un t-shirt sous sa chemise…

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 


Dernière édition par Colleen A. O'Donnell le Ven 12 Oct - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38181
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Mar 9 Oct - 21:20
NONO&COCO

SHAKE, SHAKE YOUR BODY.

|► PLAY



Complices. Un adjectif qui définissait bien les deux compères, puisque Nolaan et Colleen l’avaient toujours été malgré les disputes et les embrouilles. Et encore aujourd’hui, après qu’une tempête se soit abattue sur leur couple, ils le prouvaient de nouveau. Nolaan couvrait toujours les arrières de sa compagne à la chute de reins à tomber par terre. Colleen faisait de même pour protéger le cul de dieu ambulant de son héros. Dans quel but ? De ne pas révéler la grossesse de la jeune femme avant que celle-ci n’est dépassée les trois mois réglementaires. Un duo de choc donc, qui même dans les situations les plus improbables, arrivait encore à déjouer les intrusions avec brio. Si ce soir, quelqu’un réussissait à découvrir le poteau rose, le monde ne tournerait alors définitivement plus rond. Mais pour l’instant, le mensonge de Colleen semblait avoir fait mouche tandis que Jessica s’en allait vers d’autres lointains horizons pour aguicher un autre homme visiblement célibataire. « - C’est qui le prochain ? Les paris sont officiellement lancés. » Un rire avait découlé de ses lèvres suite à ses propos, notant avec amusement le regard observateur qu’il portait désormais sur les alentours. Par chance ou non, personne dans un rayon de moins de 10mètres ne tentait de se fondre dans la masse pour les approcher. Un phénomène qui, avouons-le, était loin de déplaire à une certain Stinson. Tenir la main de la femme qu’il aimait en public, l’embrasser sans inquiétude, et montrer ainsi qu’elle était bien amoureuse de lui et pas d’un autre, était toujours une grande première pour lui. Une grande première qui s’accompagnait incontestablement d’un sentiment des plus agréables.

L’accompagnant ainsi jusqu’au bar, il prit place à ses côtés en évitant soigneusement de reprendre un autre verre pour le moment. La meilleure méthode, selon lui, pour rester un minimum lucide face aux questions que pourraient lui poser ses amis. Inutile de mettre la puce à l’oreille de quiconque à cause d’un simple petit faux pas provoqué par l’alcool. « - Pourquoi comme moi avant ? Cette époque n’a jamais été terminée pour moi, je m’échauffe sur toi avant d’aller…» Il jeta un regard vers la piste de danse, et il pointa du doigt une des femmes qui se déhanchaient à l’instant sur une musique des plus sensuelles. « - … draguer cette petite demoiselle là-bas avec la robe bleu un peu échancrée dans le dos, et pas trop longue non plus pour laisser deviner ses longues jambes étroitement alléchantes. » Suite à ses propos, il lança un petit regard qui en disait long sur Colleen, avant de reprendre la parole avec le plus grand naturel, pour la devancer sur ses propos. Rare n’était pas les fois où il savait d’avance ce que Colleen allait lui répondre, c’était un des avantages à la connaître sur le bout des doigts. « - Je t’aime aussi, miss catastrophe. » Effectivement la jeune femme venait de renverser son jus de fruit sur elle, ce qui ne le surprit pas le moins du monde, habitué à ce genre de scène. Le tout restait de ne pas s’inquiéter pour le petit être qui était en train de grandir en elle, afin de ne pas finir paranoïaque avant l’heure fatidique.

De cette manière, il s’était alors redressé en voyant sa petite moue appelant au secours, et avait lié ses doigts avec les siens pour l’accompagner jusque dans la salle de bain de l’étage. « - Normalement, c’est le héros qui est censé entrainer sa protégée et non l’inverse. Je vois mal Batman abandonner sa virilité aussi facilement pour une femme. Il ferait plus ceci… » Pris d’un élan de spontanéité, Nolaan avait attrapé Colleen pour la porter comme dans les films jusque dans cette fameuse salle de bain avant de la reposer sur le sol en riant. « - Mariée dans l’année. Je fais ça avec classe en plus, t’as vu ? » Ses chevilles ne s’en porteraient que mieux après cette petite mascarade, peut-être même un peu trop bien d’ailleurs. Il laissa ensuite Colleen accomplir le pourquoi de sa venue ici, et prit place sur le rebord de la baignoire pour pouvoir la regarder sans gêne. Du moins, jusqu’à ce que cette dernière ne pose un regard plus que suspect sur sa personne. « - Quoi ? J’ai un bout de salade coincé entre les dents ? Ou alors tu veux me déshabiller pour que je te réchauffe ? Hin hin… c’est ça, tu veux me piquer ma chemise en fait. Tu rêves O’Donnell, je me balade pas torse nu ici, les femmes vont se jeter sur moi après. » Esquissant un sourire sur ses lèvres, il jeta un coup d’œil discret sous sa chemise et lâcha un petit rire amusé. « - Quoique… j’ai peut-être quelque chose là-dessus, mais va falloir venir vérifier par toi-même. » Profiteur ? Absolument pas, du tout, n’importe quoi, what ? Juste un petit peu. Toutes les occasions étaient bonnes ce soir, pourquoi ne pas alors profiter de celle-ci ?

Tendant les bras vers Colleen, il les posa sur ses hanches pour la rapprocher de lui, et la caler entre ses jambes, afin de pouvoir déposer un baiser sur son ventre. « - Désolé, au fait, que tu aies du mentir à Jess, tu voulais peut être lui dire de ton côté. » Il sourit et caressa son ventre tendrement, avant de relever son regard vers celui de Coco. « - J'arrive pas à m'imaginer qu'il grandit déjà dans ton ventre, ça parait si peu concret encore pour le moment. Ce serait bien que tu sois un petit garçon toi là dedans si tu m'entends. » Et alors qu’il tentait de continuer sur sa lancée, à fond dans son délire, la porte venait de s’ouvrir à la volée. Qui venait de faire son interruption dans la pièce ? Le blond. Le seul, l’unique, le véritable. Celui qui arrivait à avoir la classe dans n’importe quelle circonstance, et qui aussi, avait un petit penchant pour la blondinette depuis la dernière soirée qu’ils avaient faite ensemble. « - Je vous dérange ? Toutes mes plates excuses, mais il me faut du papier hygiénique, c’est urgent. Les bébés attendront d’être conçus plus tard. » Finalement, le sujet « bébé » devait être maudit ce soir, ils ne pouvaient indéniablement plus en discuter sans que quelqu’un ne vienne s’immiscer dans leur conversation. « - Très joli sous vêtement au passage, chérie Coco. »

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48334
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Ven 12 Oct - 22:50

THIS IS GONNA BE CRAZY AND STUPID
Un rire, encore un parmi tant d’autres. Un rire qui pourtant était destiné à quelqu’un de spécial. Alors il était forcément connoté de bien-être et d’amour, beaucoup d’amour envers celui qui venait soudainement de la porter. Comment avait-elle résisté à autant de douceur avant cela ? Comment avait-elle fait, adolescente, pour cacher ses sentiments tellement présents et voyants à ce jour ? Si elle avait ça tout ça, elle n’aurait probablement rien caché, elle aurait tout dévoilé avec fierté quitte à mettre leur amitié en péril en l’embrassant simplement. Après tout, cette sensation folle de feu d’artifice au creux de ses reins lorsqu’elle embrasse aurait très bien pu être là si elle l'avait embrassé à l’époque. Et peut-être que de son côté, Nolaan aurait également apprécié comme il le fait aujourd’hui. Mais ça, personne ne pourra le savoir, même pas elle, pourtant persuadée que l’âge et leurs mentalités de l’époque n’auraient rien changé. Souriant malicieusement, elle ne put s’empêcher d’imaginer. Robe blanche aussi simple qu’elle, costard aussi classe que lui, famille, amis, bébé habillé comme son père, et que du bonheur. Mariée dans l’année, des paroles qu’elle avait soudainement retenue : « Très classe, il y a intérêt à ce que ta demande le soit tout autant. » Evidemment elle plaisantait sur le coup, elle ne voulait pas mettre Nolaan en panique, c’est trop tôt pour se marier. Mais il est vrai qu’elle s’imaginait très bien, à son plus grand étonnement, la bague au doigt passée par son compagnon. Elle avait toujours considéré le mariage comme superficiel, un plus qui permettait administrativement parlant d’avoir certains droits, rien de plus. Mais depuis qu’elle est avec Nolaan, elle avait revu sa vision des choses. Pour elle, dorénavant, mariage rythme avec union, amour intense, famille, la joie de porter le nom de l’autre, de montrer au monde entier son amour pour sa moitié. Colleen Aurora Stinson, un nom qui est loin de lui déplaire.

Une pensée qu’elle avait vite fait d’oublier lorsqu’elle se rendit compte que son haut totalement trempé ne ferait justement plus office de haut pendant plusieurs heures, le temps que ce dernier sèche. Une pensée qu’elle n’avait pas eu avant de vouloir le laver, se retrouvant alors en sous-vêtement pour la soirée… Sauf si… Éclat de rire instantané, ce type lisait dans ses pensées. « Parce que tu crois qu’en voyant une femme en soutien-gorge on va pas me sauter dessus ? Toi t’es un mec, tu peux te défendre contre les agressions sexuelles féminines. Même si avant de t’atteindre, elles seront obligées de me passer sur le corps. » Souriant tendrement, de légers frisons firent leur apparition sur sa peau dénudée fraichement embrassée. Être proche de lui, sentir son parfum, ses mains sur ses hanches, ses lèvres sur son corps, voir ce regard amusé, tout ça la rendait toute chose, éveillant en elle des désirs inavouables. Elle en profitait alors pour déposer un baiser sur ses lèvres lorsque Nolaan releva son visage vers elle. « C’est pas grave pour Jess, après l’incident qui s’est passé à l’hôtel, je préfère attendre de passer le cap fatidique avant de le crier sur tous les toits. Faut dire que je suis comme toi, je n’arrive pas trop à y croire non plus qu’il soit encore là après les mésaventures qu'il a déjà vécu… » Elle n’eut même pas le temps de continuer sur sa lancée que la porte s’ouvrait, elle qui pensait l’avoir fermée à clé. Par réflexe elle s’était donc collée à Nolaan, à la limite de le faire basculer dans la baignoire.

Le blond venait d’entrer. Un homme classe, mais qui se croyait tellement classe que Colleen le trouvait ridicule à souhait. Fronçant légèrement le nez, elle n’était pas très heureuse de le voir là, souhaitant peut-être échapper à sa pseudo-drague, mais manque de bol, il avait toujours la jeune femme dans sa ligne de mire. « Coco tout court ça ira très bien comme ça. » Avait-elle dit, attrapant le papier toilette pour lui lancer sans forcément chercher à lui faire mal, juste l’empêcher d’approcher. Quelle idée d’avoir les toilettes dans la salle de bain aussi. « Tu peux faire demi-tour maintenant vu que tu as ce que tu voulais, toi qui a si bien souligné et remarqué que tu nous dérangeais. » Un peu sèche ? Oui, forcément, parce que non seulement elle n’avait pas spécialement envie de voir ce type, mais en plus elle n’avait pas envie que ça finisse en bagarre parce qu’il l’a drague et elle souhaitait accessoirement discuter avec Nolaan le temps de lui piquer sa chemise et rejoindre les autres. Alors oui, elle était pressée qu’il fasse demi-tour. Et son regard plus ou moins dur avait finalement eu raison du blond qui retournait sur ses pas sans demander son reste. Derrière lui Colleen avait donc fermé à clé, laissant à Nolaan la vue de cette fameuse chute de rein en plus de celle de ses fesses enfermées dans son jean. Faisant demi-tour, elle posait alors la clé sur la tablette au-dessus du lavabo, s’observant par la même occasion dans le grand miroir en face. C’est alors qu’elle se mit de profil par rapport à Nolaan, ouvrant son jean, pour lui montrer une légère bosse à peine visible sur son bas-ventre : « Regarde, la crevette va pas arranger mes abdos déjà inexistants. » Un léger rire teintait la pièce alors qu’elle revenait le voir, se calant de nouveau entre ses jambes après avoir sorti son haut de l’eau pour le mettre à sécher sur le sèche-serviette.

Elle l’observait, simplement. Peut-être était-ce ses yeux de femme amoureuse qui lui jouait des tours, mais elle voyait un bel homme, un homme parfait. Juste ce qu’il faut de musculature, assez imposant pour impressionner sans être mister muscles au point que cela en devienne hideux. Une coupe de cheveux lui allant à merveille, des yeux clairs particulièrement craquants, un sourire à en faire tomber plus d’une, et tout ça accompagnés d’une peau vraiment douce aux traits pourtant virils. Divinement parfait. Après ça, il ne faut pas chercher plus loin la raison du pourquoi toutes les filles ou presque craquent pour lui. Mais ce que Colleen retient par-dessus tout, c’est que derrière son image de gros dur, c’est un cœur tendre et plus fragile qu’on ne le pense qui a pris ses quartiers. Un tendre sourire sur les lèvres, elle ne pouvait s’empêcher de caresser sa nuque et son visage : « Et après on se demande pourquoi je suis tombée amoureuse, quelle question idiote. » Approchant de nouveau son visage du sien, elle celait ses lèvres aux siennes, dans un baiser plus passionné que jamais, alors que son cœur sautait un battement pour accélérer de plus belle, soumis aux sentiments amoureux de la jeune femme. Oui elle l’aime, plus que tout au monde. Camarade de jeu pendant vingt ans, compagnon de route aujourd’hui, tout allait en s’améliorant dans leur relation. Mordillant doucement sa lèvre au passage, elle souriait simplement contre ses lèvres alors que ses mains s’apprêtaient à déboutonner sa chemise. Son regard en disait long, très long. Le blond parlait de faire un bébé, ce dernier était certes déjà en route, mais ça n’empêchait pas Colleen d’aimer la pratique pour autant…

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38181
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Mer 31 Oct - 0:21
NONO&COCO

SHAKE, SHAKE YOUR BODY.

|► PLAY



Pathétique. Ridicule. Désespérant. Cet homme, à la chevelure blonde et scintillante, l’était et ceci, depuis sa plus tendre enfance. Toujours trop parfait, toujours trop carré, toujours trop dans la retenue, encore et encore des limites, et des barrières. Jamais un cheveu de travers, jamais une chaussette dépareillée, jamais une tomate qui voulait se faire la malle de son sandwich. Les autres enfants n’avaient alors jamais vraiment réussi à tisser de vrais liens d’amitié avec cette personne un peu trop marginale à leurs goûts. C’était bien connu qu’on aimait toujours plus ce qui nous ressemblait, que l’inverse après tout. Ils se moquaient souvent de lui, copiaient ses devoirs, le rabaissaient, mais aucun n’avait pris une seule fois la peine de tenter de le comprendre. Le blond en avait souffert, mais jamais suffisant pour abandonner ses rêves les plus fous. Comme par exemple, celui de fonder une famille ou réussir au sein de sa carrière professionnelle. Il était désormais à la tête d’une grosse entreprise d’import-export depuis près de deux ans, mais l’amour semblait se faire encore trop distant, et discret qu’à l’accoutumé depuis. Enfin, tout ça, c’était avant que Colleen ne débarque dans sa vie à cette fameuse soirée. Il en rêvait à toute heure de la journée. Il s’imaginait pouvoir être avec elle, et peut être un jour, lui tenir la main en se baladant dans la rue. Ce n’était pas un psychopathe loin de là, et il ne collait pas des photos d’elle sur les murs de sa chambre. Il était juste amoureux. Un terme bien encombrant lorsque le cœur de sa bien-aimée appartenait déjà à un autre. Néanmoins, il avait pourtant l’intime conviction que Nolaan ne lui ferait bientôt plus d’ombre, et que l’asociabilité de Colleen à son égard n’était qu’un moyen pour elle de se voiler la face. Elle l’aimait, c’était un fait avéré. « - Petite coquine, je reviens, je vais chercher de quoi nous désaltérer après ma petite commission faite en bon éduforme. » Et sur ces mots, il était redescendu accomplir son devoir d’homme, comme le petit ami de la femme qu’il n’était pas.

Nolaan, qui jusqu’à présent n’avait rien dit, venait de se redresser légèrement lorsque Colleen était partie fermer la porte à double tour. « - J’ai le droit de lui casser la gueule toute de suite, ou faut que j’attende encore ? » Laisser un autre homme toucher à sa petite protégée n’était toujours pas une option envisageable dans sa vie, même si il réfrénait sa jalousie autant que possible depuis leur dernière dispute. Et bien que le blond arrive à le faire énormément rire intérieurement, il l’énervait tout autant à l’extérieur pour la simple et bonne raison qu’il se sentait de trop lorsqu’il se trouvait dans les parages, comme un intrus indésirable. Parfois, il s’imaginait même lui faire de grands gestes afin de noter sa présence dans la pièce, chose qui n’aurait, sans doute, eu aucune incidence quelque conque sur le jeune homme si il l’avait fait. Mais il préférait effacer cette image de son esprit pour l’instant, et s’attarder sur un autre détail plus intéressant à son goût, à savoir celui de sa bien-aimée et de leur futur enfant. « - Non, elle va juste te rajouter des bourrelets par ci, par là. » Un rire avait alors émané de ses lèvres parce qu’il ne le disait pas avec sérieux. Il savait pourtant que leur progéniture allait très rapidement prendre de l’ampleur, mais il ne préférait pas s’imaginer ce détail dans l’immédiat. C’était assez flippant dans un sens. Au lieu de ça, il préféra poser ses mains sur ses hanches, une fois à sa hauteur, et déposer un autre baiser tout doux sur la peau de son ventre. « - Je t’aimerais toujours autant avec ou sans abdos en tout cas. J’espère juste que tu ne vas pas me faire peur. » Pourquoi ? Parce que Nolaan avait une trouille panique des ventres des femmes enceintes. C’était gros, immense, et elles ressemblaient toutes plus ou moins à des cachalots échoués et bedonnants. Un détail qu’il n’avait jamais pris la peine de lui révéler, mais qu’elle connaissait désormais. Comme quoi même après toutes ces années, ils avaient encore des choses à découvrir sur l’autre, ce qui n’était pas des plus désagréables et facilités les "effets de surprise ".

Plongeant ensuite son regard dans le sien, Nolaan souriait bêtement. Heureux d’être celui qui se trouvait au creux de ses bras sur le moment, et d’autant plus d’être toujours celui à qui cette place était destinée même après les tempêtes et les orages qu’ils avaient essuyés ensemble. Ce bébé n’avait alors très certainement aucune crainte à avoir, car il serait toujours entouré de deux parents aimants quoiqu’ils puissent advenir. C’était surement un peu cliché, et ennuyeux, voir à la limite du gnangnan mais là où le blond avait l’intime conviction que leur histoire se terminerait bientôt, Nolaan était de son côté persuadé que seule la mort parviendrait à les séparer un jour. Chose qu’il appréhendait quelque fois, mais à laquelle il préférait penser le moins souvent possible. « - Pourquoi t’es tombée amoureuse de moi d’ailleurs? » Suite à ses paroles, il s’adonnait à répondre à son baiser avec toute la tendresse dont il pouvait faire preuve. Sauf que très vite, cette tendresse s’était transformée en une brève étincelle, et que sur le coup de cette pulsion, Nolaan s’était redressé afin de faire passer les jambes de Colleen autour de son bassin. Sans lâcher ses lèvres, il l’avait alors fait reculer contre la paroi du lavabo pour coller son bassin contre le sien, et l’emprisonner au sein de ses bras. Une fois de plus, il venait de perdre le contrôle de lui-même, ce qui n’était pas forcément pour lui déplaire. Ce n’était juste qu’un signe de plus que Colleen lui faisait totalement perdre la tête, et qu’il était complétement raide dingue amoureux d’elle. Un sentiment qui continuait à lui faire peur chaque jour, mais qui s’effaçait petit à petit au fur à mesure que les bases de leur couple se posaient. Se détachant alors de ses lèvres un peu trop rapidement, il se laissa aller à dévorer son cou et à le noyer sous une avalanche de baisers toujours plus passionnés et désireux. Et dans le flot d’émotions qui circulaient à présent dans son corps, un murmure avait émané de ses lèvres inconsciemment. Une question le turlupinant depuis quelques minutes. « - T’étais sérieuse tout à l’heure ? » Il ne savait même pas si elle comprendrait de quoi il parlait, ou si elle prendrait la peine de comprendre. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il n’était pas prêt de lui faire sa demande à l’instant, il désirait simplement avoir une réponse à sa question, et peut être commencé à y réfléchir sérieusement… ou non.

Cependant, comme la chance n’était visiblement pas de leur côté ce soir, la poignée de la porte de la salle de bain venait de nouveau de s’abaisser avec ferveur. Un détail qui n’échappa pas à l’ouïe de Nolaan, qui reprit aussitôt les lèvres de Colleen pour la faire taire et dissimuler au mieux leur présence avant de murmurer contre celle-ci. Bien que si la porte était verrouillée, cela signifiait bien qu’une ou plusieurs personnes se trouvaient dans la pièce, et le silence provoquait l’inquiétude. « - Ton amant veut que je lui cède ma place je crois, petite coquine… » Non, il n’avait pu résister à l’envie irrépressible d’imiter le prétendant de la jolie blonde. Et dans un naturel complétement volontaire, Nolaan s’était attelé à déboutonner le pantalon de Colleen avec rigueur et précipitation afin de glisser ses mains à l’intérieur de ce dernier, et ainsi pouvoir caresser avec envie son fessier de déesse à se damner par terre. « - … dommage pour lui, je n’ai pas envie de lui laisser ma place, j’ai plutôt envie de lui faire comprendre qu’il rate un coup en or ! » Était-ce pour cette raison qu’il venait de passer à la vitesse supérieure et de simuler un gémissement ouvertement sans aucune gêne pour faire fuir la personne derrière la porte? Très probablement. Si Colleen ne voulait pas jouer, il s’arrêterait là. Mais pour l’instant, le petit sourire amusé qui venait d’investir ses lèvres prouvaient bien que, pour sa part, ça ne le dérangeait pas le moins du monde de jouer sur un double tableau. Le regard noyé dans le sien, il n'attendait alors plus que son consentement pour continuer à jouer le jeu.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48334
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Sam 24 Nov - 23:53

THIS IS GONNA BE CRAZY AND STUPID
Et il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort. Mais il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort. Cette chanson française aux allures de comptine pour enfants résumait plutôt bien la situation du blond, de Nolaan et de Colleen. Un couple qui s’aime un peu plus chaque jour, du moins c’est ce que Colleen ressentait, avec à côté d’eux, un homme qui espère qu’un jour ça se finisse pour qu’il puisse prendre sa place. Malheureusement pour le blond, il se foutait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Certes l’ombre d’une rupture définitive avait planée au-dessus de leurs têtes, à plusieurs reprises, mais après maintes discussions, notamment sur la jalousie, elle s’en était allée. Le nuage menaçant avait laissé place à un soleil resplendissant, à l’image de leur bonheur qui devait éclabousser sur les gens alentours. Certains en seraient peut-être dégoûtés, d’autres envieux tandis que d’autres encore s’en fichaient totalement. Mais celle qui se fichait bien des gens autour et surtout du blond, c’est Colleen. Dans les bras de Nolaan, elle ne craignait rien ni personne, elle s’y sentait bien, comme si la place de petite-amie qu’elle occupe actuellement lui était toute destinée depuis des années déjà. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle ne se préoccupait pas des paroles du blond, qu’elle le laissait dire tant qu’il n’allait pas trop loin, et qu’elle s’était contenté de lever les yeux au ciel à ses dernières paroles. Mais bien vite c’est son sourire qui revint sur son visage lorsque Nolaan osait enfin se manifester : « Vaut mieux que tu attendes, tes nerfs vont redescendre naturellement maintenant que tu m’as toute à toi sans risque d’être dérangés. » S’observant dans le miroir, elle ne pouvait qu’en garder son sourire, d’autant plus sous les paroles du futur papa. Les bourrelets dont il parlait, tout du moins ce ventre rond, elle l’imaginait déjà, bien qu’il n’allait pas tarder à arriver.

Un frisson, un énième, parcourant son échine, au contact de ses mains, de ses lèvres de sa peau. Une sensibilité accrue. A cause de la grossesse ? Non, pas encore. A cause de ses sentiments, à cause d’un cœur qui ne cesse de ressentir l’inexplicable pour lui. L’amour. Qui peut l’expliquer, savoir d’où il vient, le comprendre ? Personne. Néanmoins tout le monde peut en faire la joyeuse ou douloureuse expérience. Et c’est exactement ce que Colleen faisait avec Nolaan. Elle expérimentait l’amour, le vrai, le grand, celui qui est censé durer toute une vie. Celui avec qui elle voulait construire un avenir, une famille. Et malgré eux, ils avaient pris ce chemin en emménageant ensemble et en acceptant de poursuivre la grossesse de la jeune femme. Un évènement qui révélait encore quelques secrets bien cachés : « Que je te fasse peur ? Pourquoi je te ferais peur ? Il y a pas de raison tu sais. » Evidemment que ça la faisait sourire, qui ne sourirait pas à ça de toute façon. Mais non, elle ne se moquait pas, parce que dans un sens elle comprenait. Toute la vulnérabilité que les femmes enceintes jusqu’au cou peuvent dégager est à même d’entrainer la crainte qu’elles se blessent ou qu’on les blesse. Sans compter les hormones qui chamboulent les sentiments, les sensations, les sens. Plus rien n’est normal lorsqu’on est enceinte, alors oui, elle comprenait en partie cette peur. Elle souhaitait en tout cas qu’elle s’atténuerait avec le temps, d’autant plus que cet enfant c’est le sien, ça serait tout de même regrettable qu’il en ait peur alors que ce dernier n’est même pas sorti.

La question qui suivit n’eut pas de réponse, pas pour le moment en tout cas. Goûtant ses lèvres, elle était bien trop occupée à déboutonner sa chemise pour le moment. Et dans un sens, ça lui donnait le temps de plus ou moins réfléchir, bien que son esprit fût occupé par une idée principale. Le dernier bouton retiré, elle s’apprêtait à lui retirer sa chemise tout en répondant à sa question, mais à sa plus grande surprise, le baiser ne s’arrêtait pas là, alors qu’elle sentait ses pieds se décoller du sol. Elle comprit bien vite, entourant la taille de Nolaan avec ses jambes, elle réalisait que bientôt, ce genre de choses ne serait plus possible, notamment à cause de son ventre mais aussi à cause de son poids qui ne cesserait d’augmenter tout au long de sa grossesse. Mordillant doucement sa lèvre inférieure, les fesses à moitié posées sur le meuble et à moitié dans le vide la laissait totalement indifférente, elle se laissait doucement dévorée. Les lèvres de Nolaan parcourant son cou la faisaient frissonner et légèrement se redresser, son corps tout entier réagissait à ses caresses. « Je sais pas pourquoi je suis amoureuse de toi, c’est inexplicable. Je sais que tu es gentil, drôle, attirant, sympathique. Que tu as toujours été là pour moi, que tu as toujours fait partit de ma vie depuis que je suis enfant mais je ne sais pas comment expliquer l’apparition de ces sentiments. C’est comme si tout était écrit, comme si je me devais de ressentir ça mais que je n’ai pas du tout à me forcer pour le faire, c’est venu naturellement. Tout ce que je sais c’est que je t’aime, c’est tout. » Posant doucement ses mains sur ses épaules, à l’intérieur de sa chemise, elle la faisait doucement glisser, caressant ses bras au passage.

Une question était élucidée, il n’avait rien sous sa chemise. Et s’il ne voulait pas que Colleen se trimballe en soutien-gorge tandis que de son côté, elle ne voulait pas qu’il traine torse nu, ils étaient donc condamnés à rester ici le temps que le haut de mademoiselle sèche. Encore heureux que le sèche-serviette soit chauffant, bien que cela ne dérangeait absolument pas Colleen de rester bloquée avec lui pendant plusieurs heures. Laissant la chemise tomber aux pieds de Nolaan, elle remontait doucement ses mains le long de son torse, redessinant ses muscles alors que ses yeux se fermaient légèrement, sa respiration devenant plus courte pendant un instant qu’elle percevait comme très intense. Remontant doucement le visage de Nolaan vers elle, elle posait délicatement son front contre le sien, leurs souffles s’échangeant un court instant avant qu’elle ne réponde de nouveau à la question : « Dans un sens oui et dans l’autre non. Non pas pour l’instant, on irait beaucoup trop vite et ça me ferait peur, mais pourquoi pas dans quelques temps, c’est une idée envisageable et attirante quand on sera vraiment bien stabilisés. Et si tu en as envie, évidemment. Porter ton nom, dire que je suis ta femme, ça serait pas déplaisant, loin de là et bien au contraire. Pourquoi cette question ? » Nolaan Dean Stinson marié, autant dire que le jour où ça arrivera, s’il daigne arriver, la rumeur se répandra sur la ville aussi vite que lorsqu’ils se sont mis officiellement ensemble.

Une conversation qui fut bien vite coupée par cette poignée qui s’abaissait. Un énième dérangement, pas comme si on les avait surpris déjà trois fois dans la soirée à parler d’un sujet secret. Mais là c’était presque pire, parce que non simplement ils étaient coupés mais le risque de frustration était grand. Mais dans leur malheur existait un petit bonheur : la porte était fermée à double tour. Un bruit qui était aussi parvenu aux oreilles de Colleen, mais la jeune femme n’eut pas le temps de vérifier la véracité de la chose que ses lèvres furent capturées par celles de son petit-ami, bien plus intéressantes qu’une poignée de porte. Passant ses bras autour de son cou, elle caressait tendrement sa nuque avant de lui mordiller la lèvre quand il osait alors imiter le blond. Elle n’eut pas le temps de répondre que son regard dérivait alors sur son jean dont s’occupait Nolaan. Il réveillait doucement leurs envies respectives, déjà montante entre ses reins du côté de Colleen. Faire l’amour en étant enceinte était une chose dont elle n’avait pas peur, le bébé étant bien protégé. Et puis soyons francs, elle connaissait déjà cela, alors pas de raison d’avoir peur maintenant alors qu’elle l’a déjà vécu n’est-ce pas ? Un très léger rire qu’elle tentait de retenir vint teinter la pièce lorsque Nolaan fit clairement croire à un gémissement, plutôt bien imité d’ailleurs. La malice avait alors pris possession du regard de la jeune femme alors qu’elle y répondait avec une assez grande aisance, mimant à son tour le plaisir. Au moins Nolaan savait ce qu’elle ferait comme bruit si un jour elle est obligée de simuler.

Quoi qu’il en soit, elle ne se gênait pourtant pas pour descendre un peu du meuble et poser les pieds au sol. A la hauteur du cou de Nolaan, c’était à son tour de se régaler de son amant. Par la même occasion, elle en profitait pour le faire reculer contre la porte, le claquant un peu brutalement, dans l’espoir de faire taire et de surprendre la personne derrière la porte. Peut-être était-ce le cas, ou non, mais quoi qu’il en soit, elle s’en donnait à cœur joie, ses lèvres descendant le long d’une épaule pour dériver vers son torse. Quant à ses mains, nul doute qu’elles étaient aussi occupées, retirant la ceinture du jean de Nolaan pour l’ouvrir aisément et le laisser glisser à ses chevilles. Si elle a envie de lui ? Evidemment, et elle le faisait savoir en imitant une fois de plus un gémissement, en rajoutant davantage en laissant son poing s’abattre sur la porte. Ce petit jeu l’amusait plus que quiconque et avait le don de la faire agir intérieurement, en profitant pour le signaler à l’oreille de Nolaan dans un murmure sensuel : « On est en train de réveiller Lily la tigresse, j'ai monstrueusement envie de toi Stinson. » Avait-elle dit en lui mordillant doucement le lobe de l’oreille. Lily la tigresse ou Colleen en mode très coquine, prête à pousser Nolaan dans ses retranchements les plus extrêmes. Evidemment ça n’a rien à voir avec des jeux sadomasochistes, ce surnom traduit juste sa forte envie pour lui et son comportement je-m’en-foutiste par rapport aux autres, c'est-à-dire qu’elle n’hésiterait pas à s’exprimer si le besoin s’en faisait ressentir, peu importe ce que les gens derrière la porte pourrait en penser. Après tout, qu’on la prenne pour une fille discrète ou qui aime le sexe, elle s’en balance totalement, tant qu’elle n’offense pas Nolaan ou des enfants. Or dans les fêtes de Matt, autant dire que les enfants c’est niet, elle pouvait donc sortir Lily sans aucun soucis. C’est d’ailleurs ce qu’elle se pressait de faire en frôlant l’endroit le plus sensible chez Nolaan de ses doigts fins, souriant contre ses lèvres, fière de son coup. Attrapant les bords de son boxer, elle se débarrassait du dernier tissu sur Nolaan, le dernier rempart était tombé. Le jeu du double tableau pouvait vraiment commencer, quitte à ce que les deux se mêlent.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 32 ans.
✔ METIER : Pompier.
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Jensen Ackles
© CRÉDITS : Avatar : bazzart
Gif : tumblr
✔ MESSAGES : 38181
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 21/03/1985

Thinking of you always makes me smile. :)


✔ HUMEUR : Bonne.
✔ SURNOMS : Nono ϟ Doudou ϟ Mon canard ϟ N²
✔ LA CITATION : Parfois dans la vie, se forme un lien indestructible entre deux personnes, et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive, il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos cotés depuis le tout début.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Lun 24 Déc - 0:41
NONO&COCO

SHAKE, SHAKE YOUR BODY.

|► PLAY



Après la mort de sa mère, Nolaan avait commencé à se renfermer sur lui-même. Bien qu’on puisse en dire ce qu’on en voulait, il n’avait plus jamais été le même depuis cette perte. Bêtement Nolaan, comme un petit garçon qui se respecte, avait placé sa mère en tête de liste pour devenir en quelque sorte la femme de sa vie. Elle était censée vivre à ses côtés jusqu’à la fin, le soutenir, l’épauler, l’aimer, le protéger. Sauf qu’elle s’en était allée trop tôt un soir de mai, et Nolaan avait alors perdu tous ses repères les plus fondamentaux. Il avait commencé à être moins regardant sur sa consommation d’alcool, moins regardant sur les femmes qui allaient et venaient dans son lit. Moins regardant sur son avenir, et en était vite arrivé à la conclusion qu’il n’était qu’un bon à rien. Ce n’était très certainement pas son père qui lui aurait donné tort après tout, il n’avait jamais été là pour lui. Malgré cela, il avait tout de même réussi à lui faire remarquer le jour où sa demi-sœur s’était ramenée dans sa vie comme un cheveu sur la soupe. L’amusement avait ainsi masqué sa fragilité, un cœur blessé en proie au doute. Au fil des jours, de ses conneries, de ses boulots et des conquêtes, il avait pris conscience d’une chose à laquelle il n’avait jamais vraiment prêté une attention particulière jusqu’à présent puisqu’elle se trouvait sous son nez depuis tout ce temps. Colleen était la seule personne qui n’avait jamais joué un rôle en sa présence et la seule, du plus loin qu’il s’en souvienne, qui avait toujours été à ses côtés même quand il ne lui avait pas toujours demandé. La voir aussi proche de Michaël lui avait alors souvent fait peur, et en même temps, lui avait fait ouvrir les yeux. La femme de sa vie n’avait jamais été sa mère, depuis leur plus tendre enfance, la seule femme qui méritait ce titre était Colleen. Les mauvaises langues pouvaient bien en dire ce qu’elle voulait, si ce n’était pas Colleen, ce ne serait personne. Et si leur relation venait à capoter pour une quelque raison, Nolaan vivrait le plus gros chagrin qu’il ne lui ait jamais été donné de vivre encore dans sa vie.

Peu étonnant alors que la grossesse de Colleen le terrifiait autant qu’elle le comblait. Donner naissance à un enfant, ce n’était pas une mince à faire. Tout particulièrement lorsque la grossesse, aussi belle soit elle le ramenait tout droit vers le pire cauchemar de son existence. A l’époque, lorsque Nolaan avait accompagné sa mère et une de ses amies au service gynécologie de l’hôpital de Sydney, il n’était âgé que d’une dizaine d’années, mais il se souvenait parfaitement du sentiment qui l’avait imprégné et terrifié sur le moment. Toutes les femmes étaient accompagnées du père de l’enfant, ou d’un ami. Toutes les femmes devaient frôler la centaine de kilos à vue d’œil avec la montgolfière grandissante cachée sous leur vêtement. Toutes les femmes devaient se gaver d’un sandwich dégoulinant de sauce fromage. Depuis ce temps-là, Nolaan avait alors associé la femme enceinte au cliché de la femme qui ne prenait plus soin d’elle. Au fil des années, la femme enceinte était alors devenue repoussante aussi bien que fragile et dépendante de quelqu’un en particulier. Cette vision d’horreur, Nolaan en avait cauchemardait pendant des années, au point de réussir à se faire pipi dessus l’année de ses onze ans. Peu glorieux. « - Je sais pas, un tout. J’ai peur de répéter les mêmes erreurs que tu sais qui. J’ai peur de te faire du mal, de lui faire du mal à lui. J’ai peur de plus avoir envie de te toucher parce que j’ai jamais trouvé ça jolie une femme enceinte, c’est même mon pire cauchemar depuis que je suis petit. Et si je commence à plus te trouver attirante, je sais pas comment ça va se passer entre nous. Bien que ce soit toi, et que même quand t’es ridicule, j’arrive à te trouver mignonne. Je psychote complétement, et je me fais les pires films au lieu de penser aux côtés positifs de ta grossesse. Je m’en réjouis aussi pourtant, et … » Légèrement gêné, Nolaan hésita un instant avant de poursuivre. « - … t’es tellement adorable quand tu te caresses le ventre inconsciemment quand tu regardes la télé, ou que tu attends que le repas cuit. Ça me fait totalement craquer à vrai dire. Je suis con, je ne devrais pas autant me prendre la tête, et la vivre au jour le jour sans me poser de question cette grossesse. »

Des mots qui ne faisaient que renforcer son amour envers Colleen. Chose qu’elle arrivait elle-même très bien à faire tandis qu’ils se laissaient tous les deux animer par leur envie respective, celle de posséder l’autre. Il avait alors lâché la jeune femme un instant afin de laisser tomber sa chemise sur le sol le plus rapidement possible. Reglissant ses mains sous ses cuisses, il l’avait ainsi rapproché de son bassin d’un geste brusque et délicat à la fois. L’excitation était totalement en train de commander son corps, et le fait qu’il ne se trouve pas dans sa salle de bain ne le gênait pas le moins du monde. Ce ne serait qu’un endroit insolite de plus à rajouter sur sa liste. Il savait seulement qu’il voulait Colleen, et tout de suite, petit Nono semblant tout à fait en accord avec ses pensées. Ressentant avec précision chaque frisson qui parcourait son corps à l’instant, Nolaan laissa son regard se perdre sans celui de Colleen, tandis qu’il continuait de caresser ses cuisses avec envie avant de desserrer la boucle de sa ceinture sous l’emprise du désir. « - Je t’aime aussi et je voulais juste avoir ton avis sur la question. Je sais que j’ai au moins des chances d’avoir un "oui" si un jour, je décide de te le demander sérieusement. Pas maintenant, ce serait trop tôt, je ne veux pas précipiter les choses entre nous. Un bébé, c’est déjà énorme. On a toute notre vie devant nous, j’espère. » Des propos qu’il prit la décision de sceller par un baiser afin de ne laisser aucune chance à Colleen de répliquer. Les « on ne peut pas prédire ce que l’avenir nous réserve » ou encore « tout peut changer du jour au lendemain » ce n’était vraiment pas les expressions qu’il souhaitait entendre ce soir. Il préférait prôner les valeurs de l’amour et de l’espoir, deux choses qu’il n’aurait jamais faite si Colleen n’avait pas investi sa vie, son appartement et son lit, il y a de ça quelques mois. Elle le faisait devenir un homme bien, et personne ne pourrait dire le contraire.

Elle lui faisait aussi faire des bêtises, mais ça, c’était une autre histoire. Quand on est amoureux, c’était bien connu qu’on s’en fout de tout, et il le prouvait une nouvelle fois en laissant Colleen prendre les commandes le temps d’un instant. Fougueuse, passionnée, leur étreinte devenait de plus en plus sérieuse et intimiste. Si la personne derrière la porte n’était pas encore partie, on pouvait aisément dire d’elle qu’elle n’était qu’une voyeuse ou une perverse, au choix. Et si elle espérait rejoindre la partie, elle se mettait le doigt dans l’œil. L’idée de partager Colleen avec un autre le fit alors doucement sourire parce qu’il s’imaginait bien mettre son poing dans la figure du blond avant de le malmener dehors pour ensuite pouvoir profiter de la femme qui était sienne. Un peu à la James Bond, même si il savait que Colleen le détestait. Mais s’il était le James Bond, peut être que… c’était une pensée à laquelle méditer lorsque Colleen aurait terminée de se charger de son cas dans les règles de l’art. « - Oh oui, Colleen, t’arrêtes pas ! » Son murmure, il l’avait entendu à la perfection et la voir descendre pour lui retirer le dernier bout de tissu qu’il la séparait d’elle, ce n’était absolument en aucun cas, un problème. Bien au contraire, Colleen commençait à le connaître et parvenait toujours à le repousser un peu plus dans ses retranchements à chaque fois. C’était de plus en plus long, de plus en plus plaisant, et de plus en plus addictif. Peu étonnant alors qu’une fois son moment de gloire terminé, il entreprit de reprendre les commandes et d’assouvir le désir passager de sa compagne. La débarrassant de son jean, puis de son shorty, les deux tableaux venaient de se fondre dans la masse pour ne plus qu’en dessiner qu’un seul tandis que Nolaan soulevait de nouveau Colleen du sol en reprenant ses lèvres pour l’entrainer sous la douche.

Nolaan ne jurait plus que par elle et pour elle, le monde extérieur venait de s’effacer pour les prochaines minutes à venir. La température de leur deux corps venait de se fondre à celle de l’eau qui coulait désormais contre leur peau. De plus en plus entreprenant, Nolaan avait alors entrepris de ne faire plus qu’un avec Colleen, et de mêler son corps contre le sien tout en continuant de le découvrir un peu mieux, et un peu plus en profondeur à chacune de leur étreinte enflammée ou non. Et au creux de ses bras, Nolaan laissait son plaisir jouer une douce mélodie aux oreilles du monde extérieur sous l'impulsion de leur désir confondu. Dans les soirées de Matt, il fallait toujours que deux personnes se fassent remarquer et fassent parler deux par leur indécence. Ce soir, Nolaan et Colleen étaient ses deux personnes en question. Mais Nolaan comptait bien ressortir de cette salle de bain la tête haute pour la simple raison qu’il n’avait absolument pas honte de ce qu’il était en train de faire. Bien au contraire…

• • • • • • • • • • • • • • • • •


In my opinion, the best thing you can do is find someone who loves you for exactly what you are. Good mood, bad mood, ugly, pretty, handsome, what have you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Lose Without You
Fondatrice
✔ AGE : 31 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Garagiste, ex pilote.
✔ ETUDES : /
★ AVATAR : Amber Heard ♥
✔ MESSAGES : 48334
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 17/01/1986


✔ HUMEUR : Amoureuse.
✔ EN JEUX : Possible (message privé)
✔ SURNOMS : Lily, Coco, Leen, C.
✔ LA CITATION : « Regarde moi, Touche moi, Effleure moi, Possède moi, Contrôle moi, Exalte moi, Ressens moi , Protège moi, Déteste moi, Quitte moi , Aime moi, Retiens moi. »




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   Sam 5 Jan - 2:14

THIS IS GONNA BE CRAZY AND STUPID
Rester à ses côtés, quoi qu’il arrive. C’est ce que Colleen s’était toujours dit concernant Nolaan depuis sa plus tendre enfance, aussi loin qu’elle se souvienne en tout cas. Tous les deux avaient passé maintes épreuves ensemble notamment le décès de leurs mères respectives. Une étape plus que douloureuse mais que Colleen avait plus tendance à relativiser que Nolaan – mauvaise idée d’ailleurs. Elle avait toujours été là pour ses coups durs. Il ne devait pas en être conscient lorsqu’elle venait en pleine nuit le chercher au milieu d’une fête de Matt, par terre, alcoolisé jusqu’à la moelle. Elle était là, tout en étant discrète et en lui laissant toute l’intimité qu’il voulait. Elle mentirait si elle disait qu’elle ne s’était pas fait envoyer chier de temps en temps par lui sous le coup de la colère ou de la tristesse, mais pour lui elle avait toujours trouvé la force du pardon et surtout de la persévérance. Le faire parler, à tout prix. Elle se souvient que Nolaan la trouvait emmerdante dans ces moments-là où elle lui faisait répéter sans cesse ses douleurs. Aujourd’hui elle espérait juste qu’il se rende compte que si elle avait ça, c’était pour extérioriser son mal et pour qu’il puisse enfin vivre sans trop de souffrance. Entendre ses propres douleurs c’est une façon psychologiques de les accepter et de se dire ok, elles sont là, j’ai plus qu’à vivre avec. Une méthode qu’elle avait souvent imposée à Nolaan par des conversations ou simplement en le trainant avec elle au cimetière. Des méthodes qu’elle ne s’était jamais imposé à elle-même, bien trop occupée par le bonheur des autres. Et bien qu’aujourd’hui elle n’évoque toujours pas ses douloureuses blessures, elle s’accordait enfin le bonheur. Et qui mieux que Nolaan pour l’accompagner tout au long de sa route ? Personne.

Un compagnon qui encore aujourd’hui arrivait à la surprendre. Bien blottit dans ses bras, elle le laissait lui expliquer les raisons qui faisait qu’elle risquait de lui faire peur. Et le moins qu’on puisse dire c’est que la jeune femme ne s’y attendait absolument pas et que pour le coup, c’était à son tour de flipper concernant l’arrivée prochaine d’un ventre très arrondis pesant à lui seul plusieurs kilos. « Maintenant que tu me dis ça, j’avoue que c’est à mon tour d’avoir un peu peur de te faire peur au point où tu ne veuilles plus me regarder ou me toucher. Mais en ce qui concerne tu sais qui et le bébé, tu n’as rien à craindre. Tu n’es pas lui et tu ne le seras jamais, ça j’en suis persuadée, et le bébé est protégé jusqu’à ce qu’il se décide à sortir, je te le promets, tu ne peux pas l’atteindre. Même si ça me fait un peu peur aussi maintenant je relativise. On a décidé de faire ce bébé ensemble, on est toujours main dans la main, c’est notre enfant. Il y a pas de raison que la grossesse qui le concerne autant lui que nous, même plus lui, te dégoûtes. » Un léger rire venait teindre la pièce de son éclat alors qu’elle posait tendrement ses mains sur son visage. « Mon ventre rond tu finiras par le trouver aussi mignon que mes bêtises, tu verras. Et ça sera progressif, il ne va pas venir d’un seul coup comme ça, tu auras le temps de t’y habituer et de voir que ça ne changera rien si ce n’est la taille de mes fringues. » Rien ou presque. Il était logique que la grossesse allait la fatiguer au fil des mois mais au final une grossesse c’est comme une relation de couple, il y a des hauts et des bas et malgré les bas ils allaient s’en relever et accueillir cet enfant comme le plus grand bonheur de leurs vies.

Elle en était persuadée, la passion qui les anime à l’heure d’aujourd’hui ne s’éteindrait pas pour les mois à venir, bien trop importante et imposante dans leurs vies. Et ils le prouvaient encore une fois ce soir. La douceur et la tendresse avaient investies la pièce au même titre que le désir. Fiévreuse, la chaleur de la salle de bain ne faisait que monter en rythme avec celle entre ses reins de la jeune femme. De puissants frissons traversaient l’échine de Colleen, obnubilée par le regard de son partenaire de jeu et de vie. Elle s’était simplement contenter de hocher la tête à ses paroles. Etait-elle d’accord sur le fait que Nolaan avait une chance d’avoir un oui ou était-elle d’accord sur le fait qu’ils ont toutes leurs vies pour se marier ? Personne ne le saurait, sauf elle. Elle qui prenait un malin plaisir à échanger ce fougueux baiser avec Nolaan, caressant sa langue avec la sienne, faisant monter la pression entre eux. Elle ignorait s’ils jouaient encore sur le double tableau. Faire croire à la personne derrière la porte qu’ils faisaient l’amour n’était plus un mensonge, ils étaient sur le point de le faire, le lieu important peu et la personne derrière la porte important encore moins. Tout ce que Colleen trouvait à présent important c’était lui, Nolaan. S’occuper de lui, de son plaisir, lui donner tout l’amour physique, charnel et sentimental qu’il mérite, c’était sa seule préoccupation sur laquelle elle mettait un point d’honneur. Cou, torse, ventre, bas-ventre, masculinité, aucune parcelle de peau n’était épargnée des assauts fougueux de la blonde. Le regard de Colleen avait changé, optant pour un regard coquin qu’elle lui lançait sans aucune gêne lorsqu’elle remontait de sa mission plaisir. La réaction de Nolaan ne se fit pas attendre.

Bien vite la jeune femme se retrouvait aussi nue que lui, laissant leurs vêtements semés ici là. Attrapant de nouveau les lèvres du futur papa dans un baiser passionné, elle le laissait prendre les commandes, sentant ses pieds se décoller du sol, ses jambes s’enroulant autour de la taille du pompier par automatisme. A l’instar des muscles de Nolaan en action, les sens de la jeune femme étaient éveillés comme jamais auparavant, en alerte. L’eau chaude lui semblait tellement froide comparée à leur étreinte, et ça ne faisait que commencer pourtant. L’union fut parfaite, désirée, fiévreuse, passionnée. Et contrairement à ce que Colleen s’imaginait, Nolaan n’avait pas peur – ou plus peur – de faire du mal à leur bébé, et n’avait pas reculé, bien au contraire. Le plaisir que Colleen ressentait ne pouvait que lui faire du bien à elle et à l’enfant de toute façon, qui sentirait de bonnes ondes, que tout va bien dans le meilleur des mondes pour ses parents. Et c’était le cas. Sensations fortes garanties Colleen en était venue à se demander un très court instant si la grossesse avait déjà des effets bénéfiques sur le plan du plaisir ou si seulement Nolaan y contribuait. Peu importe, il était de toute façon là, intense, jouissif. En quelques minutes seulement Colleen avait exprimé son plus extrême plaisir dans un gémissement ne ressemblant à aucun autre. Et malgré cette libération, elle ne quittait pas les bras de Nolaan et n’avait toujours d’yeux que pour lui. Peu importe qu’un attroupement de personnes les accueille à la sortie, peu importe que la rumeur de leurs ébats dans la salle de bain de Matt se répande comme une trainée de poudre sur la ville. « Je t’aime Nolaan. » avait-elle dit dans un souffle coupé, le temps qu’elle reprenne sa respiration. Un murmure sincère appuyé par son regard et l’étreinte tendre qu’elle lui accordait après que ses pieds aient touchés de nouveau terre.

Pendant plusieurs minutes elle était restée ainsi, dans les bras de son amant, à ne penser à rien ce n’est à eux et à leur avenir commun. Elle avait tort. Oui, elle avait tort d’avoir dit à Nolaan qu’elle avait pris peur à son tour car en y pensant, elle le savait, il accepterait son ventre rond comme n’importe quel homme amoureux à la fois de sa femme et de son futur enfant. Elle connaissait ses peurs de devenir comme son père, mais elle connaissait encore plus sa personnalité. Rares étaient les moments où elle l’a vu avec des enfants et pourtant ses souvenirs restent gravés. Un papa de substitution, un papa de quelques heures, c’est ce qu’elle se disait à chaque fois. Elle en était maintenant certaine, Nolaan ne serait rien d’autre qu’un papa poule, prenant déjà soin de son enfant toujours enfermé sous la bedonne de sa mère, passant par-dessus ses peurs et son dégoût des femmes enceintes. Au fond d’elle, elle se promettait de tout de faire pour qu’il surpasse cette angoisse. Prendre soin d’elle, manger sainement, se faire belle… des gestes de la vie simple qui devraient probablement le rassurer et lui montrer que bien que Colleen soit une future maman, elle est une femme avant tout et sa petite-amie en premier lieu. C’est sur cette pensée qu’elle avait remontée de nouveau ses mains sur son visage pour l’embrasser tendrement. Il ferait un super papa, point final, il n’y avait rien d’autre à dire à ce sujet. Et ce baiser c’était un peu pour le remercier d’avance car certes, aussi loin qu’elle se souvienne elle avait toujours été là pour lui, mais la réciproque était tout aussi vraie, il avait toujours été là pour elle. Et elle savait d’avance qu’il ferait tout pour l’aider pendant et après la grossesse.

S’écartant un peu de lui, ses mains descendaient doucement le long de son torse. Un sourire malicieux suspendu à ses lèvres, elle ne pouvait pas s’empêcher de reprendre la parole, son souffle revenu à la normale ou presque : « Je comprends pourquoi tu n’as pas eu de mal à me soulever malgré mes quelques kilos en plus, musclor va. » Des kilos en plus, mais pas en trop. Observer son homme, le complimenter, se rincer l’œil par la même occasion, c’était son occupation favorite parmi toutes. Attrapant le gel douche, elle en mettait dans ses mains et d’une façon très câline elle savonnait le torse de Nolaan, suivant les traits de ses muscles ressortant plus que d’habitude à cause de leurs ébats. Elle ne put s’empêcher d’aller embrasser tendrement son cou alors que ses mains avaient dérivées vers leur endroit favori : ses fesses. « Même si t’avais rien sous ta chemise, va vraiment falloir que tu me la prête, mon haut sera jamais sec sauf si on passe la nuit ici et qu’on dort comme des loques dans la baignoire. » Une idée qui la faisait rire, notamment en imaginant Matt batailler avec la porte pour aller prendre sa douche au petit matin. Le pauvre, depuis des années Nolaan et Colleen lui en faisait vraiment voir de toutes les couleurs. Mais ce soir des couleurs il n’en verrait plus. Ni lui ni personne d’autres d’ailleurs. Le mauvais temps avait eu raison de la fête de Matt. L’orage s’était installé et l’électricité d’une grande partie de la ville avait été coupée, manque de bol.

Un léger sursaut avait secouée Colleen lorsque la lumière et l’eau s’étaient éteintes. Fort heureusement pour Nolaan, la mousse sur son corps avait eu le temps de se faire la malle dans le syphon de la douche. « Je crois qu’on est un peu dans le caca cela dit, chemise ou pas. » Nuit noire. Pour sortir de la douche et trouver leurs fringues, ça n’allait clairement pas être un jeu d’enfant. Evidemment, c’est lorsqu’on a besoin de son téléphone qu’on ne l’a jamais à portée de main. A tâtons la jeune femme avait entreprit de sortir de la douche et de trouver au moins des serviettes. Elle avait de la chance dans leur malheur d’avoir posé son haut sur le porte-serviette et donc de savoir où ce dernier se trouve. Attrapant la main de Nolaan, elle liait alors ses doigts avec les siens, l’obligeant à la suivre. « Fait gaffe au petit rebord de la douche de ne pas t’éclater les orteils dessus. » Protectrice comme à son habitude, mais toujours à l’affût de la moindre connerie qu’elle pourrait sortir : « J’espère que Matt a pas de caméra dans sa salle de bain, parce que la buée sur la vitre de la douche à dut sauvegarder nos cochoncetés mais là, on doit avoir l’air bien con. » Son rire se mélangeait alors aux soupires de déception derrière la porte. Les personnes de la fête semblaient mécontentes de se retrouver dans le noir. De son côté ça faisait plutôt rire Colleen qui se croyait dans une émission tel fort boyard et qui profitait de la marche pour attraper quelques-uns de leurs vêtements sur le sol. Les posant près d’elle, elle se redressait et attrapait enfin deux serviettes dont une qu’elle tendait à Nolaan – et qui, à cause de l’obscurité, avait atterrit directement sur son torse. « Qu’est-ce que tu dirais de profiter de l’obscurité pour nous échapper comme des voleurs ou squatter une chambre comme la dernière fois ? C’est un peu risqué avec les escaliers mais je trouve ça tentant. » On pouvait facilement comprendre à sa voix que le défi aussi débile que dangereux de s’en aller ou de trouver une chambre dans le noir était lancé.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  





MessageSujet: Re: NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.   
Revenir en haut Aller en bas
 
 

NONO&COCO ϟ This is gonna be crazy and stupid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Vos adresses à Sydney etvos toits :: Les villas et maisons-