Shake it Shake it ♪♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
Girl with
a broken smile
✔ AGE : 24 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Photographe.
★ AVATAR : Ashley Greene ♥
© CRÉDITS : TUMBLR & Burning Cage
✔ MESSAGES : 4997
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 12/08/1987


✔ HUMEUR : Anxieuse.
✔ EN JEUX : Il va falloir le créer
✔ SURNOMS : Eden - Deden
✔ LA CITATION : L'Homme est un loup pour l'Homme.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Shake it Shake it ♪♫    Dim 3 Juin - 20:29
Edeleen Maëlys Price feat Ashley Greene
Née à New York, sur l'île de Manhattan dans l'Upper West Side, le 12 août 1987, cette jeune femme est photographe et a obtenu son diplôme avec mention en littérature. Elle peut vous séduire de ses yeux verte-grise et de sa chevelure brune. On dit souvent qu’elle ressemble à Ashley Greene et puis elle est certainement dans le groupe des perruches ondulées. Attention, elle a peur des visages trop souvent croisés et elle est allergique à Nina Dobrev. Il sera donc à proscrire ses éléments lorsque vous serez en sa présence. Vous allez tous l'aimez... par ce qu'elle reste sympathique malgré sa méfiance.

Apprivoisons la bête

Parfois l’on me dit froide et distante mais ce que les gens ne comprennent pas c'est que je refuse de m'attacher. Non pas que ça me déplait mais c'est quelque chose qui me fait peur parce qu'à la moindre petite faille dans une amitié ou une relation amoureuse, cela devient atrocement douloureux. Alors dans mes paroles et dans mes gestes, je reste impersonnelle. J'ai beaucoup de mal, par exemple, à toucher quelqu'un que je ne connait pas vraiment que ce soit pour une simple empoignade ou une bise. On me dit aussi très passionnée, mais ça, je ne peut pas le cacher ni même le nier. Je suis une passionnée, un point c'est tout et personne ne pourra m'en détourner. Une fois un garçon m'a demandé de choisir entre lui et l'art... aujourd'hui je suis célibataire, alors je vous laisse deviner mon choix. Après tout, je considère que ce soit d'un côté comme de l'autre, en amour, il faut savoir laisser l'autre libre de ses choix et faire quelques efforts enfin bref. Pourtant je ne suis qu'une jeune femme effrayée par la vie. La vie me fait peur tout autant qu'elle me passionne... un paradoxe des plus illustrateurs. Je sais que je dois avancer, ne pas me laisser aller mais parfois c'est difficile alors je vais éviter tout contact, toutes les personnes possibles. Il m'arrive même parfois de fuir ma propre famille. Alors oui, j'ai peur de la vie depuis mes 21 ans et surtout de ce qu'elle nous réserve mais je ne le dis pas car personne ne le comprendrait...

Je suis accroc

J’aime avoir le contrôle. C'est sûrement quelque chose qu'on me reproche mais je dois savoir où je vais et pourquoi j'y vais. La vie est un but et je dois mener le mien à bien. Les sucreries font aussi partit de ce j'aime, je suis très gourmande et un jour, je suis certaine que ça me perdra. Tout comme l'art d'ailleurs et plus exactement la photographie.Depuis que j'ai environ 15 ans, je me balade pratiquement 24h sur 24h avec un appareil photo, un carnet et un crayon à papier. En général je photographie pour donner à l'objet de mon envie, l'ombre et la lumière que je souhaite et ensuite je dessine ce à quoi cela me fait penser, ou la façon dont je vois les choses. Il m'arrive de rester des jours et des jours enfermée dans mon appartement pour créer. Et évidement, et le plus important, j'aime ma famille, mes frères, mes parents, mes demi-soeurs même s'il m'arrive de m'engueuler avec eux. C'est normal dans une grande famille comme celle-ci.

J'en ai horreur

Je déteste par dessus tout les coureurs de jupons. Depuis une certaine période de ma vie, j'ai beaucoup de mal avec les hommes tout court mais cette catégorie là est bien pire que les autres. Je ne comprends pas comment on peut coucher avec quelqu'un sans aucun sentiment. Sinon, je déteste les choux de Bruxelles, en général j'adore les légumes et les fruits mais alors là, c'est pas possible. Ce petit goût indescriptible qui vous reste dans la bouche est tout simplement immonde. Et évidemment, comme tout le monde, je déteste ces gens qui pètent plus haut que leur cul, les hypocrites, les menteurs et surtout, tout ce qui est en rapport avec l'injustice.

Ses tics, manies et anecdotes

J’ai quelques petites habitudes comme mordiller mon crayon quand je dessine, c'est une façon comme une autre de se concentrer. J'ai aussi la fâcheuse habitude de tourner un élastique entre mes doigts lorsque je suis stressée. Et enfin, comme la plupart des filles aux cheveux longs, je passe ma main à l'intérieur 145268742 fois par jour.
Bonjour à vous, sur le net, je suis Cocaïne. Je serais disponible 7 jours /7 pour vous et bien sûr, je vais vous offrir de beaux rp’s qui auront pour fourchette : 700 à plus de 1000 mots, ça dépend de mon inspiration. Je vous ai trouvé, oui, vous grâce à moi-même, je suis l'une des fondatrices. J’ai 20 ans et je vis actuellement en France. Et puis, je vous kiff de la boulette
Pour nous aider ⇝ Je suis déjà dans la liste.



• • • • • • • • • • • • • • • • •



Dernière édition par Edeleen M. Price le Mar 5 Juin - 13:47, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Girl with
a broken smile
✔ AGE : 24 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Photographe.
★ AVATAR : Ashley Greene ♥
© CRÉDITS : TUMBLR & Burning Cage
✔ MESSAGES : 4997
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 12/08/1987


✔ HUMEUR : Anxieuse.
✔ EN JEUX : Il va falloir le créer
✔ SURNOMS : Eden - Deden
✔ LA CITATION : L'Homme est un loup pour l'Homme.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Shake it Shake it ♪♫    Dim 3 Juin - 20:29
Mon histoire Congratulation, it's a girl !
Les couloirs blancs de l’hôpital Saint Daniels reflétait les rayons du soleil brûlant. Un véritable cyclone venait de s’abattre sur ce dernier, la famille Price faisait son entrée. Six garçons, rien que ça, et leur père en panique pendant que la mère ne cessait de faire le petit chien. Prise en charge dans la minute qui suivait leur arrivée, Maria fût emmenée en salle de travail tandis que John essayait en vain de calmer les garçons qui voulaient accompagner leur mère.

Ce jour là fût de dures épreuves pour la famille aussi bien pour Maria qui mettait au monde son septième enfant sous un soleil de plombs, que pour John qui s’excusait à tout va auprès des patients et des infirmières que les garçons rendaient fous. Ils étaient tellement impatients de voir leur unique petite sœur. Maria avait toujours voulu une fille et maintenant qu’elle allait l’avoir d’une minute à l’autre, elle avait promis à John que ça serait leur dernier enfant.

Plusieurs heures s’étaient écoulées avant qu’on vienne dire à la famille Price qu’il pouvait aller voir Maria. Tout d’un coup, alors qu’ils approchaient tous de la chambre, ils s’étaient calmés, prenant enfin conscience que le bruit ne changerait rien à leur impatience. Poussant la porte de la chambre, John entra suivi de tous les garçons : Donovan, l’aîné, suivi de Chris, Léo, Declan et les jumeaux dans les bras de leur père, Dean et Matt. Maria, épuisée, n’arrivait néanmoins pas à retenir ce sourire qui se dessinait en les voyant entrer. Sa petite fille dans les bras, sa princesse contre sa poitrine, elle ne pouvait pas être plus heureuse. « Les garçons, je vous présente la petite dernière de la famille, Edeleen Maëlys Price. » Tout le monde s’était approché du lit, sauf Donovan qui restait un peu à l’écart de tout ça. Comme si cette naissance n’annonçait rien de bon… « Viens dire bonjour à Edeleen, Donovan. »

Et il avait refusé, prétextant qu’il laissait la place à ses frères pour lui dire bonjour en premier. N’allez pas croire qu’il n’aimait pas sa sœur, bien au contraire, il l’aimait déjà beaucoup mais il ne cessait de se demander comment la famille allait s’en sortir maintenant que Maria ne serait plus enceinte. Avouons le, ses grossesses c’est ce qui retenait John depuis le début, refusant d’abandonner ses enfants. Combien de temps tiendrait le couple ? Personne ne le savait. Donovan s’approchait enfin quand tous les regards s’étaient tournés vers lui. Il n’avait certes que 10 ans, mais il était loin d’être bête. « Bonjour Eden… » fût ses premiers mots et sûrement pas les derniers pour sa sœur auquel il avait déjà attribué un surnom.

Mon histoire goodbye family.
Malheureusement pour la famille, les craintes du jeune Donovan se trouvaient être fondées. Cinq ans après la naissance de leur petite fille, les parents Price se séparèrent. Au début il ne s’agissait que d’un test, une simple séparation formelle, physique. L’un avait gardé la maison et l’autre s’en était allé prendre un appartement non loin de là, histoire de pouvoir voir les enfants. Pendant plus d’une année, le père d’Eden faisait des allers et retours entre son appartement et la maison pour voir ses enfants grandir, les amener au parc pour jouer avec eux. La séparation était pourtant foutrement douloureuse, comme à chaque fois qu’il les ramenait près de leur mère. Et c’est un matin de janvier, qu’il arrivait devant chez lui, apercevant sa fille dehors, trempée jusqu’aux os, ses pleurs se mêlant à la pluie. Sortant de sa voiture en vitesse, mal garé, il se fichait bien profondément qu’un abruti puisse lui rentrer dedans. Approchant de sa fille de six ans, elle tremblait comme une feuille, ses larmes ne cessant pas de couler. Sans un mot il l’avait alors couverte de sa veste, la faisant entrer dans la maison en la prenant dans ses bras. Cette situation l’étonnait drôlement, il connaissait sa fille d’un calme pourtant exemplaire, à ne jamais broncher, à toujours être polie en public.

Dans les bras de son père, elle s’accrochait de toutes ses forces. Son cœur d’enfant souffrait, son âme de petite fille qui croyait en l’amour véritable s’était ébranlée à la vue de ses papiers. Elle serrait son père comme elle ne l’avait jamais fait jusque-là, souhaitant intérieurement que lui ne partirait, qu’elle n’aurait pas à supporter cette vision d’horreur, une nouvelle fois. S’approchant de la table John aperçu des papiers, notamment une demande de divorce déjà signée de la main de Maria, ainsi qu’un bout de cette dernière lui annonçant qu’elle s’en allait avec trois de ses fils, les derniers, pour la Floride où elle referait sa vie. C’était alors au tour de John de voir ses yeux se brouillait de larmes. Elle lui avait enlevé la chair de sa chair, lui laissant les trois grands soit disant parce que ça serait plus simple pour lui, et sa fille parce que cette dernière est particulièrement attachée à lui. Elle lui sortait des arguments tout aussi bidons les uns que les autres. John n’avait jamais aimé un enfant plus qu’un autre, tous était le sang de son sang, la chair de sa chair, et chacun avait le droit à autant d’amour. Un amour incommensurable que son ex-femme lui avait vulgairement, stratégiquement et volontairement volé. Elle les avait pris, s’enfuyant sous les yeux de sa fille avant que John n’arrive. Aux yeux de la loi, il s’agit d’un kidnapping, aux yeux de John il s’agit d’une haute trahison.

Pour oublier ce malheur qui avait frappé la famille, John décidait de quitter la maison pleine de souvenirs heureux certes, mais qui à l’heure actuelle, étaient beaucoup trop douloureux. Après deux ans de procédure judiciaire pour divorcer dans les règles de l’art et avoir le partage équitable des biens et la garde des enfants, John, Donovan, Chris, Léo et Eden, quittèrent Manhattan directement Sydney en Australie. Changement de maison, changement de lieu, changement de vie. Tout devait être nouveau pour oublier les malheurs du passé ou du moins apprendre à vivre avec.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



Dernière édition par Edeleen M. Price le Mar 5 Juin - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Girl with
a broken smile
✔ AGE : 24 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Photographe.
★ AVATAR : Ashley Greene ♥
© CRÉDITS : TUMBLR & Burning Cage
✔ MESSAGES : 4997
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 12/08/1987


✔ HUMEUR : Anxieuse.
✔ EN JEUX : Il va falloir le créer
✔ SURNOMS : Eden - Deden
✔ LA CITATION : L'Homme est un loup pour l'Homme.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Shake it Shake it ♪♫    Mar 5 Juin - 12:36
Mon histoire My fucking sister !
Ce n’est qu’à l’âge de treize ans qu’Eden peut enfin revoir ses trois frères et à sa grande surprise, ses demi-sœurs. En effet, sa mère était en voyage à Sydney, sans même savoir que son ex-mari et ses enfants y étaient à présent. C’est tout à fait par hasard qu’ils se sont recroisés dans un bar du centre-ville. Tous les deux célibataires ils s’étaient remis à discuter de tout et de rien, pendant que les enfants jouaient au billard non loin de là. C’est probablement le plus beau jour de la vie d’Eden que celui-là. On aurait pu croire que ses parents venaient de se rencontrer. La haine s'était évanouie, les remords envolés, et la joie d’être ensemble pouvait se ressentir dans l’air. Même les deux filles du nouveau – et déjà ex – conjoint de Maria ne se sentait pas à part, déjà intégrées dans la famille. Plus rien ne pourrait les arrêter, et ça, Eden le savait parfaitement, elle pouvait le ressentir, comme si tout était écrit. Un an plus tard, ses parents se passaient de nouveau la bague au doigt, John adoptant les filles de Maria comme ses propres filles, celles-ci ayant perdu leur unique parent biologique, leur père. Eden et Alex, l’une des deux filles, s’étaient particulièrement rapprochées après avoir découvert qu’elle communiquait depuis déjà plusieurs mois avant leur rencontre via internet. Les deux jeunes filles, malgré leur différence d’âge de 3 ans, s’entendaient particulièrement bien, elles partageaient tout, peut-être un peu trop d’ailleurs…

Il ne fallut que cinq petites années pour que tout se dégrade d’un coup. Eden avait 18 ans, Alex en avait 15. Leurs parents s’en étaient allés pour un petit week-end en amoureux et les grands frères étaient chargés de surveiller les plus jeunes et de gérer la maison. Au final, la dite maison s’était transformée en une fête géante avec quelques amis, voire parfois des inconnus que les amis avaient ramené eux-mêmes. C’était certain, avant l’arrivée des parents, un grand ménage allait devoir être fait, mais à l’heure actuelle, ils s’amusaient tous. L’ambiance était à son comble, le quartier à l’habitude plutôt calme connaissait un changement certain pour cette nuit. Les voisins ne disaient rien, ou pas trop, les gens s’amusaient, que demander plus ?

Eden, elle, demandait une chose de plus. Son petit ami Connor. Elle l’avait cherché dans tout le rez-de-chaussée, elle avait même demandé à ses frères s’il l’avait vu, mais rien, pas un signe de vie. Montant alors à l’étage, elle se dirigeait d’abord vers la salle de bain où elle découvrit une jeune femme qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam en train de vomir ses tripes dans les toilettes. Elle la laissait donc seule après avoir eu confirmation que tout va bien. Parcourant les chambres, elle ne mit pas de temps à le trouver, dans sa propre chambre, en compagnie d’Alex tout aussi à moitié nue que Connor. Dépitée, triste, en colère, ce soir-là sa première véritable histoire vieille d’un an avait volé en éclat. Il l’avait trompée… ILS l’avaient trompée ! Sa demi-sœur, sa sœur même, son amie, sa meilleure amie, s’était jeté sur son petit ami, celui en qui elle avait confiance en tout point avait ouvert ses bras à Alex. Ce soir-là elle avait compris, l’amour véritable n’existe pas, l’amour avec un grand A c’est de la connerie pure et dure, tout simplement. Et pour couronner le tout, lorsqu’Alex tentait de se faire pardonner un an plus tard, Eden s’en allait dans son propre appartement, creusant un fossé encore plus grand entre elles.

Mon histoire Evil inside...
C’est à 21 ans que sa vie prend un véritable tournant. Passionnée de photographie depuis son adolescence, la jeune fille devenue aujourd’hui une véritable jeune femme, a toujours un appareil photo avec elle. Photographiant un peu tout et n’importe quoi, son style reste pourtant assez étonnant, photographiant toujours d’un angle un peu improbable, que ce soit du haut d’un arbre ou à ras le sol. Un style qui fut assez vite remarqué par un publicitaire, Ricardo Sanchez. Sa patte artistique lui avait plu et il l’avait conviée bien loin de Sydney, à Paris, pour faire une séance d’essai. Lorsque la jeune femme prit l’avion pour aller dans la ville la plus romantique du monde, elle était bien loin d’imaginer ce qui allait lui arriver. D’abord, contrairement à ce qui était convenu, Eden ne se trouvait pas en plein cœur de Paris mais en pure périphérie, là où on connait les vaches, les champs et les maisons loin de tout. Là-bas, un grand bâtiment loin de la ville et du voisinage siégeait au milieu de nulle part. A l’intérieur, un véritable studio photo, qui avait sourire la jeune femme qui jusque-là se contentait d’un simple appareil photo, comparé à tout le matériel présent. Emerveillée ? Elle l’était, pour le moment en tout cas.

Ricardo lui avait alors demandé de se mettre devant l’objectif de façon à pouvoir régler la lumière du shoot qu’ils allaient faire. Sans hésitation elle s’y était mise, sans savoir que c’était un piège drôlement bien ficelé. Prétextant une mise au point pour les ombres, ils avaient convié son équipe pour qu’ils se rejoignent à elle. C’est à cet instant précis qu’il avait donné un signal à son équipe, des hommes qui laissaient croire à une Eden particulièrement frêle à côté d'eux. Se saisissant de la jeune femme avec force, Ricardo commençait à prendre des photos. Elle comprit bien vite ce qu’il lui arrivait. Totalement impuissante face à 5 hommes, elle avait beau hurler, pleurer, implorer, personne ne l’entendait. Salie, blessée aussi bien physiquement que moralement, dépucelée de force, ils l’avaient laissée pour morte, en sang au beau milieu d’un champ. C’est le propriétaire de ce dernier qui appelait alors les pompiers quand il la découvrit.

Ce n’est que trois semaines après son arrivée à l’hôpital qu’elle sortait de son coma. Pendant longtemps elle avait demandé aux médecins de ne rien dire sur le viol qu’elle avait subi, qu’elle le dirait à sa famille en temps et en heure. C’est ainsi qu’elle avait fait croire à une chute d’escalier pendant plus d’un an, avant d’avoir la force d’en parler. Elle s’était renfermée sur elle-même, continuant la photographie malgré tout. Elle avait peur de tout et de rien, les hommes elle les voyait, les conversations sur le sexe ne serait-ce que de stupides blagues ne la faisait pas rire. Donovan s’était alors promis de tuer ce soit disant Ricardo, envolé avec les photos, qui avait fait disparaitre la sœur tant enjouée qu’il avait connu.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  





MessageSujet: Re: Shake it Shake it ♪♫    
Revenir en haut Aller en bas
 
 

Shake it Shake it ♪♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Sérieusement ? Racontes-moi ton histoire. :: Bienvenue à Sydney et bon jeu !-