Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 28 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Professeur de psycho
✔ ETUDES : Psychologie
★ AVATAR : Matt Boomer (L)
© CRÉDITS : Ava : bazzart, gif : tumblr
✔ MESSAGES : 358
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 18/08/1984


I would like to reach out my hand
I may see you, I may tell you to run
I would like to hold your little hand
Nobody safe, nobody on
How we will crawl, we will...
Send me on my way


✔ HUMEUR : Bonne, comme vous ?
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Henry qu'il rit et qui pleure, c'est la clé du bonheur ! -sort- Tout ce que vous voulez. Marshamallow pour les intimes ou Chocolove mais encore Loveur !
✔ LA CITATION : Exister est bon ; non pas meilleur qu'autre chose ; car exister est tout, et ne pas exister n'est rien.




MessageSujet: Re: Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...   Mer 6 Juin - 21:08
Un chiot, il fallait avouer que ça sonnait masculin c’est peut-être pour cette raison que j’avais utilisé le « il »… Je ne pouvais pas m’empêcher de tourner ça au masculin. Peut-être justement par ce qu’elle n’avait pas de nom et au fond, je n’y avait même pas pensé avant qu’elle ne le dise. Comment trouver un nom pour un chien ? Ou une chienne, c’était pareil. Je n’avais aucune idées de ce que j’allais bien pouvoir lui proposer ou même si elle avait des idées. Et oui, j’étais carrément à l’ouest pour ce qui est des noms d’animaux. Je n’en avais aucunes idées. Comment on appelait des chiens en général ? Beethoven ? Je réalisais alors mon erreur et aussi que nous devions trouver ce prénom à ses mots. C’était dingue, nous avions des prénoms à trouver... Une collection. En plus, je n’avais pas d’idées de bases. Je riais nerveusement en lâchant un simple et léger « Oups ! », c’était tout ce que je trouvais à dire en me mettant alors à réfléchir à des prénoms mais nous avions le temps et au fond : nous mangions donc oui, à table. Rapidement nous commencions à manger et partions vers le sujet des meubles, je ne m’en faisais pas spécialement en fait car ce n’était que des meubles. Les seules difficultés était surement que certains soient compliqués à monter enfin ce n’était que des planches. Je ne m’inquiétais pas pour qu’un meuble lui tombe sur le pied et c’était surement les seuls risquent. Je riais en l’entendant me dire de ne pas m’inquiéter et haussant doucement les épaules en l’entendant. « Je ne m’en fais pas… enfin ce ne sont que des meubles… c’est juste que ce n’est pas les pieds de monter les meubles en kit ! », je souriais. « T’as pas besoin d’avoir une nounou ! Et puis… ce n’est pas la fin du monde… c’est peut-être juste un peu lourd mais je les monterais demain matin comme ça ! », je riais doucement en continuant de manger, c’était délicieux mais oui, c’est vrai. Cela n’est que des meubles et des femmes enceintes peuvent faire beaucoup de choses. Je ne m’inquiétais pas vraiment des risques ou du repos. Je me disais surtout que ça prenait souvent, trop souvent la tête de monter ce genre de kit. « Fais juste attention à ne pas faire tomber les planches sur tes pieds… », disais-je en lui souriant. Non, j’étais confiant pour les meubles, vraiment. Je crois que ça m’amusait plus qu’autre chose en ce moment qu’elle me dise de ne pas m’en faire. Je le sentais un peu venir à vrai dire. Je savais que je m’inquiétais de trop et je tentais de me calmer pourtant mon passé n’y aidait pas réellement. Je la couvais. Imaginez alors comment j’allais couver nos enfants après ? Les pauvres, je serais pire qu’une maman à contrôler les écharpes, je crois ! Et elle avait raison de trouver que je m’inquiétais trop car parfois, c’était le cas mais dans ce cas, c’était loin d’être pareil. Je me doutais parfaitement qu’elle en était capable mais je crois que c’était simplement… une inquiétude différente ou peut-être par ce que j’avais envie qu’elle prenne du temps pour elle tant qu’elle le pouvait encore. Enfin bref en gros, je continuais à manger car je mourrais de faim et tout cela c’était délicieux d’ailleurs mais je devais avouer avoir mangé beaucoup au petit-déjeuner donc là, c’était un peu plus compliqué pour moi de me nourrir. C’est alors que je proposais le compromis de passer une soirée tranquille comme un couple qui n’a pas d’enfant enfin peut-être en en parlant mais bon en gros, je me comprenais. Une fois le repas terminé, je débarrassais la table en tout homme gentil et affectueux. Je ne voulais pas réellement m’inquiéter ou autres, je voulais juste être gentil. Rapidement je montais pour redescendre et hop hop hop… je revenais avec ce livre qui contenait des prénoms de toutes sortes et des souvenirs. Bon certains seraient surement un peu plus vieux mais au fond, un prénom c’est éternel. Je riais en l’entendant me demander ce que c’était et lui montrant alors. « Un bouquin ! », disais-je simplement d’un petit murmure en posant le chien avant de lui donner le livre et riant quand elle disait que pourquoi pas. Il était vrai que certains pourraient être plus vieillots mais d’autres plus jeunes en fait, les prénoms existent depuis longtemps… il y a juste des époques ou on les utilise plus que d’autres. Je lui posais rapidement la question pour le sexe du bébé en souriant doucement à sa réponse et hochant la tête. « C’est vrai qu’on ferait une pierre deux coups là enfin peut-être deux pierres, un coup, non ? », je fronçais les sourcils un peu amusé par ce que je venais de dire et rapidement avec mon dessert, j’allais m’installé et je posais ainsi mon popotin en lui faisant signe de me rejoindre et prenant alors. Je riais doucement en la regardant avec une sorte de tendresse quand j’imaginais que ça allait être la première fois que nous passerions quelques jours loin de l’autre. Cela me faisait bizarre mais au fond, on ne verrait pas le temps passer et je crois que tous les couples passent par-là à un moment. Alors qu’elle était à côté de moi, je me sentais bien et bien mieux. J’haussais doucement les épaules en la regardant et lui offrant un petit sourire. « Pour toi aussi, tu vas voir. Tu peux aller faire du shopping pour la petite et d’autres choses. Je suis sûre que tu pourras combler le temps. », soufflais-je rapidement. Je partais alors dans son cou pour y reposer des baisers, tendre en parlant un peu et demandant si elle voulait un nom Russe et rien alors qu’elle me demandait si ça faisait Russe. « Non, pas vraiment. Ça sonne Français plus vite ! », bon d’accord Evangeline ne sonnait pas du tout russe mais c’était joli et ça ne sonnait pas Australien non plus au fond donc bon. J’aimais bien son prénom qui était surement plus joli que ceux des Russes que j’ai rencontré comme Hilda. Ah je détestais ce prénom… Hilda ? Non mais sérieusement. Bizarre, j’avais aussi une aversion pour Dimitri. Ne cherchez pas, c’est une histoire d’homme et d’égo mais bon. Peu à peu, je parlais de mariage et lançant le sujet comme si c’était assez naturel. On allait devoir aller reconnaitre l’enfant alors aussi parlé de cette histoire de mariage. On avait un acte de naissance d’ailleurs ? Je n’en avais aucunes idées et sur ce point, je me demandais comment on allait faire sachant qu’un docteur devait le signer. C’était complexe. Je ne m’étais même pas encore posé la question surement par ce que nous en avions bien d’autres dans la tête et je me disais qu’ils auraient pensés à tout. Enfin même le mariage, c’était complexe quand elle me demandait si on pourrait, j’haussais les épaules en faisant une petite moue sans réellement le savoir au fond, je n’en avais aucunes idées mais beaucoup de couple signait juste le papier ce qui était plus un pacse enfin je ne savais pas trop et je riais nerveusement. « Honnêtement, j’en ai aucunes idées… », disais-je en baissant le regard vers le chien et l’écoutant alors voir ça. J’hochais la tête en pensant à ma sœur et me demandant comment elle allait trouver cette idée de mariage, d’enfants et tout enfin je me demandais si ça lui plairait ou même comment elle allait le prendre car au fond : ce n’était pas rien. La vie avant un peu été chamboulée pour nous. Ca l’aiderait peut-être ? Je n’en savais rien mais l’impliquer serait une bonne chose sauf que je ne me voyais pas du tout autorisée à ce qu’elle reste seule avec les enfants. Elle était bien trop nerveuse et de mon passé, je savais qu’une femme droguée n’était pas des plus douces avec un enfant. « Tu as raison… tu me diras tout ça au téléphone ? », disais-je d’un petit murmure comme pour que personne ne l’entende. Je l’embrassais alors en profitant de ce baiser et bien plus longuement qu’avant de partir à mes courses. Je profitais un peu du moment dans ses bras et lui caressant le bras alors qu’elle s’écartait en hochant à la tête alors que je l’entendais. « Marché conclu ! », disais-je en lui offrant un petit sourire et me contentant juste de la regardait en entendant sa proposition après l’avoir bien entendu laissée s’installer. Je souriais pour Lucia en la regardant et haussant une petite épaule. J’aimais bien ce prénom mais je ne pouvais pas m’empêcher de tiquer un peu sur un détail. Je ne savais pas pourquoi. Je fis une petite moue et attendant alors ses autres propositions en hochant la tête. « J’aime bien tes idées… Lucia ça sonne bizarre quand on le dit, non ? J’ai de mauvais souvenirs des Ambre… au lycée… y en a une qui m’a collée une raclée sinon je dois avouer moins aimer Jade… », je grimaçais doucement. « Oula… je suis compliqué ! Frappes-moi », rajoutais-je en levant les mains du genre : frappes ! Je baissais aussitôt les mains en les posant sur ses bras et lui caressant en tentant de trouver des idées. Je riais en l’entendant alors parler du chien et du fait qu’il lui fallait un prénom. Je me penchais pour regarder l’animal en souriant. « C’est vrai… en H cette année, je crois ! », je riais doucement en la regardant. « Holympe, pourquoi pas ? Hola aussi ! », je souriais à mes idées un peu folle mais sérieusement amusante à dire à mon gout. Je ne m’attendais pas à ce que cela lui plaise et alors que je réfléchissais à des noms pour cet enfant, je souriais alors qu’elle me demandait ce qu’était les listes et lui souriant. « C’était l’écriture de ma mère, les listes qu’elle pensait bonne pour nos prénoms. », je riais doucement en regardant celle-ci et fronçant les sourcils. « Comme tu vois tu as failli épouser en Pascal, Edgard, Robert et Charles ! », je souriais en regardant celle des filles. « Et les choix si j’étais une fille n’étaient pas des plus convaincants, je vois. J’ai failli m’appelle Cerise. Ce n’est pas rien ! », je fronçais le nez en me disant que j’aurais bien aimé m’appeler Choco… enfin bref, je fermais les yeux en réfléchissant et m’apaisant en caressant son bras avant de faire une petite moue. Des idées par milliers me venaient mais je devais avouer que je n’étais pas certain que cela lui plaise. Il y avait tellement de nom que je ne pouvais pas vraiment. « Hummmm… Alexia ? Nina ? Rose ? Lina ? Lina ? Marie ? Elizabeth ? Eva ? », je riais doucement en la regardant avec un air interrogateur en me demandant si mes idées lui plairaient mais c’était un peu du rapide, tout ce qui me passait par la tête. Je fis un peu bouger mon poignet pour voir si la douleur passait plus et je grimaçais doucement en le massant alors. « C’est à quelle heure l’avion ? », demandais-je en tentant de voir si je pourrais aller chez le kiné avant de partir même si c’était juste pour 5 petites minutes mais au fond, j’avais réellement besoin d’avoir un antidouleur ou un truc du genre pour aider. Je prenais alors l’autre main en tentant de rester attentif à ses idées et allant caresser son cou du bout des doigts ainsi que son bras en me rendant compte que là, progressivement en l’ayant contre moi, je commençais à avoir envie d’elle… c’était con mais je suis un homme au fond et progressivement l’idée arrivait à ma tête et je continuais mes caresses en allant reposer des baisers dans son cou et descendant ma main en directement de son haut pour la passer doucement sous son t-shirt et lui caresser le ventre sans même penser à ce bébé qui s’y trouvait. Je l’oubliais un peu sur le coup. Un fin sourire se déposait sur mes lèvres tandis que j’allais à son oreille pour murmurer. « Te quiero ! », disais-je en riant doucement et me souvenant qu’elle me l’avait dit une fois alors que nous étions dans une situation qui devenait cocasse. Je continuais mes caresses et mes baisers en étant des plus doux.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

M. HENRY GRAYSON « I DON'T KNOW WHERE I'M AT »
Not ready to let go. Cause then I'd never know. That I could be missing. I'm missing way too much. So when do I give up what I've been wishing for I shot for the sky. I'm stuck on the ground. So why do I try, I know I'm going to fall down. I thought I could fly, so why did I drown ? Can't find another way around. And I don't want to hear the sound, of losing of what I never found.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net/ 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Prof de langues étrangères à l'université
★ AVATAR : Rachel Bilson
© CRÉDITS : Bazzart
✔ MESSAGES : 209
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 13/11/1986

The World......belongs to us


✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Evy, Eve, Eva, Angel, Line, Zély ...
✔ LA CITATION : La vie est surprenante, mais surement pas autant que l'amour, car quand il frappe tout peut changer d'un bout à l'autre, même vous. Surtout vous. On subit la vie, mais l'amour on l'attend.




MessageSujet: Re: Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...   Jeu 7 Juin - 14:49
Trouver des prénoms. Ce n’était certainement pas la toute première chose qu’il pouvait y avoir à faire, mais c’était en haut de liste et il fallait qu’ils choisissent dès à présent pour éviter les ennuis. Si aucun choix n’était arrêté lorsqu’Henry reviendrait de Russie, cela pourrait poser quelques problèmes et c’était quelque chose qu’il fallait éviter. Il fallait donc qu’ils arrivent à trouver au moins un prénom pour sa nièce. Pour ce qui était du bébé qu’elle attendait, ils auraient des mois pour y penser et pour le chien cela pouvait attendre un peu. Mais pas pour la fille de Lyuba et cela restait imprimé dans l’esprit d’Evangeline. Réfléchissant à des idées de prénoms et en venant à parcourir le livre que venait de lui fournir Henry, elle fut déconcentrée un instant par l’idée qu’avait Henry de s’occuper du mariage en même temps que de reconnaitre la petite. Comment cela serait possible ? Déjà l’idée de reconnaitre la fille de Lyuba semblait étrange dans l’esprit de la jeune femme. Elle ne se voyait pas déclarer à tout le monde qu’elle était la mère de cette fillette et d’ici moins de neuf mois donner naissance à un nouvel enfant. C’était physiquement impossible qu’elle ait deux enfants si proches en âge alors comment pourraient-ils expliquer cela ? Dire que c’était bien sa nièce et qu’elle était obligée de s’en occuper ne serait pas plus simple finalement ? Elle réfléchissait à cela tout en débattant de la possibilité de se marier par la même occasion et le mélange de tout cela lui semblait impossible. Il faudrait qu’elle se renseigne pour tout faire au mieux pour tout le monde. Mais malgré tout un détail la chiffonnait quelque peu. Un détail qu’elle préférait garder pour elle pour l’instant, ce n’était pas à la seconde et ils pourraient bien en discuter avant que cela se fasse officiellement. Evangeline acquiesça lorsqu’il ajouta qu’elle lui dirait tout au téléphone. Il n’aurait pas forcément besoin de le savoir dès l’instant où elle-même le saurait, mais elle verrait selon l’importance de la chose et surtout selon les réponses qu’elle aurait obtenu. Reportant son attention sur la question du moment elle s’attelait à trouver un prénom correct pour sa nièce et proposa quelques idées qui lui passaient par la tête. Rien de bien fabuleux, mais visiblement ce n’était pas encore tout à fait au gout d’Henry. Les prénoms de Lucia, Ambre ou Jade étaient agréables pour elle, elle était habituée aux prénoms rudes à consonance russe. Et elle préférait éviter ce genre de choix, elle voulait quelque chose de plus simple et plus facile à dire dans n’importe quelle langue. Elle voulait surtout quelque chose de facile à porter et éviter les prénoms trop compliqués ou qui finissent par faire des jeux de mots avec le nom de famille. Evangeline sourit légèrement alors qu’Henry faisait remarquer qu’il était compliqué. « Tu n’es pas compliqué … un prénom ce n’est pas rien à choisir, il faut qu’on y réfléchisse c’est tout. » Il fallait qu’ils y pensent sérieusement et qu’ils arrêtent de proposer tout et n’importe quoi. Il fallait qu’ils se posent et qu’ils y réfléchissent en détail, envisageant toutes les possibilités avant de se décider. Et il fallait aussi penser que la chienne aussi avait besoin d’un prénom. Ce n’était pas réellement primordial et pressé, il faudrait lui trouver quelque chose c’était certain, mais ca pouvait attendre un peu. « Pour elle ca devrait être plus simple. » En tout cas elle l’espérait car si choisit un prénom pour le chien était aussi laborieux que pour les enfants ils ne s’en sortiraient jamais. Henry vint à préciser que c’était une année en H, ce qui réduisait déjà les possibilités. Etudiant rapidement les propositions qu’il fit, elle s’arrêta un instant pour réfléchir plus attentivement. « Holympe ? » Prononçant le nom à voix haute, elle observait la chienne qui leva la tête comme si on l’avait appelé. Elle retenta l’expérience et cette fois le chiot se tourna prenant la pose comme si elle attendait de savoir ce qu’on attendait d’elle. « Holympe ? Ca lui va bien et ca a l’air de lui plaire. » Elle sourit légèrement, se penchant en avant pour aller caresser le chiot l’espace d’un instant. C’était ca de fait. Un prénom de moins à chercher, mais il en restait encore au moins deux et même trois pour bien faire. Il faudrait un prénom pour sa nièce, mais aussi deux prénoms, un pour chaque possibilité de sexe pour l’enfant qu’ils allaient avoir dans quelques mois. Il faudrait attendre quelques mois pour savoir si ce serait un garçon ou une fille et en attendant il valait mieux prévoir les deux prénoms. Le prénom du chiot étant choisit, Evangeline reporta son attention sur le livre qui se trouvait sur ses genoux, remarquant finalement la liste de prénoms notés à la main sur une page vierge du livre. Elle observait la liste alors qu’Henry lui expliquait qu’il s’agissait des prénoms qui avaient été envisagés pour Henry. Elle sourit légèrement à l’évocation de ces prénoms, il fallait bien avouer que de tous c’était certainement Henry qui était le mieux. « Je crois que je préfère Henry à tout ceux là. » Elle n’était pas forcément fan des prénoms dans ce genre là qui selon elle faisait assez anciens, et même si certains passaient encore par moment, elle n’était pas sure qu’elle aurait autant apprécié un prénom comme Edgard ou Charles. Finalement Henry était un très bon choix à son gout. Elle ne put retenir un sourire et même un rire à la remarque d’Henry. Ce n’était pas forcément si mal que ca comme prénom Cerise. Elle sourit presque malgré elle en réfléchissant avant de finir par proposer. « Cerise ? C’est mignon, qu’est-ce que tu en dirais si on a une fille ? » Elle éclata de rire ou presque en voyant sa réaction à cette proposition. Visiblement l’idée de Cerise ne lui plaisait pas vraiment. Il faudrait donc trouver autre chose et elle se remit à feuilleter le livre, cherchant quelques idées qui pourraient leur aller à tous les deux. Elle laissa le livre de coté alors qu’Henry proposait une série de prénoms possibles. Les étudiants les uns après les autres, l’un d’entre eux retint plus particulièrement son attention. « Nina ? Quand Lyuba été petite elle n’arrivait pas à dire mon prénom en entier et elle a commencé à m’appeler Nina. Ca pourrait aller pour la petite. Et Lily si on a une fille ? » Quand Lyuba avait prit ce pli d’appeler sa sœur Nina, Evangeline avait eut l’idée de lui retourner la politesse et elle l’appelait constamment Lily. C’était le seul signe de familiarité entre les membres de cette famille, et jamais personne d’autre qu’elles deux n’avait utilisé ces petits surnoms. Ca pourrait être une bonne idée et il était certain que si elle avait à son tour une fille, elle aurait l’impression de revoir les choses comme par le passé. En espérant que ses enfants s’entendent aussi bien qu’elle s’entendait avec Lyuba. Elle cherchait encore d’autres propositions à faire, redoutant que ces deux choix ne plaisent pas réellement à Henry et qu’il préfère chercher autre chose. Elle reporta son attention sur son compagnon alors qu’il semblait aux prises avec son poignet, en venant à demander l’horaire de l’avion. « Je n’ai pas les horaires en tête … hum … demain en début d’après-midi il me semble. » Ils ne s’étaient pas encore renseignés plus en détail à propos de ce vol et elle réalisa alors qu’ils feraient mieux de s’y prendre à l’avance s’ils voulaient être sur de ne pas devoir attendre encore quelques jours de plus. « J’appellerais tout à l’heure pour réserver une place et connaitre l’heure précise. » Il valait mieux qu’ils prévoient les choses à l’avance cette fois et ce ne serait pas un mal de connaitre un peu plus en détail les possibilités qui s’offraient à eux. Observant Henry l’espace d’un instant avec son poignet, elle fit une légère grimace. « Tu devrais essayer de prendre un rendez-vous avant de partir. » Elle savait ce que c’était que d’avoir un poignet bandé et de la rééducation à faire. Elle n’avait pas eut trop de problème après son accident et avait put éviter trop de séances de kiné, mais il fallait bien voir qu’Henry n’était pas comme elle et il se pourrait que les choses soient différentes. La jeune femme reporta alors une fois de plus son attention sur le livre qui se trouvait devant elle. S’ils en restaient là avec les prénoms de fille, il faudrait encore trouver un prénom pour un garçon. Elle tournait les pages, analysant les prénoms qui se présentaient devant ses yeux sans en trouver un qui lui plaise réellement. Et le comportement d’Henry à coté d’elle n’aidait pas vraiment. Elle tentait de ne pas se laisser trop aller à ces caresses et à ses baisers. Il savait très bien comment la faire flancher et elle n’aurait pas forcément besoin de grand chose pour se laisser aller. Mais il restait un détail à régler. « Je croyais qu’on avait dit qu’on parlait prénom et qu’ensuite on profitait de la journée ? On n’a pas encore finit pour ce qui est des prénoms … » Les mots étaient sortis plutôt comme un murmure. Malgré elle, elle se laissait déjà porter par la situation, oubliant presque ce qu’elle venait de dire. Fermant les yeux un instant et se laissant emporter, elle soupirait légèrement se laissant faire sans résistance. Jusqu’à ce qu’un mouvement se fasse à ses pieds et qu’elle revienne partiellement à la réalité. Elle devait rester concentrée et Henry faisait tout pour l’en empêcher. Elle reprit alors pleinement le contrôle d’elle-même, reportant à nouveau son attention sur le livre qui se trouvait toujours devant elle. Elle parcourut quelques pages supplémentaires, tentant de résister à Henry et de faire comme si tout cela ne lui faisait pas le moindre effet, avant de tomber finalement sur une idée qui lui paraissait plutôt bonne. « Qu’est-ce que tu penserais de Gregory pour un garçon ? Ca rappel un peu mon nom. » Grigori et Gregory étaient de termes assez proches et ca pourrait être une sorte de rappel. Evangeline était assez contente d’elle et de ses idées, restait encore à récolter l’avis d’Henry qui pour sa part semblait bien plus intéressé par son cou que par la discussion. Finissant par se retourner légèrement vers Henry, elle n’eut pas vraiment le temps de réagir qu’il l’attirait à elle et qu’elle se retrouvait allonger sur Henry, sur le canapé. Le livre tomba finalement sur le sol et la jeune femme reporta alors son attention sur son compagnon. Se retenant du mieux qu’elle pouvait, elle finit par céder légèrement, venant l’embrasser et se laissant petit à petit emporter par la fougue et la passion de ce baiser. Elle revint à la réalité et réalisait l’état dans lequel était Henry en souriant et riant même en finissant par blaguer. « Tu envisages déjà de donner une douche au bébé ? » Elle ne put s’empêcher de rire de sa bêtise. Elle savait bien que ca ne craignait rien et qu’au contraire ils feraient mieux d’en profiter temps qu’ils le pourraient encore, mais l’idée de mettre un doute dans l’esprit d’Henry l’amusait assez. Elle entra malgré tout dans son jeu, bougeant légèrement pour mieux s’installer et s’approchant de lui pour l’embrasser à nouveau, laissant alors son léger décolleté devenir plongeant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 28 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Professeur de psycho
✔ ETUDES : Psychologie
★ AVATAR : Matt Boomer (L)
© CRÉDITS : Ava : bazzart, gif : tumblr
✔ MESSAGES : 358
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 18/08/1984


I would like to reach out my hand
I may see you, I may tell you to run
I would like to hold your little hand
Nobody safe, nobody on
How we will crawl, we will...
Send me on my way


✔ HUMEUR : Bonne, comme vous ?
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Henry qu'il rit et qui pleure, c'est la clé du bonheur ! -sort- Tout ce que vous voulez. Marshamallow pour les intimes ou Chocolove mais encore Loveur !
✔ LA CITATION : Exister est bon ; non pas meilleur qu'autre chose ; car exister est tout, et ne pas exister n'est rien.




MessageSujet: Re: Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...   Ven 8 Juin - 2:22
Un prénom ? C’est tellement compliqué à choisir. Un prénom doit correspondre à tellement de choses pour les parents mais là, c’était encore pire car nous n’étions même pas encore ses parents et nous avions qu’une photo. Un prénom fait beaucoup de choses pour les personnes qui les portent et bien plus qu’on pourrait le croire. Il dessine parfois un peu son caractère sans que l’on s’en rende compte. Il donne un nom sur une image et sur un visage. Un prénom pour rendre une image aux inconnus parfois froide et parfois ensoleillée sans même que nous la voyons. C’est un peu complexe à expliquer mais oui, un prénom change parfois la vie d’une personne. J’avais vraiment envie de trouver le bon prénom, un prénom qui corresponde à cette petite fille. Pourtant je me montrais un peu hésitant sur chacun en fait, ils collaient mal à l’image que nous avions de cette petite. Il fallait avouer que je n’avais vraiment pas d’idées au départ mais là, ses idées ? J’étais moins convaincu et pourtant j’adorais certains. Je souriais alors qu’elle me disait que je n’étais pas compliqué et que c’était logique mais je me sentais tout de même : totalement compliqué. Je riais doucement en parlant alors du prénom du chien et je proposais quelques idées pour le chiot. On va éviter de trouver le féminin de chiot pour ne pas vexer la chienne qui n’a surement pas envie d’être surnommer chiotte. Enfin bref, je souriais à mes propositions et la regardant en retenir une d’elle et je riais en voyant la chienne relever la tête vers Evangeline. « Je crois oui ! », disais-je en étant persuadé que la petite chienne avant l’air d’adorer son nouveau petit nom. Et ça c’est fait. En gros, un de moins et je soufflais comme si c’était une chose éprouvant en revenant alors à parler et réfléchissant aux prénoms. Là, je ne me rendais pas compte que nous devions déjà choisir le prénom du bébé qu’elle attendait car cela n’était au fond : pas urgent mais oui, il fallait tout de même que l’on y réfléchisse. Je m’amusais un peu avec cette histoire de liste et hochant assez vivement la tête alors qu’elle semblait préférer Henry. Effectivement j’étais content de m’appeler Henry car les autres propositions craignaient réellement mais bon. Maman avait des choix vraiment étrange surtout que papa n’avait même pas eu son mot à dire. Elle était le genre de femme à avoir du caractère pour les décisions qui lui tenaient à cœur. Je souriais pour Cerise en la regardant alors attentivement et fronçant un sourire. « T’es sérieuse ? », je ne trouvais pas qu’un prénom de fruit pour un enfant soit réellement une bonne idée mais la peste, elle éclatait de rire pour se moquer de moi. « Très drôle ! », je ne savais pas si elle avait lâchée l’idée pour m’avoir dans le panneau ou si elle était sérieusement mais en tout cas… je me voyais mal croquer notre petite fille quand même. Je me remis à réflechis sagement en sortant alors des millions d’idées. Je trouvais ça amusant en fait de chercher des prénoms avec elle et venant alors progressivement à donner mes idées. J’improvisais beaucoup avec tout ce qui me passait en tête et pouvait se lire dans le prénom d’Evangeline dans un sens. J’avais tentée de chercher des propositions potables qui pourraient lui plaire. Je ne pus m’empêcher de sourire en l’entendant alors dire que ça pourrait aller et hochant la tête. « Je tape dans le mille, dis-donc. J’adore. », je souriais en repensant à Lily et la regardant. (Ahah, Lily d’ailleurs ! xD) Je riais doucement en fronçant mes sourcils. « Si c’est une famille d’ailleurs mais oui même si on a encore le temps. Si ça se trouve… on changera d’idées ! », je regardais alors mon poignet en laissant un petit gémissement s’entendre alors que la douleur était assez forte et je souriais en lui demandant alors pour l’avion. Je voulais surtout savoir ça pour mon emploi du temps au fond. Une fois que je le saurais, cela irait mieux. J’hochais la tête en lui souriant. « T’es un amour ! », soufflais-je doucement en la regardant alors parler du rendez-vous et hochant la tête. « J’y compte bien… j’y un ami qui pourrait me prendre assez tôt, j’en suis sûr. Il m’en doit une ! », je riais nerveusement en me disant que c’était une histoire de filles. Sans moi, il n’aurait jamais rencontré sa femme à l’époque du lycée. J’avais présenté ce jeune homme à sa femme. Je ne l’avais cependant plus vu depuis tellement longtemps mais bon. Peu à peu, je commençais à la caresser alors qu’elle repartait dans son livre et bien je me contentais de lui souffler que je la désirais. Je souriais en l’entendant murmurer mais hochant doucement la tête. « Ce n’est pas grave.. », murmurais-je en continuant mes caresses et mes baisers de plus en plus intense dans le creux de son cou. Mes caresses remontant un peu plus haut sous son t-shirt et caressant sa peau avec une douceur et une sensualité des plus simples. Entendant son soupire, je souriais en me rendant compte qu’elle se lâchait mais je ne pus m’empêcher de rire quand le chien bougeait à ses pieds et qu’elle semblait reprendre concentration sur le livre. Je ne m’arrêtais pas pour autant en gardant mes caresses sur son ventre et je finis par poser ma tête sur son épaule en l’entendant alors proposer un prénom de garçon. Je souriais doucement en repartant aussitôt dans son cou et finissant même pas l’allonger dans ce canapé. Il était dingue des idées que j’avais en tête en ce moment même. On parlait de prénom et là ? J’avais juste envie d’elle. Je ne quittais pas son cou en l’attirant à moi. Entendant le livre tomber, je riais doucement. J’étais un vilain tentateur sur le moment, je m’en doutais mais j’avais juste envie de passer un bon moment avec mon fiancé. Qui pourrait me le reprocher au fond ? Cela serait bien cruel. Entrelaçant mes jambes avec les siennes, je la laissais céder à mes lèvres en donnant de la fougue à ce baiser, de la passion. Le genre de baisser qui nous tue à chaque fois. Le genre de baiser que l’on échange et concentre la magie de notre couple mais couplé en plein vol par ses rires, je riais en l’entendant et la regardant avec un air assez perplexe. « Il n’est pas encore là donc la douche… ça attendra que je sois de retour de Russie ou à l’hôtel ! », j’étais un homme stupide au fond, je n’avais pas du tout compris. J’étais bien trop concentré dans mes envies pour en comprendre le jeu de mot mais là, je me contentais seulement de caresser son dos en levant les yeux et souriant. « Je ne sais pas du tout d’où tu sors ça, mon an… », je n’avais pas eu le temps de terminer qu’elle reprenait ce baiser. J’y répondais en y ajoutant encore plus de fougue et la serrant naturellement contre moi en prolongeant ce baiser jusqu’à bout de mon souffle en reculant alors pour reprendre un peu ce souffle dont j’avais besoin. Partant alors en quête de son cou avec des baisers assez enflammés. J’allais en son oreille pour chuchoter. « Allons pour Gregory, c’est une très bonne idée. Comme sa maman enfin comme son nom même si elle ne l’aura pas à sa naissance enfin si c’est un petit mec. », je souriais en continuant mes baisers et allant remonter mes mains plus haut sous son haut et le remontant un peu en l’invitant à lever les bras en riant doucement. « Même si j’ai une préférence pour Greg… je l’appellerais Greg ! », je souriais en allant poser une main dans son cou une fois ce t-shirt retiré et l’embrassant à nouveau avec toujours cette fougue des plus tentantes. J’adore juste ce moment, elle et moi et puis surement l’un des derniers que l’on partagera sans se dire : le bébé pourrait pleurer ou va se réveiller mais encore : ça va les hormones ? Les nausées ? Pas d’envies subites de poulets pendant que l’on fait l’amour ? Des tonnes de choses qui allaient être amusantes, je le sens. Bon ça risquerait surement de me frustrer mais bon. Je retournais un peu la situation en la mettant sur le dos et m’installant alors au-dessus en riant doucement alors que je sentis le t-shirt dans ses cheveux tandis que je m’apprêtais à lui caresser. J’attrapais le bout de tissus en le jetant aveuglement et fronçant les sourcils ars que j’entendis un gémissement d’Holympe. Je fis une petite moue en la regardant alors et regardant Evangeline. « Oups », effectivement le pauvre chien avait reçu le t-shirt sur la tête mais elle nous regardait et je trouvais ça gênant sur le moment. La regardant du coin de l’œil et tentant de faire comme si de rien n’était en l’embrassant à nouveau. Je caressais donc ses cheveux en quittant petit à petit ses lèvres pour retourner à la peau de son cou en déposant des baisers d’autant plus enflammés avant de me rendre à son décolleté. Les baisers appliqués dans la plus grand ses sensualités descendaient à son ventre. Je tentais d’éterniser le moment, je me disais que ne plus la voir pendant quelques jours cela allait être long. Je voulais profiter du temps qu’il nous restait et ne pas pouvoir oublier sa peau. Ne pas oublier tout ce que je pouvais ressentir en sa présence. Je tenais aussi à ne pas perdre cette complicité que l’on a. Cette intensité et cette passion. Cette fusion de nos deux âmes tellement importante. Alors que je m’apprêtais à aller détacher les boutons de son pantalon, je tournais mon regard vers le chien. Cette sensation bizarre que l’on vous regarde, que l’on vous écoute ? Cela tuerait plus d’un homme et je grimaçais doucement en regardant Holympe et me redressant avec une moue. « On a un spectateur… », je ne pouvais pas faire !a devant le chien, j’en étais juste incapable et je me sentais compte de m’arrête rien que pour un toutou. Je la regardais avec une moue implorante avant de rire doucement et lever la tête vers le plafond en pensant à notre chambre. « Et si on allait dans notre chambre ? Loin des regards canins ? », je me repenchais à ses lèvres en reprenant ce baiser des plus passionnés et allant caresser son bras du bout des doigts. Je regardais alors le chiot du coin de l’œil en riant nerveusement et quittant ses lèvres. « Bon dieu, Holympe c’est une perverse ! », je me levais en riant et reprenant son t-shirt pour le poser sur la table basse avant de lui tendre ma main avec un beau sourire. « Me feriez-vous l’honneur ? », disais-je d’un petit sourire des plus galants.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

M. HENRY GRAYSON « I DON'T KNOW WHERE I'M AT »
Not ready to let go. Cause then I'd never know. That I could be missing. I'm missing way too much. So when do I give up what I've been wishing for I shot for the sky. I'm stuck on the ground. So why do I try, I know I'm going to fall down. I thought I could fly, so why did I drown ? Can't find another way around. And I don't want to hear the sound, of losing of what I never found.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net/ 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Prof de langues étrangères à l'université
★ AVATAR : Rachel Bilson
© CRÉDITS : Bazzart
✔ MESSAGES : 209
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 13/11/1986

The World......belongs to us


✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Evy, Eve, Eva, Angel, Line, Zély ...
✔ LA CITATION : La vie est surprenante, mais surement pas autant que l'amour, car quand il frappe tout peut changer d'un bout à l'autre, même vous. Surtout vous. On subit la vie, mais l'amour on l'attend.




MessageSujet: Re: Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...   Ven 8 Juin - 13:53
L’idée de choisir des prénoms pour les enfants était bonne et intéressante pour la jeune femme. Ils avaient certes encore le temps de réfléchir pour ce qui était de leur propre enfant, mais pour la fille de Lyuba, la question devait être rapidement réglée pour que les choses se fassent le plus facilement possible. Il fallait trouver un prénom pour cette petite et éviter de continuer à l’appeler la petite ou la fille de Lyuba durant encore des jours voir même des semaines. Ils avaient quelques heures devant eux et trouver un prénom ne serait certainement pas si compliqué que cela. Evangeline tiqua légèrement sur la proposition de prénom d’Henry et le prénom de Nina. C’était devenu le surnom que lui donnait sa sœur lorsqu’elles étaient petites et ce serait un moyen comme un autre de lier la petite à sa mère en quelque sorte. Rein ne disait que ce prénom aurait plus à Lyuba, mais c’était une idée qui semblait plutôt bonne et qui éviterait surtout les surnoms idiots. Un prénom court était plus pratique pour éviter qu’on vous donner des surnoms durant l’enfance. Bien entendu il y aurait forcément des surnoms, mais le fait de choisir un prénom court les réduirait déjà. Et alors qu’Henry semblait content d’avoir touché juste en proposant Nina, la jeune femme en vint à réfléchir au surnom de Lily qu’elle donnait souvent aussi à sa sœur en retour. L’idée était simple et c’était un prénom comme un autre en fin de compte. La jeune femme sourit légèrement alors qu’Henry semblait d’accord pour les deux prénoms et précisait que pour le second, pour leur enfant, ils avaient encore le temps. « Ca se pourrait tout à fait. » C’était certain, ils pourraient bien changer d’avis un millier de fois d’ici la naissance, mais cette idée lui convenait pour l’instant et elle pensait bien que ce prénom pourrait convenir. Mais il faudrait surtout que ce soit une fille et pour savoir cela il leur faudrait attendre au moins quelques mois. Evangeline ne trouvait pas vraiment important de savoir si ce serait un garçon ou une fille. Ca n’avait pas d’importance pour elle, elle voulait juste avoir cet enfant et que tout aille bien pour lui ou elle. Connaitre le sexe, se dire que c’est un garçon ou une fille, ca ne l’intéressait pas. Enfin si ca l’intriguait même si elle savait qu’il faudrait attendre quelques mois pour le savoir avec certitude, mais plus elle y pensait et plus l’idée de garder le secret jusqu’à la naissance l’intéressait. Elle se disait que cela rendrait la naissance encore plus intéressante et plus attendue. Relevant la tête vers Henry, elle ne put s’empêcher de poser la question qui lui trottait à présent dans la tête. « Tu voudras le savoir ? Je veux dire quand on pourra connaitre le sexe du bébé … » Elle ne voulait pas que l’un d’eux ait un avantage sur l’autre. Soit ils apprenaient le sexe tous les deux, soit aucun n’en prenait connaissance, mais elle ne voulait pas le savoir et qu’Henry l’ignore ou l’inverse. Ce serait trop de tension pour celui qui savait et devrait garder le secret et aussi pour celui qui ignorerait, de savoir que l’autre serait au courant.

En bref c’était en l’espace d’un instant un beau micmac dans l’esprit d’Evangeline qui reporta alors son attention sur Henry, ses questions sur l’avion et ses remarques concernant son poignet. Elle fut quelque peu soulagée à l’idée qu’il puisse aller voir un kiné avant de partir, ce serait certainement mieux et plus sur. Certes la petite Nina ne pèserait pas des tonnes, mais ses quelques kilos pourraient mettre à mal le poignet du jeune homme et s’il était seul pour s’occuper d’elle, il valait mieux qu’il soit en pleine possession de ses moyens et de ses capacités. Evangeline se replongeait progressivement dans son livre, tentant encore de trouver un prénom de garçon dans l’éventualité où le bébé qu’elle attend en soit un. Elle faisait de son mieux pour résister, mais Henry se montrait insistant et savait comment s’y prendre pour la faire céder. Elle sourit légèrement alors qu’il ne semblait pas emballé à l’idée de parler prénom et qu’il préférait visiblement profiter de l’instant tous les deux. Et bêtement elle se laissait faire sans même tenter de résister. Elle savait que de toute façon ce serait vain et que même si elle résistait à présent il repasserait à l’attaque d’ici peu de temps. Elle cherchait donc un moyen de régler au plus vite la question du prénom à donner pour ainsi pouvoir mettre cette histoire de prénom de coté et passer aux choses sérieuses. Il lui fallait du courage et de la résistance pour réussir à rester concentrée sur le sujet et arriver à proposer ce prénom de Gregory. Mais bien entendu Henry semblait plus attentif à ce qu’il faisait qu’à ce qu’elle avait dit et elle pensait bien qu’elle n’obtiendrait pas de réponse lorsqu’elle se décida finalement à se laisser aller un peu plus. Elle répondit à son baiser avec passion, réalisant seulement à cet instant dans quel état était déjà Henry. La jeune femme ne put qu’éclater de rire en comprenant qu’Henry n’avait pas intégré sa remarque, qu’il l’avait mal compris, mais elle préféra ne pas relancer la question ou lui donner des explications. Elle se contentait de profiter de l’instant, fondant contre ses lèvres avant même qu’il ait finit de parler et retrouvant alors tout son sérieux sur la situation. Elle était à bout de souffle lorsqu’Henry mit fin au baiser et s’écarta d’elle pour reprendre lui aussi son souffle. Il lui fallut quelques secondes pour récupérer une respiration correcte, ce qui n’était pas des plus facile avec les baisers du jeune homme contre sa peau. Elle sourit légèrement alors qu’Henry répondait enfin à sa proposition du prénom de Gregory et surtout à la remarque qu’il fit ensuite. Ce nom qu’elle n’aurait plus d’ici à la naissance. Elle l’espérait bien et n’attendait que cela en définitif. Elle voulait que tout cela soit encore plus officiel, qu’ils soient enfin mariés et qu’ils fondent leur famille avec leurs enfants. Et même si Nina n’était pas leur enfant, ils la considéreraient comme tel et elle ne serait pas laissée à l’écart par rapport à des enfants naturels. Elle serait leur premier enfant et ce n’était pas rien pour la jeune femme. Elle souriait encore alors qu’Henry remontait progressivement ses mains et son haut et qu’elle se retrouvait finalement à moitié nue. Elle rit légèrement alors qu’il ajoutait que lui préfèrerait appeler leur enfant Greg. C’était plus court c’était certain, mais ils pourraient bien appeler leurs enfants comme ils voudraient.

Finalement les prénoms étaient choisit et Evangeline se laissait alors doucement aller à se détendre et à profiter plus encore de cet instant. Elle se laissait faire, ne réagissant pas vraiment alors qu’Henry retournait la situation et qu’elle se retrouvait dessous. Elle eut un peu de mal à trouver sa position, se retrouvant gênée par la boule que formait son t-shirt. Henry l’enleva rapidement et elle pouvait enfin se mettre plus à son aise, si je puis dire, mais son attention fut attirée ailleurs en même temps qu’Henry alors qu’Holympe grognait légèrement. Elle sourit légèrement face à la situation. Ils étaient lancés tous les deux et tellement habitués à être seuls qu’ils ne remarquaient même pas la présence du chiot à quelques mètres seulement d’eux. Elle était presque prête à mettre fin à tout, à calmer les choses pour au moins s’isoler du chiot, mais Henry reprit la situation en main, lui faisait tout oublier une fois de plus et l’empêchant d’y repenser réellement. Elle jouait de caresses sur le torse du jeune homme pour tenter de lui rendre une partie des frissons qu’il pouvait provoquer chez elle de part ses baisers. Elle se laissait doucement aller, se collant de plus en plus au jeune homme avec l’impression d’en être toujours trop éloignée. Elle allait reprendre les lèvres d’Henry alors qu’il s’attaquait son pantalon lorsqu’il dévia son attention. Il fallut un instant à la jeune femme pour réaliser que la chienne était toujours là à les observer avec attention. Evangeline regardait la boule de poil lorsqu’Henry fit remarquer sa présence. Il était certain que ce n’était pas sein de faire ce genre de chose devant un chien, surtout un chiot. Elle sourit légèrement, acquiesçant à la remarque d’Henry, la chambre n’était pas encore si loin et ils pourraient fermer la porte pour éviter une intrusion de la part du chiot. Mais elle avait à peine eut le temps de répondre par cet acquiescement qu’Henry reprenait ses lèvres et semblait prêt à repartir de plus belle. Avant de s’arrêter une nouvelle fois assez subitement. « C’est bien ta chienne … » Elle sourit légèrement à cette remarque, se levant rapidement après cela, ajustant le peu de vêtement qu’elle avait encore sur elle, prête à rejoindre l’étage. Mais elle s’arrêta dans son élan, posant une main sur le torse d’Henry en le poussant légèrement en arrière avant de lancer. « Laisse moi trente secondes d’avance. » Elle sourit légèrement, l’embrassa passionnément, d’un de ces baisers qui ne donne pas forcément envie d’attendre et elle s’enfuit vers l’étage avant même qu’il ait eut le temps de réagir ou de faire quoi que ce soit. En route vers l’étage, elle se débarrassa de son pantalon et une fois dans la chambre prit à peine une seconde pour retirer ce qu’il restait sur elle avant d’enfiler un simple petit bout de tissu. Elle eut tout juste le temps de l’ajuster et de s’installer sur le lit qu’Henry la rejoignait. Elle sourit légèrement face à la réaction du jeune homme, allant chercher ses mains et l’attirant à elle avant de proposer d’un air un peu timide et taquin. « Qu’est-ce que tu dirais qu’après ce soir … on attende d’être mariés pour recommencer ? » L’idée était amusante pour elle. Bien entendu le délai ne serait pas forcément long ou impossible à tenir. Ils resteraient quelques jours sans se voir et au retour d’Henry la déclaration pour Nina serait surement faite dans les jours suivants leur arrivée alors pourquoi ne pas tenter. Bien entendu elle ne comptait pas se priver de cette fois et bien au contraire, elle comptait bien en profitant. Attirant Henry à elle tout en s’allongeant sur le lit, elle s’attaquait à défaire le pantalon du jeune homme tout en le bloquant de son mieux avec ses jambes. Capturant finalement ses lèvres elle tentait de le maintenir occupé pour faire durer les choses et s’amuser encore un peu, glissant doucement une main dans le pantalon du jeune homme pour le chauffer un peu plus avant de passer aux choses sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 28 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Professeur de psycho
✔ ETUDES : Psychologie
★ AVATAR : Matt Boomer (L)
© CRÉDITS : Ava : bazzart, gif : tumblr
✔ MESSAGES : 358
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 18/08/1984


I would like to reach out my hand
I may see you, I may tell you to run
I would like to hold your little hand
Nobody safe, nobody on
How we will crawl, we will...
Send me on my way


✔ HUMEUR : Bonne, comme vous ?
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Henry qu'il rit et qui pleure, c'est la clé du bonheur ! -sort- Tout ce que vous voulez. Marshamallow pour les intimes ou Chocolove mais encore Loveur !
✔ LA CITATION : Exister est bon ; non pas meilleur qu'autre chose ; car exister est tout, et ne pas exister n'est rien.




MessageSujet: Re: Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...   Dim 10 Juin - 4:05
Nina et Lily ? Deux prénoms des plus charmants. Je pensais rapidement à un moment où je devrais appeler les enfants pour qu’il rentre alors qu’ils sont en train de jouer ou diverses occasions enfin de toutes sortes surtout. Cela m’amusait. Je tentais de me visualiser dans quelques années avec des enfants et une bague au doigt. L’image ? Elle était en quelques sortes : rassurante. Apaisante si je puis dire. C’était assez dingue mais oui, je me sentais bien à imaginer avoir un passé comme celui-ci. Je n’y aurais en fait : jamais pensé. Je fus surpris en l’entendant me demander si je vous savoir le sexe du bébé, bien bonne question. Je n’y avait même pas réfléchi. Certains parents veulent attendre et d’autres veulent le savoir rapidement mais nous ? Au fond, nous aurions déjà un enfant donc pas besoin de préparer la chambre aux couleurs d’un bébé masculin ou féminin dans le fond. Nous n’avions pas besoin de penser aux chichis après tout. Je m’amusais un peu en la regardant avec une petite moue. « Mais oui… », disais-je sans réellement le penser mais finissant par rire. « Je m’en fiche, je veux juste notre bébé… qu’ils soient une fille, un garçon ou même avec les deux sexes… si on l’a mal fait… ça sera notre enfant et c’est tout ce qui compte. », je savais que je ne ferais jamais de différence entre Nina et au fond : son petit frère ou sa petite sœur. Je ne voulais pas en faire. J’avais croisé tellement d’enfants qui perdaient leur parent par ma faute que dans un sens : j’avais la facilité de me dire que j’allais élever l’enfant d’un autre. J’y avais souvent pensé en voyant la tristesse de ceux qui avaient perdus un père ou même quand j’avais perdu mes parents. On se sent vide. On se sent réellement dans le besoin d’avoir une personne à nos côtés, un parent. Je pensais aux enfants dans la rue qui donneraient de l’or pour un morceau de pain et un sourire pour une petite pièce. J’en avais souvent croisé, croyez-moi et parfois ceux-ci étaient rués de coups. Je trouvais cela écœurant. Comment des parents pouvaient battre un enfant, leur enfant. Au fur et à mesure, je ne me rendais pas compte mais j’avais plus l’impression de devenir un parent. Peut-être le fait de chercher un prénom ? D’y penser ? D’avoir peint cette chambre ? Je m’y faisais naturellement à l’idée. J’avais encore mes fichus peur mais ça passait. C’était bizarre de se dire que je venais de dire ne pas vouloir connaitre le sexe de ce bébé mais au fond, totalement logique. La surprise rajoutait une saveur à l’occasion, au fil des mois et peut-être ou peut-être pas que je craquerais après peu de temps mais dans tous les cas, on s’en fiche. Non ?


Peu à peu, la situation changeait pour déraper sur un instant bien différent. Une situation qui offrait une sensualité peu comparable. Peu à peu, je tentais de la faire flancher et alors qu’elle proposait un prénom : rien ne me déconcentrait et non. Je me laissais aller en la basculant avec moi et ne comprenant rien à son jeu de mot cependant quand elle éclatait de rire, je ne comprenais pas bien pourquoi mais au fond, j’étais bien trop occupé. Peu à peu mes lèvres retournèrent aux siennes pour un long baiser passionné. Il ne fallait pas laisser cette douce passion de côté. Je quittais ses lèvres et ce baiser pour arpenter son cou de baiser et y chuchotant des mots parlant de ce prénom, de son nom et de peu de choses mais tellement à la fois. Son haut se retrouvait rapidement retiré et l’ajout de mes mots sur ce surnom que j’emploierais était aussi de mise. Peu à peu tout avançait et le chien se retrouvait mêlé à cette histoire lors de son grognement bien perceptible à mes oreilles. Oh mais le petit coquin, c’est qu’il espionne. Bien que cela me gêne un peu de me dire que le chien nous regardait… je tentais de reprendre ou j’en étais et me laissant aller à frissonner à ses caresses sans trop m’en rendre compte. J’étais bien trop occupé à parcourir sa peau de mes lèvres. Cela suffisait déjà amplement pour me provoquer des frissons. Peu à peu tout avançait et la situation devenait de plus en plus accélérée mais le chien devenait un obstacle. Pauvre Holympe. Elle voulait juste faire un peu la voyeuse. Je proposais alors la chambre mais en ayant tellement envie d’elle, je reprenais ses lèvres sans plus trop réfléchir à la présence du toutou et riant doucement alors que je finissais par la dire perverse et éclatant de rire quand elle dit que c’était bien ma chienne et la regardant avec un air vexé mais faussement. « Heyyyyyyyyyyyyyy… », disais-je comme si je me plaignais et souriant en me levant et lui tendant la main. Je la laissais ajuster ses vêtements en lançant un jouet à Holympe et lui tirant la langue. Je m’apprêtais à monter avec elle quand elle me stoppait, je riais en l’entendant et répondant par surprise à ce baiser. Elle ne me donnait pas vraiment envie d’attendre sur le moment et j’avais envie de le prolonger qu’elle filait aussitôt. Vous avez déjà eu cette sensation que le monde s’arrêtait simplement au moment précis… ce moment-là. Le monde se stoppe et vous voulez réagir mais vous ne trouvez rien. Vous voulez la retenir mais vous ne pouvez pas car vous la voyez partir. J’avais cette sensation. Je me mettais en pause. Je lui laissais en tout et pour tout : une minute à compter les secondes dans ma tête et allant ensuite vers les escaliers et grimpant lentement pour lui laisser encore de l’avance. Je n’avais pas envie d’être lent car s’il n’était question que de mon avis : je serais déjà en haut des escaliers depuis une minute au moins. Je remontais alors de plus en plus rapidement à l’idée de la retrouver et me disant que l’avance était largement laissée. Une fois en haut des escaliers, je poussais la porte en souriant alors que je la voyais dans cette jolie nuisette. Buguant un peu. « C’est crétin de dire ça mais tu es un ange tombé du ciel ? », je riais en la laissant m’attirer et entrelaçant mes doigts avec les siens en lui offrant un petit sourire malicieux et l’écoutant avec son petit air qui était plus qu’amusant à voir. « Hummm… pourquoi pas… », disais-je en lui offrant un de mes plus beaux sourires. « Mais pas question de porter des nuisettes sexy ou même enfin tout ce que tu veux, hors de questions. », je riais doucement en fronçant les sourcils et me disant que là, j’aurais vraiment du mal. Elle semblait en plus adorer enfiler ce genre de tenue qui dans un sens… attiraient.

Peu à peu, je quittais mes jambes pour me retrouver allongé avec elle et prenant aussi ses lèvres d’assauts en répondant à ce baiser et la laissant en quelques sortes : m’emprisonner avec ses jambes et je ne comptais aller nulle part. Prolongeant le baiser… je ne savais pas ce qu’elle préparait ou simplement ce qu’elle allait faire mais je ne pus m’empêcher de lâcher un long soupire en sentant alors ce qu’elle faisait et ce que ça provoquait. Je finissais par lui mordiller sensuellement les lèvres en riant doucement. « Evites ça aussi avant que l’on soit mariés… », je riais légèrement en reprenant ses lèvres avec passion. Le baiser magique, le baiser ultime et une pointe d’envie qui peu à peu ne pouvait plus vraiment être cachée. Mes mains caressant adroitement ses cuisses et parcourant sa peau d’un fin frôlement. Je profitais simplement de l’instant sans réellement m’occuper du reste. Mon sourire se dessinant alors que je me redressais pour me désarmer de mes vêtements et ainsi me retrouver un peu plus à son niveau. Je revenais pour retirer lentement ses dessous et en fait… j’avais un peu de mal pour celui du dessus ce qui suscita un peu rire au milieu d’un moment qui au fond était des plus sérieux. Je retrouvais d’ailleurs rapidement mon sérieux en revenant à mes petits boutons et même si on avait plus de boutons à défaire. Peu à peu, venu le moment ultime et les choses sérieuses. Je n’avais plus la force d’aller simplement jouer encore un peu, non mais il fallait dire que cela faisait déjà quelques jours que nous n’avions plus réellement rien fait. Et ben en tout être humain, je ne tenais plus. Allant au bout du plaisir et l’emmenant avec moi pour toucher les étoiles avec une certaines passions mais une douceur à la fois. C’était un peu difficile à découvrir mais oui, c’était juste passionné. Peu à peu, tout allait au rythme et j’en oubliais carrément ce qui se passait. Je ne voyais qu’elle et j’étais seulement avec elle. Nous allions être parent ? Oui, bon d’accord, je le savais encore mais dans tous les couples, on doit oublier cette situation et profiter aussi de notre jeunesse. Nous étions dans le fond encore jeunes et nous avions tout notre temps. Progressivement, le plaisir grimpait de plus en plus pour atteindre une sorte de summum, le niveau qui devait être atteint en quelques sortes. Je m’assurais avant tout qu’elle y grimpe aussi. Comment toujours dans un sens, c’était ce que je cherchais encore plus et toujours amplement. Lui faire toucher les étoiles. Je ne voulais pas juste faire l’amour, je voulais que l’on fasse l’amour, lui faire l’amour mais qu’elle le ressente. Je me laissais aller alors que paf, ça fait des chocapic même si on avait plus besoin que l’usine en produise cette fois et que c’était juste pour nous, seulement pour nous. Pour le couple et l’amour. L’union de deux corps, l’union de deux âmes et le paradis sur terre. Le paradis atteint. Alors que j’étais totalement et littéralement fatigué de ce dernier effort physique, si je puis dire que je venais de faire, je me laissais tomber sur le lit à côté d’elle en gardant les yeux fermés. Etant posé sur les côtes, je posais une main sur son ventre que je remontais de caresses en allant la poser à son cou et la caresser du pouce en gardant les yeux fermés. Je pensais à tellement de choses en cet instant… comme le fait que dans moins de 24 heures, je devrais aller en Russie mais encore ? Enormément de choses à vrai dire comme ce genre de moment qui seraient surement maintenant écourté pour la présence d’un petit bébé. Je me rapprochais en déposant des baisers sur son épaule et allant chuchoter à son oreille. « Je t’aime… », des mots tendres comme s’ils étaient dits d’un battement de cœur. Des mots qui sortaient naturellement. Relié à mes pensées qui revenaient toujours à une personne et à elle. Je l’aimais et ça, je ne pouvais pas le cacher. Je me posais contre elle en tentant de juste : prolonger l’instant. Cet après que j’adorais tellement. Cet après dont je ne voulais jamais plus me passer. Il était en général encore plus agréable avec qu’elle… plutôt qu’avec toutes les autres femmes que j’avais rencontrées dans le passé. Je restais à proximité de son oreille en souriant. « Nina… Lily ou Gregory… », disais-je un peu pensif en souriant aussitôt à ce que je venais de dire. Des mots tellement agréable à prononcer. Je souriais doucement. « On va former une belle famille, tu crois ? », rajoutais-je alors en souriant. « Toi, une maman adorable et parfois qui refusera qu’ils mangent du chocolat... je le sens. Et moi, un papa qui ne refusera pas grand-chose. Malheureusement mais qui saura imposer son autorité… parole de scout ! », rajoutais-je en souriant et remontant les draps au-dessus de nous en fermant les yeux. « Et si on appelait à nos appels respectif ? », je devais appeler le kyné et elle devait s’occuper de l’aéroport ce qui était un bon compris. Je finissais par ajouter. « Ensuite, je prépare mes bagages et on oublie tout le reste ? Toi, moi, un bon film et on se repose ? », disais-je en reculant pour mieux la regarder et attendant seulement sa réponse. J’avais envie de passer du temps sans se soucier de demain et mettant rapidement tout de côté.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

M. HENRY GRAYSON « I DON'T KNOW WHERE I'M AT »
Not ready to let go. Cause then I'd never know. That I could be missing. I'm missing way too much. So when do I give up what I've been wishing for I shot for the sky. I'm stuck on the ground. So why do I try, I know I'm going to fall down. I thought I could fly, so why did I drown ? Can't find another way around. And I don't want to hear the sound, of losing of what I never found.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net/ 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Prof de langues étrangères à l'université
★ AVATAR : Rachel Bilson
© CRÉDITS : Bazzart
✔ MESSAGES : 209
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 13/11/1986

The World......belongs to us


✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Evy, Eve, Eva, Angel, Line, Zély ...
✔ LA CITATION : La vie est surprenante, mais surement pas autant que l'amour, car quand il frappe tout peut changer d'un bout à l'autre, même vous. Surtout vous. On subit la vie, mais l'amour on l'attend.




MessageSujet: Re: Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...   Lun 11 Juin - 14:13
Le choix d’un prénom. C’était une étape importante dans une grossesse et dans la préparation à l’arrivée d’un bébé. C’était même l’étape la plus importante avant la naissance de cet enfant. C’était plus simple à envisager lorsque l’on sait qu’on a des mois pour le faire, s’y préparer, connaitre le sexe du bébé et tout ce qui allait de paire avec. Mais tout cela on ne pouvait pas dire qu’Henry et Evangeline aurait le temps de le faire. Pour ce qui était de Nina ils n’auraient pas le temps de se préparer pendant des mois, ils allaient avoir en tout et pour tout quelques jours voir une semaine pour se préparer et tout mettre en place pour que cette enfant soit au mieux dans sa nouvelle maison et sa nouvelle vie. Henry partirait dans quelques heures, le lendemain pour aller la chercher et d’ici quelques jours il serait de retour avec la fillette et ils n’auraient plus qu’à jouer leur rôle de parents de substitution. Rien ne serait facile et ils n’auraient surement pas les mêmes facilités qu’avec leur propre enfant. Lorsqu’on attend un enfant pendant des mois et qu’on se prépare à sa venue on peut commencer à se forger ce que tout le monde appel l’instinct maternel ou paternel. Evangeline se demandait si cette histoire d’instinct maternel serait aussi présent et évident avec un enfant qui n’était pas le sien. Elle se promettait de ne pas traiter sa nièce autrement que comme elle traiterait ses propres enfants, mais il y a parfois une différence entre ce qu’on voudrait faire et la façon dont on le ferait. Elle en avait bien conscience et espérait réussir à faire la part des choses en agissant comme elle l’espérait. Elle sourit à la réponse d’Henry, visiblement ils étaient sur la même longueur d’onde pour l’instant et même si l’idée de garder le secret jusqu’à la naissance pouvait paraitre insupportable, il semblait d’accord pour dire qu’il se fichait aussi de savoir si ce serait un garçon ou une fille. Et alors que ces prénoms semblaient enfin choisit et définit sans avoir à se soucier du sexe du bébé qui ne les rejoindrait que dans quelques mois, la situation changea.

Henry ne semblait pas totalement concentré sur ce dont ils parlaient et préférait visiblement s’occuper autrement. Evangeline se laissait faire sans vraiment chercher à résister. C’était tellement bien et agréable qu’elle n’allait pas le repousser. Elle se laissait doucement aller, profitant de l’instant, certainement un des derniers avant qu’Henry parte pour la Russie et qu’il revienne avec ce bébé. Une fois Nina parmi eux ils n’auraient certainement plus autant de possibilité de faire les choses de cette façon et même de profiter de ce genre de moments tout court. Ils se feraient certainement plus rares avec la présence d’un enfant, et un peu plus encore lorsque leur propre bébé serait né. Ils avaient le temps de voir venir d’ici là, mais allez savoir, le temps peut parfois passer bien plus vite qu’on le voudrait. Angel se laissait donc aller sans protester ou résister, ils devaient profiter au maximum de cet instant et de n’être que tous les deux. Bien entendu c’était sans compter la présence d’Holympe et le fait qu’ils n’étaient plus réellement seuls tous les deux. Elle rit légèrement en remarquant la présence du chiot et s’amusant de la situation en parlant de la ressemblance au point de vue de la perversion. Elle s’amusait beaucoup et la réaction d’Henry ne fit que la faire rire un peu plus encore. Se levant finalement elle décidait de jouer un peu plus avec Henry et d’entrer dans son jeu au maximum. Lui demandant de patienter quelques secondes avant de la rejoindre, elle le laissa planter là après avoir fait monter un peu plus la pression par un baiser et monta à l’étage pour préparer ce qu’elle avait à l’esprit. Rejoignant en vitesse la chambre, elle se changea rapidement, espérant pouvoir tout faire à temps et eut même le temps de s’installer lorsqu’Henry la rejoint finalement. Elle sourit plus encore à sa remarque, l’attirant à elle et le poussant à se rapprocher avant de proposer cette idée certainement idiote mais somme toute amusante dans son esprit. Après tout durant les jours qui s’écouleraient avant qu’ils se retrouvent mariés ils ne se verraient certainement pas beaucoup alors pourquoi ne pas pousser le vice à faire en sorte que leur nuit de noce soit la meilleure qui soit après quelques jours de séparation forcée. Elle fut assez surprise de voir qu’il acceptait sans tenter de marchander ou de poser des conditions. Pour la jeune femme ca semblait être un très bon point et elle ne voyait pas vraiment les inconvénients de cette histoire. Elle rit légèrement alors qu’il ajoutait une légère condition. L’observant un instant, elle prit une pause un peu plus suggestive, laissant une bretelle tomber de son épaule, avant de répondre. « Je n’ai plus le droit de porter ca ? Ca veut dire que je ne devrais rien avoir sur le dos alors ? » Elle sourit malicieusement, jouant légèrement avec sa lèvre inférieure. Elle savait bien qu’Henry ne tiendrait pas longtemps dans cette histoire d’attendre qu’ils soient mariés et même si elle doutait de tenir longtemps elle aussi, elle se doutait qu’il craquerait plus facilement ou qu’il aurait bien plus de mal à tenir le coup. Elle prolongeait encore un peu l’instant, attirant Henry à elle sur le lit en reprenant un baiser des plus passionné. Prenant finalement les choses en main, elle devenait plus entreprenante, cherchant à profiter au maximum de cet instant. Elle s’amusait à le chauffer, riant légèrement alors qu’il disait que ce genre de chose aussi devrait attendre qu’ils soient mariés … « Tu interdis les choses les plus intéressantes … » Elle ajouta une moue boudeuse à cette phrase, souriant légèrement avant de reprendre les lèvres du jeune homme avec encore plus de tendresse et de passion mêlées. Elle se laissait faire, aidant même Henry lorsqu’il se décidait à se débarrasser de ses vêtements et riant encore un peu en le voyant peiner une fois de plus à retirer ce qu’il restait sur la jeune femme. Et finalement une fois cela fait les choses s’enchainaient naturellement et comme d’habitude, à merveille. Henry se montrait à la fois doux et passionné et cette fois ce n’était plus vraiment la même chose. Les choses semblaient revenir au début de leur relation, au moment ou faire l’amour ne signifiait pas encore faire un bébé, mais juste se montrer son amour et partager quelque chose tous les deux. Depuis quelques semaines avec cette histoire de bébé qu’ils voulaient tous les deux les choses avaient parut différente comme si faire l’amour ne signifiait plus que cela, concevoir. A présent elle était enceinte et pouvait parfaitement profiter de cela comme il le fallait et non plus comme une obligation à tenir pour avoir un enfant. Et il fallait bien avouer que c’était presque incomparable, magique et encore mieux. Elle profitait au maximum de cet instant, parvenant finalement au point de non retour avec une force presque plus importante que d’ordinaire et il lui fallut un moment pour en redescendre. Souriant à Henry alors qu’il lui disait les habituels trois mots, les lui retournant dans un murmure. Evangeline restait là, tranquille à ne plus bouger et profitant de cet instant au maximum, savourant chaque seconde et chaque sensation. Se calant finalement dans les bras d’Henry sans la moindre envie de les quitter, elle finit par fermer les yeux un instant, les rouvrant lorsqu’il reprit la parole prononçant les trois prénoms qu’ils avaient finit par choisir. Elle sourit légèrement à cette évocation, posant une main contre le torse d’Henry, au niveau de son cœur en l’écoutant parler. Ca semblait tellement loin pour l’instant tout cela. elle savait que d’ici quelques jours il y aurait un bébé avec eux, mais elle avait encore un mal fou à s’y faire et à imaginer la situation. Elle ne pouvait s’empêcher d’être amusée par les paroles d’Henry et par la situation qu’il décrivait. Il était certain qu’elle ferait attention au moindre détail évitant qu’ils se goinfrent de cochonneries. Aussi évident que le fait qu’Henry serait un papa gâteau qui ne pourrait que rarement refuser quoi que ce soit à ses enfants sans pour autant passer sur les moindres bêtises. Elle sourit légèrement à sa dernière remarque. Il avait beau le dire il était certain qu’il ne pourrait pas s’empêcher de passer le moindre caprice de ses enfants. C’était dans son caractère et rien ne pourrait le changer, pas si facilement en tout cas. Mais ce n’était pas un problème et elle savait qu’ils trouveraient l’équilibre parfait tous les deux. « Je suis sure qu’on fera une super famille. » Elle sourit légèrement alors qu’il remontait le drap sur eux, lui volant un baiser alors qu’il se réinstallait. Se blottissant finalement contre Henry elle ferma les yeux, préférant ne pas relever tout de suite lorsqu’il parlait de passer les coups de fil. Il faudrait qu’ils le fassent c’était certain, mais à cet instant on ne pouvait pas dire que l’envie soit réellement présente. Elle voulait rester là encore et ne pas avoir à réfléchir à quoi que ce soit pendant encore un petit moment. Souriant légèrement à ce qu’il proposait ensuite, elle rouvrit les yeux l’observant un instant avant de répondre en se blottissant à nouveau contre lui. « Si on profitait encore un peu avant ? Ensuite on passera nos appels et une soirée tranquille rien que tous les deux. » Elle déposa un rapide baiser sur le torse du jeune homme, à hauteur de ses lèvres avant de fermer les yeux à nouveau pour faire le vide et faire ce qu’elle venait de dire : profiter au maximum. La soirée pouvait bien attendre et cet instant de tranquillité et de bien être ne reviendrait peut-être pas avant un moment alors autant en profiter autant que possible. Ils restèrent ainsi quelques instants sans vraiment prendre garde au temps qui s’écoulait. Ils étaient bien et rien de plus. Puis vint le moment de ces fameux coups de fils qui préparaient la journée du lendemain et le départ d’Henry pour la Russie. Et la journée se termina finalement par une soirée tranquille, plateau télé, un bon film, Holympe pour les amuser et rien de plus n’était nécessaire pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  





MessageSujet: Re: Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...   
Revenir en haut Aller en bas
 
 

Henry ♠ Et paf ... ca fait des chocapics ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Cimetiére des rps terminés-