EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 28 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Professeur de psycho
✔ ETUDES : Psychologie
★ AVATAR : Matt Boomer (L)
© CRÉDITS : Ava : bazzart, gif : tumblr
✔ MESSAGES : 358
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 18/08/1984


I would like to reach out my hand
I may see you, I may tell you to run
I would like to hold your little hand
Nobody safe, nobody on
How we will crawl, we will...
Send me on my way


✔ HUMEUR : Bonne, comme vous ?
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Henry qu'il rit et qui pleure, c'est la clé du bonheur ! -sort- Tout ce que vous voulez. Marshamallow pour les intimes ou Chocolove mais encore Loveur !
✔ LA CITATION : Exister est bon ; non pas meilleur qu'autre chose ; car exister est tout, et ne pas exister n'est rien.




MessageSujet: EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?   Mer 29 Fév - 23:38
Cookies ou farine ?
« Quand le ventre crie famine, c'est l'âme qui suscite des envies. Quand le coeur crie Aieuhhh... c'est la tentation qui nous ouvre une porte. Aiiehhhh... habilles-toi... DUDE ! » Une journée normale, je me levais à 7 heures du matin. Le réveil chatouillait mes oreilles avec sa sonnerie agaçante. Faites-moi penser à changer de réveil dans la semaine, vraiment car j’en ai marre de celui-ci qui finit d’ailleurs par glisser sous le lit, pas violement. Je l’avais seulement attrapé et mon bras avait simplement flanché sous le sommier. Je soupirais doucement en me redressant et hop… dès ce moment-là… je savais que j’étais prêt pour la journée en enfilant un short et pas de t-shirt. Cela ne servirait à rien avec la chaleur de ce beau mois. Paris et Sydney… ou même tous les autres pays qui m’ont offerts la chance d’être visité… c’était différent. Ici, le décalage de presque 8 heures et encore, je n’en suis plus trop certain… me permettait d’avoir aussi un beau soleil et pas le froid glacial. Je profitais du soleil en quittant la villa par la baie vitrée du jardin et marchant en direction de la plage avec mon ipod aux oreilles. Voilà l’heure de mon jogging matinal enfin plus d’une heure, je passais alors 3 heures à courir et faire des pauses car je ne suis pas un superhéros comme superman qui courre sans être essoufflé. J’avais ma bouteille d’eau et surtout pleins de pensées à évacuer. Je revenais alors rapidement à la villa… gouverné par la sueur, ce n’était pas vraiment cool. Je me mis alors en direction de la douche en laissant ruisseler l’eau sagement sur ma peau. Je me détendais. C’est dingue… mais une douche, ça fait un bien fou. Sport, douche et tout ça, c’était merveilleux. J’étais au paradis des bisounours enfin quand même pas car les bisounours ne sont pas asse câlins et mignons que moi. Avouez ? Ils ne sont pas aussi sexy et bien trop rembourré enfin logique… ils sont censés être des peluches. Et non, je n’ai pas fumé, je suis sobre et je ne suis pas un drogué. Non mais oh. Je soupirais alors en sortant car entre nous… j’y resterais bien encore. Mettant une serviette autour de ma taille et allant vers ma cuisine pour commencer à prendre une brique de lait et un verre que je remplissais à bord. Pour finir par prendre des cookies au chocolat mais aux 3 chocolats. Attention hein, je ne fais pas dans le soft… chocolat, chocolat. Je dois avoir l’air d’un vrai fou mais le chocolat, c’est le paradis des petits oursons en peluches. Enfin bref avant de balancer d’autres conneries, je vais tenter un truc super rare : être sérieux. Je souriais en prenant mon cookie et le trempant dans le lait et allumant la télévision pour écouter les informations. C’était donc un reportage sur les drogues que je venais de voir défilé. Je le regardais en écoutant attentivement et voyant ce que la cocaïne avait comme effet sur les hommes et les femmes. Je soupirais. « Ils font peur… », je finis par couper la télévision pour enclencher la musique quand c’était donc à la porte que l’on sonnait. Qui pouvait bien me faire l’honneur d’une douce visite en ce beau samedi… matin enfin matin, il était quand même presque midi mais au fond, on s’en fiche. Je recevais rarement des visites pour tout vous dire, j’étais un peu le gars solitaire en ce moment enfin celui qui se cache et se montre assez éloigné du reste sauf la nuit, je ramenais souvent des canons pour juste m’amuser et me détendre mais bon, on va passer ça ? Non… sinon ben, on ne peut pas expliquer ma nuit avec cette blonde qui est apparemment partie avant mon réveil en me laissant d’ailleurs un joli petit mot avec son numéro. Je l’avais jeté, c’était peut-être mal et je n’aimais pas ça mais je ne voulais pas m’attacher. Une femme ne méritait pas de m’aimer… je ne méritais pas qu’on m’aime au fond. Oh punaise… qu’est-ce que je peux être con parfois… je le sais. Je souriais en ouvrant la porte et remarquant une jolie brune. Un sourire charmeur se dessinait aussitôt sur mes lèvres. Je ne l’avais jamais croisée pour l’instant enfin je n’avais peut-être pas fait attention. J’agrandi un peu mon sourire en penchant un peu la tête. « Bonjour mademoiselle. Puis-je vous aider ? », Demandais-je en oubliant pas du tout que j’étais seulement vêtu d’une serviette autour de la taille. C’était peu mais bon, on s’en fiche, il fait chaud et les oiseaux chantent. J’étais tout de même surpris que cette jeune femme soit devant la porte surtout que je ne l’avais jamais vu. J’étais peut-être un salopard avec les femmes en ce moment enfin c’est ce que je pensais de moi… mais pourtant je me souvenais du prénom et du visage de toute seule qui étaient passées entre mes draps. Croquant alors dans mon cookies et fronçant les sourcils. « En tout cas, c’est une charmante visite ! Je vous offre un verre de lait, un cookie ? », rajoutais-je en riant un peu et mangeant le mien qui était sacrement délicieux. C’était surement étrange de vous dire que je les avais fait moi-même… comme un grand mais non, c’est totalement vrai. Mon sourire charmeur toujours affichés, j’attendais en tenant la porte de l’autre main et l’invitant à entrer car ma tenue n’étais pas des plus explicites pour les passants dans la rue surtout le papi qui me regardait tandis que sa femme profitait de la vue mais ils atteignaient les 80 années.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

M. HENRY GRAYSON « I DON'T KNOW WHERE I'M AT »
Not ready to let go. Cause then I'd never know. That I could be missing. I'm missing way too much. So when do I give up what I've been wishing for I shot for the sky. I'm stuck on the ground. So why do I try, I know I'm going to fall down. I thought I could fly, so why did I drown ? Can't find another way around. And I don't want to hear the sound, of losing of what I never found.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net/ 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Prof de langues étrangères à l'université
★ AVATAR : Rachel Bilson
© CRÉDITS : Bazzart
✔ MESSAGES : 209
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 13/11/1986

The World......belongs to us


✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Evy, Eve, Eva, Angel, Line, Zély ...
✔ LA CITATION : La vie est surprenante, mais surement pas autant que l'amour, car quand il frappe tout peut changer d'un bout à l'autre, même vous. Surtout vous. On subit la vie, mais l'amour on l'attend.




MessageSujet: Re: EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?   Jeu 1 Mar - 10:09
Une semaine. Ca faisait à peine une semaine qu’Evangeline était à Sydney. Tout juste quelques jours qu’elle avait posé ses valises ici sans savoir ce qui l’y attendait. Elle avait prévu tout ce qu’il faudrait pour s’intégrer au minimum et avait eut la chance qu’Alyzéah lui propose son aide en la logeant le temps qu’elle trouve quelque chose d’autre. C’était une perle cette fille, cela Evy le savait déjà à leur première rencontre et aujourd’hui elle en avait toujours la preuve. Elles se connaissaient à peine et pourtant elle lui avait ouvert sa porte, l’accueillant à bras ouvert et l’aidant de son mieux à se trouver des repères en ville. C’était grâce à elle que la jeune brune avait trouvé son boulot à l’université. Elle n’aurait pas vraiment pensée à se proposer pour enseigner les langues étrangères si Aly ne l’y avait pas encouragé. Et alors qu’elle n’avait donné que quelques cours au court de ces derniers jours, elle se sentait totalement à sa place et réalisait qu’elle n’aurait put rêver mieux comme travail. En fin de compte sa nouvelle vie ici s’annonçait plutôt bien et elle n’y aurait rien changé.

Enfin si, un détail. Son logement. Evy n’aimait pas dépendre des autres et elle voulait pouvoir être libre de faire ce qu’elle voulait chez elle. Mais pour l’instant elle n’était pas chez elle et vu la tournure que prenait la situation ce serait plus difficile que ce qu’elle pensait. Elle avait visité quelques appartements ces deux derniers jours, mais il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. Un coup trop petit, un coup trop grand, un cout trop cher, un cout trop en retrait de la ville. Après avoir visité le dernier appartement que l’agent avait à lui proposer ce jour là, elle en était presque venue à se dire qu’elle n’arriverait jamais à trouver quelque chose qui lui plairait. Elle en arrivait presque à envisager la colocation ou alors il faudrait qu’elle revoie ses critères à la baisse. Pourtant elle n’était pas réellement difficile, enfin elle ne pensait pas l’être. Elle voulait juste un logement facile d’accès, qui ne se trouverait pas au fin fond d’une ruelle étroite ou au vingtième étage d’un immeuble sans ascenseur. Quelque chose qui soit ni trop grand, pour éviter qu’elle achète des tonnes de meubles pour le remplir, ni trop petit, pour pouvoir contenir ses affaires et lui permettre de se retourner. Pas trop cher bien entendu, car même si elle avait de l’argent de coté elle ne comptait pas le laisser passer dans le loyer d’un appartement. Un appartement simple et agréable en somme. Mais visiblement ce n’était pas le genre de biens le plus répandu par ici.

Vivre chez Alyzéah signifiait participer aux frais et l’aider à s’occuper de sa villa. En apparence rien de bien dérangeant, mais quand on tombe sur une accroc des petits plats faits maison qui ne sait pas cuisiner seule c’est plus dérangeant. Depuis son arrivée Evy avait l’impression d’avoir déjà passé plus de temps en cuisine que durant tout un mois passé dans une autre ville. Bah oui, à l’époque elle était seule et n’avait pas forcément besoin de cuisiner. Malgré tout elle se débrouillait et … Elle n’aurait surement pas dut utiliser l’argument selon lequel elle savait cuisiner pour convaincre Aly. A présent elle s’en mordait les doigts et dès qu’elle le pouvait, qu’elle avait un peu de temps libre, elle se retrouvait à devoir se mettre aux fourneaux pour faire plaisir à la jeune femme. Ca ne la dérangeait pas tant que ca à la base, mais l’inconvénient de vivre avec quelqu’un qui ne cuisine pas c’est qu’il n’a pas forcément les ingrédients nécessaires pour préparer ce qui lui fait envie. L’envie du jour de la demoiselle : des crêpes. Partons donc faire des crêpes. Et bien entendu il fallait qu’il manque quelque chose. Evy se serait attendu à ce qu’il n’y ait pas d’œufs, mais ca, Alyzéah en avait à revendre. C’était certainement la seule chose qu’elle savait cuisiner et elle en mangeait tout le temps, à tous les repas. Cette fois c’était de la farine qu’il manquait. Sans farine pas de crêpes et cette perspective ne semblait pas vraiment plaire à la jeune femme.

Et bien entendu plutôt que d’aller elle-même au magasin le plus proche pour aller acheter de la farine, il fallait que ce soit Evy qui aille en demander au voisin. Depuis qu’elle s’était installée à Sydney, Alyzéah n’arrêtait pas de parler de son voisin, disant qu’il fallait qu’elle le rencontre, ou même qu’elle le voit. Elle avait loupé le spectacle qui s’était offert à son amie un peu plus tôt dans la matinée lorsqu’il était partie pour courir. Et à présent elle allait le voir de force parce que bien entendu c’était à lui qu’il faudrait demander de la farine, comme s’il n’y avait aucun autre voisin aux environs. Evangeline dut prendre son courage à deux mains, ne prenant pas le temps de se changer et rejoignant la villa d’à coté simplement vêtue d’un short en jean, ou plus précisément d’un ancien jean découpé pour en faire un short et d’un débardeur trop grand pour elle, noué sur le coté pour le resserrer. Elle commençait à connaitre Alyzéah et ses gouts bizarres, elle s’attendait donc à se retrouver face à un type tatoué de partout, avec des piercings ou encore plein de boutons. Elle se préparait à tout, sauf à ce qui l’attendait en fin de compte. Elle sonna et n’eut pas à attendre très longtemps avant que la porte s’ouvre et là, face à ce jeune homme, elle se retrouvait comme un idiote ne sachant plus bien comment se sortir de cette histoire. « Bonjour, hum. Excusez moi, c’est Aly … votre voisine qui ma demandé de venir … » Voir des hommes peu ou pas habiller, ca elle avait déjà fait, mais c’était rarement de parfaits inconnus et jamais simplement couverts d’une serviette éponge. Elle tentait de ne pas se formaliser de cette tenue, après tout il était chez lui et ne s’attendait peut-être pas à une visite.

Evy se retrouvait là, à la porte de ce type, espérant pouvoir expédier rapidement ce qu’elle était venu faire, mais elle avait un mal fou à se concentrer et il lui fallait quelques secondes et surtout une nouvelle intervention de la part du jeune homme pour reprendre le fil de ses pensées. Elle l’observa un instant alors qu’il lui proposait du lait et un cookie et l’espace de quelques secondes elle se demanda s’il était vraiment sérieux. « C’est gentil mais non merci. » Voyant qu’il semblait vouloir qu’elle entre, elle fit un pas en avant, s’arrêtant juste à l’entrée pour ne pas perdre de vue ce qu’elle venait chercher et se laisser dévier de son but. Malgré tout elle ne put s’empêcher d’observer l’intérieur de cette villa, la trouvant à la fois similaire avec celle d’Alyzéah tout en remarquant et appréciant les différences. Elle se perdit quelques instants dans sa contemplation avant de retrouver ses esprits. « Donc … est-ce que vous auriez de la farine ? » La farine. C’était ce qu’elle venait chercher. Il fallait qu’elle reste focalisée là-dessus. Elle qui en général ne se laissait troubler par rien à cet instant elle perdait assez facilement le nord et soufflant un bon coup pour se calmer, elle reprit le dessus, se montrant soudain plus assurée. « Alyzéah voulait que je lui fasse des crêpes, mais sans farine c’est un peu difficile. » Elle avait réussit à échapper au fait de devoir faire le repas complet, mais les crêpes elle ne passerait pas à coté. Elle n’aurait jamais dut les lui faire gouter lorsqu’elles s’étaient rencontrées. Tout le monde semblait dire que c’était la spécialité d’Evy même si pour elle, ses crêpes n’avaient rien de si fantastique que ce qu’on voulait bien dire et croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 28 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Professeur de psycho
✔ ETUDES : Psychologie
★ AVATAR : Matt Boomer (L)
© CRÉDITS : Ava : bazzart, gif : tumblr
✔ MESSAGES : 358
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 18/08/1984


I would like to reach out my hand
I may see you, I may tell you to run
I would like to hold your little hand
Nobody safe, nobody on
How we will crawl, we will...
Send me on my way


✔ HUMEUR : Bonne, comme vous ?
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Henry qu'il rit et qui pleure, c'est la clé du bonheur ! -sort- Tout ce que vous voulez. Marshamallow pour les intimes ou Chocolove mais encore Loveur !
✔ LA CITATION : Exister est bon ; non pas meilleur qu'autre chose ; car exister est tout, et ne pas exister n'est rien.




MessageSujet: Re: EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?   Jeu 1 Mar - 11:15
Cookies ou farine ?
« Quand le ventre crie famine, c'est l'âme qui suscite des envies. Quand le coeur crie Aieuhhh... c'est la tentation qui nous ouvre une porte. Aiiehhhh... habilles-toi... DUDE ! » Me balader en petite tenue enfin « petite tenue », je me comprends mais disons en serviette éponge devant une inconnue mais surtout une femme n’était pas vraiment dérangeant pour moi mais me rendant compte qu’elle ne finissait pas sa phrase, je sentais un peu que ce n’était pas le gars de cette jolie brune face à moi. Sa tenue m’amusait, c’était une fille qui ne s’attardait pas pour les détails enfin pour ma première impression. C’était assez agréable. Les chichis de beautés pour être le futur mannequin qui fera la première page d’un magazine, ça m’agaçait. Elles avaient souvent des fringues que moi, je ne trouvais pas agréable à porter enfin si je devais être une fille, je ne serais pas bien dedans. Et si j’arrêtais de parler de mode et déconnectait cette jeune femme de ses pensées en demandant alors si elle voulait un cookie avant de l’inviter à rentrer. J’étais sérieux bien sûr, je finissais de manger mon cookies en souriant. « Mais c’est bien dommage. », répondis-alors alors en souriant. Je fis un petit sourire rapide aux personnes âgées sur le trottoir en me disant que la mamie devait être un peu folle de vouloir me séduire. Je souriais en fermant la porte enfin pas totalement mais juste contre et regardant la jeune femme avec mon air charmeur qui ne quittait pas mon visage. Je n’allais pas le faire partir. J’étais pratiquement né avec. Je m’apprêtais à répondre quand je la vis alors souffler un coup, amusé… je riais doucement en la regardant attentivement. Je voyais alors le changement et je secouais la tête en entendant ce qu’elle disait. « Je vais voir ce que je peux faire pour sauver vos crêpes ! Aucunes femmes ne devraient être punies de crêpes surtout aucunes femmes aussi charmantes que vous. », me permettais-je donc de répondre avant d’hausser les épaules et regarder mon salon. « Faites comme chez vous ! », j’allais alors en cuisine en remettant ma serviette correctement et ensuite partir à la recherche de farine ! Je pensais aussi à aller me changer avant qu’elle ne passe du blanc au rouge enfin même si elle y serait déjà passée si cela devait arriver mais cela m’amusait. Je n’avais pas souvent de compagnie aussi agréable depuis mon retour à Sydney… surtout dans un but amicale sauf justement ma voisine. Je l’avais déjà croisée et nous avions même parlés. Je l’avais même aussi un peu draguée mais gentiment ou c’était elle ? Je ne m’en souvenais plus trop à vrai dire car je pense que c’était bien possible que cela vienne des deux. C’était surtout un jeu car au fond… elle n’était pas mon genre. Je ne sais pas pourquoi mais oui, elle ne l’était pas. Les brunes sont souvent celles qui m’attirent le plus et les rousses aussi mais ne me montrez pas de rousses en ce moment. Isabella était encore trop présente dans ma tête. Je cherchais alors la farine en souriant une fois que je l’avais. J’en utilisais beaucoup pour mes préparations au chocolat et j’adorais même cuisiner. C’est bête, hein ? Je vous l’accorde. Un homme qui aime cuisiner ? Maman m’avait toujours apprise des recettes rapides… avec du rien et du n’importe quoi depuis que j’étais tout petit et aussi petit que je ne m’en souviens, j’adorais cuisiner de bonnes pâtisseries. Je regardais alors rapidement si je n’avais pas de réponses de la part de Bérénice en soupirant, toujours rien. Je devenais dingue, vraiment.

Je revenais alors avec mon petit sourire en lui tendant la farine. « J’ai toujours de la farine, j’adore cuisiner. Et voil… », Mais vil comme je l’étais, je fis alors un petit sourire malicieux en rapprochant la farine et la mettant dans mon dos en souriant et un peu taquin. « Mais si vous la voulez… il va falloir venir la chercher… », rajoutais-je d’une connotation un peu taquine en observant sa tenue et riant doucement. « Ou je peux aussi vous la donner contre un rencard… ou un baiser sur la joue ! », rajoutais-je amusé. Je voulais surtout la détendre de ma tenue et qu’elle soit à l’aise. Si elle connaissait ma voisine, je la croiserais surement à nouveau enfin c’était donc logique que l’on allait encore devoir se voir et je voulais que ça se passe dans les meilleurs circonstances. Bon d’accord, je voulais aussi la draguer mais ne dites rien, c’est mon petit secret. « Quoique contre une crêpe cela peut se négocier aussi. Je suis un amour quand on parle de gourmandise… rajoutez-y un sirop au chocolat… et ça serait encore plus génial. », J’étais idiot au fond mais je m’amusais bien à la tourmenter alors qu’elle était là seulement pour de la farine mais j’étais comme ça, j’étais du genre à m’amuser pour un rien et ne pas trop me prendre au sérieux. Peut-être pour cela qu’on riait toujours bien en ma présence. Je ne devais pas la taquiner, la pauvre… elle allait me prendre pour un fou et m’envoyer chez les blouses blanches enfin… peut-être pas. C’est moi le psy, ici… non ? Enfin je pourrais plaider ma cause.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

M. HENRY GRAYSON « I DON'T KNOW WHERE I'M AT »
Not ready to let go. Cause then I'd never know. That I could be missing. I'm missing way too much. So when do I give up what I've been wishing for I shot for the sky. I'm stuck on the ground. So why do I try, I know I'm going to fall down. I thought I could fly, so why did I drown ? Can't find another way around. And I don't want to hear the sound, of losing of what I never found.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net/ 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Prof de langues étrangères à l'université
★ AVATAR : Rachel Bilson
© CRÉDITS : Bazzart
✔ MESSAGES : 209
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 13/11/1986

The World......belongs to us


✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Evy, Eve, Eva, Angel, Line, Zély ...
✔ LA CITATION : La vie est surprenante, mais surement pas autant que l'amour, car quand il frappe tout peut changer d'un bout à l'autre, même vous. Surtout vous. On subit la vie, mais l'amour on l'attend.




MessageSujet: Re: EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?   Jeu 1 Mar - 14:16
Cette situation était quelque peu déstabilisante et Evangeline se retrouvait assez mal à l’aise face à ce jeune homme. Elle n’était pas là pour trouver l’amour. Elle n’envisageait pas de s’engager dans une quelconque relation et de ce fait elle avait fait très peu attention aux hommes qu’elle pouvait croiser jusqu’à présent. Mais il fallait bien avouer que là elle ne pouvait pas faire comme si de rien n’était et sa tenue n’était pas faite pour l’aider à rester concentrée. Elle n’était pas habituée à voir des hommes simplement couverts d’une serviette éponge. Elle n’avait pas eut de relation assez sérieuse pour pouvoir en arriver là, voir l’autre juste sortant de la douche. Là on pouvait dire que cette rencontre commençait fort. C’était assez gênant pour elle et même dérangeant. Bien entendu elle ne comptait pas s’éterniser et n’allait pas demander même aussi poliment que ce soit, à ce qu’il aille s’habiller un minimum. Elle n’était là que pour récupérer de la farine et elle ne comptait pas trainer, bien au contraire. Elle restait dans l’entrée, ne voulant pas jouer les intruses en entrant plus et même si ce qu’elle pouvait voir de la villa d’ici était intéressant, elle préférait ne pas trop s’y aventurer. Elle réagit à peine ou plutôt fit en sorte de ne pas réagir à la remarque qu’il avait fait.

Elle n’avait pas besoin de plus d’élément pour se douter qu’elle était tombée sur le dragueur de service et en général elle détestait les types de ce genre là. Elle les trouvait bien trop lourd, toujours là à faire des allusions et elle espérait que celle qu’il venait de faire serait la seule. Elle se doutait bien qu’elle risquait d’être amenée à le revoir temps qu’elle vivrait chez Alyzéah et même si cette idée avait quelque chose d’intéressant, elle serait difficile à supporter s’il était le genre de garçon qu’il laissait paraitre. Elle n’entra pas trop, restant à distance raisonnable de la porte de sortie, prête à filer dès qu’elle aurait récupéré ce qu’elle était venue chercher. Elle sentait bien qu’elle aurait plus de mal que prévu à obtenir de la farine et elle envisageait déjà de partir pour aller en chercher directement au magasin. Malgré tout elle savait que ce n’était pas la meilleure chose à faire et elle s’en voudrait de partir comme une voleuse. Elle n’eut d’ailleurs pas à attendre si longtemps qu’elle l’aurait pensé avant qu’il ne revienne son paquet de farine à la main. Elle se sentait quelque peu soulagée, d’ici quelques secondes elle serait dehors et pourrait oublier ce qu’il venait de se passer. Elle tendait déjà la main alors qu’il lui tendait le paquet de farine, ne se méfiant pas du tour qu’il comptait lui jouer. « Merci. » Elle n’avait pas attrapé le paquet que le jeune homme face à elle retira sa main pour la cacher finalement derrière son dos.

Evangeline ne comprenait plus le petit manège qu’il semblait jouer, mais elle eut rapidement les informations nécessaires lorsqu’il précisa qu’elle allait devoir venir la chercher. Elle le regarda l’espace d’un instant, se demandant s’il plaisantait ou si c’était vraiment son idée et lorsqu’il ajouta qu’elle aurait la farine en l’échange de quelque chose, elle comprit qu’il était bien le genre de type qu’elle craignait. Elle détestait ces gars près à tout pour avoir ce qu’ils voulaient et utilisant parfois même la force pour cela. Malgré tout elle espérait ne pas avoir à en arriver là simplement pour avoir de la farine. « Vous êtes sérieux là ? » Elle ne comptait pas faire quoi que ce soit pour l’encourager dans sa piètre tentative de séduction et elle était quasiment prête à partir sans sa farine lorsqu’il ajouta une autre alternative. Il était hors de question qu’elle tente de récupérer la farine d’elle-même, cela ne ferait que la mettre encore plus mal à l’aise. Un rencard était hors de question également. Elle ne le connaissait pas et ce qu’elle pouvait connaitre de lui en ces quelques minutes ne lui donnaient pas vraiment envie d’en savoir plus et de le revoir seul à seul. Quand à cette histoire de baiser sur la joue elle était convaincue que c’était un piège et qu’il tournerait la situation à son avantage pour obtenir encore autre chose d’elle. La seule possibilité qui pourrait la tenter était celle de devoir lui faire parvenir une de ses crêpes. Bien entendu il était hors de question qu’elle revienne d’elle-même, qu’elle remette les pieds ici et se retrouve seule avec lui. Soit elle enverrait Alyzéah qui se ferait certainement un plaisir de passer un moment avec lui, soit ce serait à lui de rendre visite à ses voisines et elle ferait en sorte de ne pas être seule avec lui.

Malgré tout elle ne voulait pas accepter si facilement. Bien entendu il fallait mieux qu’elle accepte cette possibilité là plutôt qu’une des trois autres. Elle tendit juste la main, espérant que cette fois il lui donnerait la fameuse farine avant de répondre. « Mes crêpes n’ont pas besoin qu’on rajoute quoi que ce soit. » Tout le monde semblait ne rien trouver à redire à mes crêpes. J’étais toute petite la première fois que j’en avais fait avec ma mère et elle m’avait toujours dit que j’étais plus douée qu’elle pour cela. Au fil du temps j’avais modifié ma façon de faire et aujourd’hui j’utilisais une recette que j’étais la seule à connaitre et qui avait visiblement la chance de plaire à beaucoup de monde. J’observais alors le jeune homme, espérant que l’affaire en resterait là et que je pourrais récupérer la farine pour aller préparer ces fameuses crêpes. Je sentais bien que si je trainais beaucoup plus longtemps Aly ne tarderait pas à débarquer de peur de ce qu’il pourrait arriver. Je m’étonnais même du fait qu’elle ne soit pas déjà à la porte et qu’elle n’ait pas voulu venir avec moi. J’agitais la main devant lui pour qu’il se décide à me donner ce que j’étais venue chercher. « Est-ce que je peux avoir la farine cette fois ? » Je craignais que ce petit jeu ne l’amuse et qu’il décide de le pousser encore plus loin. Je n’étais pas à l’aise face à tout cela et je me serais bien passée de cette course. A l’avenir je le savais, autant aller au magasin le plus près ou alors nous nous passerions de l’élément manquant et ferions les choses avec ce dont nous disposions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 28 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Professeur de psycho
✔ ETUDES : Psychologie
★ AVATAR : Matt Boomer (L)
© CRÉDITS : Ava : bazzart, gif : tumblr
✔ MESSAGES : 358
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 18/08/1984


I would like to reach out my hand
I may see you, I may tell you to run
I would like to hold your little hand
Nobody safe, nobody on
How we will crawl, we will...
Send me on my way


✔ HUMEUR : Bonne, comme vous ?
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Henry qu'il rit et qui pleure, c'est la clé du bonheur ! -sort- Tout ce que vous voulez. Marshamallow pour les intimes ou Chocolove mais encore Loveur !
✔ LA CITATION : Exister est bon ; non pas meilleur qu'autre chose ; car exister est tout, et ne pas exister n'est rien.




MessageSujet: Re: EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?   Ven 2 Mar - 2:54
Cookies ou farine ?
« Quand le ventre crie famine, c'est l'âme qui suscite des envies. Quand le coeur crie Aieuhhh... c'est la tentation qui nous ouvre une porte. Aiiehhhh... habilles-toi... DUDE ! » Bon d’accord, je savais déjà qu’elle ne viendrait pas la chercher dans mon dos mais ça m’amusait de voir sa réaction. Bien entendu, elle n’aurait pas besoin d’y arriver là. C’était surtout pour amuser un peu donc elle était sauvée. Je riais doucement en entendant sa question quant à savoir si j’étais sérieux. Haussant les épaules, je lui souris. « Pas totalement ! », ajoutais-je simplement en secouant la tête avant l’autre alternative. Non, je n’allais pas vraiment aller au bout, je jouais simplement et on doit toujours savoir quand le jeu s’arrête. Je lui avais simplement sourit en me demandant comment elle voyait mes actes enfin elle semblait contrariée ce qui m’amusait et m’attristait en même temps, il n’était pas mon but de la faire fuir mais de la détendre. Je riais doucement. J’étais gentil et donc dans aucun cas, je n’aurais profité de la situation. Je n’étais pas ce genre de type qui profiterait d’une jeune femme. Non, je les respectais, rien qu’elle ne veuille pas faire. Enfin pour ça que je doublais sans cesse les propositions d’alternatives. J’étais ainsi. Je ne voulais pas la forcer à quoique ce soit et pourtant ça m’amusait de voir cette petite lueur d’agacement mais j’étais un homme, j’aimais bien ennuyer les femmes. On dit toujours qu’une femme est encore plus belle en colère, non ? Je riais doucement en voyant qu’elle tendant la main et disait que ses crêpes n’avaient besoin de rien. Je regardais sa main et souriait. « Ah bon ? Elles doivent être délicieuses alors. Je ne sais pas vous mais je les adore avec des fraises et de la glace… c’est… », je riais en la voyant secouer la main en souriant doucement. « Pressée… ? Je connais ça, c'est la gourmandise, non ? », rajoutais-je en penchant un peu la tête et retirant la farine de mon dos en la regardant… tout en faisant une petite moue. « Hummmm… je suis gentil donc je suppose oui ! », je souriais en regardant sa femme, la farine puis encore sa main et souriant doucement. Je réfléchissais ou je faisais mine pour laisser trainer un peu de suspens. Allais-je lui donner la farine ? Je n’en savais rien sur le moment même mais laisser trainer les choses… c’était amplement suffisant ! Je finissais par encore regarder la farine et puis cette jeune femme en souriant et réfléchissant encore sans rien dire, elle allait me tuer de la faire patienter ainsi mais j’aimais bien la voir agiter sa main, ça m’amusait de profiter de son impatience.

Allais-je lui donner ? J’adorais la taquiner, là. Je n’en avais pas souvent l’occasion… il faut dire que je draguais autrement surtout dans les bars et jamais chez moi. Je penchais un peu la tête en finissant par lui mettre le paquet de farine dans la main et faire un joli sourire charmeur. « Bien sûr… j’allais vous la donner quoiqu’il arrive à vrai dire… même si vous me gifliez ! », je riais en me demandant si elle en avait eue envie. Quand elle m’avait demandé si j’étais sérieux, j’en avais vraiment eue l’impression enfin peut-être pas une gifle mais un coup, tout simplement. Elle m’aurait peut-être fait mal en plus, elle semblant ne pas être trop brindille tout en l’étant enfin je me comprends. Je lui souris en me rendant compte que je ne m’étais même pas présenté tout en la guidant vers la porte me doutant qu’elle avait sans aucuns doutes envie de partir et filer hors de la maison du fou qui joue avec ses nerfs. « Rassurez-vous, c’est gratuit… même pas besoin de m’apporter des crêpes ! », je fis alors une moue en la regardant. « Sauf si vraiment vous le voulez mais dans ce cas… je vous offrirais un autre pot de farine ! », je riais un peu en me trouvant drôle mais un peu idiot sur les bords car elle pourrait aller en acheter pour ses prochaines et ne viendrait surement pas m’en demander. Une fois la porte ouverte, je fis un petit sourire à ma voisine qui guettait la sortie de son amie par la fenêtre. « Je crois qu’on vous attend et en fait, je m’appelle Henry… Henry-Daniel mais évites Jack Daniels… ce n’est pas moi ! », on m’appelait souvent Jack pour le petit « Daniel » qui suit mon prénom et ça avait tendance à m’ennuyer surtout sachant que j’adore le whisky et sérieusement… je me voyais mal… me boire tout seul. Je lui fis un sourire sympathique avec un petit signe d’au revoir avant de regarder la farine. « Faites-en bon usage ! », rajoutais-je en riant doucement. « Bonne journée et bon appétit à vous les filles ! », je fis alors signe d’au revoir à ma voisin qui semblant loucher sur ma tenue mais bon, je m’en fichais un peu. Je regardais alors une dernière fois Evangeline en affichant un petit sourire assez léger. « Enchanté d’avoir fait ta connaissance… passes gouter mes cookies quand tu veux. Ils sont excellents ! », c’est alors que je la laissais filer pour ensuite rentrer de suite et m’habiller pour quitter la maison dans mon jeans noir et ma chemise blanche avec une bonne paire de lunette pour le vilain soleil afin de protéger mes petits yeux. J’étais enfin prêt pour une bonne journée normale à tenter de joindre ma petite sœur… et d’autres petites choses comme aller faire imprimer les tracts pour les annonces de colocation ! Journée que je passais en faisant signe aux jeunes femmes si je les croisais en sortant ou non. Je montais alors en voiture et direction le centre-ville pour mes petites emplettes diverses donc. Une journée chargée avant bien entendu de faire la fête au soir.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

M. HENRY GRAYSON « I DON'T KNOW WHERE I'M AT »
Not ready to let go. Cause then I'd never know. That I could be missing. I'm missing way too much. So when do I give up what I've been wishing for I shot for the sky. I'm stuck on the ground. So why do I try, I know I'm going to fall down. I thought I could fly, so why did I drown ? Can't find another way around. And I don't want to hear the sound, of losing of what I never found.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net/ 



avatar
Viens demander un rang
✔ AGE : 26 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Prof de langues étrangères à l'université
★ AVATAR : Rachel Bilson
© CRÉDITS : Bazzart
✔ MESSAGES : 209
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 13/11/1986

The World......belongs to us


✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Evy, Eve, Eva, Angel, Line, Zély ...
✔ LA CITATION : La vie est surprenante, mais surement pas autant que l'amour, car quand il frappe tout peut changer d'un bout à l'autre, même vous. Surtout vous. On subit la vie, mais l'amour on l'attend.




MessageSujet: Re: EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?   Ven 2 Mar - 10:59
Les choses prenaient une tournure assez étrange et Evangeline craignait de ne jamais réussir à obtenir cette farine. Elle aurait certainement mieux fait d’aller en acheter directement. Elle le saurait pour la prochaine fois ou alors elle se débrouillerait pour envoyer Alyzéah comme ca elle n’aurait pas à se retrouver à nouveau en la présence de ce type. Il fallait bien avouer qu’il était plutôt pas mal, mais son attitude changeait totalement la donne et alors qu’elle aurait put craquer pour ce corps d’Apollon, le comportement du jeune homme lui criait de s’éloigner et de l’éviter à l’avenir. Elle n’avait jamais été fan des hommes trop surs d’eux, qui draguent tout ce qui bouge et c’était visiblement son cas à lui. Ca n’était pas engageant du tout pour elle, d’autant plus qu’elle voulait se laisser du temps avant d’envisager de se laisser séduire par un homme. Elle arrivait juste et voulait focaliser son attention sur son boulot, ses étudiants et sa recherche de logement pour l’instant. Une fois qu’elle serait bien installée, que tout serait en place dans sa nouvelle vie elle verrait quoi faire, mais pour l’instant elle ne comptait pas se laisser séduire et encore moins par un homme comme celui que se trouvait en face d’elle.

Plus les secondes s’écoulaient et plus Evy avait l’impression qu’elle attendait pour rien, qu’elle n’obtiendrait jamais cette farine et d’ici à ce qu’elle puisse se rendre dans un magasin celui-ci serait certainement fermé. A présent c’était certain, elle n’était pas prête d’aller « demander au voisin » lorsqu’elle aurait besoin de quelque chose. Elle n’avait jamais eut ce genre de problème jusqu’à présent, elle avait toujours tout ce qu’il fallait chez elle. Mais là elle était chez une autre personne et ne pouvait pas prévoir tout ce dont elle pourrait avoir besoin durant son séjour. Elle était convaincue que tout le monde avait forcément le strict nécessaire pour ce genre de cas, mais visiblement ce n’était pas le cas pour Alyzéah qui semblait préférer se reposer sur les autres pour la cuisine. Toutes les propositions qu’il lui faisait la dérangeaient et elle ne comptait pas en accepter une seule. A la rigueur celle de lui donner quelques crêpes pourrait passer si elle se retrouvait vraiment forcée à devoir décider. Elle sentait que sa patience arrivait à bout et même si elle ne voulait pas repartir sans farine, elle n’aurait pas non plus la patience d’attendre encore. Elle tenta d’accélérer le rythme alors qu’il s’amusait à débattre sur la façon dont il aimait accompagner ses crêpes. Comme de bien entendu, il trouva cela amusant et elle se retrouvait là a devoir supporter encore ses remarques. Cette fois elle ne put retenir une réplique. « Non, c’est surtout que je suis attendue et pour être franche je préférerais être ailleurs qu’ici. Et ces crêpes ne sont pas pour moi. » Et elle ajouta un grand sourire plein d’ironie pour lui faire comprendre que s’il ne voulait pas lui donner cette farine elle irait voir ailleurs et qu’il ferait mieux de le dire.

Elle put enfin distinguer le paquet de farine, mais le jeune homme semblait vouloir s’amuser encore un peu et hésiter encore sur ce qu’il devait faire. Elle tenta de reprendre patience pour quelques instants mais les quelques secondes qu’il prit pour faire durer les choses étaient de trop et elle allait partir lorsqu’il posa finalement le paquet de farine dans sa main. Finalement elle avait ce qu’elle était venu chercher. A présent elle allait pouvoir partir et elle ne mettrait plus jamais les pieds ici, ca c’était certain. « Merci. » Elle préférait ne pas faire de commentaire supplémentaire sur le petit jeu qu’il avait mit en place. Depuis le départ il n’avait fait que s’amuser et cela l’exaspérait au plus au point. Elle prit assez rapidement la direction de la sortie, ne se préoccupant pas dans un premier temps du fait qu’il la raccompagne, mais lorsqu’il revint sur le fait qu’elle n’aurait pas besoin de lui apporter des crêpes elle s’arrêta l’espace d’un instant. Il lui avait fait tout ce chantage depuis le début et ne demandait rien en retour. Elle trouvait cela quelque peu étrange et c’est un peu perdue dans ses pensées, tentant de comprendre comment il pouvait fonctionner qu’elle répondit. « On verra ca. » Elle ne comptait pas remettre les pieds ici ca s’était sur, mais Alyzéah se ferait certainement un plaisir de venir lui apporter quelques crêpes. Elles verraient ensemble quelle solution adopter. Après tout et malgré son petit jeu il pouvait bien avoir droit à quelques crêpes, celui le calmerait peut-être et le rendrait plus sympathique.

Il semblait content de lui et cela ne faisait que rendre Evy encore plus agacée. Elle ouvrit la porte, ne se souciant pas vraiment de la présence de son amie à la fenêtre, jusqu’à ce qu’il le fasse remarquer. Il était certain qu’Aly était là à surveiller tout ce qu’elle aurait put voir et c’était même étonnant qu’elle ne soit pas déjà venue voir ce qu’il se passait et la tirer de là. La jeune femme se retourna alors qu’il se présentait. Avec tout ca elle en avait perdu ses bonnes manières et n’avait même pas pensé à se présenter. Elle ne fit aucune remarque sur la petite précision qu’il apporta, mais elle retenait l’idée principale. « Moi c’est Evangeline. » Elle ne comptait pas s’attarder plus et une fois qu’elle eut donné son prénom, elle se demandait si elle n’aurait pas mieux fait de ne rien répondre ou de lui donner un faux nom. Mais c’était trop tard et ce n’était pas avec un prénom qu’il pourrait lui poser plus de problèmes, en tout cas elle l’espérait. Elle sortit finalement, regagnant déjà la villa où elle logeait, espérant ne plus avoir à faire ce trajet à nouveau. Elle se retourna légèrement alors qu’il leur souhaitait une bonne journée et retourna la politesse. « Oui, vous aussi. » Elle comptait bien mettre un point final à cette histoire dès à présent. Elle ne tint pas compte de sa remarque concernant ses cookies, mais bien entendu Alyzéah elle ne la manqua pas et une fois dans la maison, elle eut droit de fournir un compte rendu détaillé de ce qu’il s’était passé. Malheureusement pour elle, rien de croustillant n’était au programme et elle en sembla plus heureuse que déçue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  





MessageSujet: Re: EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?   
Revenir en haut Aller en bas
 
 

EVANGELINE ♣ Cookie ? Ils sont bons... ou farine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Cimetiére des rps terminés-