Il y a des jours sans... et avec (SUITE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Lun 12 Déc - 2:38
La vie est courte ? Oui et pourtant on arrive toujours à gâcher certains moments pour de bêtises disputes mais c’est comme ça que l’on rend la vie plus belle à force puis il faut dire que la routine serait bien fade sans nos contraintes. Je venais de me disputer avec Gianni pour aussitôt tout remettre dans l’ordre d’une manière presque magique alors que je pensais réellement à un moment le laisser revenir vers moi. Il y avait cependant une chose qui m’avait fait faire demi-tour… mon attachement et mon cœur qui me disait juste que je l’aimais et les frontières avec lui oui pour lui, je les franchirais toute même celle de ma fierté. C’est bête ? Je n’en sais rien mais c’est mignon et romanesque, non ? Je venais de quitter son boulot pour reprendre la route vers chez moi aussitôt en allant vers les courses pour acheter plusieurs petits délices afin de lui concocter un bon repas. J’étais certaines que l’on pourrait faire une meilleure soirée car la journée avait été un fiasco. J’entrais alors avec mes achats divers comme des fruits ou des légumes enfin de tout pour partir directement en cuisine. Une heure voir même deux heures sous les fourneaux, j’étais bien là. Je riais doucement en me regardant tandis que la farine me recouvrait pour terminer par aller prendre une bonne douche. Cette douche me fit un bien fou d’ailleurs. On ne se doute pas des bienfaits d’une petite douche. Je ne savais pas quand il allait arriver et d’ailleurs, je ne savais pas du tout que l’heure avait tellement défilée et cette pour cette raison que j’avais prévu le coup au cas où il arrive quand je n’étais pas présente avec des post-its. Etant totalement dingue, j’avais commencée dans l’entrée avec un post-it jaune qui disait… « Welcommmmme… veuillez essuyer vos pieds, il fait tout propre ! » avec ensuite un tout à côté de la carpette… « Faites la récolte des post-its après avoir retiré ta veste ! », je m’étais réellement amusée à les écrire entre deux cuissons, je sais que je suis folle. Non loin du porte manteau s’en trouvait un troisième qui disait… « rends-toi dans la salle à manger… une surprise t’attend… », c’est alors que taquines comme j’étais… j’avais rajoutée… « Peut-être que je suis ta surprise ? » sur un post-it se trouvant juste en dessous alors que pourtant dans la salle à manger et sur la table se trouvait… un verre de vin et un post-it aussi. « Arf… fausse pub… désolée… je suis bonne en publicité mensongère ! Ahah. », J’avais pris le soin de laisser la marque de mes lèvres avec le rouge à lèvres pour qu’il me pardonne la moquerie en espérant qu’il le fasse. Sous ce post-it qui dévoilait les bords d’un autre en décalé, je ne voulais pas qu’il le rate… était écrit en toutes lettres. « Et peut-être que je serais sur la terrasse ? Qui sait ? », c’est alors qu’il avait le choix de prendre son verre de vin et était invité à venir sur la terrasse mais maintenant peut-être qu’il mélangerait tout… juste pour la contrainte mais bon, j’avais au moins pris le temps de m’amuser en attendant et c’était assez pratique pour combler le vide d’une après-midi.

Sur la terrasse… se trouvait un panier de Pink Lady avec aussi un post-it à nouveau qui disait « Croques-les, elles sont savoureuses… », Dessous à nouveau l’on pouvait voir un autre post-it avec un smiley qui sourit et… «... je m’améliore ? », avais-je écris alors en laissant encore un post-it dessous qui pouvait indiquer tout simplement et tout bêtement… « En fait… je suis sous la douche mais si tu veux… croques la pomme… » et dessous se trouvait à nouveau un post-it qui indiquait. « Ou viens me croquer si tu oses… mouhahahaha… », j’étais complétement dingue au fond mais cela m’avait amusée à faire en fait. C’était assez divertissant de le faire tourner dans la maison pour lui donner un verre de vin et lui montrer que je pouvais m’en sortir en publicité enfin surtout pour le taquiner à ce sujet car oui, je suis vilaine et taquines et je mérite une bonne punition. Ce n’était pas tout car j’avais laissé mes fringues partout sur le parcours vers la salle de bain donc mon haut, mon short et mes sous-vêtements ainsi que les chaussures pour laisser un post-it disant juste « Uniquement sous invitation... » sur la porte. Je ne savais rien du parcours qu’il allait faire donc bon, je ne m’attendais déjà pas à ce qu’il arrive pendant ma douche puisque c’était surtout au cas où donc tout pouvait arriver et dans tous les cas, je m’étais vraiment bien amusée à faire les post-it et y lâcher des conneries. C’était comme faire du tricot alors qu’on ne le finira jamais ou faire des petits dessins ridicules sur une feuille que l’on va jeter directement. J’étais assez fière tout de même de mon coup qu’il fonctionne ou non. Je prenais donc ma douche et j’oubliais tout en chantant un peu dessous et profitant des jets amplement détendue.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Mar 13 Déc - 14:08
A la fois j'étais surpris mais pas tant que ça quand Pandora posa la clé de chez elle sur le bureau, avoir chacun la clé du lieu d'habitation de l'autre s'était un tournant dans notre histoire, petit à petit, palier par palier nous avancions et j'aimais ça. Elle était partie et je m'étais remis au travail, il fallait au moins que j'avance sur deux ou trois points concernant le dossier mais ça ne me prendrait pas des heures. J'étais beaucoup plus enclin à me concentrer, j'avais l'esprit plus tranquille et l'idée de cette soirée pour terminer de nous réconcilier m'aidait. Deux heures plus tard je sortais du parking de l'immeuble au volant de ma voiture et prenait la direction de chez Pandy et Lena, sur le chemin je fis un petit arrêt pour acheter... Et bah ça sera la surprise !
Une vingtaine de minutes plus tard je me garais devant la maison des Stam, prenait mon petit achat et allait jusqu'à la porte. Le post-it dessus me fit sourire et tout de suite j'eus l'intuition que Pandy avait préparer un truc sans doute un peu comique comme elle aime le faire. J'entrais donc sur les conseils d'un post-it et en trouvait un autre tout de suite. Je pris ce qui ressemblait à un vase sur le meuble de l'entrée et me dirigeais vers la cuisine pour le remplir d'eau, j'y mettais les fleurs que j'avais acheté en chemin, s'était ça mon petit achat. Je posais le vase sur la table de la salle à manger et trouvait le verre de vin et un autre post it. Je suivais le petit jeu de piste, maintenant il fallait que je me rende sur la terrasse et en m'approchant de la porte vitrée qui y menait je vis les pommes, j'avais aussi vu en passant les fringues dans le couloir qui menait à la salle de bain et la chambre de Pandy, je pris juste une pomme, un post it et un stylo. J'écrivis sur le post-it « Un invité vous attend » je le collais sur la pomme que je déposais par terre juste devant la porte de la salle de bain.

Retournant ensuite dans la salle à manger je sirotais mon verre de vin tout en regardant les divers photos qui trônaient sur les meubles, je n'avais jamais pris le temps de vraiment les regarder mais à présent compte tenu de la relation que l'on avait Pandy et moi ça me semblait normal de m'intéresser à cela. Ils y en avaient des vraiment jolies et je m'arrêtais un peu plus longtemps sur une photo où je déduisais qu'il s'agissait de Pandora, Lena et leur mère. La ressemblance était indéniable, le même sourire. Je trouvais cette photo pleine d'émotion surtout en sachant que Pandy avait perdu sa mère tôt, ça l'avait forgé mais elle avait un manque. Nous en avions un peu parlé déjà mais je sentais que s'était toujours difficile pour elle, pour la faire lâcher prise un peu ce n'est pas une mince affaire mais j'y étais un peu arrivé ce soir là où nous nous étions disputé puis une autre fois encore quand elle m'avait avoué ses sentiments. J'étais véritablement attendries par ces photos, que se soit celle où Pandy était juste avec sa soeur ou même la photo du mariage de ses parents. Je reculais doucement en me disant que peut être j'étais en train d'observer une intimité qui n'appartenait qu'à elle et pourtant à cet instant j'avais un drôle de sentiment qui émergeait, je ressentais une envie que je n'avais pas eu depuis longtemps... Je me surpris à penser que je voulais des photos de nous deux au milieu de tout ça, faire partie de sa vie encore plus que maintenant. La seule photo que j'avais de nous s'était sur mon téléphone portable, s'était déjà bien certes mais je venais d'avoir comme une sorte de déclic.

Finalement j'allais m'asseoir sur le canapé, un peux pensif en continuant de boire doucement mon verre de vin. Je réfléchissais à nouveau à cette dispute et ce que j'avais ressenti quand elle était partie, habituellement quand parfois elle prenait mal une de mes taquineries j'arrivais toujours à la retenir et la faire changer d'avis mais pas cette fois. Je devais faire attention, rien n'est jamais acquis et il était essentiel que je continue de travailler sur moi, j'avais déjà fait un beau bout de chemin mais ça n'était pas suffisant. Si je voulais la rendre heureuse comme j'estimais qu'elle le mérite je devais laisser de côté ce côté jaloux, j'avais confiance en elle après tout.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Mar 13 Déc - 16:25
La douche chauffait fort mais c’était si agréable. Cela me détendait réellement suite à cette journée un peu compliquée mélangée entre la bonne humeur et la plus détestable des humeurs. Je ne voulais pas vraiment ressentir à nouveau cette sensation. Je pensais a tellement de choses à commencer par lui et Lena mais aussi mon père qui étaient un peu mes 3 centres d’intérêt sans oublier Lukas. C’était eux en ce moment bon il y avait aussi Mike et aussi Zara mais ce n’était pas pareil, on sait un peu tous que la famille et l’amour est important et Mike pourrait l’être aussi mais néanmoins… chaque chose en son temps. Je sortais alors de la douche pour m’enrouler dans une serviette bien moelleuse et essuyer mes cheveux brièvement. Je me séchais alors rapidement les cheveux en chantant sans avoir encore vue la pomme comme je restais dans cette salle de bain qui était parfaite enfin les moulures… oui, parlons décoration. Je riais doucement en m’emmêlant dans le câble. « Je suis blonde ! », je souris en tentant de me démêler mais danser et chanter en se séchant les cheveux… drôles d’idées. Je finis enfin le séchage en sortant dans ma serviette et manquant de me gameller sur la pomme avec une moue mais voyant le post-it, je souris en parlant plus fort pour qu’il m’entende et riant doucement. « J’arrive… je vais m’habiller ! », pendant un instant, j’avais pensée ne même pas directement aller m’habiller et aller lui faire un petit coucou mais bon, je n’avais pas finie le repas et je n’allais pas le finir en serviette cela aurait été drôle pourtant. J’allais alors directement à ma chambre en laissant tomber la serviette pour aller chercher des sous-vêtements et parlant un peu plus fort, je laissais entendre cette question… « Rouge ou noir ? », je souris car oui c’était pour savoir la couleur à mettre, j’hésitais bien trop car en fait : j’en avais de trop mais je devais l’admettre que j’avais une collection trop importante de sous-vêtement, un cauchemar. Je choisis alors ou je mettais la couleur qu’il avait choisi tout dépendait de sa réponse ou du fait qu’il ait entendu ma question ou pas enfin je me décidais sur la couleur qui dont est inconnu pour l’instant. J’allais alors chercher une robe simplement une robe noire et pas trop compliquée, juste une robe courte mais pas trop qui arrivait au moins en dessous de mon popotin… certes, elle était moulante et aussi bustier mais chut… n’allons pas trop dans les détails. Je restais cependant nue pied en enfilant mes chaussons en forme de lapinou que j’adorais tant car et bien je n’avais juste pas le temps de choisir des chaussures. Non mais ça prend un temps fous, quoi.

Je sortais alors de ma chambre en éteignant la lumière et laissant la porte ouverte simplement par habitude c’était le seul moyen qui disait à Lena si elle pouvait rentrer ou non mais elle n’était même pas là en ce moment donc c’était totalement impossible qu’elle puisse intervenir. J’approchais alors sans bruits en direction du canapé et remarquant qu’il était un peu pensif ce qui m’amusait un brin car je voulais un peu savoir ce qu’il avait dans la tête pourtant je devais aussi lui laisser avoir ses pensées naturellement. J’approchais de plus en plus du dos de canapé en posant délicatement mes mains dans son cou pour pencher un peu sa tête et lui offrir un petit sourire avant de l’embrasser avec beaucoup d’amour. C’est un fin sourire contre ses lèvres auxquels je m’adonnais avant de reculer de celle-ci et lui caresser la joue. J’étais tendre, une vraie Pandy, quoi. Je le regardais et fronçait le nez. « Bonsoir mon invité que j’ai délaissé pour une douche, c’est mal. Très mal ! », je ris doucement avant de reculer et d’aller me servir un verre de vin à mon tour tandis que je revenais dans le canapé pour m’assoir en face et sourire doucement. « Cette fois, je favorise les autres fauteuils… comme tu me l’as conseillé ! », j’étais une peste ? Non, je le taquinais juste un peu et on sait tous que je finirais tout de même à un moment sur ses genoux si ce n’est pas maintenant cela sera au courant de la soirée surement. Ce n’était pas un mystère. Je lui souris et fronçais le nez en me relevant soudainement et fronçant le nez. « Oh zut, j’ai oublié un truc… », j’allais retourner alors vers ma chambre pour récupérer la pomme que je lustrais comme pour imaginer qu’elle brille comme dans Blanche Neige… comment la sorcière faisait pour que ses pommes brillent autant ? Vous pensez qu’elle les passait à la cire ? Je souris en croquant dedans et revenant vers le salon pour au final aller sur ses genoux et sourire. « Pink Lady, par ce qu’elle est à croquée… », je souris doucement et le regardait pour regarder ensuite les fleurs que je venais à peine de voir et sourire doucement en le regardant aussitôt… « Oh… tu m’as amené des fleurs… », J’agrandissais mon sourire en lui volant un baiser et me relevant aussitôt pour aller vers le vase et les sentir, j’adorais les fleurs surtout les orchidées (je ne sais pas quelles sont les fleurs donc je ne précise pas, hey hey). Elles sentaient tellement bon et je souris. « Elles sont magnifiques… Merci, mon cœur ! », j’étais peu bavarde quand j’avais des fleurs dans le coin.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Mar 13 Déc - 23:24
Je souris en entendant Pandy me dire qu'elle allait s'habiller, sans doute que je n'étais pas attendu aussi tôt mais au moins on avait une belle soirée devant nous et ça s'était sans doute le seul point positif de cette journée qui avait été plutôt vraiment pas terrible pour moi . Sur le coup je ne comprenais pas pourquoi elle me demandait de choisir entre deux couleurs, mais la sobriété primait ce soir, je répondis assez fort pour qu'elle entende « Bah je sais pas, noir ! ». Je ne l'entendis pas arriver et elle me sortit de mes pensées d'une bien douce manière avec un baiser auquel je répondis bien volontiers. Je lui souriais « Pas de problème tu sens incroyablement bon, j'adore ce parfum que tu as mis, il est nouveau ? » je n'avais pas le souvenir de l'avoir déjà senti. Je la suivais du regard et en voyant la robe noire je pensais tout de suite que s'était pour cela qu'elle m'avait demandé la couleur, elle était jolie cette robe d'ailleurs mais les chaussons en forme de lapin me firent légèrement buguer et finalement je me mis à rire « Sympa tes chaussons, ils vont bien avec la robe. » petite taquinerie elle me renvoyait bien vite la balle en allant s'asseoir sur le fauteuil sous mes conseils de l'après midi « Incroyable cette faculté d'apprentissage et d'adaptation que tu as. ».

A peine assise et déjà repartie sous prétexte d'avoir oublié un truc, même pas de petits gâteaux à grignoter, la qualité du service se perdait et je ne manquais pas de le faire remarquer mais bien entendu je plaisantais « Et bah dis donc Miss Stam le niveau du service baisser, tu me laisse tout seul sans rien à grignoter ! ». Justement elle revenait avec la pomme que j'avais laissé devant la porte de la salle de bain, encore une fois elle me sortait une petit phrase publicitaire et je riais « T'as fini d'essayer de me piquer mon boulot ? ». Pandora s'était assise sur mes genoux, une habitude et je passais les bras autour d'elle mais ça ne dura pas bien longtemps... Elle a vraiment la bougeotte ce soir ! Je regardais les fleurs et haussait les épaules « De rien. Content qu'elles te plaisent. ».
J'avais acheté ces fleurs pour lui faire plaisir et me rattraper de mon attitude de cette après midi, je m'en voulais encore un peu en fait. La regardant sentir les fleurs je terminais mon verre de vin et me levais pour la rejoindre. Je déposais un baiser sur son épaule « Tu vas la faire en tête à tête avec les fleurs cette soirée ? » Je la taquinais gentiment, mais c'est vrai qu'elle ne s'était pas posé plus de deux minutes depuis la sortie de sa douche. Je lui pris la main et retournais m'installer sur le canapé en l'emmenant avec moi. «Tu ne voudrais pas t'asseoir au moins cinq minutes ? C'est pas long... Juste cinq petites minutes. ».

Je ne savais pas bien comment interpréter cette attitude de sa part, m'en voulait elle encore ? J'étais un peu perdu et ne savait pas trop quoi en penser. « Reste assise je vais chercher des gâteaux apéritifs, en plus je suis sûr que tu en as préparé dans la cuisine. Je me trompe ? » Etant du genre perfectionniste Pandy avait sans doute tout prévu. Je me levais donc pour aller chercher de quoi manger un peu pour accompagner le vin, si nous continuions de boire le ventre vide c'est notre tête qui allait finir par tourner, celle de Pandy surtout. Je revenais dans le salon posant les amuses bouche sur la table basse et reprenais place sur le canapé ensuite « Tu voudrais aller où ce week-end, tu as une idée ? » Je lui avais proposé de passer un moment juste nous deux en dehors de Sydney mais sans vraiment réfléchir à la destination pour le moment, je comptais un peu sur elle pour m'aider à trouver.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Mer 14 Déc - 0:02
J’avais donc opté pour le noir en sous-vêtement simplement suite à sa réponse avant de continuer à m’habiller et le rejoindre pour ce baiser qui m’avait totalement plu surtout qu’il était à l’envers. Je riais doucement à sa question à propos de mon parfum en haussant les épaules. « C’est celui de ma mère enfin j’aime le porter parfois… », Quand j’avais passé une journée un peu plus triste, j’adorais porter son parfum pour me remettre un peu avec la pêche comme ça, elle était un peu là, avec moi. C’était une chose que je répétais souvent mais là, c’était surtout par e que je n’en avais plus et pour me remonter le morale légèrement d’un cran de plus suite à la dispute de cet après-midi. Je le sentis buguer sur les pantoufles et mon sourire taquin était présent surtout quand il me disait qu’ils étaient sympathiques. « Je sais… je les adore, ils me tiennent chaud. », je souris doucement en le regardant et avant d’aller m’assoir sur le canapé et froncer le nez tandis qu’il me disait que j’apprenais vite. « Je fais des progrès ! Oui à force, je deviendrais la fiancée parfaite. », je lui fis un grand sourire avant de filer aussitôt chercher cette pomme et rire en l’entendant. « Heyyyyy… chaque chose en son temps… gourmands. », je riais et revenant alors avec le fruit à la main et lui souriant malicieusement tandis qu’il me disait d’arrêter de lui piquer son boulot mais c’était trop drôle. Je prenais alors place sur ses genoux en me relevant aussitôt en voyant le bouquet que je ne voulais pas délaisser. Je souris tandis qu’il me disait être content qu’il me plaise en le regardant aussitôt se lever et souriant en sentant son baiser sur mon épaule. Je ne pus m’empêcher de rire en l’entendant et hocher la tête. « T’as tout comp… »,je m’interrompais en me sentant entrainée vers le canapé et me laissant faire en l’écoutant. Je finis par m’assoir sagement en hochant la tête. « D’accord, d’accord 6 minutes même… », c’était de la taquinerie bien entendu. Je ne sais pas vraiment si je lui en voulais encore, c’était peut-être inconscient au fond de peur qu’il m’en veuille aussi ou s’en veuille enfin c’était compliqué dans ma tête car oui, quoiqu’il arrive… j’avais tout de même été blessée et j’avais du mal à refermer les blessures en règle général. Je le voyais alors se lever et je ne pouvais que rire en l’écoutant « Ok chef, oui bien sûr… ils sont prêts dans le frigo et sur la troisième grille. », il est vrai que je pensais toujours à tout et que je préparais toujours tout. J’attendais sagement pendant qu’il était allée en cuisiner en buvant un peu de vin et le regardant appuyée contre le dossier du canapé, je le contemplais et je souriais doucement car être là, chez moi… c’était rare et je me rendais même compte que moi-même, je me refusais rarement d’ouvrir tellement la vie de moi et Lena à un homme mais Gianni s’y semblait tellement à l’aise que j’adorais l’image que je voyais là. Je rêvassais doucement en le regardant aussi venir avant de sourire aussitôt qu’il revenait et prendre un amuse-bouche sur le plateau

Je souriais doucement à sa question mais pourquoi ? Simplement par ce que j’adorais cette question. Au début, sans rien dire, je prenais simplement sa main pour en caresser le creux en posant la tête sur son épaule sans encore avoir répondue. Je le regardais en levant les yeux vers lui et sourire. « Cela dépend… tu veux rester en Australie ? Avion ? Voiture ? Trains… ? », je lui souris doucement en le regardant avec tendresse. « En fait, j’irais juste ou tu iras… là. Je veux juste être avec l'homme que j'aime de tout mon cœur et savoir que personne et surtout rien ne nous dérangera... toi, moi et juste nous ! J'ai de l'ambition... », je me redressais légèrement pour déposer un baiser sur sa joue et aller chuchoter à son oreille en souriant. « Tu aurais dû me rejoindre sous la douche maintenant tu as raté la chance d’une entrée VIP dans ma chambre… », je riais doucement, c’était pour le taquiner bien entendu mais ça, c’était une habitude par ce que je me reposais aussitôt contre son épaule en continuant les caresses dans sa main sans bouger d’un pouce. « Les 6 minutes sont passées… », je fis alors mine de me redresser en riant. « Je vais retrouver le bouquet pour mon tête à tête… », la saloperie que je pouvais être, non mais ?

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Mer 14 Déc - 19:18
Ce soir elle portait donc le parfum de sa mère et il lui allait vraiment bien. Ca devait avoir une valeur particulière pour elle mais je ne savais pas laquelle, un jour peut-être. Ses chaussons lui tenait sans doute bien chaud ça je voulais bien la croire mais il n'allait vraiment pas avec la robe, ça lui donnait un petit air original qui finalement collait bien à sa personnalité même si je l'admets j'aurais bien aimé qu'elle mette des chaussures qui aillent avec le reste, des talons par exemple ils auraient mis ses jambes en valeur et je l'aurais sans doute trouvé incroyablement sexy. Mais bon j'avais le droit aux pantoufles lapin à la place et ces trucs là étaient des vrais tue l'amour à n'en pas douter, sauf qu'avec mon comportement de cet après midi je n'allais pas faire le difficile et en rajouter en critiquant. Gourmand, moi ? C'est vrai mais j'avais surtout faim et puis je voulais qu'elle s'assoit enfin, qu'on puisse passer ce moment tout les deux au calme. Je gagnais donc 6 minutes, s'était mieux que rien ! « Quelle générosité, je te reconnais bien là Pandora. ».

Je prenais un petit truc à manger sur le plateau que je venais de ramener, lui demander où elle voulait aller en week-end n'était pas une chose anodine en plus de lui faire plaisir je voulais aussi encore mieux la connaître savoir ce qui pouvait la tenter et qu'elle voulait partager avec moi. Je la laissais prendre ma main et posait mon regard sur se geste un instant avant de relever les yeux sur elle. « Ce n'est pas ce qu'on pourrait appeler un week-end super organisé alors je propose de limiter l'improvisation à la voiture ou au train éventuellement. Donc on reste en Australie. » Je lui souriais puis terminais mon verre de vin, me resservant presque aussitôt en prenant la bouteille sur la table basse. J'adorais ce que j'entendais, que peu importe l'endroit ce qu'elle voulait s'était être avec moi, ça me rassurait un peu aussi. Cette histoire de tromperie m'avait fait perdu confiance en moi, avec l'impression que si je m'autorisais le bonheur le ciel allait me tomber sur la tête et Pandy était bien la seule qui arrivait petit à petit à changer la donne. Je la sentais vraie et sincère, ce qui comptait énormément pour moi. Elle déposait un baiser sur ma joue et je souriais sous l'effet de cette tendresse qu'elle a le don de me communiquer. Sa remarque me fit rire « On pari que j'arriverais à obtenir cette accès VIP malgré cela ? » elle avait beau être têtue je connaissais des moyens de la faire craquer si jamais elle tentait de résister pour me taquiner encore un peu plus.

Pas avare de plaisanterie une nouvelle fois elle fit mine de se lever et je la retenais « Ah non tu ne bouge pas de là, je ne suis peut être pas des fleurs mais... » je lui adressais un beau sourire, le même auquel elle a beaucoup de mal à résister « Je sens bon aussi, je suis beau moi aussi et je fais un truc, ou même des trucs que les fleurs ne font pas. ». Je la lâchais et me reculais légèrement « Mais je n'entraverais pas ta liberté alors à toi de voir avec qui tu veux passer la soirée. » Je haussais les épaules « J'oubliais, les fleurs ne parlent pas tu risque de t'ennuyer rapidement en tant que grande bavarde. » je jetais un regard malicieux vers le vin « Et en plus t'as presque bu un verre entier ce qui n'arrange pas les choses. » Je chargeais volontairement la taquinerie et sur ce coup là j'étais plutôt fier de moi, l'air tout à fait innocent je buvais une gorgée de vin avant de reprendre un petit amuse bouche « Au passage, c'est très bons tes petits... Trucs là » je ne savais pas comment appeler ça et j'avais faillit dire « petites conneries » mais pas de manière péjoratives je m'étais repris de peur qu'elle le prenne mal. Comme quoi le petit épisode de la dispute planait encore un peu au dessus de nos têtes ce qui était plutôt normal si l'on y réfléchit. Les choses ne s'oublient pas comme ça en un claquement de doigts ou une fierté mise de côté, il faut laisser un peu de temps que tout ça se dilue un peu et tout repartirait comme avant peut-être même encore mieux si chacun faisait l'effort d'apprendre de ses erreurs. Mais c'est quand même être assez utopiste que de penser que les rapport hommes/femmes peuvent être parfait comme on le voit dans les contes de fées parce qu'il est évident que tout ça n'a rien de possible tant nous sommes différents, l'essentiel c'est juste d'apprendre à composer avec la manière de fonctionner de l'autre et de profiter des bons moments.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Jeu 15 Déc - 15:23
Je souris quand il disait que j’étais généreuse car au fond, je l’étais mais ça, tout le monde le sait. C’était amusant pour une fois de ne pas passer pour la personne bien trop gentille. C’est en l’attendant que je pensais, souriant alors qu’il répondait à mes questions à propos de notre weekend, j’hochais doucement la tête. « La voiture alors… le train, c’est long ! », je ris doucement en le regardant. « Newcastle ? Une petite auberge sympathique », je lui souris et haussais alors les épaules en le regardant et finissant par lui chuchoter mes bêtises à l’oreille, il en rit et j’en souris, c’était aussi efficace qu’une blague sauf que ça restait mignon. C’est un rire et une petite mine de défi que j’arborais directement de suite. « Avec un peu de motivation, c’est possible… », je souris doucement en me relevant alors pour faire mine tandis qu’il me retenait ce qui m’amusait. Il n’était pas des fleurs ? Je venais de l’apprendre punaise, c’est nouveau. Je riais en le regardant tandis qu’il me parlait des fleurs et des choses qu’elles m’apportaient mais des trucs que lui aussi pouvait m’apporter puis en parlant du fait que les fleurs ne parlaient pas. Je me remettais dans le fond du canapé, correctement en passant mes jambes par-dessus les siennes. « Tu as gagné… mais tu sais, les fleurs ont beaucoup de conversation, faut pas croire… elles sont bavardes aussi mais c’est vrai que tu sens très bon et que tu fais des trucs merveilleux et agréables que les fleurs ne font pas… », je souris doucement. « Puis tu ne fanes pas… et tu es super canon.. », je ris en faisant un rictus à ce que je venais de dire qui au fond était pour rire mais tellement vrai.

Je repris alors aussi un amuse-bouche en riant à ce qu’il disait à propos des amuses bouches pour finir par froncer le nez. « Je sais, c’est fait avec amour… ça change tout en fait. », je souris doucement en penchant la tête. Je le regardais avec ma petite mine toute mignonne en mangeant mon amuse-bouche et lui souriant. « C’est en fait très facile à faire… tu prends juste un toast avec les ingrédients qu’il faut et tu les mets dessous mais surtout faut pas trop en mettre, c’est un peu comme les tartines et si tu mélanges le sucre et le sel cela fait un mariage du tonnerre. », je riais doucement en approchant et me laissant passer à califourchon sur ses genoux. C’est un joli regard que je lui laissais en fronçant doucement le nez et regardant mes chaussons. « Avec beaucoup de motivations, j’irais peut-être mettre des talons, je pense que tu n’aimes pas trop mes chaussons… et ils ont l’air de bouder aussi, ils se sentent mal aimés… », je souris doucement en le regardant et finissant par pencher la tête pour aller déposer des baisers tout tendre dans son cou, un à un. Souriant contre sa peau, je profitais par laisser mon parfum proche de lui, il l’aimait ? Il allait adorer le sentir. « Je suis désolée pour tout à l’heure… », je continuais mes baisers tout en chuchotant contre sa peau. « Tu sens bon ! », je ne quittais pas les baisers… « Comme une fleur… », je riais alors, un brin taquine. Je voulais surtout m’amuser un peu en passant du temps avec lui. On n’avait pas souvent le temps avec nos boulots pour des soirées, c’est dingue. Mais là, c’était parfait. Je reculais alors en le regardant dans les yeux et caressant sa joue tout en approchant de ses lèvres. « Je vous aimes, Monsieur Calzore aussi jaloux… que vous pouvez l’être mais je vous aimes au point de… », je souris doucement en fronçant le nez. « Vous faire confiance en vous confiant ma vie ! », je riais alors doucement en déposant un baiser sur ses lèvres. « C’est dingue… », je ne savais pas pourquoi l’envie subite de le dire m’avait traversée la tête mais j’en avais envie et spontanément, je l’avais fait. J’avais toujours été spontanée et sans même réfléchir avant, j’avais le besoin de le dire ? Je le faisais sans même y penser.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Lun 19 Déc - 12:29
Pour le moment je n'avais aucune idée de où se trouvait Newcastle, mais je me renseignerais dès demain pour prévoir un week-end sympa. Maintenant que je lui en avais parlé et qu'elle avait accepté cette proposition de passer du temps rien que nous deux, loin de Sydney j'avais terriblement hâte d'y être... Parce que je savais que ça serait un super moment dans un premier temps mais également par curiosité, ça peut paraître étrange mais oui j'étais curieux de voir comment nous allions aborder ce moment. Première dispute, premier week-end en tête à tête décidément s'était la semaine des premières fois ! Si on allait par là s'était également la première fois que j'étais en concurrence avec des fleurs et qu'on me comparait à celles-ci. Mais j'avais remporter le match, ouf !
Je souriais « Heureusement que j'ai des arguments solides alors, sinon j'aurais passé ma soirée tout seul pendant que toi tu la passais avec les fleurs... Ca ne tient à pas grand chose une bonne soirée. ».
Hochant la tête doucement je ne pouvais qu'admettre que tout ce qu'elle faisait et qui avait un lien avec moi était fait avec amour, s'en était presque troublant de voir à quel point elle s'investissait. Je sais qu'elle est comme ça mais j'en suis presque à complexer de ne pas réussir à m'investir plus pourtant l'envie de manquait pas, j'étais simplement encore un peu trop sur la réserve. Mais ce week-end marquerait un tournant j'en étais convaincu !
Parfois j'ai limite l'impression d'être un gamin, elle se foutait de moi cette saloperie à m'expliquer comment on préparait des amuses bouches ! Mais ça me faisait rire quand même « Je ne sais vraiment pas comment j'aurais pu comprendre le secret de cette préparation si tu ne me l'avait pas expliqué ! Merci pour ce cours de cuisine Pandora. »

Elle passait à califourchon sur moi et sa robe remontait, je posais mes mains sur ses hanches mais les descendais assez vite sur ses cuisses. Pandy avait le sens de l'observation, s'était si flagrant que je trouvais ses chaussons pas vraiment appropriés à la soirée ? Il faut dire que je ne m'en cachais pas, des pantoufles en forme de lapins il y a mieux pour un moment comme celui-ci non ? « Ils ont raison de se sentir mal aimés... Tu avoueras qu'ils font un peu tâche alors que tu porte une jolie robe qui te vas vraiment bien. » Je penchais légèrement la tête pour lui laisser pleinement accès à mon cou, ses baisers provoquèrent un frisson qui me remonta tout le long du dos. J'adorais ça, l'avoir contre moi, sentir ses lèvres sur ma peau ça me faisait toujours autant d'effet peut-être même encore plus que lorsque nous n'étions que des amis qui couchaient ensemble de temps en temps. Je sentais bon comme une fleur... S'était mignon de me dire ça mais sur le coup je trouvais ça drôle plus qu'autre chose d'ailleurs je ne pus me retenir de rire. Je redevenais un peu plus sérieux mais ne cessait de sourire quand elle me regardait avec toujours cette tendresse qui me donnait l'incroyable sensation d'être vraiment important. Bien sûr j'avais déjà ressenti ça auparavant quand j'étais encore avec... cette autre femme qui m'avait tant blessé. Mais si cette impression pouvait paraître similaire s'était en fait très différent. Cette nouvelle déclaration me touchait beaucoup, elle me confierait sa vie ? « A ce point ? » Ne la laissant pas répondre je profitais de notre proximité pour l'embrasser longuement puis chuchotait contre ses lèvres « Complètement dingue, je suis peut être un mafieux en fait. » Je reculais doucement et riais légèrement « Je vais travailler sur ma jalousie, je te le promets. ». Je passais mes bras autour d'elle pour la serrer contre moi, j'aimais ce moment calme et tranquille après cette journée pourrie que j'avais passé. Pandora avait peut être été la cause de mes maux mais elle était aussi leur meilleur remède, je m'en rendais de plus ne plus compte.
C'est mon estomac qui cassa un peu le moment en gargouillant bruyamment « Je crois que j'ai faim », pourtant je ne bougeais pas, me reposant simplement en relâchant toute cette tension accumulée dans la journée. Après quelques minutes je déposais un baiser dans son cou et desserrais mon étreinte.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Lun 19 Déc - 23:56
Je souris en sachant qu’il avait des arguments solides mais même avec ou sans, j’aurais choisi la soirée avec lui cependant c’était bien plus amusant de laisser planer le doute même si je sais qu’il passera en premier et qu’il s’en doute lui aussi. « Hummm, tu aurais pu venir tenir la chandelle », ajoutais-je justement rapidement en souriant toujours tandis que nous en venions assez rapidement à parler d’amuse-bouche quand il me disait que c’était assez bon avant que fine saloperie, je lui expliquais comment les préparer avec les détails mais cela m’éclatait aussi surtout qu’il en riait et c’était un peu le but. Nous détendre et le faire rire. On n’est jamais un clown à moitié mais on peut l’être complétement ou pas du tout mais encore un clown médiocre. Je souris grandement avec mon petit air taquin. « Mais… de rien, voyons ! », qu’est-ce que je pouvais être la reine des pestes parfois mais l’assumer, c’est encore mieux que rien, je me trompe ? Et j’assumais, oh oui. J’assumais. Je souriais toujours en passant donc sur lui et me moquant de mes chaussons. Je pense surtout que c’était une logique qu’il ne lui plaise pas comme il l’avait remarqué en début de soirée, je ne pouvais que m’en douter qu’ils n’étaient pas bons copains. Je riais quand il disait que ça faisait tâche en hochant doucement la tête. « J’avoue mais tellement confortable ! », j’adorais être bien habillée et tout ce qu’il fallait mais parfois y rajouter de l’humour avec mes chaussons lapins rajoutaient mon excentricité qui me va si bien. J’allais penser à les changer mais bon, j’étais bien là à profiter de ses mains contre mes cuisses et déposer des baisers sont sa peau en plaisantant sur son parfum qui j’espérais bien le faisait rire et un point de plus pour moi car c’est le cas à vrai dire. Le laissant revenir sérieux avant de devenir mignonne, tendre et tout ce qu’on veut, je disais donc l’aimer au point de lui confier ma vie car oui, je ne le ferais pas pour tout le monde au fond. Je ne puis répondre à sa question tandis qu’il m’embrassait et un baiser auquel je répondais mais me stoppant à son chuchotement en riant doucement avant qu’il ne me promette de travailler sa jalousie mais au fond, j’aimais ça. « Restes jaloux… mais juste… fais-moi confiance. », je souriais doucement en me disant que c’était étrange. « J’aime que tu sois jaloux, c’est mignon mais penser que je pourrais aller ailleurs.. », j’hésitais doucement pour la suite en laissant un petit blanc. « … ce n’est pas mignon à mes yeux… », J’aurais pu dire que c’était vexant ou décevant mais au fond, il l’avait compris et oublions car retourner le couteau dans les plaies… Ce n’est jamais bon pour tout le monde.

J’étais bien dans ses bras, totalement au chaud et je ne bougeais pas en profitant juste du moment pour oublier ce qui s’était passé plus tôt mais je riais doucement en entendant son estomac… « Oh le petit chou, il fait des caprices », je parlais bien sûr de son estomac en souriant doucement et hochant la tête. « Je pense aussi ! », je riais en frissonnant légèrement à son baiser pour finir par me lever en riant. « Vas t’installer, j’arrive pour le service ! », j’allais alors vers le couloir et riant en me retournant. « Oh et si tu étais mafieux… mon père l’aurait découvert depuis longtemps et tu ne serais pas vivant pour me l’annoncer… de tes propres mots ! », je riais car oui, mon père s’était surement renseigné et tout. Catastrophique les parents parfois. J’allais alors vers la chambre pour chercher des chaussures normales et les enfiler. Des escarpins noirs. Heureusement, la table était dressée et même avec des chandelles, j’avais vraiment tout préparé. Je dois surtout avoir un passé de jeune femme hôte pour des grandes familles riches, une vie antérieur. Vous imaginez ? Ahah ! Je revenais alors mine de rien en allant directement dans la cuisine et lui souriant. Je sortais alors le plat du four et je commençais à faire le service pour approcher et déposer un petit baiser sur sa joue ! « Bon appétit, Monsieur Calzore ! », je pris alors les verres de vin pour les remplir à nouveau en prenant place à ma chaise et dégustant ce bon repas calmement tandis que nous nous rassasions d’un succulent plat exotiques. Le plat laissait très rapidement place au dessert tandis que je le servais sans le laisser une seule seconde m’aider pour débarrasser, non il était l’invité ce soir. Je tenais surement à ce qu’il se laisse pouponner. Le dessert qui s’en suivit consistait à un gâteau glacé à la framboise avec de la meringue doté d’un coulis par-dessus au chocolat qui donnait un mariage succulent et parfait pour les papilles.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Jeu 29 Déc - 14:21
Ce n'était pas tant ma jalousie qui posait problème, mais plutôt l'impression que je ne lui faisait pas confiance. C'est vrai qu'aujourd'hui je ne l'avais pas prouver pourtant j'avais confiance en Pandora... Mais s'était plus fort que moi parfois mon tempérament impulsif prenait le dessus et il m'était difficile de le mettre de côté. Je comptais travailler là dessus, s'était ça que je voulais dire parce que jaloux s'était certain que je le serais toujours. « Je sais que tu iras pas ailleurs mais... Avant aussi je le pensais et on sait tout les deux ce qu'il c'est passé. » Je haussais les épaules, signe que finalement je n'y pouvais rien « Ca me prendra un peu de temps sans doute pour que je laisse complètement tomber ces barrières. » je souriais brièvement.
Il était temps de passer à table et mon estomac nous l'avait bien fait comprendre, je laissais Pandy se lever et faisait de même ensuite. J'étais obéissant et me dirigeais vers la table, souriant à sa remarque « Ton père a sans doute beaucoup de contact, c'est sûr... » un type qui bossait dans la police et qui plus est en partenariat avec le FBI, Interpol et tout le blabla s'était envisageable qu'il puisse se renseigner sur qui il voulait. A vrai dire je n'aimais pas trop ça, se sentir surveiller ainsi s'était désagréable ! Mais s'était son père et il voulait veiller sur elle, puis je ne l'avais que rarement vu donc je ne pouvais pas le juger.

Elle revenait avec des chaussures qui allaient beaucoup mais alors beaucoup mieux avec sa robe, elle était encore plus jolie comme ça et je ne pouvais pas m'empêcher de sourire. Ce n'est pas un secret Pandora m'a toujours plu physiquement, j'adore quand elle se met en valeur et en plus de ça elle sait en jouer. Le repas qu'elle avait préparé était parfait ou presque, mais je n'allais pas la noter pour sa cuisine, l'ambiance et la déco... De toute manière j'aurais eu du mal à être objectif puisque s'était surtout l'instant que j'avais apprécié, dans tout son ensemble. Je savais qu'elle aimait cuisiner mais je ne la pensais pas aussi douée à vrai dire. En résumé j'avais vraiment bien mangé, tout en étant servis avec interdiction de faire quoi que se soit et j'étais content de l'ambiance de la soirée, beaucoup plus calme et posée que l'après midi tendue. Pourtant ça planait encore au dessus de nous ce truc ! Sans doute parce que jusque là rien n'avait fait d'ombre à notre relation qui était certes assez récente mais avançait tranquillement devenant de plus en plus sérieuse.

Malgré le fait que Pandy ne voulait pas que je l'aide je participais pour débarrasser la table une fois le dessert fini et ça sans négociations possible ! « T'as déjà tout fait pendant le repas alors je t'aide pour le final. », je m'appuyais contre le plan de travail dans sa cuisine « S'était vraiment délicieux et le service était parfait. » Je lui adressais un beau sourire et lui prenait la main pour l'attirer à moi, je chuchotais alors à son oreille « Je pense que ça mérite une récompense... » je déposais un baiser juste sous son oreille puis la regardait dans les yeux tout en liant mes doigts avec les siens « Avoue qu'en fait tu cherche à m'engraisser pour me tuer et me découper en morceaux ensuite. T'es une cannibale c'est ça ? » Je ne sais pas d'où me venais cette connerie mais ça me faisait rire. J'avais bien d'autres idées pour la suite de la soirée et le sourire que j'affichais me trahirais sans doute « Ah moins que se soit toi qui soit au menu... » Disant cela je l'entraînais avec moi en dehors de la cuisine et surtout en direction de sa chambre. Il valait mieux éviter le canapé, ça serait très embarrassant si Lena rentrait...

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Mar 3 Jan - 17:10
J’étais forcée de le laisser débarrasser la table, sacrifice de dieu… je n’avais pas le choix et c’était compliqué, si vous saviez ! Ne pas savoir quoi faire est totalement logique quand on ne peut négocier et j’en étais persuadée que la négociation serait impossible ! Question d’habitude, je me trompe ? Je finissais de mettre le dernier plat dans le lave-vaisselle alors qu’il prenait la parole ce qui m’amusait drôlement tandis que je le regardais. « Et pourtant, tu devrais rester assis sagement ! », je souris légèrement en lui agrandissant ce sourire sous les compliments de ce succulent repas. « Parfait ? Je dirais génial ! », l’art de rigoler bien entendu car je n’étais pas du tout du genre à « ne pas être modeste » mais j’avais parfois envie d’un peu de bêtises qui sortent de ma bouche pour seulement terminer par un jolie sourire. « Merci ! », tandis qu’il l’attirait à lui et chuchotait à mon oreille que je méritais une récompense ? Une récompense ? Laquelle ? De suite, ça me donnait envie de rire et lâcher des bêtises. « Une chupachups comme chez le dentiste ? », finissais-je quand même à dire en souriant et frissonnant sous son baiser avant de la regarder dans les yeux et l’écouter avec un regard tendre mais surtout totalement bercée par ses mots. C’est dans ce genre de situation qu’on peut dire qu’on ne voit plus que l’autre. Rien ne compte autour de moi, sauf lui ! J’hochais doucement la tête sous ses mots comme si j’assumais tout alors qu’au fond, j’aurais pu lâcher des conneries et continuer mais non… j’avalais. « Oui, tout ce que tu veux. Je suis une cannibale et je te dévorerais petit à petit… jour après jour… néanm… », je vis alors son sourire. « C’est pas ton plan… Pandy au menu », disais-je à son sourire qui était loin de passer dans les yeux d’une ingénue car je captais les idées qui se déroulaient dans sa petite tête. Je me laissais alors entrainer vers la chambre enfin pas sagement en pensant à détacher progressivement les boutons de sa chemise tout en douceur et fermant alors la porte du pied. « Vous êtes incroyable, Monsieur Calzore… vous faites de moi votre menu… c’est vous le cannibale… », je ris doucement en continuant en déboutonner sa chemise et l’entrainant vers le lit. Et bien oui, il m’entraine vers la chambre et moi, vers le lit. En fait cette histoire de menu, on est coupable tous les deux. C’est un secret et il ne faut pas lui dire que je suis aussi bien cannibale !

C’est alors que tout se passait bien l’échange de baiser et tout ce qui fallait pour que la chaleur augmente progressivement que mon portable se mit à vibrer sur le lit tandis que je l’y avais laissée avant ma douche. Je soupirais doucement contre ses lèvres en lui mordillant et haussant les épaules. « On s’en fiche ! », murmurais-je simplement en ignorant la sonnerie et me disant qu’ils arrêteront surement et par miracle, ils arrêtaient mais 1 minutes même pas alors que je n’avais déjà plus de robes. Ben dis-donc, rapide. Bon, d’accord, je ne dis pas de bêtises. « Désolée… » Je soupirais à nouveau en finissant par prendre le portable ! Je le prenais pour voir alors que c’était le boulot et le regardais. « Je dois répondre… sinon ils ne me laisseront pas tranquille », je fis une moue rapide en me disant que je pourrais couper le téléphone, c’est vrai et j’en avais plus qu’envie mais on ne peut pas chipoter avec le boulot au moins, je dis non et voilà. Je pris alors l’appel sans bouger, non, je voulais répondre rapidement surtout donc ne pas décrocher ce qu’on faisait. « Allo… », disais-je ave une voix un peu genre : c’est pas le moment. « Désolée de vous déranger. La famille de mademoiselle Sanchez est là et les pompes funèbres ont besoins du dossier mais je n’arrête pas de dire qu’on ne peut pas le donner à la famille cependant… », elle soupirait cette jeune femme au bout du fil et moi aussi d’ailleurs car ils sont idiots. « Et vous me dérangez pour ça ? Dites-leur que le dossier fut envoyé hier soir et normalement... déjà arrivé. », ils étaient idiots et ça sentait mauvais qu’ils veuillent le dossier. « Prévenez aussi l’inspecteur Jones de ma part, on ne sait jamais car c’est vraiment pas normal sur ce bonne soirée… », je raccrochais alors au téléphone sans même attendre de réponse et le regardant avec un joli sourire. « Désolée… », je coupais le téléphone pour le balancer sur le table de nuit et froncer le nez. «… et voilà, rien que nous ! », j’avais peur qu’il ne m’en veuille d’avoir décrochée mais c’était mieux pourtant je ne voulais pas le faire et ça m’énervait moi-même mais c’était néanmoins déjà passé. Je redoutais sa réaction en espérant qu’elle soit bonne.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Ven 13 Jan - 19:40
Comprendre ce que j'avais en tête ça n'était pas bien compliqué, surtout que Pandy et moi nous nous comprenons plutôt bien sur ce plan là. D'un point de vu général on s'entend vraiment très bien, malgré les petites incompréhensions classiques entre un homme et une femme, une fois dans notre petite bulle d'assouvissement de notre désir plus rien ne peut venir s'immiscer entre nous. Je l'emmenais vers sa chambre, faisant glisser la fermeture de sa robe délicatement, un peu de lenteur pour faire durer les choses et monter l'envie. Les minutes passaient et la température augmentait doucement mais sûrement quand le téléphone de Pandora se mit à vibrer et clignoter pour signaler un appel. Il suffisait de l'ignorer mais s'était sans compter sur la ténacité de la personne qui essayait de joindre Pandy. Allongé sur le lit je me redressais légèrement en même temps qu'elle, s'était son boulot qui appelait et elle argumenta qu'ils ne nous laisserait pas tranquille. Soit, je pouvais bien attendre quelques minutes de plus. Pour autant je restais dans l'ambiance en déposant plusieurs baisers dans son cou et mordillant même son épaule, il fallait qu'elle reste sérieuse c'est vrai mais je ne pouvais pas m'en empêcher ou plutôt je ne voulais pas m'en empêcher.

Reculant légèrement quand elle raccrochait je haussais les épaules « Et bah quelle autorité Miss Stam. » je lui adressais un beau sourire « Tu es très sexy en femme autoritaire. Business is Business... ». Le portable finissait éteint et sur la table de nuit, tant mieux nous ne serions pas dérangés à nouveau puisque le mien était avec ma veste dans l'entrée. Peut-être avait-elle craint que je ne le prenne mal qu'elle ai répondu, mais ça aurait été stupide de ma part. Pourquoi lui en aurais-je voulu ? Avec l'après midi que nous avions passé et l'attitude que j'avais eut autant dire que j'étais décidé à me montrer assez exemplaire pour ce soir. S'était dingue cette crainte que j'avais eu en voyant que je l'avais blessé lorsque nous étions dans mon bureau, tout simplement j'avais eu peur de la perdre comme ça en une fois... Pour des broutilles. Cette jolie brune était tout simplement en train de conquérir mon coeur si ça n'était pas déjà fait, elle me réconciliait avec ces sentiments que je m'appliquais à fuir depuis plus d'un an.
A nouveau nous étions tranquilles, pouvant profiter de ce moment pour une réconciliation sur l'oreiller comme il convient de l'appeler. Mais il y avait autre chose que je sentais, une étrange sensation de plénitude qui petit à petit s'installait un peu plus chaque fois que j'étais avec Pandora.

Revenons aux choses sérieuses ! Le désir était toujours là et je reprenais où je m'en étais arrêté avec un peu plus de passion. Dévorant son cou, sa poitrine jusqu'à son ventre je parsemais sa peau de baisers enflammés avec une grande minutie. Essayant d'user d'un timing impeccable qui ferait encore un peu plus monter la chaleur entre nous. Sans doute que mon attitude traduisait les changements qui s'opéraient dans ma tête, les choses changeaient je ne pouvais pas le nier. J'en avait fini de me voiler la face ! On dit que c'est quand un perd une personne que l'on se rend compte de la valeur qu'elle avait, je ne ferais pas l'erreur d'attendre de perdre Pandy cette dispute m'avait ouvert les yeux. J'étais partagé entre la passion et la tendresse, je mélangeais les deux dans mes différents gestes. Cette belle jeune femme que j'avais bousculé, qui était devenu ensuite une amie avait fini par m'apprivoiser. Le moment était parfait, rien ne pourrait gâcher cela s'était juste elle et moi, nous ! Dans l'ivresse de cet instant je me laissais emporter, je lâchais prise et remontant jusqu'à ses lèvres je l'embrassais longuement avant d'aller vers son oreille pour murmurer « Je t'aime... ». Trois mots qui avaient tant de mal à franchir la barrière de mes lèvres alors que les regards que je posais sur elle suffisait à ce qu'elle ne doute pas. A croire que cela ne me suffisait plus, alors j'avais franchi le pas parce que je m'en sentais capable et surtout parce que s'était profondément sincère.
Trois mots que j'avais dit et qui me firent me sentir encore un peu mieux, comme plus libre. Je ne m'arrêtais pas là et pendant ce moment qui n'appartenait qu'à nous c'est tout mon être qui lui prouverait la nature et la force de mes sentiments.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   Dim 15 Jan - 18:46
Je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir peur qu’il ne m’en veuille malgré les baisers qui parfois me déconcentrait mais je ne voulais pas du tout l’arrêter puisque j’adorais complétement ça. C’était vrai que je retenais vraiment de raccrocher de suite et repartir à nos occupations et parfois même des soupirs bien entendu. Cela m’amusait assez. C’est une fois raccrochée que je fus rassurée alors qu’il en faisait de l’humour sur mon autorisé. Cela m’amusait encore un fois et je lui souris. « Et on a du business en route… », je lui souris malicieusement. C’était dingue mais oui, je venais de lancer des insinuations à connotations coquines. Cela n’arrive jamais voyons, c’est totalement incroyable. C’est tellement rare et impossible. Nous laissions alors le désir reprendre sa place qui était la sienne au fond… le boulot était parti et ne reviendrait pas de sitôt alors que ses baisers m’emportaient déjà très loin, j’aurais répondue au téléphone après ça… je crois que j’aurais été incapable d’aligner deux mots sans paraitre totalement : sous l’emprise de drogues et alcools sauf que cela aurait été lui ma drogue. C’était vrai que ça traduisait beaucoup de choses même si j’étais incapable de réfléchir là, je ne pouvais pas contrôler mes pulsions ou ma tête, elle n’était plus là… cette petite coquine de tête… elle s’en allait déjà au pays des Pandy. Je ne me rendais pas compte une seule minute à ce qui allait arriver en me contentant de répondre au baiser en mettant la main dans son dos pour de lente caresse d’un frôlement sur sa peau en le laissant aller dans mon oreiller chuchoter ce qui me fit passer de toutes les couleurs d’une tablette de sentiments mais les sentiments positifs attention. Mon sourire témoignait sans aucuns doutes que tout allait bien et plus que bien alors que c’était à mon tour de l’embrasser avec passion sans même répondre, je ne voulais pas lui gâcher la vedette. Laissant alors la nuit rien qu’à nous pour laisser nos cœurs parler par des gestes et soupire librement dans cette chambre qui n’est que la mienne, cette maison vide ou même encore le contact avec le monde qui nous entourais totalement à néant.

Il y a des mots qui sont dits dans le vent et que l’on n’écoute pas toujours comme les « bonjours, merci, au revoir… », cela sont des mots que l’on dit parfois sans même prouver que nous les pensons… juste par ce qu’on nous a dit depuis toujours que c’était la politesse. Il y a des mots que l’on pense et que l’on dit seulement quand il vienne du cœur… seulement quand ils sont été pensés, travaillé et retournés dans tous les sens pour être certains d’être réellement sincère. Il y a d’autres mots que l’on pense par la colère et qui blesse mais ceux que je préfère… se sont ceux qui sont simplement dit avec amours et en toute innocence comme les 3 petits mots d’un « Je t’aime » qui pourtant sont souvent dits avec les gestes, les regards ou même les sourires et même si l’on sait que les 3 autres techniques suffisent parfois… entendre les 3 mots a tendance à faire rêver et nous enfermer dans une boite de romance que l’on ne veut jamais fermer… par peur qu’une infime plume trop lourde vienne tout détruire…

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 





MessageSujet: Re: Il y a des jours sans... et avec (SUITE)   
Revenir en haut Aller en bas
 
 

Il y a des jours sans... et avec (SUITE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Cimetiére des rps terminés-