but mostly i hate the way i don't hate you #Rebekah&Ryan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité



MessageSujet: but mostly i hate the way i don't hate you #Rebekah&Ryan   Dim 27 Nov - 14:13

« but mostly i hate the way i don't hate you, not even close, not even a little bit, not even at all. »


Quotidien. Habitudes. Retour inlassable des mêmes actions, des mêmes gestes, des mêmes paroles, des mêmes regards. Stabilité. Et pourtant, rien ne lassait Ryan. Il était bien. En couple. Posé. Avec elle. Avec Casey. Presque un an qu’il voyait son visage au réveil, presque un an qu’il se couchait à ses côtés. Presque un an qu’il n’en voulait aucune autre. Ses sourires avaient beau se perdre, charmeurs, aux clientes de son bar ou à des jolies blondes dans la rue, aucune pensée plus indécente n’occupait son esprit. Il était avec elle. Bien.
A côté de Casey, il y avait la boxe. Passion de plus en plus présente dans sa vie, devenue indispensable au fil du temps. Le blond avait oublié les combats de rue et y avait privilégié les rings. Ses poings habitués s’étaient armés de gants, son esprit vu imposé des limites. Les affrontements illégaux étaient maintenant non seulement officiels mais sponsorisés. Il pouvait y gagner de l’argent, de la fierté, voire de la renommée. Et sa force était canalisée.
Plus un jour ne se passait sans que le jeune face un tour au club. Le début des championnats approchait. Il ne devait pas rater sa chance. Meilleur de son club, écrasant sans mal les plus forts de Sydney, Ryan avait accepté l’invitation à aller se confronter à d’autres. Il n’avait plus qu’à s’entraîner, sans relâche. Ecouter les conseils des coachs, ne pas les appliquer, continuer de se battre avec son cœur, avec ses poings, sans réfléchir. Revivre son passé, à San Diego, entre les cordes. Le faire payer à des inconnus, jusqu’au KO. Entendre les cloches sonner, se relever, victorieux, lever les poings au ciel. Pour sa mère. Chaque victoire. Chaque défaite. C’était à son nom.

Et puis, de temps en temps, respirer. Respirer. De l’air, il le fallait. Faire des pauses. Trouver des minutes, des heures peut-être, à soi. Rester là, repenser à chaque geste, à chaque coup porté. Se replonger dans son passé, dans sa vie oubliée. Dans tout ce qu’il cachait à son entourage, tous les secrets dont il voulait préserver Casey. Il ne la méritait pas. Elle valait bien mieux que lui. Chaque jour durant, le blond devait affronter l’image de la femme qu’il aimait rester dans les bras d’un meurtrier. De lui-même. Chaque jour, il se détestait un peu plus de lui infliger ça. Elle ne devait pas l’apprendre. Jamais.
Alors, certains soirs, il s’éclipsait. Plus de Ryan au bar, plus de Ryan à la boxe, plus de Ryan dans les rues de Sydney. Il disparaissait.

Le sable blanc se soulevait sous son passage, dessinant dans les airs de petits nuages. Ses pas laissaient, dans un silence absolu, la trace de son parcours. Du ciel, on aurait pu voir un sillon longeant les côtes de Sydney, passant des plages les plus quottées à celles plus en retrait. Il courait, à la seule lueur de la lune et des quelques bateaux qui rentraient au port. L’atmosphère lourde et feutrée de la nuit était idéale pour laisser vagabonder ses pensées interdites, celles qu’il censurait à longueur de journée. C’était son repère. Son endroit. Toujours vide, il n’y avait jamais croisé personne d’autre que quelques pêcheurs qui venaient sûrement également effacer leur lourd passé. Tout le monde avait fait sa guerre, il n’y avait que des âmes coupables, dont le silence invoquait le respect.

L’absence, ce soir-là, était presque totale. Il n’y avait au loin qu’une silhouette, visiblement féminine. Posée sur les rochers, la femme semblait observer le vide, pensive. Ryan, continuant sa course, s’approchait lentement, tentant de reconnaître un visage connu dans la nuit obscure. Il dut attendre d’être à quelques mètres d’elle pour réussir à discerner correctement ses traits. Rebekah. Une gosse de riche. Une petite garce qu’il ne supportait pas. Ce genre de filles qui vous donne la nausée, qui éveille en vous la méchanceté même. Elle venait de la classe de personnes qu’il méprisait le plus. Ces gens, nés avec une petite cuillère en or dans la bouche, ne savait rien à la vie. Ryan n’avait aucun doute là-dessus. Ils ne connaissaient pas la douleur, ils ne savaient pas ce qu’était se battre pour survivre. Il les haïssait, et le faisait régulièrement comprendre à la prénommée Rebekah.
Et pourtant, soupirant, il s’assit simplement à côté d’elle. Sa voix qui perça le silence la fit sursauter, la sortant de ses pensées. « Bah alors, tu déprimes ? ». Elle le regarda, il sourit. Sourire. Même aux friqués. La nuit était pacifique, la nuit éteignait les haines les plus dures. Il venait en paix, lui offrant l’occasion de retourner la situation à son avantage.
Revenir en haut Aller en bas
 
 

but mostly i hate the way i don't hate you #Rebekah&Ryan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Corbeille Hors Jeux-