Il y a des jours sans...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Il y a des jours sans...    Jeu 17 Nov - 21:05
Tout allait bien en ce moment, non vraiment s'était même presque bizarre. Mon boulot marchait toujours très bien et j'avais des perspectives d'avenir très intéressantes, j'avais un bel appartement et puis j'étais en couple avec une fille géniale. Et pourtant... Ouais il y a un « mais » aujourd'hui j'étais d'une sale humeur. Ca avait commencé au moment où je m'étais levé, j'avais déjà cette sensation d'énervement au moment où mon réveil sonna alors que je ne manquais même pas de sommeil. La soirée avait été très très calme et j'avais juste regarder un film avant de me mettre au lit, autant dire que j'avais fait bien pire, mais ça ne s'expliquait pas cette journée serait bien mieux une fois passée.
Est-ce que le programme était chargé? Même pas. J'étais donc à mon bureau en train de travailler sur un dossier, mais j'avoue que j'avais du mal à me concentrer la faute à quoi... Vous vous en doutez! J'avais la tête ailleurs tout simplement. Le pire c'est que je fais semblant qu'il n'y ai pas de raison à cela alors que c'est faux et que moi même je sais très bien ce qui me met dans cet état et la responsable n'est pas la journée d'aujourd'hui mais tout simplement celle d'hier ou plutôt la fin de journée d'hier.

Pourquoi? Est-ce que ça vaut vraiment la peine que j'y repense après tout? Je ne sais pas trop, mais ça m'énerve. Je maltraitais un stylo en le tapant nerveusement contre le bord de la table par des petits gestes rapides, ce qui produisait un petit bruit agaçant pour toute personne qui aurait été présente dans la pièce. Oui cet énervement n'était pas gratuit et arrivé là par magie, il y avait eu un élément déclencheur. Cette fille que je qualifie de génial, Pandora qui me fait passer un cap celle à qui je fais sans doute le plus confiance était dans les bras d'un autre homme hier en fin d'après midi et je les ai aperçu tout à fait par hasard. Qui était ce type je n'en ai aucune idée et j'ai confiance en elle mais j'ai vu rouge... Je n'arrive plus à me sortir cette image de la tête. Je me fais peut être des films mais c'est plus fort que moi, ils sont surement de vieux amis ou quelque chose comme ça. J'en était au moins à mon cinquantième soupire de la journée en essayant de me remettre au travail sur un dossier, le boulot a toujours été mon échappatoire même dans les plus dures épreuves de ma vie et là je n'arrivais même pas à m'y mettre. Elle m'avait jeté un sort où quoi? Ca ça m'énervait encore plus et je m'engouffrais dans un vrai cercle vicieux de cause à effet. D'ailleurs personne n'était venu me déranger depuis que j'étais arrivé au bureau ce matin, surement que j'affichais assez bien ma mauvaise humeur pourtant ça n'était pas faute de faire comme si tout allait bien. Me trouvant trop improductif je me levais pour aller prendre un café ou peut être pas... Un chocolat? Ouais ça m'adoucirait peut être un peu.

Une dizaine de minutes plus tard je retournais dans mon bureau avec ma boisson qui je l'espérais serait assez efficace pour m'apaiser un peu. « Angela, si on me demande pour n'importe quelle raison je ne suis pas disponible. D'accord? J'ai besoin d'un peu de calme. ». Elle acquiesça d'un signe de tête avec un petit sourire «Je monte la garde, pas de problème.», elle voyait bien que je n'étais pas d'humeur habituelle. Je retrouvais donc mon bureau, mon antre si on peut dire. Histoire de mettre toutes les chances de mon côté je m'installait dans mon fauteuil, les pieds posés sur le bureau et mon ipod sur les oreilles. Voilà un moment de pause qui allait me faire du bien, à quoi ça sert de s'énerver dans le vent hein? A rien si ce n'est à se faire des ulcères et ça ne me tentait vraiment pas! Je fermais un peu les yeux en pensant « Vous êtes sur le répondeur de Gianni, il est totalement indisponible pour le moment ne laissez pas de message, attendez demain. » au moins je me faisais un peu rire tout seul, s'était un bon début.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Ven 18 Nov - 0:13

~~~~~~~~~~~~~~~~

If it makes you happy, It can't be that bad
If it makes you happy, Then why the hell are you so sad


Toutes les journées ont une fin. Hier, je découvrais avoir un frère enfin non, je le rencontrais. C’est dingue comme le monde peut changer en quelques secondes alors que je ne cherchais pas encore à le trouver… il était en face de moi. Puis tout mon univers était presque en bon état si on oublie Lena et ses coups mais aussi le fait que je ne lui avais pas encore parlée depuis et bien depuis l’agression. Je me levais en baillant un bon coup encore un peu fatiguée et me demandant comment mon monde pouvait encore plus changer, il en avait pris un sacré coup en 24 années et même encore… plus que vous pourrez le penser et pire… j’allais sur les 25 ans. C’est donc ça la ride que je voyais devant ma glace, hier ? Je regardais alors brièvement le rayon de soleil en pendant à Lena qui devait se demander pourquoi depuis 1 semaine voir 10 jours : je ne lui donnais pas signe de vie. Je soupirais en attrapant mon téléphone et inspirant doucement pour composer alors un bon numéro de téléphone et le sien sur une page libre de nouveau message. Je devais être d’excellente humeur. « Bonjour Sœurette. Je suis désolée pour tout ce que je t’ai dit à l’hôpital, je t’aime et je pense à toi. Ps : J’ai rencontré notre frère et j’espère que tu pourras bientôt aussi le voir car il est génial. Lukas et papa vont bien, ils t’embrassent. Pandorà », je souris… fière de mon message dès le réveil. Je me levais alors en direction de la salle de bain en baillant encore, j’avais vraiment du sommeil à rattraper en ce moment. Regardant alors ma montre, je voyais qu’il était 12 heures de l’après-midi pour comprendre alors que je n’étais pas fatiguée mais que j’avais tout bêtement : trop dormie. Je soupirais doucement en prenant ma brosse à dent et commençant donc à me brosser les dents en me regardant et souriant doucement alors que juste à côté de ma main, mon téléphone vibrait. « Bonjour Pandy. Je t'avoue que je me demandais si tu allais me téléphoner un jour. Je sais que tu regrettes et je ne suis pas fâchée, j'étais sous le choc de tout ça et cette lettre ... Je suis désolée si j'ai été dure aussi. On en reparla de tout ça promis. Je ne sais toujours pas qui il est mais j'espère que ça ira entre nous trois. Je t'aime grande sœur. Léna », j’étais un peu ravie de cette réponse qui avait le don de me rassurer alors que j’allais sous la douche rapidement pour finir par me faire belle pour cette journée qui s’annonçait aussi très calme mais surtout une journée de congé agréable et tout simplement charmée par ce beau soleil que je pouvais voir par mes fenêtres. C’est d’un short noir mini mais pas trop, je ne suis pas fan des shorts dont on voit les fesses quand on se penche qui nous laisses la lune à vue des regards puis un petit haut tout simple sans prétention mais donc le décolleté était en V pour dessiner la poitrine à souhait. Jolie tenue parfaite pour une journée tranquille. Je laissais alors mes cheveux brossés sans les lisser car j’aimais bien tout de même quand ils se bouclaient légèrement. C’est toujours plus mignon enfin bref. J’allais alors en cuisine une fois prête pour préparer des tartes aux pommes que j’enfournais rapidement en surveillant ma montre car elles devaient être prête pour 16 heures, j’avais mon idée et ma petite façon pour rendre la journée encore plus belle et la bonne humeur en moi… voulait que je puisse en faire profiter toutes les personnes que j’aime. J’avais commencée par Lena et maintenant j’avais une petite liste complète tandis que pendant la cuisson… je regardais le piano dans le salon en hésitant longuement et faisant une moue en le regardant de temps à autres pendant plus d’une demi-heure. Je n’avais plus touchée à un piano depuis la mort de maman enfin presque… mais depuis 10 ans au moins sans avoir la crainte que c’était mal et là, j’avais enfin l’envie et le courage de faire l’approche et pourquoi ? Je me sentais complète et heureuse du moins c’était la sensation que j’avais sur l’instant en chantonnant doucement et allant vers le piano pour finir par m’installer et relever le couvercle. Je jouais quelques notes au pif en tentant de me souvenir d’une simple partition et finissant par la jouer pendant plus d’une heure jusqu’à la cuisson parfaite de mes tartes. Il était 15 heures, j’étais plus que dans les temps tandis que j’attrapais mon sac rapidement en route vers chez papa pour lui déposer une bonne tarte et sans rien lui dire pour Mike. Ce n’était pas à moi de le faire et pas comme ça puis je voulais garder ma bonne humeur… est-ce un crime ? Je repartis alors aussitôt en route et cette fois c’était en direction du boulot de Gianni au je garais ma voiture… attention sans accidents ou accroches… rien ne pouvait gâcher ma journée… rien du tout, j’étais bien de trop bonne humeur tandis que la fatigue du fait que j’avais trop dormie s’était totalement envolée comme un oiseau prend la poudre d’escampette au bruit du fusil en période de chasse. Bon, j’utilise des exemples louches mais bon.

Je lui avais laissé un petit message pour le prévenir que j’arrivais et également un appel en absence après ma douche mais sans réponse, assez pour me demander s’il était en réunion c’était pour cela que je me rendais directement au bureau de la secrétaire avec un petit sourire et que j’avais prévu le coup pour obtenir ne serais que 5 minutes avec lui en arrivant alors avec une tarte et la posant sous son nez en souriant. « Bonjour Angela, une part de tarte ? », l’odeur lui faisait papillonner les yeux alors qu’elle me regardait en riant doucement. « Que puis-je faire pour toi, Pandorà ? », ah ben voui depuis quelques semaines, elle avait beaucoup passée du temps avec la petite secrétaire pour l’attendre et depuis… elles parlaient assez bien pour devenir des amies et c’est un beau sourire qu’elle lui offrait. « Un scoop qui me dit ou se trouve mon petit copain… », je riais doucement en le regardant et fronçant les sourcils. « Contre une part de tarte… ou peut-être même une tarte complète ! », j’avais pris le soin d’en préparer 3 car je savais qu’elle adorait les tartes. Je la posais alors sur son bureau et souriait. « Dans son bureau mais... Je te préviens, il n’a pas l’air très sociable depuis ce matin… », elle fronçait les sourcils en me regardant et riant doucement. « Tu pourras peut-être arranger ça ! », je ne comprenais pas et me demandais même ce qu’il avait alors qu’elle venait de me dire ça. Je ne disais rien et hochais la tête en montrant la porte pour indiquer que j’y allais. J’ouvris la porte doucement et sans bruit en voyant par la léger ouverte qu’il était totalement au repos avec son ipod et entrant doucement pour finir par approcher à pas sacrement léger sans faire un bruit ou même dire un mot de toute manière… j’entendais la musique sortir des écouteurs, il faudrait déjà qu’il entende que je sois là. Me mettant derrière lui… j’approchais mes lèvres de son oreille en retirant un de ses écouteurs et chuchotant doucement à son oreille un « Je t’aime ! », tout doux et tout tendre sans savoir qu’il était en fait un peu en colère contre moi d’une façon mais j’en avais envie, c’était tout. Je déposais alors un baiser furtif sur sa joue en me redressant et posant mes mains sur ses épaules pour lui masser après avoir déposée les tartes sur une tablette au coin du bureau… « Bonjour, Monsieur Calzore… c’est l’heure du 4 heures et je me suis dit qu’une petite pause pour manger s’imposait. Ainsi qu’une petite visite surprise d’une jeune femme très heureuse et comblée… Comment allez-vous d'ailleurs ? », je souris doucement en me demandant pourquoi il était de mauvaise humeur…

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥️ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Sam 19 Nov - 18:29
Depuis mon arrivée au bureau j'avais posé mon portable à sa place habituelle après avoir pris soin de le mettre en silencieux, ça ne me ressemblait pas vraiment de me "couper" ainsi du monde mais mon humeur ne m'encourageais pas à permettre d'être dérangé. Je savais bien qu'en général Pandora m'envoyais toujours un petit message et à vrai dire je n'avais pas vraiment envie de le lire ni de répondre, en ignorant mon téléphone je me sentais un peu moins coupable de mon attitude. Si vraiment il y avait une urgence j'étais toujours joignable sur le téléphone fixe du bureau et j'avais eu mon lot de coup de fil de clients, la routine quoi. Mais là l'important s'était de me détendre un peu, parce qu'être dans cet état d'énervement s'était épuisant mine de rien. On dit souvent que la musique adoucie les moeurs et bah je suis tout à fait d'accord avec ça, petit à petit j'arrivais à penser à autre chose que cette fichue après midi d'hier, pourquoi j'étais passé dan le parc d'abord? Ah oui parce que j'ai l'habitude d'y faire mon footing c'est vrai... Non, non, non et non il fallait absolument que j'arrête de me remettre ça en tête. Je bougeais un peu la tête au rythme de la musique, toujours les yeux fermés et j'étais très loin de me douter que Pandora était en train de lâchement acheter la complicité de ma secrétaire à coup de tarte aux pommes, c'est un scandale non? Je n'entendis pas plus la porte de mon bureau s'ouvrir, j'étais ailleurs... Complètement ailleurs.

Je sentis l'écouteur glisser doucement et puis ce n'était pas tout il y avait cette odeur. Le parfum de Pandy ouais c'est ça son parfum. J'étais surement en train de m'endormir, elle allait me poursuivre comme ça longtemps? Et là en l'entendant me murmurer « Je t'aime » à l'oreille puis en sentant un baiser sur ma joue, je sursautais et ouvrais brusquement les yeux, descendant les pieds de mon bureau vivement et heurtant ma tasse de chocolat chaud au passage. Heureusement que je l'avais fini, il ne restait que le fond qui n'eut pas le temps de couler. Pandy était bien là et posait ses mains sur mes épaules pour me masser, je me crispais légèrement. J'écoutais son petit spitch, elle était si adorable en disant ça... Sincérité ou simple moyen de noyer le poisson? Je la connaissais assez pour savoir qu'elle n'était pas du genre manipulatrice mais j'avais bien été trahi par des personnes que je pensais connaître et en qui j'avais confiance alors plus rien ne pouvait me surprendre de ce point de vue. Je laissais un léger blanc s'installer avant de répondre « Ca va... », je voulais être moins froid mais s'était pas possible j'avais ce truc en travers de la gorge « Et toi ça va? Bonne semaine, bonne journée? ». Je restais assis alors que d'habitude je me serais sans doute levé pour l'embrasser, le pire c'est que j'arrivais à m'en vouloir d'être comme ça pourtant c'est elle la fautive. Mais elle est tellement... Douce et gentille. Il ne fallait pas que je me laisse avoir, Angela avait peut être cédé pour une tarte mais moi je serais fort! L'amour est un champ de bataille après tout, il fallait que je sorte les armes pour y voir plus clair, en avoir le coeur net. Allez Gianni à l'assaut de la vérité!!

« Tu as fait des tartes pour tout un régiment ou tu cherche seulement à m'engraisser? » ok comme assaut sur la vérité il y avait mieux, j'étais peut être en train de me dégonfler et puis je finirais surement refermé comme une huître à dire des choses que je pourrais regretter. Je soupirais doucement « Je suis content de te voir. » non ce n'est pas un mensonge je suis content de la voir malgré tout, d'ailleurs pour contraster un peu avec mon air froid je prenais une de ses mains et déposais un baiser dessus. Je voyais deux tartes posées sur le bureau et le pointais brièvement du doigt « Pour qui est la deuxième? ». Je venais de me retenir de lui demander si s'était pour le gars avec qui elle allait au parc, mais s'était trop abrupte, trop direct... Quoi que au moins l'abcès serait crevé comme ça, s'était parfois mieux mais je n'y étais pas arrivé. La situation était encore pire maintenant, je ne voulais pas blesser Pandy sans avoir eu des explications mais j'étais tellement de sale humeur que je prenais vraiment sur moi! « Tu bosse pas? » question bête parce que si elle était là c'est qu'effectivement elle ne bossait pas, mais je préférais amener la conversation vers des banalités.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Dim 20 Nov - 2:40
Le voir surprit de mon arrivé en sursautant m’amusait un peu et dessinait un large sourire sur mes lèvres que je ne pouvais pas réellement contrôler. Bon d’accord, j’étais soulagée qu’il ne fasse pas renverser la tasse sinon la catastrophe au fond mais mon petit sourire témoignait de lui-même pour continuer le petit massage avec application mais je sentais qu’il se crispait et cela avait tendance à me faire… douter de sa réponse quant à savoir comment il allait mais pourtant, je n’en disais rien même si j’étais déçue qu’il ne me parle pas et qu’il ne s’ouvre pas sur sa journée. J’étais loin pourtant de gâcher ma bonne humeur pour l’instant et je restais totalement joyeuse. Rien ne pouvait gâcher ma journée. Je souris doucement à ses questions en haussant les épaules. « Très bien… très très bien même enfin tu m’as manqué. J’avais envie de te voir ! », je lui rendis un petit sourire en fronçant le nez tandis que je finis par poser ma tête sur son épaule et abandonner le massage, il était trop crispé à mon gout, cela ne servait à rien et j’étais loin d’être stupide. Je le remarquais tout de même un peu qu’il n’était pas d’humeur. Cela ne m’atteignait pas mais pourtant cela me calmait de ma joie trop vivace. Je ne pouvais m’empêcher tout de même de faire une petite moue à sa question sur la tête car j’avais voulue lui faire plaisir à lui aussi en les préparant mais apparemment… cela n’était pas vraiment efficace enfin peut-être que je me faisais des idées mais cette moue disparaissait aussitôt. « Envie de faire plaisir aux personnes que j'aime… », disais-je juste rapidement d’une fine voix qui ne se voulait pas trop enjouée par ce que la question en elle-même m’avait un peu touchée mais rien de bien grave, je gardais un joli sourire qui s’agrandit en sachant qu’il était content de me voir. Je savais qu’il ne le dirait pas si c’était le cas. Je ne dis cependant rien mais je me contentais de porter la main qu’il venait d’embrasser sur sa joue et lui caresser légèrement alors qu’il regardait la tarte. « Je n’en sais rien enfin je ne sais pas encore… peut-être pour Lena mais j’ai les jetons d’y aller enfin… tu peux la prendre pour ce soir ou demain. Ça t’engraissera ! », je riais doucement car oui, je ne savais pas vraiment pour qui elle était, elle était là tout simplement car j’avais une tarte de trop. Je ne voulais pas l’amener à Mike et pourquoi ? Cela me faisait un peu trop bizarre à vrai dire ! C’était trop tôt.


Je n’avais même pas calculé qu’il ne m’avait pas embrassé ou autre enfin je finirais par m’en rendre compte mais j’étais enfin disons que je ne voulais pas trouver de raison de gâcher ma bonne humeur, j’en étais presque incapable. Alors qu’il me demandait si je ne bossais pas et que je souris doucement en fronçant le nez. « Si… à mon nouveau boulot qui est : m’occuper de Gianni ! C’est très gratifiant en fait ! Tu le connais ? », je riais doucement en penchant la tête pour le regarder et passant mes bras autour de son cou. « T’es tendu mon cœur ! T’as mal dormi ? Je te manquais cette nuit ? C’est toi qui a crié mon nom car je crois l’avoir entendu. », je souris doucement car oui, je tentais de le détendre avec un peu d’humour et pourtant sans me douter que peut-être que cela pourrait m’enfoncer ou peut-être pas. Je restais là, un petit moment en laissant installer un petit silence tout en ne bougeant pas et le regardant. J’étais contente de le voir et puis j’avais tellement de choses à lui annoncer de positif dans ma vie et là, tout ce qui m’importait était qu’il soit moins « bizarre » car j’étais stupide si je ne disais ne pas sentir quand même légèrement que c’était tendue, je le sentais enfin brièvement mais je savais qu’il se passait un truc. Je le lâcha alors en allant près des tartes pour lui couper un morceau et le placer sur une petite assiette en carton en mettant le doigt en bouche alors que je m’en étais mise sur le doigt, elle était exquise et cela se voyait à mon petit sourire, satisfaite par ma tarte assez réussie… Roh oui, j’étais fière de moi et alors ? Je peux être moins modeste parfois, ce n’est pas encore un crime. « En tout cas, je suis de bonne humeur et j’ai cruellement envie de te Gianninapper mais tu bosses… », c’est une jolie moue qui se laissait voir sur mon visage bien vite effacée par un petit sourire alors que je ne captais par beaucoup de choses. « … enfin j’ai mon congé pour répondre à ta question quant à savoir si je bossais. J’ai même toute ma fin de semaine. », je penchais doucement la tête en le regardant et me disant que c’était vraiment cool d’être de bonne humeur. Je l’étais souvent en ce moment et surtout depuis que nous étions en couple mais encore plus aujourd’hui puisque tout s’enchainait. C’était vraiment une bonne dose de bonheur. « Au fait… je me suis remise à la musique enfin je ne sais même pas si je t’en avais parlée avant mais j’en jouais avec ma mère quand j’étais enfant… mon pauvre piano, il a cru que j’étais morte en 14 ans… d’ignorance mais c’est un bon jour puis d’autres choses sympathique… mais une chose à la fois. », je ris doucement en me disant que je parlais de tout et de rien. Ce n’était pas que je ne voulais pas lui dire pour Mike ou même Lena mais j’avais encore un peu du mal à réaliser tout ça, c’était presque comme un « rêve » sans spécialement que cela soit le cas mais ça l’était. Je lui souris. « Je te jouerais un morceau… si tu es sage ! »… je parlais et je parlais sans m’en rendre réellement compte. J’étais une bavarde mais la bonne humeur m’entrainait à prendre le taureau par les cornes. J’approchais alors de lui en m’asseyant sur le bord du bureau, je me penchais pour lui voler un baiser. Je fis une petite moue en reculant et le regardant. « Désolée… je suis un vrai moulin à parole. Tu ne dois même pas me suivre avec tout ce que je raconte. Je me calme, je te jure ! », je souris doucement et prenait un morceau de tarte à mon tour en regardant son portable et voyant qu’il n’avait même pas lue ou regardé ce qu’il s’y passait mais ne disant rien, cela m’arrivait aussi comme à tout le monde d’ignorer des appels, je pouvais dire quoi d’autres ?

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥️ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Mar 22 Nov - 13:04
« Et bah tu as combattu ce manque... Tu m'as trouvé. » Je haussais les épaules, à moi aussi elle m'avait manqué mais là tout de suite ça m'arrachais la bouche de le lui dire. Ce que est bien avec Pandy c'est qu'on est vite renseigné sur son humeur à la manière et surtout à son débit de paroles. Quand elle est heureuse, joyeuse ou ivre, c'est à dire après deux verres à peu près, elle parle beaucoup. Si elle est triste elle évite votre regard et sourit comme si de rien était... Je commence à la connaître cette jeune femme originale et unique en son genre. Là clairement elle était de bonne humeur, je n'arrivais même pas à en placer une, tout s'enchainait et s'était à peine si j'arrivais à suivre. Dans mon état actuel de mec qui s'est levé du pied gauche ça pourrait m'énerver, c'est vrai ça pourrait mais en fait non, s'était presque communicatif et elle avait réussi à m'arracher un petit sourire. Je laissais de côté le « faire plaisir aux gens que j'aime », ça me brûlait trop les lèvres de demander si le mec d'hier était dans le lot... Je fis une moue pour ce qui était de Lena, elle avait du mal avec sa soeur ce qui était normal, elle se sentait coupable mais elle n'y était vraiment pour rien. « Je pense que tu devrais quand même lui amené cette tarte, elle serait contente de te voir. » c'est important de se sentir soutenu dans les moments difficiles et les petites attentions sont toujours plaisantes.

Forcément qu'elle ne bossait pas, quoi qu'elle aurait pu bosser de nuit. Ca s'était un truc qui m'échappait totalement pour une médecin légiste, les morts n'allaient pas s'en aller... Enfin bref, elle avait donc ce nouveau boulot de s'occuper de moi, je ne sais pas trop si elle avait choisit le bon moment pour ce job parce que j'allais surement lui donner du fil à retordre. « Je le connais ouais. » je hochais doucement la tête en soupirant « Je suis tendu... Mais j'ai bien dormi, pas tard en plus. Un film et au lit. » je ne rebondissais même pas sur le fait que j'aurais pu l'appeler pendant la nuit parce qu'elle m'avait manqué, j'avais un peu l'humour au stade zéro là. La regardant, je haussais les épaules « Je bosse ouais, enfin j'essaye. J'ai surtout du mal à me concentrer depuis ce matin mais ça va passer. ». S'était dingue quand même d'être comme ça, m'en rendre compte était encore pire que si j'avais été une tête de con sans rien voir du tout au moins on m'aurait remis à ma place ou alors je me serais énervé une bonne fois pour toute et basta. Mais elle éveilla ma curiosité en évoquant la musique, il me semble qu'elle m'avait parlé du fait que s'était une activité qui la reliait beaucoup à sa mère et pour la première fois depuis son arrivée je lui offrais un franc sourire « C'est cool ça. Je suis content pour toi et j'espère bien que tu me joueras un morceau. » Sage je l'étais, non?
Je pris l'assiette avec la part de tarte et la goûtait, elle était délicieuse c'est vrai et en fait ça m'aidait à m'adoucir un peu. « C'est très bon. »
La présence de Pandora avait un effet positif sur moi alors qu'elle était la raison de ma mauvaise humeur, c'est bizarre non? Peut être parce qu'au fond j'étais sûr de sa sincérité et qu'elle était bien trop joyeuse pour avoir fait un truc dans mon dos. Après tout elle ne sait pas mentir et elle aurait sans doute montrer des signes de gênes!

Je mangeais ma part de tarte en restant silencieux un moment, il fallait que je lui parle de ce que j'avais vu s'était le seul moyen de me sortir ça de la tête. Je craignais qu'elle ne prenne mal le fait que je puisse avoir des doutes à son sujet mais après tout j'ai déjà été trompé alors c'est légitime que je sois méfiant non? « Désolé de ne pas être super bavard, je ne suis pas de très bonne compagnie aujourd'hui. », je mettais l'assiette en carton dans la poubelle une fois la tarte finie. J'hésitais un instant puis la regardais avec un air sérieux « En fait il y a une raison à ça et... Enfin... Ca te concerne. » j'étais conscient que dit comme ça elle risquait de se poser des questions mais j'enchainais assez rapidement sur la suite « Hier en fin d'après midi je faisais mon footing au parc, comme j'en ai l'habitude après certaines journées de travail et puis je t'ai vu...Mais... » je soupirais « T'étais avec un mec, un grand brun et tu le prenais dans tes bras, c'est tout ce que j'ai vu du moins je sais pas s'il y a eu plus que ça. ». Je secouais doucement la tête et détournais le regard « J'ai confiance en toi mais c'est plus fort que moi et ça m'a flingué toute ma soirée puis cette journée aussi parce que j'ai pas arrêté de me poser des questions et revoir cette image. T'as le droit d'avoir des amis c'est pas le problème sauf que là j'ai eu la sensation que s'était un truc dissimulé ou j'en sais rien. ».
J'attendais maintenant les explications qu'elle avait à me donner, je voulais m'efforcer de ne pas faire de conclusion hâtives mais j'ai le sang chaud ce n'est pas une nouveauté et je tolère très mal les petits secrets, mes traumatismes du passé sont encore un peu trop présents.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Mar 22 Nov - 15:25
Je souris doucement alors qu’il disait que je devais apporter la tarte à Lena sans rien ajouter pourtant, je savais qu’elle avait besoin de mon soutien mais je n’étais pas encore prête à vraiment aller la voir. J’avais une sorte de petit blocage encore perceptible que je ne pouvais pas réellement gérer. Là, j’allais bien, j’avais tenté un sms et j’avais reçu la réponse mais mine de rien, j’étais un peu mal car je ne voulais pas brusquer les choses. C’était étrange mais je m’en voulais de ce que j’avais dit autant qu’elle pouvait s’en vouloir aussi de m’avoir accusée de mensonge. Ses réponses étaient strictes et évasive ce qui me perturbait légèrement par moment, j’avais presque l’impression de le dérange même si au fond, il était au boulot. Enfin je me contenais dans ma bonne humeur donc il ne pouvait pas encore m’atteindre même si je commençais un peu à le trouver distant pourtant je l’étais aussi mais je sentais qu’il fallait que je le sois. C’était étrange aussi pour moi. Il ne réagissait même pas à ma tentative d’humour ce qui me blasait un brin pour s’effacer rapidement par un sourire. J’étais tout de même rassurée qu’il ait bien dormir et laissant un léger sourire tendre se dessiner sur mon visage. « D’accord ! », s’il n’avait pas mal dormi ? C’était quoi alors ? Je n’en savais rien et au fond, comment le savoir ? Je ne pouvais même pas être dans sa tête et pourtant à cet instant : ce n’était pas l’envie qui manquait. J’hochais la tête quand il me disait que ça allait passer, que voulez-vous que je dise ? Il semblait gérer même si je m’inquiétais un peu mais bon. On ne peut pas tous être de bonne humeur en même temps, je ne pouvais pas lui en vouloir, je le savais. Au moins… la couleur était énoncée. J’étais vraiment bavarder et je parlais sans vraiment lui laisser le temps d’en placer une. J’en venais alors à la musique et le fait que j’y avais repris un peu de gout dernièrement. Il n’y était pas pour rien en fait, il m’apportait la petite dose de bonne humeur qui m’encourageait à le faire. Je souris doucement en hochant la tête pour le morceau. « Bien sûr enfin faudrait passer chez moi et Lena pour ça ! », je lui souris doucement en me disant que c’était rare depuis la naissance de Lukas. Je comprenais ses raisons au fond. Je souris à son compliment sur la tarte en le regardant. « Merci ! », c’est dingue mais c’est magique un dessert. Parfois cela illumine les visages enfin peut-être pas à ce point mais je me comprends. Le silence pendant qu’il mangeait ne me surprit même pas car quand on mange, on est silencieux. On m’avait toujours appris de le faire malgré le fait que je sois un vrai bavard. Je souris doucement, vraiment légèrement quand il disait être désolée et ne pas être de bonne compagnie. « Ce n’est rien ! », disais-je doucement. Ce n’était vraiment rien en fait car j’étais assez mature pour comprendre que nous ne pouvions pas être de bonnes humeurs en même temps mais alors que je le regardais jeter l’assiette avant de prendre son air sérieux, je prenais une sorte de peur… qu’il gâche ma bonne humeur surtout quand il me dit que cela me concernait et je ne comprenais pas. Je ne savais pas ce que j’avais fait en fait, je n’avais rien fait de mal. Avais-je loupée un truc ? Un anniversaire ? Un rendez-vous ? Ignorée un appel ? Tout se bousculait dans ma tête alors que je l’écoutais.

Je n’en revenais pas comment l’humeur que j’avais pouvais changer en un instant. Je venais de passer en l’écoutant de l’incompréhension, de la déception… à la colère mais pas une colère énorme, une petite colère car je me sentais un peu mal. J’avais l’impression qu’on me prenait pour une conne enfin pas lui mais tout le monde… Dès que j’allais bien, il fallait toujours un truc pour tout gâcher mais le pire c’était que je ne pouvais pas lui en vouloir, je ne lui avais pas dit et il était en droit de se poser des questions puis son passé ne l’aidait pas vraiment. Je laissais un blanc passer en lui tournant le dos automatiquement et ne disant rien pendant plusieurs petites minutes. Je ne me sentais pas coupable mais je voulais me calmer un peu dans mon coin. Je soupirais doucement. « Si tu as confiance… pourquoi tu doutes alors ? Ça ne devrait pas te flinguer la soirée. », j’haussais les épaules, un peu blasée. Je n’avais même pas envie de lui dire ce qu’il se passait réellement tellement je ne trouvais pas la raison pour me justifier. « Comment tu peux croire que j’oserais… ne serais-ce… une seule minute te trahir ? », je me retournais et le regardait. « Le pire c’est que je ne peux même pas t’en vouloir. ». Je soupirais doucement en le regardant. « Ce gars, c’était mon frère. Même pas un pote, non mais merci de me faire confiance, je vois réellement l’image que tu as de moi. Elle est cool », je lui fis un sourire rempli de sarcasme en soupirant doucement. « Je vais te laisser bosser ! Je suis plus vraiment d’humeur, là ! », je gardais une voix calme et posée pourtant j’avais envie de crier et d’hurler mais non, j’étais moi. Je ne hurlais pas. Je me mis alors à prendre la dernière tarte et attraper mon sac et le regardant, je secouais la tête doucement. « Tu sais… ce n’est même pas le fait que tu n’ai pas confiance qui me fait le plus mal mais c’est que c’est toi qui vient de flinguer ma bonne humeur et une journée qui s’annonçait être parfaite ! Je crois que là, je suis dégoutée… », je le pensais même si au fond, il n’y était pour rien et que je sais qu’il devait finir par le dire sinon ça le boufferait. Je soupirais doucement à nouveau avant d’approcher et déposer tout de même un baiser sacrement rapide sur ses lèvres. « Désolée… », je me mis alors en route vers la porte.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥️ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Mar 22 Nov - 20:02
Passer chez Pandy et Lena pour avoir droit à un petit extrait musical, s'était du chantage ça non? Je plaisante la condition était tout à fait justifié puisque le piano était chez elles. Mais c'est vrai que je n'y avais pas vraiment mis les pieds depuis la naissance de Lukas... Je n'avais rien contre ce petit bonhomme mais j'étais un peu mal à l'aise, Lena maman et mon léger blocage sur les bébés ça suffisait à me faire éviter l'endroit mais je pourrais le surmonter facilement, du moins je crois.
Si la musique adoucie les moeurs on dirait que moi et mon humeur de merde on a un don pour pourrir l'ambiance. Je ne pouvais pas garder ce truc de mec du parc pour moi pour la simple et bonne raison que les non-dits sont le genre de choses qui finissent par vous ronger de l'intérieur. Mais j'ai senti le vent tourner quand Pandy elle même me tourna le dos, ça ne présageait rien de bon et j'avais raison. J'encaissais les reproches les uns après les autres en rongeant un peu mon frein, je rompais le silence au moment où elle m'indiqua qu'elle ne pouvait même pas m'en vouloir « Ah bon parce que tu m'en veux pas là? Et bah j'ai pas envie de savoir comment ça serait dans le cas contraire alors. » j'étais froid, sans doute un peu blessé dans mon égo. S'était moi qui était de mauvaise humeur aujourd'hui, merde à la fin! Puis arriva enfin le fin mot de l'histoire... S'était son frère le gars en question. J'entendais sa phrase et elle me raisonnait dans la tête, elle était vexée, vraiment. Sauf qu'elle se trompait sur toute la ligne ça n'était pas du tout l'image que j'avais d'elle mais encore et toujours cette méfiance qui me poursuivait depuis que j'avais été trahi. A croire que cet épisode allait me pourrir la vie longtemps!

Pandy m'annonça qu'elle prenait congé et je ne bougeais pas d'un millimètre, impassible et un peu renfermé, les mâchoires serrées je ruminais cette tournure que prenaient les choses. « Je t'ai pas demandé de venir en même temps! » Bing s'était sorti tout seul et à peine dit je le regrettais, mais plutôt m'étouffer que de l'admettre... J'avais gâché sa si belle journée? Et bah soit, qu'elle aille la passer ailleurs sa journée parfaite. « Ouais c'est ça, je suis bon à gâcher les journées parfaites de Miss Parfaite! ». Je soupirais et rangeais une pile de dossier avec nervosité, ces mots étaient de trop et Pandora ne les méritait pas. Elle s'était excusée en plus de ça et s'était la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase « Désolée? Pas autant que moi... ». Elle allait sortir de mon bureau et partir et je n'allais rien faire pour la retenir, a cause de cette mauvaise humeur et puis de ma fierté. C'est vrai après tout s'était moi qui était blessé dans l'histoire, elle avait qu'à me le dire qu'elle comptait voir son frère ça aurait été mieux que de garder le secret. Je la suivais du regard, toujours assis mais j'hésitais fortement à me lever ou pas, j'attendis même qu'elle ai la main sur la poignée. Chacun de ses gestes étaient comme décomposé, je vivais la scène au ralenti et je restais là sans bouger. Elle sortie de la pièce et dans ma tête je me disais que je faisais une connerie en la laissant s'en aller après ce que je venais de lui dire. Je me sentais vraiment comme un con, pire même comme un connard parce qu'après tout elle n'avait pas tord, mais je voyais tout en noir aujourd'hui alors ses reproches avaient été de trop.

Je me levais d'un coup et la rattrapait en lui saisissant le poignet « Excuse moi. ». Angela me regarda avec un air interloquée, visiblement surprise par la situation et je lui adressais un bref sourire pour lui faire comprendre que je gérais la situation. « Je ne pensais pas ce que j'ai dit, viens... S'il te plait » Joignant le geste à la parole je retournais à reculons vers mon bureau, espérant qu'elle me suive. « On peut au moins parler? Après je te laisserais t'en aller si vraiment tu le veux. » j'avais besoin de clarifier cette situation, de lui dire que tout ça ne venait pas d'elle mais seulement de moi et du fait que je m'emporte pour un rien dans ce genre de circonstances, même si ça n'est absolument pas justifié. Je laissais glisser ma main jusqu'à la sienne tout en reculant doucement pour l'inciter à me suivre. On ne pouvait pas en rester là et je préfèrerais que ça clash un bon coup plutôt que de rester entre deux et que le m

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Mar 22 Nov - 21:00
Je soupirais alors qu’il demandait si je ne lui en voulais pas et même si je lui en voulais quand même un peu, je ne pouvais pas m’empêcher de ne pas lui en vouloir malgré tout, c’était plus fort que moi. Je ne pouvais pas vraiment dire le contraire. C’était dingue pour moi et ça me bouffait en quelques sortes. Je ne savais pas quoi penser ou quoi faire sauf partir. Je ne disais rien car si c’était le cas, je l’aurais peut-être même giflé mais je ne suis pas violente enfin bref. Je fronçais les sourcils alors qu’il me disait qu’il n’avait pas demandé à ce que je vienne. Ça, ça me blessait et je le regardais avec cet air mécontent rapidement avant de secouer la tête. Je n’avais rien à dire à ça, c’était tellement « pas cool » que je voulais juste faire abstraction et j’encaissais. Comme j’encaissais aussi le petit « Miss Parfaite » en hochant à nouveau la tête. « Ah… ouais ! », j’étais vraiment mal là et je ne voulais même plus le regarder. Une réponse à mon désolé qui ne fit qu’en rajouter une couche. J’aurais dû rester au lit, la journée aurait été bien plus simple. Je sortais alors dans un mot de plus en ayant bue ses paroles comme un verre d’alcool trop fort et bien trop dégueulasse à mon gout. Je sortais sans même mon soucier à ce qu’il me suive ou non, là… je ne voulais plus le regarder, j’en étais même incapable. Sentant alors sa main autour de mon poignet, j’avais presque eu un réflexe de recul en tentant de dégager sa poignée mais en vain. Il ne semblait pas vouloir me lâcher, je soupirais à son excuse en levant les yeux et tout en ne le regardant toujours pas. Je ne disais rien en restant de marbre toujours en position de départ, je pourrais partir à tout moment et quitter l’établissement qu’il n’aurait rien vu. « Non, on peut pas car je n’en ai pas envie. Je ne veux pas rester tout comme toi non plus car après tout… tu m’as bien dis que tu ne m’as pas demandé de venir alors me demander que je reste cela serait dingue, non ? Alors maintenant en plus de tout ça, tu oses penser que tu n’es bon qu’à gâcher ma journée ? C’est faux car t’y étais pour beaucoup dans ma bonne humeur mais tu es totalement coupable de la mauvais humeur. Alors oui, désolée d’être tombée par pur hasard sur mon frère et d’avoir voulu l’enlacer par ce que j’avais envie d’en sentir la sensation. Désolée aussi de ne pas encore le réaliser au point de le crier sur tous les toits. Et désolée aussi de vouloir mettre fin à cette conversation avant d’entendre pire que ce que je viens d’entendre car j’ai eu mon lot pour des années, là. », je soupirais doucement en le regardant et lâchant sa main.

J’haussais les épaules en le regardant vraiment brièvement et regardant rapidement Angela avec une mine désolée qu’elle soit dans tout ça… la pauvre, elle assistait à une scène. Cependant je ne pouvais pas le regarder et peut-être par ce que ça me changera ? Cela me rendrait surement trop « gentille » ou tout ce qu’on veut enfin cela ne pouvait pas être possible, je serais trop faible. « Ecoutes… Je t’aime, Gianni mais là tu as dépassé les bornes, t’as vraiment pas de chances car je préfère encore partir et rentrer pour me calmer. ». Je fronçais les sourcils en le regardant et allant vers les ascenseurs et soupirer. « Miss Parfaite n’a vraiment mais vraiment pas encore d’être parfaite et t’excuser, là. », je le regardais doucement et haussant les épaules. « On en parlera quand tu seras commode mais surtout quand moi, je le serais. », je fronçais les sourcils en le regardant et hochant doucement la tête. « Mais t’as raison sur une chose… je ne suis pas autant désolée que tu dois l’être. Au revoir Gianni ! ». J’appuyais sur le bouton de l’ascenseur en détournant le regard et attendant juste que ce fichu ascenseur arrive et sentant un peu les larmes monter car au fond, j’étais vraiment blessée même si ce n’était pas grand-chose après tout, il y avait pire mais le changement subit d’humeur provoquait une petite faiblesse et une peine chez moi. J’attendais toujours ce petit ascenseur qui ne daignait même pas arriver et je m’impatientais vraiment. Je le regardais rapidement avec un air assez triste et une pointe de compassion alors qu’au fond, je ne voulais pas être à ma place mais je ne voulais pas être à sa place aussi. Je penchais la tête doucement en haussant légèrement les épaules. « Je suis dés… », Il finit par arriver en m’interrompant et je grimpais dedans en appuyant sur le bouton du sous-sol pour retourner au parking.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥️ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Mer 23 Nov - 12:23
J'avais injustement blessé Pandy et je m'en rendais bien compte. Je venais de lui balancer quelques petites répliques pas très cool alors qu'elle n'aurait pas demandé mieux que de me changer les idées et me redonner le sourire. Cela dit s'était elle qui s'était offusqué de mes suspicions, du fait que l'avoir vu avec un inconnu m'ait gâché ma journée... Mais qu'est ce que j'y pouvais au fond? S'était quasi inconscient. On avait tout les deux nos tords c'est sûr. J'avais voulu la rattraper et calmer le jeu mais je crois que s'était une tentative vaine, ce qui ne tarda pas à se confirmer, je n'eus même pas besoin de savoir ce qu'elle avait à dire parce que le simple fait qu'elle ne me regarde pas suffisait. J'écoutais quand même la tempête qui s'abattait sur moi, elle n'avait pas tout à fait tord sur certains points mes paroles avaient été blessantes et je m'en voulais pour ça, cependant elle se plaçait en victime alors que je n'avais fait que lui parler de ce qui me tracassait. « Et moi je suis désolé de te faire part de ce qui me tracasse, tu peux être certaine que ça ne se reproduira plus... » comme ça au moins on ne s'engueulerait plus sur ce point. Je ne chercha pas à la retenir et lâchait sa main, puisque j'étais coupable de sa mauvaise humeur ça ne servait à rien que je m'enfonce encore un peu plus.

Je soupirais à ce qui suivit, je le savais bien que j'avais dépassé les bornes pas besoin de remuer le couteau dans la plaie! Je le sais que j'ai ce côté "sale con" parfois qui peut ressortir mais qui n'a pas ses petits travers? J'y travaillais vraiment pour arranger ça mais on m'avait pris pour un con une fois alors je m'étais créé cette carapace... Je la regardais s'éloigner vers les ascenseurs et ne fit pas un geste, même pas de m'avancer vers elle. Je me résignais à la laisser partir, il fallait qu'elle se calme et moi aussi de toute façon « Ok... » qu'est-ce que je pouvais répondre d'autre? Je n'allais pas non plus me mettre à genoux, les femmes sont bien trop susceptibles parfois. Je haussais les épaules, j'étais désolé je le lui avais dit mais ça n'était pas suffisant et elle l'avait dit elle même, elle n'était pas prête à accepter mes excuses. L'ascenseur se faisait attendre, elle attendait devant ça avait un peu cassé le rythme de la fille qui voulait partir rapidement. Je mettais les mains dans les poches et soupirait quand elle commença à répéter qu'elle était désolée, c'est à ce moment que l'ascenseur arriva enfin et que je fis demi-tour direction mon bureau après avoir jeté un petit regarde vers Angela qui faisait mine de ne s'occuper de rien hormis de son travail. Mais au moment où j'allais entrer dans mon bureau elle releva la tête de son ordinateur et s'adressa à moi calmement avec ce ton rassurant qu'elle aime adopter « Ne vous blâmez pas de trop, ça arrive. » sans répondre j'entrais dans la pièce et fermais la porte derrière moi. Elle n'avait pas tord c'est sûr que ça arrivait mais je m'en voulais d'y avoir été un peu fort, Pandy était de bonne humeur et elle l'avait dit j'avais gâché sa journée. S'était un cercle vicieux mais si elle avait cherché à comprendre plutôt que se braquer sur l'image qu'elle pensait que j'avais d'elle, les choses auraient été tout à fait différentes.

Je me rasseyais, bien décidé cette fois à me mettre à fond dans le boulot parce que finalement s'était la seule chose fiable de la journée et puis au moins un dossier ça n'a pas d'état d'âme. Enfin j'avais beau me dire ça je repensais à ce moment qui finalement avait été rapide et où les choses avaient pris cette tournure négative, s'était dingue quand même... En tout cas une chose que j'avais dite et ne dépassait pas ma pensée s'était que je ne parlerais plus de ce qui m'occupe l'esprit si ça devait arriver à nouveau. J'hésitais à lui envoyer un message pour lui présenter des excuses formulées mieux qu'un simple "désolé" sans consistance. Les minutes passaient, depuis combien de temps est-ce qu'elle était partie, 5 minutes peut-être? Je pris mon téléphone et constatait qu'avant de venir elle avait essayé de m'appeler et m'avait également envoyer un message que je lisais seulement maintenant. Je poussais un long soupire et me calait contre le dossier de mon fauteuil, j'avais vraiment foiré cette journée sur toute la ligne.
Finalement, je mis ma fierté de côté et lui envoyait un message sans attendre spécialement de réponse mais au moins je me sentirais un petit peu moins coupable qu'en laissant les choses s'installer. « Je suis vraiment désolé pour ce qu'il vient de se passer. Je te présente mes excuses, mes paroles ont dépassés ma pensée je t'ai blessé et s'était injuste. On s'appelle plus tard. Je t'embrasse. »

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Mer 23 Nov - 17:47
L’ascenseur loupait effectivement ma sortie alors que je l’attendais patiemment en soupirant tandis que le temps se faisait long pour y aller rapidement une fois qu’il était là. Je soupirais dedans durant toute la descente en allant alors vers ma voiture et hésitant à l’ouvrir en me mettant juste contre le capot. Cela me rendait dingue tout ça car je détestais me disputer et surtout avec lui. C’était la première fois depuis qu’on était en couple et c’était un truc d’ouf pour moi. Je réfléchissais en tentant de me calmer dans ce sombre parking en refusant de partir et le voulant à la fois. C’est alors que je recevais le message après plus de 5 minutes à me prendre la tête et laisser tout s’encombrer dans mes pensées. Je pris alors le portable dans ma poche en soupirant doucement et le posant pour me prendre la tête entre les mains. C’était loin de m’aider même si je n’avais pas encore digérer la pilule, je savais que ses excuses avaient été sincères et pourtant j’avais besoin d’être avec lui mais loin de lui à la fois. C’était perturbant comme sensation car tout ce que je savais dans tout ça, c’était que je l’aimais et que je ne voulais pas qu’on en reste sur ça. Surtout pour une bêtise pareille au fond, c’était futile. Une heure défilait et je ne quittais pas ce parking en restant sur le capot de la voiture en pensant, juste… simplement en faisant ça et beaucoup de choses défilaient dans ma tête d’ailleurs comme ses mots mais aussi les miens. On avait nos torts et je le savais. Je pris alors mon portable et reposait mon sac dans la voiture avant de répondre en refermant la portière. « Je t’aime ! », tout simple, oui et je l’avais déjà dit mais sur l’instant c’était tout ce que je pouvais dire comme si… c’était dans ma tête et ma pensée mais c’était tout ce dont je ressentais le besoin vitale de dire à ce moment-là. C’était tout simplement la seule pensée que je m’autorisais à avoir pour passer outre ce qui venait de se passer. C’était dingue et court mais cela suffisait à me faire retourner vers l’ascenseur. Je me sentais vraiment bête à partir et revenir comme ça surtout qu’il est au boulot mais j’avais besoin de régler ça avant de partir maintenant que j’avais été un peu seule dans mon coin. Une heure ? C’était bien pour me calmer surtout que j’étais partie sur l’impulsion et par ce que j’étais blessée. Je préférais éviter de dire ce que je ne penserais pas. Je ne voulais pas le blesser aussi bien qu’il l’était peut-être, je n’en savais rien. J’attendis à nouveau l’ascenseur qui punaise était lent dans ce bâtiment et puis je pris la route vers son bureau en souriant légèrement et finement à Angela. Mon sourire était tout fin alors que j’avais perdue toute humeur, je n’étais pas de mauvaise, je n’étais pas de bonnes non plus. C’est délicatement que j’ouvris la poignée de porte tout en frappant doucement à la porte en priant pour qu’il ne soit pas enfermé à clé mais par chance, non. Je poussais doucement la porte pour entrer puis la refermer et sans rien dire, j’approchais en espérant ne pas être rejetée à mon tour même si je comprendrais qu’il le fasse. « Je n’ai même pas eu le courage de quitter le parking. », je faisais une légère moue tout mignonne avant d’approcher et aller m’assoir sur ses genoux et passer mes bras autour de son cou. Pourquoi ? Je voulais simplement le faire et lui montrer peut-être que ça allait mieux enfin en quelques sortes que j’avais digérer ce qui ne voulait pas dire que je n’étais plus blessée mais c’est comme un médicament… il était passé et maintenant il fallait qu’il guérisse les maux. « Je suis désolée d’avoir été impulsive mais je ne veux pas que tu me penses capable de te trahir. Je ne suis pas elle, Gianni. Je ne te ferais jamais ça ! Je ne l’ai jamais fait dans le passé et je sais que c’est douloureux. On me l’a fait aussi, je te rappelle… mais moi, je préférerais mourir que d’aller voir ailleurs. », je le regardais avec une tendresse incalculable en mettant ma tête sur son épaule. « C’est toi et moi… que tu me demandes d’être là ou pas. », je souris doucement en penchant la tête. « Fais-moi un beau sourire… », je me forçais d’être naturelle comme s’il ne s’était rien passé par ce que je ne savais pas où en était son humeur. Je ne voulais pas qu’on soit en froid, je voulais surtout oublier ce qui s’était passé alors que je sais très bien qu’on n’oublie jamais les mauvais moments. Accompagnant ma demande d'un grand et joli sourire qui n'était pas spécialement forcé sur ce coup car je le pensais, je voulais le voir sourire.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥️ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Jeu 24 Nov - 14:19
Finalement j'avais réussi à me re concentrer dans le travail, petit à petit et sans même m'en rendre vraiment compte. Avoir envoyé un message à Pandy pour lui présenter des excuses m'avait retirer un peu de ma culpabilité. Les minutes passaient, elle n'avait pas répondu mais ça n'avait pas d'importance je ne l'avais pas envoyé pour avoir une réponse, simplement pour que les choses ne restent pas sur une tonalité complètement négative. Certes ça n'était guère mieux mais s'était assez égoïstement suffisant pour moi à cet instant. Je mentirais si je disais que je n'aurais pas aimer la voir remonter mais elle avait besoin de se calmer tout comme moi et je respectais ça. J'aime avoir mes moments de solitude où je fais le point et j'essaye de laisser les autres avoir ces moments aussi. Mon portable vibra, j'avais retirer le mode totalement silencieux au cas où... J'ouvrais le message et lisait ces trois petits mots tout simple que Pandora avait tellement de facilité à dire, maintenant ça ne me mettais plus mal à l'aise mais je n'ai jamais été très expansif et mon petit blocage n'aidait pas vraiment. Les sentiments étaient là s'était certain et je m'en rendais encore plus compte avec cette dispute mais aussi ma réaction par rapport à ce que j'avais vu au parc, la confiance que j'avais en elle n'était pourtant pas remise en question.

J'entendis frapper à la porte, je relevais les yeux du dossier que j'étais en train de traiter pour voir Pandy qui entrait doucement dans la pièce. Elle ne dit pas un mot et s'avança vers moi, je la suivais du regard et silencieux moi aussi. Je lui souriais qu'elle avoua ne pas avoir pu quitter le parking, j'étais content de l'entendre parce que ça prouvait au moins que sa colère n'était pas si grande. Je reculais légèrement mon fauteuil de devant le bureau, comprenant tout de suite qu'elle allait s'installer sur mes genoux, je passais alors mes bras autour de sa taille et la regardais toujours sans rien dire. « Je le sais... » c'est vrai elle avait été trompé elle aussi, je ne l'oubliais pas mais cette réaction que j'avais eu était contre ma volonté s'était mon inconscient qui avait pris le pas sur le reste. « Je ne voulais pas réagir comme ça, je t'assure. En me levant ce matin je ne savais même pas pourquoi je n'étais pas de bonne humeur, c'est venu comme ça, progressivement j'ai fait le lien. ». Son regard suffisait, j'avais toujours une sensation de bienveillance infinie de sa part quand elle me regardait comme ça et autant dire que là ça venait de m'adoucir d'un coup. J'avais détesté cette dispute, j'avais détesté les mots que je lui avait dit et je m'en était voulu. Certes je n'étais pas encore dans mon assiette mais elle venait de faire l'effort de prendre sur elle pour revenir me voir alors qu'à sa place je serais sans doute parti, j'allais donc faire des efforts moi aussi. Elle et moi que je le veuille ou non, j'avais donc une Pandy qui s'imposait. Même sans le demander elle l'aurait eu ce beau sourire que je m'empressais de lui donner « J'ai le sang chaud et je peux être une vraie tête de con parfois, désolé. » je m'excusais d'être moi, ouais... J'avais toujours été plus ou moins comme ça mais je le contrôlais mieux avant, ce qu'il fallait s'était que je retrouve le contrôle. S'était déjà en progrès mais elle était là seule à pouvoir me rendre meilleur j'en étais convaincu.

Je caressais sa joue doucement « Comment tu veux que je résiste à ce sourire et à ces yeux là? » j'approchais mes lèvres des siennes « T'es toujours fâchée? » ne lui laissant pas le temps de répondre je l'embrassais avec tendresse, petit moyen de me faire pardonner. Je prolongeais cet échange, signe de nos réconciliations qui peut être n'étaient pas totale mais au moins la glace fondait petit à petit. Reculant ensuite doucement je jetais un regard vers la porte de mon bureau « Si quelqu'un entre je vais me faire taper sur les doigts, mais je pense qu' Angela veille sur mon bureau comme Cerbère sur les enfers! » l'image me fit rire, non pas que ma secrétaire ai une tête de chien, ni même trois têtes mais je sais à quel point elle peut être ferme et autoritaire. Je regardais Pandora attentivement sans rien dire, souriant juste légèrement « Au fait, moi aussi. ». Peut-être qu'elle se demanderais pourquoi je lui disais ça, c'est vrai que ça n'est pas habituel de répondre à un message comme ça après coup et en plus de vive voix en face à face.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Jeu 24 Nov - 15:05
Le voir sourire à ce que je disais ou même reculer son fauteuil mais encore passer les bras autour de moi, me rassurait. Cela prouvait assez qu’il ne m’en voulait pas trop non plus car il aurait le droit. Je n’avais pas spécialement été sympathique dans mes mots ou dans mes gestes. Bien au contraire même et c’est pourquoi je ne lui en aurais pas voulu de lui aussi, m’en vouloir un peu. C’est pour que j’étais désolée aussi surement. Je souris finement en entendant qu’il le savait, c’était rassurant aussi mais surtout par ce qu’il avait peut-être quand même un peu confiance s’il le savait enfin mon cerveau (oui, j’en ai un) fait le lien et la connexion de lui-même. J’haussais doucement les épaules en le regardant et finissant par sourire doucement. Je ne savais cependant pas quoi ajouter à ses mots sur l’instant peut-être par ce que je ne voulais pas trop en parler, c’était encore trop « chaud » même si je m’étais calmée et qu’il n’y avait rien qui pourrait « réchauffer » la situation. Je souris quand j’obtenais son petit sourire car c’était tout ce dont j’avais besoin là pour finir par rire nerveusement en l’entendant. Je le regardais attentivement en souriant doucement. « Oui, tu peux l’être… je ne te cacherais pas que la tête de con m’a fait mal mais on oublie, je ne veux pas qu’on se dispute pour des bêtises. », même si j’oubliais, je ne savais pas encore si je pardonnais mais je savais qu’il était désolé et ça me suffisait surement sur l’instant. Je souris alors à ses caresses, la tendresse ? J’en avais besoin pour oublier un peu ce qui venait de se passer. C’était plus fort que moi à vrai dire. Je souris encore plus à sa question avec les yeux tout tendre qu’il aimait tant en penchant la tête. « On ne peut pas résister… », disais-je en riant doucement et secouant seulement la tête à sa question quant à savoir si j’étais fâchée. Fâchée, non car je ne serais même pas là, je pense. J’avais été blessée, certes mais ce n’était pas la même chose à mon gout. Mais comme je n’avais pas le temps de répondre, je me contentais de le faire en répondant au baiser et le prolongeant aussi pour finir par faire une moue quand celui-ci se stoppa.

Je ne pus m’empêcher de rire en l’entendant parler d’Angela pourtant je savais qu’il avait raison pour le fait qu’il se ferait taper sur les doigts. Je grimaçais tout de même. « Désolée, je pensais pas que ça allait se dérouler ainsi mais je t’embête pas trop longtemps. Tu dois travailler et moi… ben rien en fait. », je riais doucement car oui, les heures de visites étaient terminées et je devais seulement rentrer à la maison et faire je ne sais quoi ou m’occuper de Lukas si mon père ne pouvait pas. Je fronçais le nez alors qu’il me disait que lui aussi en me demandant de quoi il parlait ! Cela m’amusait assez car je n’en savais rien mais pourtant je cherchais les petites solutions ! « Toi aussi tu es comme Cerbère des enfers ? Tu veilles sur moi… et Angela sur le bureau, c’est ça ? », je souris doucement en lui volant un baiser avant de chuchoter contre ses lèvres. « Oui toi aussi… tu veux que je te kidnappe car ça m’a traversé l’esprit à vrai dire mais cela serait mal, très mal. », je fis un petit sourire innocent en le finissant en moue. « Je suis gentille, très gentille ! », je riais doucement en souris à nouveau. « Ouuuuu… toi aussi tu sais faire ses yeux là… », je fis alors mes yeux tout mignon et pétillant. « Pour obtenir ce que tu veux et que je ne résiste pas à toi ? », je riais en me disant que je devenais tellement folle. « Ou toi aussi… tu veux faire un câlin à mon frère qui d’ailleurs va te casser les jambounettes si tu me fais souffrir. Oui, déjà. », rajoutais-je en souriant. Peu à peu… sans que je ne m’en rende compte… ma bonne humeur revenir mais vraiment pas comme elle l’était avant mais elle réapparaissait par bride. Les lâcher des bêtises m’aidait un peu mais je n’avais même pas idée de ce qu’il parlait vraiment à ses mots, trop vague et j’avais tellement pris l’habitude de ne pas avoir de réponse à mes 3 petits mots que maintenant : je ne faisais même plus attention. J’étais fière d’avoir une facilité à les dire et c’était déconcertant après tout ce que j’avais vécu mais parfois je me disais que je n’avais jamais réellement aimée à ce point. C’était dingue car étant une vraie rancunière, j’avais déjà passée l’éponge sur ce qui venait de se passer alors que Lena c’était deux semaines qui s’était déroulée et je ne parle pas de ma rancune pour Stan ou Jayden à l’époque… c’était bien pire. Avec Gianni, c’est différent car il peut me casser mais il est peut-être le seul à pouvoir me réparer. Un peu comme les horlogers qui ont parfois besoin d’avoir fait l’horloge pour pouvoir la réparer mais encore d’autres petits commerciaux comme ça.

Sans vraiment lui avoir laissé le temps de répondre à mes questions quant à savoir de quoi il parlait, je l’embrassais avec tendresse qui finissait avec une pointe de passion avant de me lever en souriant et de lui laisser ses genoux. « Je devrais te laisser bosser ! », je riais doucement en penchant la tête. « Ce n’est pas raisonnable ! », c’était vrai au fond… c’était loin d’être raisonnable et pourtant je voulais rester avec lui mais il faut savoir séparer boulot et vie privé. « Tu peux toujours me rejoindre après le boulot si tu veux ! », lui disais-je avec un petit sourire comme Lukas n’était pas censé être là et Lena non plus… ça évitant de voir le bébé et sa maman là-bas. Je finis par me poser contre le bord du bureau avec un petit sourire et regardant son dossier du coin de l’œil. « Ce n’est pas confidentiel, j’espère ? », je lui souris en lisant juste le titre et riant doucement. « Pink Lady ? Tu rigoles ? », oui… les pommes (j’improvise). J’haussais alors les épaules. « Intéressant ! », rajoutais-je en riant. « La publicité pourrait rendre hommage à Steve Jobs pourquoi pas… une idée comme ça, il peut croquer la pomme comme chez Apple ! », je riais doucement. « C’est une idée comme ça. » Mon humeur revenait tellement que je redevenais bavarde.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥️ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 



avatar
loading...
MODERATEUR
✔ AGE : 28 ans
✔ METIER : Bosse dans le marketing et la communication
★ AVATAR : Josh Duhamel
© CRÉDITS : Avat: PoM Gif: Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 19149
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 04/07/1984

The Italian touch


✔ HUMEUR : In good moud
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)



My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Sam 10 Déc - 22:51
J'étais soulagé et pourtant cette première petite dispute depuis que nous étions en couple Pandora et moi me laissait un petit arrière goût. Je me sentais assez bête mais dans un même temps j'espérais qu'elle reconnaissait ses tords, ce que je pensais au vu de sa démarche de remonter jusqu'à mon bureau. S'étaient des broutilles tout ça quand on y pense mais le genre de choses qui peuvent prendre des proportions que l'on aurait pas soupçonnées au départ. On est comme on est mais j'avais la confirmation que je l'avais blessée, l'inverse m'aurait étonné. Bref elle avait raison, oublier s'était la bonne solution. Et elle avait raison sur un autre point j'étais incapable à résister à son petit sourire qui la rend terriblement mignonne, elle sait mener son monde ça c'est sûr ! Sans aller jusqu'à dire qu'elle est une manipulatrice, elle est quand même forte pour obtenir ce qu'elle veut, surtout dans de pareilles circonstances où me sentant un peu coupable je n'allait surtout pas tenter de résister.
Je lui souriais, c'est vrai qu'il fallait que je bosse mais j'étais quand même assez libre « Mon patron va pas être content que j'ai des visites d'une charmante brune. » elle avait sa fin de semaine et moi je bossais au moins jusqu'au jeudi soir, pour le vendredi je pouvais faire l'impasse dessus parce que je n'avais pas de réunions. Une idée me vint à l'esprit mais je préférais la mettre dans un coin de ma tête pour le moment.

Je me mis à rire quand elle commença à chercher à quoi je pouvais bien dire « moi aussi » je l'avais fait exprès et ça m'amusait assez toutes ses propositions de réponses, du Pandy tout craché vous lui donnez une petite interrogation et elle vous transforme ça en truc comique. C'est vrai que parfois il faut suivre et ça peut devenir fatiguant mais ça fait son charme aussi... Rien comme tout le monde, l'extravagance de Miss Stam n'est plus prouver. « T'as dit tellement de trucs que je sais même plus pourquoi je disais ça! » ce qui bien entendu était faux puisque je le savais très bien mais cette version là s'était plus amusant. « Je peux faire le regard qui obtient tout moi aussi, ça c'est sûr ! » je hochais la tête avec un petit sourire « Me Gianninapper tu as dit tout à l'heure... T'oserais faire ça ? Et tu demanderais quoi comme rançon ? ». La suite me fit arquer un sourcil « Il la joue déjà grand frère protecteur ? » je haussais les épaules « J'ai pas du tout l'intention de te faire souffrir et puis même s'il le voulait je courre bien trop vite pour qu'il puisse me rattraper pour me casser une jambe. En plus j'en ai besoin de mes jambes ! » s'était étrange comme idée de première approche en tout cas. « Tu devrais plutôt me dire des trucs cool sur lui parce que là ça ne donne pas envie de le connaître. ». S'était presque étrange ce retour au calme comme si de rien était, ça ne me dérangeait pas loin de là. En y repensant notre dernière dispute à Pandora et moi remontait à plusieurs mois, grosse dispute suivit d'une nuit que je n'oublierais pas la première de ce qui allait devenir une amitié améliorée et maintenant une histoire sérieuse ? Je l'espérais et en fait je n'en doutais pas, s'était déroutant pour moi qui m'étais interdit d'y croire à nouveau... Mais on a beau dire qu'on ne nous y reprendra plus, ça nous tombe dessus sans prévenir, comme ça PAF !

« C'est vrai que tu perturbe ma concentration ! Je te parle même pas de la manière dont tu me squatte en plus de ça. » elle venait de se lever mais ça m'amusait de le faire remarquer « L'autre siège n'était pas assez bien pour toi ? » Je la taquinais un peu, c'est un truc fréquent entre nous et ça l'a toujours été je ne veux pas que ça change. Voilà qu'elle s'intéressait au dossier que je traitais ou plutôt que j'essayais de traiter, vu ma productivité presque nulle du jour « Si ! Très très confidentiel... » je la pointais ensuite du doigt, non mais sérieusement elle se foutait de moi en plus ! « Hey dis donc vilaine moqueuse, il n'y a pas de petit contrat tu sais ! Et surtout pas avec ce client. » Je tapotais sur sa cuisse « Il pèse plusieurs millions celui-là alors s'il demande qu'on s'occupe de la Pink Lady, je suis gentleman même avec des pommes. » j'avais terminé par une claque un peu plus forte et lui souriait « Je viens chez toi dès que j'ai fini. Mais s'il te plait... Ne t'essaye pas à la pub.... ». Je fis une moue puis haussais les épaules en riant « Chacun son domaine. ». Je me rapprochais à nouveau de mon bureau en faisant rouler mon siège et me remettais au travail, il le fallait. Mais avant qu'elle ne décide de s'en allait je relevais mon regard vers elle « Vendredi on part en week end ça te dis ? » s'était le bon moment pour évoquer cette idée maintenant.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  



avatar
I Shall Believe
Fondatrice
✔ AGE : 25 ans
✔ SEXE : Féminin
✔ METIER : Médecin Légiste
✔ ETUDES : .
★ AVATAR : Nina Dobrev
© CRÉDITS : Crazy Bunny
✔ MESSAGES : 30349
✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10/01/1987


Gianni property
Do not touch


✔ HUMEUR : Plutôt bonne
✔ EN JEUX : Possible (voir le sujet)
✔ SURNOMS : Pandy, Panda, ou Pandy-Panda... le petit ourson de chine. Pandy-Panda... tout droit de l'Himalaya. Je suis déjà dehors !
✔ LA CITATION : L’homme le plus important dans la vie d’une femme n’est pas le premier, mais celui qui ne laissera pas exister le prochain.




My Life
Relations Ship:

MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    Lun 12 Déc - 1:35
Je reconnaissais mes tords, exactement ce qui était assez flagrant en fait car je ne serais jamais revenue dans le cas contraire ce qui était vrai mais au fond… c’était vraiment une bêtise et des craintes que nous avions par rapport au passé sans aucuns doutes. Je n’en revenais pas vraiment que nous retrouvions une bonne sérénité tout d’un coup pourtant c’était presque rassurant que l’avenir. Avions-nous une telle difficulté d’en vouloir à l’autre ? Je me demandais moi-même si je lui en voulais encore enfin certes… encore un peu car au fond… il y avait des choses blessantes qui resteraient pendant un petit temps mais rien de bien mal… que du bien à vrai dire. Je voulais profiter du moindre instant avec lui mais là ? Non pas maintenant car oui… revenons à la réalité. Nous nous trouvons sur son lieu de travail. Quelle belle image ! Je ne pouvais m’empêcher de rire alors qu’il disait que son patron ne serait pas content. « Humm… je trouverais une excuse », me contentais-je juste de dire avant de faire un grand sourire. Je suis un vrai distributeur de bonnes excuses même si je suis totalement médiocre en mensonge ce que la passé à souvent et même trop souvent démontré mais que voulez-vous ? Le « moi aussi » m’avait intriguée même si j’avais tellement été dans mon délire que j’en oubliais même l’intrigue et la curiosité mais juste le besoin de détendre pourtant cela revenait petit à petit au galop quand il me dit ne plus savoir pourquoi mais je le gardais pour moi… c’était peut-être une raison de rien du tout, un truc bénin qu’on ne devait pas spécialement faire remonter enfin à mes yeux et j’étais loin de me douter de la signification de son « moi aussi » qui en fait peut vouloir dire tellement de chose avec tout ce que je raconte à la seconde. Oui… comptons mes conneries à la seconde. Je ne répondais que d’un sourire en penchant la tête doucement et le regardant. « Hummmmm… oui, tout. », il pouvait tout obtenir même s’il ne cherchait pas toujours à le faire enfin pas autant que moi du moins ce que j’espère… ahah ! J’hochais juste la tête alors qu’il voulait savoir si j’oserais avec un petit regard malicieux pourtant le boulot était le boulot et je ne me permettrais jamais de faire tellement de chose pas cool en le gianninappant. C’était mal et puis j’avais un frère à la police remarquerons-nous, il pourra me sortir de là.

C’est un simple petit rire que je laissais échapper tandis qu’il me demandait si Mike était déjà protecteur pour juste sourire et hocher doucement la tête. C’était difficile à croire que j’avais un frère… c’était encore un peu… irréel en étant réel comme quand on a un truc qui se casse et qu’on le rachète tellement vite qu’on n’a pas vraiment le temps de se rendre compte de ce qui se passe ou bien quand on achète un nouveau téléphone et qu’on n’y croit pas encore réellement tout en sachant qu’on l’a payé et que c’est « vrai » ! Je souris en entendant qu’il n’en avait pas l’intention et le regardais en souriant pour juste le regarder. Il savait que j’avais confiance et que je savais que ce n’était pas son intention mais le dire maintenant après la dispute alors qu’il le savait que je le savais aurais paru trop… de trop enfin à mon gout donc le regard suffisait à faire passer le message tandis que je ris doucement. « Il est flic, Gianni… il courre vite sinon il t’envoie un chien au fesse qui lui sera certainement plus rapide… », je ris doucement en hochant la tête avant de sourire. « Il veut être dans ma vie et surtout apprendre à connaitre sa petite sœur. C’est cool, ça ? Non ? », je souris doucement alors que je me levais pour directement l’entendre parler de la manière dont je le squattais en fronçant le nez et souriant. « Hum… ne te plains pas ! », je lui tirais un peu la langue en contemplant son dossier et souriant. Je secouais alors la tête en souriant. « Nop, l’autre chaise n’est pas toi… », je souris doucement en relevant la tête vers lui et riant alors qu’il disait que c’était confidentiel. « Oups… », marmonnais-je doucement assez amusée car le fait de dire oups voulait montrer tout simplement que j’avais fait une gaffe mais son doigt qu’il avait pointé me fit encore plus rire. Je souris doucement alors qu’il me parlait de son contrat en finissant par claquer sa main sur ma cuisse mais je réponds par un rictus en me décalant de lui et riant. « Mais… gentleman seulement avec les pommes ! », je fis une petite moue boudeuse en riant. « Dis que je suis nulle aussi… tsss ! », rajoutais-je en souriant avant de m’avancer vers la porte. « A tout à l’heure ! »… j’allais me diriger vers la porte et je souris presque directement en l’entendant et me retournant pour le regarder. « Ca me dit que… », je fronçais le nez doucement en reprenait chemin vers lui et lui voler un baiser. « Hummm… voilà ce que ça me dit… », je lui mordillais doucement les lèvres en reculant et fouillant dans mon sac. « Et d’ailleurs j’ai oublié un truc… », je sortis une clé et la posais sur le coin de son bureau en reculant doucement. « On ne sait jamais si tu veux venir voler chez moi… pas besoin de tout casser ! », je souris doucement. J’avais cette clé depuis plusieurs semaines voir même des mois en fait. C’était depuis la semaine ou il m’avait donné la sienne et j’avais peut-être peur de ce geste qu’il avait si rapidement fais de son côté mais c’était une étape encore in-affranchie pour moi. Bien sûr Lena était totalement au courant pour cette clé et totalement d’accord. Je lui offris un sourire comme il les aimait avant de sortir de son bureau et sourire à sa secrétaire en fronçant les sourcils légèrement alors qu’elle me demandait si ça allait car bien sûr que ça allait même si j’étais quand même un peu anxieuse suite à cette première dispute en cherchant même à savoir ou ça avait commencée enfin positivement.

Chuit = http://oh-sydney.forumactif.org/t1439-il-y-a-des-jours-sans-et-avec-suite#110604

• • • • • • • • • • • • • • • • •



PANDORA ♥️ I LOVE YOU Ton regard n'est que le miroir de mon âme. Quand tu poses les yeux sur moi, je me sens unique. Quand tu me murmures, je les ressens. J’entends ton cœur qui bat aussi fort que le mien. Cette chamade des organes qui ne font qu'un lorsque tu embrasses mes lèvres. Cette électricité qui en émane. Cette impression que rien ne compte, sauf moi. Ce regard qui me dit : Je t'aimerais toujours. Est-ce si facile d'aimer quand on est aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oh-sydney.net 





MessageSujet: Re: Il y a des jours sans...    
Revenir en haut Aller en bas
 
 

Il y a des jours sans...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« OH » SYDNEY’S TEMPTATION ::  :: Cimetiére des rps terminés-